Note de lecture : Agile Software Requirements, par Dean Leffingwell

Note : 3 ; L’ancien testament de SAFe, sous un titre bien trompeur !
C’est vrai que je n’avais pas regardé de très près. Mais au vu du titre, je pensais avoir entre les mains la 3ème édition du « Managing Software Requirements », cette fois à sauce agile, avec la couche de peinture qui va bien. Il n’en est rien et ce n’est pas une bonne nouvelle.

Le livre est une belle bête, avec sa couverture dure et ses 470 pages (500 pages tout mouillé). L’ensemble est subdivisé en 4 parties totalisant 24 chapitres. Une belle bête, vous dis-je ! La première partie « the big picture » regroupe les 5 premiers et chiffre près d’une centaine de pages. A ce stade, cela reste encore mystérieux, l’objet de cette grande fresque. Toutefois le schéma qui figure en-dessous pourrait nous éclairer car il ressemble furieusement au poster SAFe. Les 26 pages du premier chapitre ont comme objet l’histoire de la gestion des exigences. Il s’agit en fait de l’histoire de la transition vers les approches agiles. Un chapitre agréable, néanmoins.

Avec le chapitre 2 et la grande représentation des spécifications agiles, les choses se précisent. Il ne s’agit pas des spécifications, mais de la vision « par étages » de la réalisation agile à grande échelle, celle qui deviendra SAFe et n’a déjà plus grand-chose d’agile. Ne nous vous inquiétez pas, le pire est à venir. Au chapitre 3, il est question des spécifications au niveau de l’équipe, ou du moins il devrait l’être. Il s’agit des User Stories, mais en fait le chapitre expose le fonctionnement de Scrum. Pour en savoir plus sur les US, n’importe quel autre texte vous en dira plus.

Lire la suite

Note de lecture : Practices for Scaling Lean & Agile Development, par Craig Larman & Bas Vodde

Note : 7 ; Une déclinaison en pratiques pas si pratique que ça du « book of the year 2010 » mais qui reste très enrichissant.

Cet ouvrage va de pair avec « Scaling Lean & Agile Development » des mêmes auteurs. Il se veut le guide de mise en pratique de ce précédent ouvrage. Nous verrons que ce n’est pas tout à fait vrai, ce qui ne signifie nullement que le texte ne vaille pas le détour.

S’agissant du volet « pratiques », on ne devra guère s’étonner du volumes substantiel de l’ouvrage : 560 pages ! L’ensemble tient en 15 chapitres, beaucoup d’entre-eux sont tout à fait conséquents en taille ! Ce n’est pas le cas de l’introduction qui ne compte que 6 pages. Il s’agit plutôt de deux mises en gardes qui seront des thèmes récurrents des chapitres suivants : pas de fausses dichotomies (beaucoup de choix ne sont pas exclusifs) et il n’y a pas de « best practices » mais plutôt des pratiques bien adaptées à certains contextes. Le second chapitre est aussi une introduction en quelque sorte, celle du « large scale Scrum » ici appelé FW2, qui deviendra LeSS plus tard.

Les choses sérieuses, vraiment sérieuses commencent au chapitre 3 qui évoque les tests et compte 75 pages ! Le chapitre couvre beaucoup de sujets, depuis la cartographie des tests jusqu’aux pratiques elles-mêmes. Les quelques messages essentiels sont : l’activité de test est indissociable du développement et doit se passer au sein de l’itération elle-même. C’est dense et c’est que du bon !

Lire la suite

Note de lecture : SAFe 4.5 Distilled, par Richard Knaster & Dean Leffingwell

Note 4 ; Un tour d’horizon à haute altitude bien écrit, mais manquant de consistance, de SAFe l’ERP de l’agilité.

SAFe est réellement le raz de marée de la seconde moitié des années 2010. Il serait vain de l’ignorer. Avec quand même un certain bagage sur le framework, j’aborde ce livre dans le but de mieux appréhender comment l’ensemble des briques s’articulent. Un objectif qui, nous le verrons, est malheureusement loin d’être atteint.

C’est un livre de taille moyen, avec ses 300 pages environ, qui surprend par son poids quand on le prend en main. Et pour cause : il est imprimé sur papier glacé, et même imprimé totalement en quadrichromie ! Un peu comme une plaquette publicitaire, ce qu’il est en partie. Le contenu est divisé en 6 parties et ne compte pas moins de 22 chapitres. La première partie nous invite à une vue générale, sur 25 pages comptant deux chapitres. Le premier est à peine un tour de chauffe, avec le « business case » de SAFe mâtiné de perspectives historiques. C’est bien écrit, mais on n’y apprend rien. C’est un peu plus concret au chapitre 2 qui nous explique clairement les différentes déclinaisons de SAFe et les rôles utiles. C’est une introduction comme il faut.

