Note de lecture : Le patron qui ne voulait plus être chef, par Alexandre Gérard

Note : 8 ; Un petit livre explosif qui n’a pourtant l’air de rien !

Il ne paie effectivement pas de mine ce petit ouvrage au format de poche comptant à peine 220 pages. Il comte l’expérience du PDG de Chrono Flex ou plutôt du groupe Innov’On tel qu’il l’est devenu, vu de sa lucarne.

L’ouvrage s’articule en 4 parties et compte au total 17 chapitres. Ces derniers servant surtout à rythmer la lecture. La première partie couvre une cinquantaine de pages, soit 5 chapitres. Cette première partie relate l’histoire personnelle de l’auteur, le dirigeant et créateur de Chrono Flex. C’est haut en couleur, avec de l’échec scolaire gratiné, la création d’une entreprise aux antipodes de ce qu’il pensait faire, une croissance formidable avec l’essaimage d’autres entités… Cette partie nous fait toucher du doigt la personnalité d’Alexandre Gérard où se voient les prémices de la libération, mais dans le même temps une mise en place de structure pyramidale. Jusqu’au moment où tout s’effondre en 2009. Il n’est pas question de faux-semblants dans cette partie ou d’édulcorer la réalité. Cette partie se conclut sur un moment charnière : la révélation avec la rencontre avec Jean-François Zobrist.

La seconde partie Couvre seulement une quarantaine de pages, sur 3 chapitres. C’est au sein de celle-ci que nous est comptée l’histoire de la transformation de Chrono Flex. C’est un long chemin qu’a entamé l’entreprise et son fondateur. Celui-ci a dû travailler sur lui à l’aide d’un coach pour comprendre l’impact de sa posture, puis changer celle-ci. Il a fallu construire un Vision à l’entreprise, une raison d’être, avec tous ses salariés. Puis abandonner les signes de pouvoir, aussi bien externes qu’organisationnels. Ensuite il a fallu lancer des chantiers au niveau de l’organisation et faire émerger des leaders, les « capitaines » de petites entités régionales pendant que les anciens managers allaient devoir se réorienter. Tout cela aidé de coaches et de facilitateurs. C’est le « grand saut en parachute ». Enfin le plus grand saut : Alexandre Gérard a abandonné la barre du navire pour faire le tour du monde avec sa famille durant 1 an ! Une odyssée passionnante que l’auteur nous fait vivre de l’intérieur.

Lire la suite

Note de lecture : L’entreprise libérée, par Isaac Getz

Note : 7 ; De l’entreprise libérée au leadership libérateur : inspirant, mais que de répétitions !

Ce livre, c’est un peu l’after de « Liberté & Cie ». La forme est différente ici, car si l’objectif de l’ouvrage est clair, mettre l’accent sur le « leader libérateur » comme moteur de l’entreprise libérée, ce n’est pas un texte spécifiquement écrit pour ce volume que nous avons là, mais un ensemble de textes et d’articles rassemblés. Si ce point est évoqué, il n’est pas non plus complètement assumé, et l’auteur parvient assez bien à gommer ce point à une exception notable près.

L’ouvrage pèse un peu moins de 480 pages d’une lecture très agréable. Les textes sont regroupés en 7 chapitres. Le premier d’entre-eux concerne le leadership libérateur comme moteur de la libération des entreprises. Ses 90 pages sont les plus intéressantes du livre, à mon avis. L’auteur y revient sur l’histoire de l’entreprise libérée, celle-ci remontant à Bill Gore en 1958, puis Douglas McGregor et d’autres « libérateurs de 1ère génération ». Puis on évoque naturellement les libérateurs de 2ème et 3ème génération. Ce qui forme le cœur de ce chapitre, c’est le profil du « leader libérateur » et les conditions nécessaires pour réussir cette transformation. Et la méthode ? Il n’y a pas de méthode ! Mais il y a la nécessité de définir une réelle finalité de l’entreprise, ce que l’auteur appelle la « vision-rêve ».

Le second chapitre « l’entreprise libérée est une philosophie » nous apporte nettement moins de matière neuve. J’en garde 4 éléments clés : tout d’abord le moment « eurêka » du leader-libérateur, soit de l’admiration ou de l’exaspération (avec une préférence pour le second) et le modèle d’entreprise de McGregor, comme source de motivation intrinsèque. Ensuite, les défis du leader libérateur qui doit se libérer de son égo et partager une vision de son entreprise, et enfin le nécessaire « saut en parachute » qui va rendre inéluctable la démarche.

Lire la suite

Note de lecture : Rupture Douce, saison 01, par Laurent Sarrazin edt.

Note : 3 ; Hétéroclite.

Laurent a invité de nombreux coaches à contribuer à cet ouvrage collectif. Il m’avait d’ailleurs invité également, je me suis contenté du rôle de relecteur. L’objectif était de constituer une grande fresque d’histoire de transitions agiles ou les propos des différents auteurs s’entremêleraient et se répondraient. Cela faisait d’ailleurs partie des contraintes de l’exercice : 3 références vers d’autres histoires.

