Note de lecture : Kanban, par David J. Anderson

Note : 7 ; Une vue très acérée mais aussi un poil mégalo de Kanban par son créateur.

David Anderson est le créateur du Kanban dans l’IT. Croyez-moi, à la lecture du livre, c’est une information que vous ne pouvez pas rater. Mais au-delà de cet aspect mégalo, il faut aussi admettre que ce texte nous donne l’essence du Kanban, comment David Anderson a repris cette technique industrielle pour en faire un outil d’amélioration dans le cadre IT.

L’ensemble du texte totalise 240 pages structurées en 20 chapitres. Ceux-ci sont rassemblés en 4 parties. La première d’entre-elle sert d’introduction et se contente de deux chapitres sur 20 pages. Elle débute par le « dilemme du manager agile » qui occupe juste 8 pages : c’est la quête de l’auteur pour une approche satisfaisant sa nécessite d’adaptation et sa volonté d’amélioration qui ne trouve pas de réponse dans les méthodologies pré-câblées. Le point de départ sera le « drum-buffer-rope » de Goldratt pour aboutir à Kanban. Le narratif est d’excellente qualité, on y suit bien la démarche de l’auteur. Le second chapitre n’est guère plus long pour nous décrire ce qu’est la méthode Kanban. Comme point de départ, David Anderson nous raconte sa visite dans un parc japonais où on lui avait donné une carte à l’entrée… il comprendra plus tard qu’il s’agissait d’une limite de WIP. De là, l’auteur déclinera les 5 propriétés d’un kanban :

  • Visualiser le flux de travail.
  • Limiter le travail en cours
  • Mesurer et gérer le flux.
  • Rendre les règles explicites.
  • Utiliser le modèle pour reconnaitre les opportunités d’amélioration.

Lire la suite

Publicités

Note de lecture : Kanban pour l’IT 2nd édition, par Laurent Morisseau

Note 7 ; Toujours aussi (et même encore plus) complet avec une certaine austérité, mais un style en progrès.

J’avais trouvé la 1ère édition de ce livre excellente, quoique d’un style un peu rugueux. C’est avec un certain intérêt que je me suis lancé dans la lecture de cette nouvelle édition. Allait-elle montrer une amélioration ? Les habitués de mes notes de lecture savent que pour conserver la même note, un ouvrage doit se montrer un peu meilleur que son édition précédente. Et voilà que j’ai déjà cassé le suspens !
La précédente édition accusait 22 chapitres sur 215 pages, celle-ci prends de l’embonpoint avec 272 pages pour 31 chapitres ! On est donc très loin de la mise à jour cosmétique ! Voyons cela.

La première partie « les concepts de la méthode Kanban » est à peine plus longue que précédemment : 35 pages contre 27, mais on passe de 3 chapitres à 5, seuls les deux derniers étant repris. Le premier chapitre a lui-même changé, « les enjeux de Kanban » nous dresse les grands objectifs de l’approche de manière moins académique qu’avant. Le second chapitre « la méthode Kanban » est une sorte de teaser pour le reste du livre, nous proposant les éléments clés en version hyper-raccourcie. « Définir le flux tiré » est aussi extrait de l’ex-chapitre 1, même s’il ne fait que quelques pages, cet élément clé de Kanban méritait bien son propre chapitre.

La seconde partie change de titre dans cette nouvelle édition. « Concevoir et utiliser le système Kanban » compte 9 chapitre contre 17 précédemment, avec un chapitre 5 devenu chapitre 7 et chapitre 8. La troisième partie de la nouvelle édition « étudier et améliorer le système Kanban » poursuit l’ex-seconde partie à compter du chapitre 12. Il y ajoute un chapitre 19 « diminuer les délais par la résolution de blocages », court mais proposant une gestion pertinente des bloqueurs. Nouveau également, le chapitre 21 « évaluer son système Kanban » semble issu de l’expérience de l’auteur. Il nous propose un radar amputé de questions-clé permettant d’établir un niveau de maturité sur 6 axes. Le chapitre 23 (ex-chapitre 18) a droit à une évolution cosmétique passant de « résultat » à performance, ce qui change peu de choses pour moi. Le dernier chapitre de cette partie se voit alléger par rapport à la version d’avant : la partie consacrée au modèle Cynefin disparait !

Lire la suite

Note de lecture : Real-World Kanban, par Mattias Skarin

Note : 4 ; Une matière finalement un peu légère issue de retours d’expérience

Voici un livre qui ne sera pas un trop gros investissement en temps : écrit par l’un des collègues (et occasionnel co-auteur) de Henrik Kniberg chez Crisp, ce texte ne compte que 110 pages !

Le cœur du texte est composé de 4 chapitres qui sont autant d’études de cas, qui couvrent les 95 pages de la partie principale de l’opuscule ! En plus de ces 4 chapitres, les 20 premières pages constituent une introduction aux nouveaux-venus. Le titre « you hold the keys of your future » est assez significatif du contenu. Les principes du Kanban y sont présentées très clairement, mais l’essentiel de ce chapitre tourne autour des mécanismes d’amélioration continue qui sont au cœur de la pensée Kanban (et de la pensée Lean par extension). Malgré l’avertissement de l’auteur signifiant que ce chapitre peut être sauté, je pense au contraire qu’il vaut le détour !