La seconde partie dédiée au mindset et principes compte 3 chapitres et couvre une cinquantaine de pages. On commence au chapitre 3 par parler mindset avec le manifeste agile et avec la « SAFe House of Lean », un peu librement adapté de l’original. A part cette nouveauté, la seule originalité est la déclinaison du manifeste à l’échelle, tout à fait sensée. Les principes SAFe sont détaillés au chapitre 4. Franchement ils sont bien et sont clairement évoqués. D’inspiration très largement Lean, j’ai quand même un peu de mal à les raccorder à ce que j’ai compris du framework. J’ai hâte d’en savoir plus. J’adhère aussi au propos sur le « Lean-Agile leader ». Du focus sur le développement des personnes au recrutement ciblé sur les soft-skills, nous sommes clairement dans la bonne direction !

Lire la suite

Note de lecture : L’art subtil de s’en foutre, par Mark Manson

Note : 6 ; Ou comment assumer que l’on n’est pas extraordinaire !

L’auteur déteste les programmes et les livres de développement personnels, est-ce peut-être pour cela qu’il en a écrit un ? Mais celui-ci se veut à contre-courant, bien sûr. Toutefois, comme nous le verrons, le titre est assez trompeur.

Le livre est relativement court, avec 186 pages sur 9 chapitres. La lecture en français facilite probablement les choses car je soupçonne que le style de l’auteur ne soit pas d’un abord facile par rapport à mes lectures habituelles…

Le premier chapitre « don’t try » fait hommage à l’épitaphe de Charles Bukowski. Il ne s’agit pas de se foutre de tout, mais de choisir ce à quoi on va accorder de l’importance, à des choses qui comptent vraiment et non à des préoccupations superficielles qui deviennent anxiogènes. Ainsi assumer de ne pas être dans la normalité, c’est cela « s’en foutre ».

Lire la suite

Note de lecture : The Data Loom, par Stephen Few

Note : 6 ; Aller au fond du « data sense making ».

Stephen Few n’aime pas le terme « Data Scientist ». Il lui préfère le terme « Data sensemaker ». Et pour donner du sens aux données, il faut certes un socle de connaissances, mais aussi et surtout une culture, une démarche et des « soft skills » qui s’avèrent indispensables. C’est de cela qu’il est question dans cet ouvrage, qui est en quelque sorte le « pragmatic programmer » du Data Sensemaker.

L’ouvrage est court : il ne compte que 120 pages découpés en 7 chapitres. Le premier compte une dizaine de pages et sert d’introduction pour aboutir à la notion de sensemaker. Elle n’est pas franchement passionnante, cette introduction. Heureusement, le reste du texte est mieux !

Les deux fondamentaux que nous assène l’auteur sont la pensée critique et la démarche scientifique, sur lesquels le reste du livre est construit. Le second chapitre est dédié à la pensée critique. C’est un chapitre qui fait force référence à Kahneman, mais surtout aux biais cognitifs et autres erreurs et illusions. Chacune d’entre elle est expliquée et souvent illustrée dans le cadre du sensemaking. Un chapitre très solide. Bien sûr, c’est à la démarche scientifique qu’est consacré le chapitre 3. C’est une démarche empirique, basée sur l’infirmation d’hypothèses, la transparence et la relecture de pairs. Une approche qui se décline très bien sur le travail sur la donnée comme le démontre l’auteur.

Lire la suite

Note de lecture : Formula X, par Jurriaan Kamer & Rini Van Solingen

Note 8 ; Ce que la formule 1 apprend aux organisations. Passionnant !

Cela fait déjà un petit moment que je réfléchis à la manière dont fonctionne une écurie de formule 1 et à son extrême capacité d’évolution et d’adaptation. C’est bien une partie du thème abordé dans ce livre, et mieux que je n’aurais su le faire.
Le texte est assez court. Il n’occupe que 190 pages d’un livre au moyen format. Le texte est découpé en deux parties inégales. La première est une fable autour de l’entreprise « Kitchen Quick », qui va occuper un peu plus des 150 premières pages. Quand elles sont bien racontées, ces fables sont d’excellents moments de lecture en plus d’être très instructives. C’est bien le cas ici. Plus que « The Goal » ou « The Phoenix Project », le texte me rappelle « The five dysfunctions of a team » de Lencioni.