En pratique, ce fut l’occasion pour nombre de ces coaches de se donner de la visibilité en inscrivant leur nom sur un livre. En soi rien de choquant : se rendre visible fait partie du business, je le fais aussi ! Malheureusement la fresque n’est pas si cohérente qu’on pourrait l’espérer : les histoires n’en sont pas toujours, le propos tourne assez régulièrement à l’auto-publicité dans des textes employant abondamment la première personne. Fort heureusement, la plupart de ces textes font moins de 10 pages, mais certains d’entre eux paraissent beaucoup, beaucoup plus longs ! Il faut dire que certaines productions, et malgré les relectures, manquent franchement de qualité rédactionnelle. C’est même parfois carrément pompeux, Claude Aubry a d’ailleurs haussé la voix lors des relectures à ce sujet.

N’allez pas croire que tout est à jeter. Il y a beaucoup de contributeurs à ce livre, des contributions courtes, je l’ai dit. C’est la bonne nouvelle : on a droit à beaucoup de variété et quelques pépites dans le tas. Je pense à Jean-Claude Grosjean et Damien Thouvenin, par exemple. Mais aussi à Axel Villechalane. Véronique Messager est égale à elle-même, mais Claude Aubry est un peu décevant lorsque l’on connaît ses qualités rédactionnelles.

Lire la suite

Note de lecture : Au-delà du management, par Robert Townsend

Note : 6 ; Le testament d’un manager libérateur

Le moins que l’on puisse dire est que ce titre n’est pas nouveau. Il est un peu revenu sur le devant de la scène en étant cité par Isaac Getz dans son « Liberté & Cie ». J’ai donc pris la peine d’ouvrir mon exemplaire dont je dois dire qu’il prenait la poussière depuis un certain nombre d’années. Exemplaire très particulier par ailleurs, car il s’agit d’une édition réalisée par ADP-GSI, qu’évoque justement Isaac Getz dans son best-seller !

Pas de chapitres à ce livre, les quelques 200 pages du texte sont consacrées à une énumération de l’écosystème de l’entreprise… alphabétiquement ! Un propos très direct, souvent rugueux et assurément sans complaisance ! Les idées de Robert Townsend, qui en son temps redressa Avis, tournent autour des personnes, et du rôle des managers en ce qui concerne le leadership (autorité et leadership). Dans le même ordre d’idées, il compare les descriptions de poste qui enferment les employés à des « camisoles de force ». Il voue aussi une grande admiration aux secrétaires.

Lire la suite

Note de lecture : Liberté & Cie, par Isaac Getz & Brian M. Carney

Note : 9 ; Les nouveaux horizons de l’entreprise de demain : celle qui passe de la culture du « comment » à celle du « pourquoi ». Une lecture indispensable !

J’avais déjà beaucoup entendu parler de ce livre avant même de l’ouvrir, il nous interpelle sur la possibilité de faire vivre une entreprise « autrement ». Cet ouvrage est aussi le fruit d’un véritable travail de recherche et d’enquête, où les auteurs ont recherché, analysé et interviewé dirigeants et salariés de ces entreprises « libérées ». Les entreprises sur lesquelles le texte met l’accent sont situées en France, aux Etats-Unis, en Suède… En fait elles sont plus nombreuses que celles évoquées dans le texte, mais il n’aurait pas été possible de les exposer toutes correctement dans un ouvrage.

Ce qui caractérise toutes ces entreprises est au départ une impulsion du chef d’entreprise, une volonté de faire cesser la culture du « comment » pour passer à celle du « pourquoi », de donner la lattitude aux salariés de prendre toutes les décisions et les initiatives nécessaires à l’execution de leur travail, en retirant de la chaine le management « commande & contrôle », y compris le chef d’entreprse lui-même. Ce dernier devient alors le gardien de la vision et de la culture. Un rôle moins simple qu’il n’y paraît, sans compter la difficulté de ne pas interférer !

Lire la suite

Beyond Budgeting, avec Bjarte Borgsnes

En ce début Avril, le Lean Kanban France nous conviait à une rencontre avec Bjarte Borgsnes, le pape du Beyond Budgeting, si je puis dire. Tout d’abord, je dois saluer l’initiative de Samuel Retière qui a fait l’entremetteur entre le LKFR et la Société Générale pour rendre possible cette rencontre. En effet, Bjarte était en visite à la SG, non seulement il a su tirer parti de l’opportunité pour monter cette rencontre, mais celle-ci a pu être hébergé dans les locaux de la banque.

image

Lire la suite

ScrumDay 2015 : Reinventing organizations, avec M. Sahota et O. Lewitz

Cette session, co-animée par Olaf Lewitz et Michael Sahota se voulait un workshop. Moins workshop que je ne m’y attendais toutefois, cat on était plutôt dans le 80% « lecture » et le 20% « workshop »… dans le meilleurs des cas !

Qu’importe, il me tardait de participer à une session menée par deux personnes qui je suis par leurs publications depuis quelque temps. Ici toutefois, la session ne s’articulait pas autour des écrits de l’un des deux conférenciers, mais autour du texte de Frédéric Laloux : Reinventing Organizations.

image

Lire la suite