La première étude de cas occupe donc le chapitre 2. Avec plus de 30 pages, c’est le plus long chapitre du livre. Le thème de cette étude de cas « Enterprise Kanban : improve the full value chain » est un Kanban produit, partant de l’idée jusqu’à la mise en production. Mais ce n’est pas tant le Kanban lui-même que les changements de processus qu’il engendre qui sont le thème de cette partie, avec plus spécialement un focus sur le lead time et comment une organisation différente permet de réduire celui-ci de manière drastique. La lecture de ce chapitre présente quelque intérêt, mais pas autant que je m’y attendais.

Lire la suite

Note de lecture : Scrumban, par Corey Ladas

Note : 8 ; Réflexions sur la transition de Scrum à Kanban, la vraie nature d’un processus agile et les moyens de l’adapter.

J’entends beaucoup de personnes parler du Scrumban, mais bien peu ont lu les essais de Corey Ladas compris dans ce volume, car il ne s’agit pas de ce dont ils pensent. Car avant tout, Scrumban est une compilation d’essais (souvent des reprises de posts de blog) sous la forme d’un livre au format très court, moins de 175 pages, celles-ci étant par elle-même assez courte, du fait de la mise en page. Mais court ne signifie pas sans valeur, car le texte de ce praticien très chevronné de l’agilité nous propose des réflexions très profonde sur le passage de Scrum à Kanban et la vrai nature des processus que nous utilisons !

Il n’y a pas vraiment de chapitres au livre, mais plutôt des espèces de thèmes qui sont au nombre de 7. Le premier d’entre-eux concerne Kanban lui-même. L’auteur y explore les mécanismes fondamentaux : le WIP et le flow, bien sûr, mais aussi la synchronisation et les buffers. On termine avec une réflexion sur la notion d’itération : pourquoi son avènement était inévitable, tout comme maintenant … sa disparition !

Le workflow est le second thème. C’est l’occasion de réfléchir sur la vrai nature d’un processus, en commençant par souligner qu’un workflow n’est pas une planification (les 2 concepts sont orthogonaux). L’auteur va plus loin en étudiant le PSP du SEI par rapport à Kanban et en mettant en relief les … similitudes ! Enfin l’auteur termine cette partie en dénaturant le kanban en le transformant en un processus à un ticket : c’est un cycle en « V » !

Lire la suite

Parlons outils pour Kanban !

Eh oui, malgré que le manifeste nous assène que « les hommes sont plus importants que les outils », cela ne nous empêche pas de faire le plein à une soirée exclusivement consacrée aux outils ! D’ailleurs j’en étais, mais je suis arrivé un peu en retard… Essayons de rattraper celui-ci !

Thomas Declercq, ou comment étendre TFS

Thomas est manager chez AXA, à Lille plus exactement. Ici, on utilise les outils Microsoft, donc TFS pour faire du développement en .NET ; rien que de très logique. Les grands comptes sont rarement sur les dernières versions des outils, on vient donc tout juste de passer de TFS 2010 à TFS 2013. Et l’outil montre ses limites pour suivre des métriques. Alors si l’on a pu fort logiquement commencer avec des exports de données puis du bricolage sous Excel, l’équipe a fini par se lasser de ce travail et a envisagé des outils se branchant sur les API de TFS. On parle ici de 3 outils internes.

Outil #1 : Le Kanban board

Il n’est pas beau, il a été développé entre la poire et le fromage, car l’équipe en avait besoin mais personne ne voulait payer pour … et il est très utilisé ! Ils en avaient besoin, car la solution initiale, c’était des extracts CSV de TFS injectés ensuite dans Excel. Un travail à la longue très fastidieux.

Lire la suite

Focus

Chap 1 : Où l’on parle de flux

Le focus, au niveau de l’entreprise, qu’est-ce que cela signifie ? En premier lieu, de se concentrer sur la chaine de valeur. Et sur le flux, plutôt que l’utilisation des ressources. Le Value Stream Mapping est un des outils permettant de mettre en évidence les possibilités d’amélioration de ce flux.

Le corollaire est de se concentrer sur un petit nombre de features plutôt que sur des gros batches qui mettent du temps à passer dans le rétroviseur. Donc du Focus !

Chap 2 : Se faciliter la vie

Nous avons vu le problème du « trop de choses à faire ». Et le temps pour le faire est limité. Bien entendu, nous avons moins de temps disponible que de choses à faire. Mais en réalité celles qui sont indispensables n’en sont qu’une fraction. On pourrait appeler le reste des « options » ! Nous sommes maitres de nos choix, n’en devenons pas les esclaves.

Chap 3 : Tel un hamster dans sa roue

Les sollicitations nous viennent de toute part ! Elles créent un bruit qui nous empêche de faire ce qui est important. S’isoler de ces perturbations et se concentrer sur une seule chose jusqu’à ce qu’elle soit terminée, il n’y a rien de nouveau là. Quelques techniques peuvent nous aider comme le « zéro inbox » ou le Pomodoro.

Lire la suite