La trame est assez simple : Kitchen Quick doit réduire ses livraisons de cuisines de 12 semaines à 2 semaines, question de vie ou de mort. Les personnages sont assez bien campés, mention spéciale à Hank Rapid le propriétaire de la marque, très haut en couleurs. Toutefois le caractère des protagonistes n’est pas toujours exploité comme il faut, tout comme certaines anecdotes qui ne sont pas menées à terme. Mais cela ne nuit pas au récit. Celui-ci est structuré en 6 parties, comme un week-end de formule 1 !

La première partie « free practice » campe essentiellement le décor et l’objectif : livrer les cuisines en 2 semaines au lieu de 12. Avec la seconde partie « Qualifying » arrive le FCCG (Full Control Consultants Group) et la mise en place du Total Efficiency Management dont le nom traduit bien l’orientation. L’auteur traduit bien comment cette transition se traduit dans les équipes et dans leurs interactions entre elles.

Lire la suite

Note de lecture : More Agile Testing, par Janet Gregory & Lisa Crispin

Note : 4 ; Pléthorique, mais toujours et encore trop verbeux.

Ce nouvel opus, de prime abord semble avoir pas mal de points communs avec le premier tome. Le plus important est la taille : ici encore il s’agit de 500 pages environ. Plutôt qu’une suite du premier volume, le thème serait plutôt « les auteurs n’ont pas tout dit » ! Si le volume précédent était majoritairement guidé par les cadrans de Brian Marrick, ici l’approche est plus thématique.

Le volume nous propose 25 chapitres, regroupés en 8 parties. La première d’entre-elle, sobrement intitulée « introduction » ne compte que 2 chapitres sur 25 pages. Le premier est consacré aux évolutions des pratiques durant les 10 années qui ont séparé les 2 volumes. Une synthèse juste et plutôt bien faite qui évoque par exemple le test d’applications mobiles ou les pratiques de test d’acceptation. Le second chapitre met un coup de zoom sur l’importance de la culture de l’organisation. C’est un aspect qui avait été peu (ou pas) évoqué précédemment.

La seconde partie « learning for better testing” va regrouper 4 chapitres sur un peu plus de 60 pages. Le chapitre 3 dédié aux rôles et compétences comprend des sujets tels que les profils généralistes versus spécialistes, donc bien sûr une évocation des profils en « I » et en « T » qui m’a toujours semblée un peu bateau et de la pluridisciplinarité. Donc, pas tant de choses nouvelles ou originales au final. Les « thinking skills » évoquées au chapitre m’ont semblées plus intéressantes : la facilitation, l’écoute, la connaissance du domaine pour n’en citer que quelques-uns sont replacés dans le contexte d’une activité de test. Une prose qui pourra s’avérer utile pour le recrutement de vos prochains testeurs.

Lire la suite

Note de lecture : Unit Testing : Principles, Practices and Patterns, par Vladimir Khorikov

Note : 8 ;Des principes et des guidelines très solides pour concevoir les tests unitaires et les tests d’intégration.

Ce n’est pas le premier ouvrage sur les tests unitaires, bien loin s’en faut ! Mais c’est une belle surprise, même si elle bouscule un peu certaines de mes idées établies sur le sujet. Le but de l’auteur est de faire émerger et poser les principes sous-jacents à la pratique des tests unitaires. On pourrait penser que cela peut se contenter d’un mémoire de 50 pages au plus ? Il n’en est rien.

Au niveau du format, le livre rentre dans la moyenne : 270 pages sur 11 chapitres, le tout divisé en 3 parties inégales. . La première d’entre-elle nous dresse le paysage des tests unitaires sur un peu plus de 60 pages incluant 3 chapitres. La finalité des tests unitaires est l’objet des 20 pages du premier chapitre. C’est un début en douceur où est évoqué la question de l’entropie du code, mais où l’auteur s’attaque surtout au mythe de la couverture de code (à juste titre). Dommage que le mutation testing ne soit pas évoqué, ni ici ni plus tard.

