Note de lecture : Drive, par Dan Pink

Note : 7 ; Une étude en profondeur et bien illustrée de la motivation intrinsèque.

Cet ouvrage est désormais un classique, et pour de bonnes raisons ! Une partie non négligeable de l’ouvrage de Jurgen Appelo, Management 3.0 provient en effet de ce texte. Ce livre parle de motivation, c’est d’ailleurs son titre en français : motivation 3.0 ; Ce sont 215 pages en 6 chapitres et des brouettes qui sont nécessaires à couvrir le sujet. Les brouettes étant ici importantes.

L’introduction du texte nous plonge directement dans une expérimentation scientifique, celle qui amènera à comprendre qu’au delà de la carotte et du bâton, il existe un niveau de motivation qui trouve sa source dans l’accomplissement même de la tâche : la motivation intrinsèque. C’est sur ce chemin que nous entraine le chapitre 1, partant de la motivation 1.0, celle qui guidait notre instant de survit aux premiers temps de l’humanité, vers la motivation 2.0, qui connut son sommet durant la révolution industrielle. Les chapitre 2 et 2a étudient les raisons pour lesquelles cette motivation intrinsèque ne fonctionne pas … sauf quand elle fonctionne ! Enfin, le chapitre 3 nous met en évidence les types « X » et « I » : pendant que le type « X » s’appuis sur la motivation extrinsèque (la carotte et le bâton) qui sont la marque de la motivation 2.0, le type « I » met à jour la motivation intrinsèque, celle du 21ème siècle. Il s’agit donc bien de passer du mode « X » au mode « I ». C’est l’objet de la seconde partie.

Lire la suite

Note de lecture : La Communication sans violence, par Marie-Jeanne Trouchaud

Note : 4 ; Quelques idées qui font réfléchir, mais assez peu d’idées concrètes au final.

La CNV (communication non violente) est un thème récurent en coaching. Avec ce petit livre (il compte 170 pages) je comptais trouver les éléments essentiels de la CNV. De ce point de vue c’est une déception, mais elle m’incombe car le titre ne prétends pas traiter spécifiquement de la CNV. Voyons ce qu’il en est.

Tout d’abord, le texte compte 9 chapitres, répartis en 3 parties distinctes. La première d’entre-elles, « les origines de la difficulté de communication » comprend les 3 premiers et occupe une cinquantaine de pages. Au premier chapitre, « les causes du conflit », on autopsie sur 27 pages ce qui crée un contexte défavorable à la communication : conversation basée sur les opinions ou les croyances, cadre de référence ou plus simplement conflits d’intérêts et lutte de pouvoir.

Le second chapitre couvre le rôle des émotions, celles qui sont adaptées, celles qui sont inadaptées. C’est assez légèrement abordé sur une dizaine de pages. Du plus ce chapitre est extrêmement orienté vers la relation avec les enfants. C’est dommage (en tout cas, cela ne me convient pas), d’autant que ce sujet est plus universel que la relation adulte-enfant.

Lire la suite

12 leçons (durement) apprises de transition agile : le live !

Ça a marché pour moi, mais je ne pas garantir que cela marchera pour vous … peut-être la 13ème leçon à garder en mémoire en visionnant mon intervention lors du Printemps Agile 2015.

J’avais posté ici-même le support de présentation il y a peu. Si vous acceptez d’en prendre pour 50 minutes, le propos vous éclairera encore d’avantage. Si j’ai le courage, je convertirais même le tout en article comme je l’ai fait pour la plupart de mes présentations. Mais il faudra être patient.

Si l’éclairage est loin d’être parfait, c’est difficile à nier (et difficile à gérer avec une projection), le CEMU a fait un remarquable travail de montage avec le support. C’est une excellente surprise, qui va bien plus loin qu’une simple synchronisation. Merci et bravo à eux.

Une transition agile en 12 leçons apprises

J’avais évoqué il y a peu le Printemps Agile 2015. J’y ai présenté un retour d’expérience sur le projet Linky en 12 « patterns » pratiques pour accompagner cette transition. Voici le support de ma présentation, en attendant la mise en ligne de la vidéo et une hypothétique version rédigée.

