Note de lecture : Netty in Action, Norman Maurer & Marvin Allen Wolfthal

Note : 3 ; A peine mieux que la doc d’API !

C’est un livre qui a été long à sortir et le sujet même laissait à penser que le propos serait de bas niveau. Mais tout de même, que d’ennui ! En lui-même l’ouvrage compte presque 250 pages découpées en 15 chapitres, eux-mêmes répartis sur 4 parties. La première d’entre-elle couvre plus de la moitie du texte, avec 130 pages sur 9 chapitres. Le chapitre d’ouverture se propose de nous exposer l’architecture orientée évènements de Netty sur une douzaine de pages. Les auteurs auraient pu rendre la chose moins abstraite avec des diagrammes adaptés, mais disons que le boulot est fait.

Ce sont 16 pages qui sont consacrées au chapitre 2, le « hello world » de Netty. Au moins on a le code, plutôt beaucoup de code, si on compte le build et les listings de console. On a réussi à rendre aride ce qui en principe doit être une partie plutôt passionnante. Mais au moins, on a le code. On rentre dans le dur du sujet avec le chapitre 3 « components and design » qui sert en quelque sorte de table des matières aux chapitres qui suivent. Cela ne prends que 10 pages, mais on a déjà le goût de l’austérité d’une doc d’API !

Les 3 chapitres suivants : Transport, ByteBuf et ChannelHandler partagent le même aspect très peu passionnant, c’est à dire une description des APIs par le menu (avec quelques tableaux récapitulatifs imposés par les règles éditoriales manning. Très peu passionnant, cela va sans dire ? Seul OIO versus NIO au chapitre 4 relève un peu le niveau…

Lire la suite

Publicités

Note de lecture : Executable Specifications with Scrum, par Mario Cardinal

Note : 3 ; Du Scrum de base sans surprise, à part celle de décevoir sur son titre !

Bien entendu, c’est l’aspect « spécifications exécutables » qui m’a conduit vers ce livre ! Le fait qu’il soit plutôt bref, avec ses 150 pages était un bonus. Au final, c’est une déception, la note est peut-être sévère à cet égard mais c’est ainsi, car il s’agit plutôt d’un nième « Scrum Shū ». L’ouvrage manque dans ses grandes largeurs d’originalité et le peu qu’il y en a ne m’a guère convaincu. Heureusement, il faut avouer qu’il est bien écrit. Voyons donc ce que nous réservent ses 9 chapitres.

Le premier d’entre eux couvre une douzaine de pages au sein desquelles on retrouve les poncifs habituels sur la justification des projets en agile : incertitude, complexité etc. En fait, j’ai même l’impression de relire l’introduction du premier bouquin sur Scrum, celui du début des années 2000. Le second chapitre, lui aussi fort d’une douzaine de pages, est un peu moins bateau. Il évoque les prérequis au démarrage de projet. Rien de neuf sous le soleil si ce n’est une bonne vue synthétique et l’usage de l’euristique de nommage de Gause et Weinberg.

Le chapitre 3 ne compte que 10 pages et sert principalement d’introduction à l’un des concepts originaux de l’auteur, celui de « desirement », contraction de « desire » et « requirements ». L’aspect « desire » étant inspiré de nouveau par Gerald Weinberg (are you ligh on ?). Disons le tout net : c’est très peu convainquant. Le tarif est d’une dizaine de pages également pour le chapitre 4 « expressing desirements through user stories ». On nous ressasse une nouvelle fois le template de Mike Cohn et le INVEST. La partie sur les rôles et bénéfices parvient à être intéressante, tandis que l’introduction au backlog reprenant la prose de Mike Cohn est parfaitement insipide.

Lire la suite

Note de lecture : Creating Great Teams, par Sandy Mamoli & David Mole

Note : 5 ; Recette pratique d’auto-selection d’équipe en 4 actes.

Plutôt qu’un livre, il s’agit d’un mini livre, car il ne couvre que 80 pages, et un seul sujet d’ailleurs : l’auto-formation d’équipes ! C’est donc un livre dédié ç une pratique et une seule, qui a pour objective de bien la couvrir. Les auteurs ont une bonne expérience de mise en place de « place de marché » de création d’équipes, essentiellement en Nouvelle Zéland et nous font partager celle-ci.

Le texte comporte 7 chapitre, on commence par une introduction sur les équipes stables sur 9 pages. Celui-ci est assez bateau, avec un réquisitoire d’arguments déjà bien connus pour l’auto-selection. Seuls quelques références d’étude méritent d’être notées. Passons.

Par contre le chapitre 2 rentre bien dans le concret avec les étapes de préparation. Il y en a 6. Voici 17 pages bien utilisées. Progressons encore avec la préparation « du jour d’avant » en 4 étapes au chapitre 3, où comment se rendre prêt pour un événement fluide. Là aussi les auteurs nous découpent cela en étape, il y en a 4. A noter la FAQ bien utile qui collecte déjà les questions qu’ont pu avoir les auteurs.
L’événement lui-même est le sujet du chapitre 4. Un processus en étapes pour rester dans le style. Il faut en compter 10 ici. Les 14 pages de ce chapitre couvrent de manière très détaillée le déroulement de la journée, l’agencement de l’espace d’échange et le cas difficile des « laissés pour compte ». Bref, c’est complet ! Un événement qui n’est pas suivi de faits est pire que de ne rien faire. Le chapitre 5 est consacré à suivre la balle et c’est sur 7 pages.

Lire la suite