Note de lecture : Formula X, par Jurriaan Kamer & Rini Van Solingen

Note 8 ; Ce que la formule 1 apprend aux organisations. Passionnant !

Cela fait déjà un petit moment que je réfléchis à la manière dont fonctionne une écurie de formule 1 et à son extrême capacité d’évolution et d’adaptation. C’est bien une partie du thème abordé dans ce livre, et mieux que je n’aurais su le faire.
Le texte est assez court. Il n’occupe que 190 pages d’un livre au moyen format. Le texte est découpé en deux parties inégales. La première est une fable autour de l’entreprise « Kitchen Quick », qui va occuper un peu plus des 150 premières pages. Quand elles sont bien racontées, ces fables sont d’excellents moments de lecture en plus d’être très instructives. C’est bien le cas ici. Plus que « The Goal » ou « The Phoenix Project », le texte me rappelle « The five dysfunctions of a team » de Lencioni.

La trame est assez simple : Kitchen Quick doit réduire ses livraisons de cuisines de 12 semaines à 2 semaines, question de vie ou de mort. Les personnages sont assez bien campés, mention spéciale à Hank Rapid le propriétaire de la marque, très haut en couleurs. Toutefois le caractère des protagonistes n’est pas toujours exploité comme il faut, tout comme certaines anecdotes qui ne sont pas menées à terme. Mais cela ne nuit pas au récit. Celui-ci est structuré en 6 parties, comme un week-end de formule 1 !

La première partie « free practice » campe essentiellement le décor et l’objectif : livrer les cuisines en 2 semaines au lieu de 12. Avec la seconde partie « Qualifying » arrive le FCCG (Full Control Consultants Group) et la mise en place du Total Efficiency Management dont le nom traduit bien l’orientation. L’auteur traduit bien comment cette transition se traduit dans les équipes et dans leurs interactions entre elles.

Lire la suite

Note de lecture : More Agile Testing, par Janet Gregory & Lisa Crispin

Note : 4 ; Pléthorique, mais toujours et encore trop verbeux.

Ce nouvel opus, de prime abord semble avoir pas mal de points communs avec le premier tome. Le plus important est la taille : ici encore il s’agit de 500 pages environ. Plutôt qu’une suite du premier volume, le thème serait plutôt « les auteurs n’ont pas tout dit » ! Si le volume précédent était majoritairement guidé par les cadrans de Brian Marrick, ici l’approche est plus thématique.

Le volume nous propose 25 chapitres, regroupés en 8 parties. La première d’entre-elle, sobrement intitulée « introduction » ne compte que 2 chapitres sur 25 pages. Le premier est consacré aux évolutions des pratiques durant les 10 années qui ont séparé les 2 volumes. Une synthèse juste et plutôt bien faite qui évoque par exemple le test d’applications mobiles ou les pratiques de test d’acceptation. Le second chapitre met un coup de zoom sur l’importance de la culture de l’organisation. C’est un aspect qui avait été peu (ou pas) évoqué précédemment.

La seconde partie « learning for better testing” va regrouper 4 chapitres sur un peu plus de 60 pages. Le chapitre 3 dédié aux rôles et compétences comprend des sujets tels que les profils généralistes versus spécialistes, donc bien sûr une évocation des profils en « I » et en « T » qui m’a toujours semblée un peu bateau et de la pluridisciplinarité. Donc, pas tant de choses nouvelles ou originales au final. Les « thinking skills » évoquées au chapitre m’ont semblées plus intéressantes : la facilitation, l’écoute, la connaissance du domaine pour n’en citer que quelques-uns sont replacés dans le contexte d’une activité de test. Une prose qui pourra s’avérer utile pour le recrutement de vos prochains testeurs.

Lire la suite

Note de lecture : Unit Testing : Principles, Practices and Patterns, par Vladimir Khorikov

Note : 8 ;Des principes et des guidelines très solides pour concevoir les tests unitaires et les tests d’intégration.

Ce n’est pas le premier ouvrage sur les tests unitaires, bien loin s’en faut ! Mais c’est une belle surprise, même si elle bouscule un peu certaines de mes idées établies sur le sujet. Le but de l’auteur est de faire émerger et poser les principes sous-jacents à la pratique des tests unitaires. On pourrait penser que cela peut se contenter d’un mémoire de 50 pages au plus ? Il n’en est rien.

Au niveau du format, le livre rentre dans la moyenne : 270 pages sur 11 chapitres, le tout divisé en 3 parties inégales. . La première d’entre-elle nous dresse le paysage des tests unitaires sur un peu plus de 60 pages incluant 3 chapitres. La finalité des tests unitaires est l’objet des 20 pages du premier chapitre. C’est un début en douceur où est évoqué la question de l’entropie du code, mais où l’auteur s’attaque surtout au mythe de la couverture de code (à juste titre). Dommage que le mutation testing ne soit pas évoqué, ni ici ni plus tard.

Le second chapitre s’attaque à des principes fondamentaux : qu’est-ce qu’un test unitaire ? Une question moins simple qu’il n’y parait. Outre la granularité délimitant le test unitaire des tests d’intégration ou de bout en bout, c’est surtout le choix de l’école de pensée qui est en cause : école de Londres (parfois appelés tests solitaires) ou école classique ou de Chicago (parfois appelés tests sociaux). L’auteur ne fait pas mystère de sa préférence pour l’approcha classique, mais fait un excellent travail pour déterminer comment chaque approcha traite les différents types de dépendances. Le chapitre s’attaque à l’anatomie interne des tests unitaire. Il n’est guère surprenant que l’auteur fasse la promotion du pattern AAA (Arrange, Act, Assert). Il va plus loin en détaillant les bonnes pratiques sur chacun des volets pour améliorer la lisibilité et la maintenabilité des tests, pour ensuite adresser la question de leur paramétrage.

Lire la suite