Linky, c’est le grand projet ERDF de mise en place du « compteur intelligent ». Une grande aventure qui a amené le plateau de développement Parisien (12 équipes de développement) à basculer vers un fonctionnement agile. Cette présentation ne raconte pas l’histoire du projet : Jean-Hugues Hamelin et Nadim Elbaba qui la vive de l’intérieur depuis un bout de temps l’ont raconté avec plus de pertinence et d’intérêt que je n’aurais pu le faire lors du ScrumDay 2015. Non, ici c’est de mon point de vue de coach accompagnant ces équipes que je parle.

Printemps Agile 3ème édition, le19 Mars 2015

Pas de repos pour les braves ! Le Printemps pointe le bout de son nez, même si ce n’est pas évident. A Caen, on souhaite faire de cette date emblématique le rendez-vous traditionnel de l’agilité à Caen. Le programme s’annonce à la hauteur, comme vous pouvez le juger !

Vous aurez sans doute remarqué que je figure dans ce programme ! Voici le teasing de ma session :

Accompagner la transition agile d’un grand projet agile : l’expérience Linky
Basculer en agile un très gros projet est un challenge, pour certains cela peut même apparaitre comme une ineptie. Pourtant c’est que le projet Linky a décidé de faire ! Un tel choix fait émerger des difficultés souvent absentes de projets plus petits : culture « cycle en V » omnisciente, grandes équipes, intégration dans l’architecture du SI, etc.
Pourtant, si la route reste longue, les signes de succès sont réels. Au cours de cette session, nous allons aborder 12 leçons apprises lors de cette importante transition agile toujours en cours, en y associant des conseils.

Bien sûr, c’est à Caen ! Mais même si vous ne pourrez y assister, sachez que les sessions de l’an dernier ont été filmées ! Vous pouvez ainsi retrouver ma Session Scrum Shu Ha Ri de l’an dernier.

J’ai donc bon espoir qu’il en sera de même cette année, même s’il faut pour cela attendre un peu…

Printemps Agile 3ème édition, le19 Mars 2015

Improvement Dialogue, un Management Workout par Jurgen Appelo

C’est de « l’appreciative inquery », des questions puissantes et du théatre d’improvisation que veux s’inspirer Jurgen Appelo aujourd’hui.

Ensembles auto-catalytiques et coaching personnel

Les ensembles autocalytiques n’ont besoins d’aucun éléments autre que leurs constituants de base pour interagir et former de nouveaux constituants. Transposé aux organisations, il s’agit de groupes où « chaque participant renforce et accélère la productivité des autres ».

Si le coaching personnel est souvent considéré comme une composante majeure du développement personnel, alors une organisation où chaque membre est coachée par une autre peut être considérée comme une forme d’ensemble autocatalytique ! Cette dynamique de coaching interne doit prendre en compte 2 aspects :

  • Un coach ne doit pas être la seule autorité à laquelle se référer pour tous les problèmes auxquels faire face : votre coach agile ne sera pas votre coach santé !
  • Les personnes ne se coachent généralement pas deux à deux.
  • La relation de confiance entre coach et coaché doit être réelle.

Les échanges entre coach et coaché ne sont pas des choses à planifier de manière militaire. Ces moments arrivent quand cela parait propice et nécessaire.

Le « one on one »

Le « one on one », c’est d’abord l’un des outils favoris d’Esther Derby, qu’elle développe dans son livre Behind the Closed Doors. L’auteur rappelle quelques points essentiels de cette pratique :

  • En faire régulièrement : tous les 1 à 4 semaines, donc souvent !
  • Un agenda adapté à la personne que l’on rencontre.
  • Une attention pleine et entière des deux participants. Donc pas d’interruption, qu’elle soit humaine ou matérielle.
  • Ils ne doivent pas donner l’impression à aucun des participants d’être trop coûteux !

Les finalités du « one on one » et du coaching personnel sont très proches, sinon identiques (aider la personne à se développer et améliorer son travail), mais la posture d’un coach et celle d’un manager sont différentes.