Le second chapitre s’attaque à des principes fondamentaux : qu’est-ce qu’un test unitaire ? Une question moins simple qu’il n’y parait. Outre la granularité délimitant le test unitaire des tests d’intégration ou de bout en bout, c’est surtout le choix de l’école de pensée qui est en cause : école de Londres (parfois appelés tests solitaires) ou école classique ou de Chicago (parfois appelés tests sociaux). L’auteur ne fait pas mystère de sa préférence pour l’approcha classique, mais fait un excellent travail pour déterminer comment chaque approcha traite les différents types de dépendances. Le chapitre s’attaque à l’anatomie interne des tests unitaire. Il n’est guère surprenant que l’auteur fasse la promotion du pattern AAA (Arrange, Act, Assert). Il va plus loin en détaillant les bonnes pratiques sur chacun des volets pour améliorer la lisibilité et la maintenabilité des tests, pour ensuite adresser la question de leur paramétrage.

Lire la suite

Note de lecture : Killer content, par Mai-lan Tomsen

Note : 5 ; Superficiel pour l’expert, initiatique pour le nouveau venu.

L’ouvrage adresse les enjeux et les aspects que recouvre la gestion de contenu (syndication, workflow, personnalisation, service premier, portail, etc..). Tout ce qui semblait indispensable pour mettre de la viande sur la charpente de l’e-business ante-2001. Pour adresser cela, un volume de taille raisonnable, avec ses 180 pages découpées en 7 chapitres, répartis en 2 parties

La première partie adresse les concepts sur les 100 premières pages en 4 chapitres. Le premier chapitre explore l’échange de valeurs sur 20 pages. L’auteur oppose ce concept à la commodité et développe le concept sur plusieurs axes : recommandation, diversité des produits, qualité des services. C’est intéressant mais assez stratosphérique. Le second chapitre se focalise sur la pertinence des contenus en différenciant les stratégies gratuites (pour attirer les visiteurs avec des informations à jour, du contenu premium qui offre une valeur ajoutée de conseil, d’analyse poussée, etc. Le texte s’appuie sur plusieurs exemples pour illustrer le propos. Toutefois celui-ci manque un peu de vigueur.

Au chapitre 3, l’auteur analyse les différentes catégories d’échange de valeur : promotionnelle, commerciale, orienté contenu et divertissement. La pertinence du propos a pas mal vieilli, spécialement du côté du divertissement où des plateformes telles que Netflix et Spotify ont bouleversé le modèle. L’auteur nous met aussi en garde envers les modèles qu’elle appelle « à dimension unique » qu’elle juge fragiles. Le chapitre 4 adresse la diversité des modèles de revenus : la publicité, la vente directe, la distribution, l’abonnement et la syndication. Là aussi les cartes ont bien changé depuis 20 ans, même si la plupart des modèles restent d’actualité.

Lire la suite

Note de lecture : Enterprise Application Integration, par David S. Linthicium

Note : 4 ; L’EAI pour le manager, plus que pour le développeur.

Cet ouvrage traite essentiellement des aspects stratégiques de l’intégration de systèmes existant. Il est donc dédié essentiellement aux décideurs, ce qui est la cible de la « IT series » d’Addison Wesley. C’est toutefois une belle bête avec ses 350 pages et ses 20 chapitres. Gageons que les CxO ne s’embarrasseront pas de cette lecture, mais que leurs écuyers, à savoir les consultants en management s’y attèleront, du moins pour certains.

Le premier chapitre va s’efforcer de définir l’EAI, mais au niveau de l’architecture IT, en tant que grand hub régulateur de l’anarchie des communications des briques du système, d’abord, ensuite comme régulateur des processus métier. Le focus sur les données au second chapitre est un peu brouillon. On y évoque différentes sources telles que le XML, les données relationnelles ou objet. Le propos tente de se tenir à la frontière entre la technique et le non technique, échouant finalement sur les deux. Le 3ème chapitre parvient mieux à faire le travail, en définissant différents niveaux de services et en abordant quelques standardisations reconnues.

Retour à la confusion au chapitre 4 qui aborde le « method-level EAI », qui se veut une intégration au niveau processus métier. L’auteur nous inonde de technologies que l’on peine à raccorder à ce concept. L’intégration au niveau des interfaces utilisateur est un concept plus facile à appréhender. C’est le sujet du chapitre 5, mais l’auteur ne s’y attarde pas. On voit rapidement les travers de cette approche, aussi je n’en veux pas à l’auteur pour sa brièveté. Le chapitre 6 est bien fait, clair et riche. Il nous propose un « processus EAI », certes à l’ancienne, en 12 étapes toutes clairement définies et expliquées dans les 30 pages de ce chapitre. C’est le point fort de l’ouvrage.

Lire la suite