On ne saurait donc substituer l’un par l’autre ! Jurgen Appelo s’inscrit contre l’idée du « manager en tant que coach », qui renforce les liens de hiérarchie au lieu de faire grandir les liens de relation « en réseau » au sein de l’organisation !

Binômage à tous les étages

Le binômage est une pratique connue et reconnue en développement. Elle apporte nombre de bénéfices tels que la montée en compétences, le focus sur un sujet ou la revue en continu. Réfléchir à haute voix ou compenser les moments de faiblesse du gars d’à côté sont aussi des opportunités d’arriver à résoudre des problèmes complexes.

Parfois le binômage peut se transformer en coaching lorsque, par exemple, on est d’avantage dans une relation de maître à élève.

De l’appreciative Inquiry au théâtre d’impro

Cette approche promeut l’idée qu’enquêter est le moteur du changement. Mais qu’une enquête objective est impossible. On surmonte cela en ce focalisant sur « ce qui est possible » plutôt que sur ce qui va mal, plutôt que de rentrer dans une logique qui ne fait souvent qu’empirer le problème.
Engager un changement persistant dans une organisation se fait par le biais d’une attitude positive, en misant sur les forces. L’appreciative inquiry nous invite à interagir de manière positive, dans nos questions et nos dialogues.

Les questions puissantes (powerful questions) stimulent la reflexion par la profondeur qu’elles induisent, elles focalisent sur un périmètre qui est dans notre sphère d’influence et nous guident vers des actions à venir plutôt que vers des blâmes ou des justifications.

Nos dialogues peuvent eux, s’inspirer du théâtre d’improvisation. L’une des règles de cette activité est de respecter le contributeur précédente et d’y contribuer à notre tour d’une manière positive, qui le valorise. Une des autre règles est de privilégier les déclarations aux questions, car elles font avancer la conversation. Pour Jurgen Appelo, il s’agit là d’un autre exemple d’autocatalyse.

Les quatres zones

Ce sont 4 cercles de dialogues qu’identifie Jurgen Appelo, que l’on parle de coaching, de one on one, etc… Au sein de ces cercles, l’auteur nous propose de développer des « inquisitive statements » qui sont, comme on peut l’imaginer, une convergence entre l’appreciative inquiry et le théâtre d’improvisation !

Les choses personnelles

Les désirs intrinsèques, les ambitions, les émotions, etc.. ont leur place ici. Jurgen nous propose de développer 40 « inquisitive statements » pour contextualiser nos points forts : je suis bon quand je…, mes besoins les plus importants sont…, j’apprends mieux quand…, etc..

Les choses relationnelles

On y développe tout ce qui a trait aux relations et collaborations entre personnes, que ce soient des relations de pairs ou des relations hiérarchiques. Parmi les 40 « inquisitive statements » proposé par Jurgen, on trouvera des éléments tels que : J’attend de nos conversations que…, Nous sommes tous deux motivés par…, Tu peux m’aider en faisant…

Les choses organisationnelles

Les éléments de ce cercle concernent les aspects organisationnels, le changement et autres aspects systémique de l’organisation. Parmi les 40 « inquisitive statements » on trouvera : J’attend de l’organisation que…, Je peux me rendre compte que l’organisation progresse parce que…, Je suis fier de notre organisation quand…

Les choses environnementales

Que se passe-t-il en dehors de notre cercle restreint ? Qu’en est-il du marché, de nos clients ou de nos concurrents ? Ce cercle adresse les aspects contextuels. Au hasard des 40 « inquisitive statements » on croisera : Nos clients devraient être félicités parce que…, les raisons qui font que nos clients s’impliquent sont…, Ce que nos clients devraient arrêter de faire est…

What’s next ?

L’improvement dialogue, c’est piocher un « inquisitive statement » et devoir le compléter d’une manière positive et affirmative. Puis laisser la conversation se dérouler à partir de là. Le but de ces conversation est de parvenir à catalyser des actions. Durant ce dialogue, les déclarations de chaque personne doivent être accueillies comme des faits !

Comment y arriver ? Jurgen Appelo nous propose une démarche en 6 étapes, applicable dès demain !

Mais l’étape 0 reste de lire dès à présent son workout !