Rendez-vous à l’Agile Vendée !

C’est toujours un grand plaisir d’assister à la naissance d’un mouvement local de notre communauté agile. En ce mois de Juin, c’est la vendée qui va poser la première pierre de sa communauté.

J’y serais, avec un plaisir d’autant plus grand que l’équipe organisatrice compte des personnes que j’apprécie vraiment beaucoup !

Pour vous inscrire ou vous régaler du programme, c’est ici !

Rendez-vous à l’Agile Vendée !

Des Ressources Humaines au Capital Humain avec l’agilité

Tel que nous les vivons aujourd’hui, la gestion des ressources humaines et l’état d’esprit agile ne semblent pas fait pour se marier ensemble. Mais c’est bien de cela que nous a parlé Jas Chong lors de ce Meetup organisé par Agilebee. J’avais rencontré Jas Chong il y a peu, lors de l’open-space du Scrum Day.

Aujourd’hui c’est le retour d’expérience d’une transition qu’elle évoque avec nous.

image

Jas a passé pas mal de temps à nous camper le contexte. Pour ma part, je vais faire beaucoup plus court : il s’agit d’une transformation digitale dans le domaine du voyage. Une transformation qui passe par l’agilité et la rationalisation de l’organisation des développements à l’échelle internationnale ! C’est là que Jas intervient.

Rationaliser l’organisation

Cette rationalisation passe par la création de « centres d’excellence », transverses aux DSI des différents pays. Conséquence logique, elle passe aussi par une standardisation technologique globale : le passage global à Java (donc le basculement d’équipes .NET à Java) en est l’aspect marquant. En pratique cela se traduira par de grandes transumances de personnels vers les centres d’expertises par sujet, déplacements qui devront s’opérer par pays. On voit déjà que l’on tient là un sujet complexe du point de vue ressources humaines !

Personnellement je note l’aspect en fait très peu agile de cette stratégie : la rationalisation globale et la standardisation « top down » n’empruntent pas grand chose des valeurs de l’agilité.

  • La globalisation éloigne fournisseur et client.
  • La standardisation se fait au détriment de la variété qui est souvent source de création. Elle génère aussi des évolutions par rupture qui empêchent l’adoption de nouvelles technologies : si l’on standardise sur Java, comment faire émerger des essais avec Scala ? Où verra-t-on éclore des projets essayant de nouvelles architectures applicatives ?

Le challenge est évidemment élevé. Très élevé !

Une transformation par sprints

Même lorsque les changements envisagés sont importants, il n’est pas nécessaire de procéder en « big bang ». En l’occurrence, il aura fallu compter 4 itérations de 3 semaines pour y parvenir. Quelques clés pour cela :

  • Conduire la formation des équipes par agrégation autour d’un « product lead ».
  • Ne pas négliger le volet opérations.
  • Le choix d’un Scrum Master qui est un Agile Project Management, avec une expérience du domaine métier.
  • Intégrer l’aspect « team building » ; en fait il y a deux aspects : le team building social et le team building travail.
  • L’engagement des équipes n’est possibles que si une orientation claire est définie et qu’il y a une sécurisation de la relation par rapport à l’employeur. C’est le rôle du contrat de travail, notre prochain sujet.
image

De l’usage de la fiche de poste

Le contrat de travail est nécessaire, et dans le cas présent complexe car on déplace du personnel entre pays, avec des legislations différentes.

Mais laissons de côté la partie contractuelle qui est un peu hors de notre propos. En préambule du contrat, il y a la fiche de poste. Celle-ci est importante. Tellement importante qu’elle entre dans ce que Jas appelle le « total talent management ». Cette fiche de poste ne concerne pas seulement les recrutement, mais les prestataires et les sous-traitants et également les transferts de poste en interne.

La fiche de poste agile est simple et réduite. Celle de Jas fait quand même 2 pages, pas vraiment ce que j’appelle « simple et réduite ». son contenu :

  • Purpose (finalité)
  • Accountability (responsabilités)
  • Skills (compétences). Cette partie est assez sommaire, ce n’est pas la plus importante de la fiche de poste !

Pour l’instant, je m’y retrouve ! Cela fait déjà un bout de temps que je n’accorde guère d’importance au diplôme et un intérêt assez modéré à la liste des compétences. Je me focalise beaucoup plus sur l’aptitude (ce qui n’est pas la même chose), le potentiel, le savoir-être et la curiosité… Sans doute faudra-t-il que je développe la question un jour prochain

Autre point sur lequel je suis en phase : en fonction du poste à pourvoir, on porte plus d’importance sur certains aspects de la fiche. Au final, on cherchera à avoir une équipe avec des compétences complémentaires. J’ajouterais personnellement : avec des personnalités complémentaires !

Le Sandwiche agile

Travailler en RH dans un environnement agile n’est pas facile. Nous-même (moi-même) voyons le plus souvent les RH comme un obstacle.

L’objectif d’être une RH agile est de devenir un support.
Jas nous propose de nous pencher sur le « Lean RH » dont nous pourrions définir les caractéristiques ainsi :

  • Eviter le gaspillage en externalisant les fonctions sans valeur ajoutée : paie, etc..
  • Faire du recrutement « just in time ».
  • Développer les personnes.

L’approche Lean diffère en certains points de l’approche agile, en fait une approche trop Lean tendrait à devenir non agile…

image

Mais si nous n’apprécions guère les RH, les RH eux-même ne sont pas heureux : réduits à gérer des ressources humaines alors qu’ils souhaiteraient développer le capital humain !

L’agilification des entreprises n’est souvent hélas que partielle, c’est ce que Jas appelle le « sandwich agile »:

  • Au-dessus, la gouvernance : PMO, Finance, RH, etc… ; pas agile !
  • Au milieu, les équipes agiles (ou qui tentent de l’être)
  • Au-dessous, les départements en relation avec les équipes agiles : ventes, acheta, marketing, services, etc..

Ma conclusion

Avant ma conclusion, celle de Jas : cette transition n’est pas une grande réussite. Au niveau de la gouvernance, par exemple, le financement annuel ou la gestion sclérosée de la roadmap sont de très gros handicaps.

image

Pour ma part, j’ai deux sensations :

  • Tout d’abord, le travail de gestion du changement au niveau RH est considérable, car il s’agit bien d’une restructuration massive !
  • D’un autre côté, je n’ai pas l’impression d’avoir appris grand chose. Mes pratiques de recrutement vont déjà en ce sens, par exemple. Et je n’ai pas d’éléments de reflexion pour une RH 2.0 qui changerai vraiment la donne…

Pour terminer, voilà le support de présentation de Jas.

Merci aussi à Régis pour le lien sur la vidéo de Laurence Vanhée que je vous recommande !

Agile Game France 2014 en images (4/4)

Dernier volet de notre périple de 3 jours, ce post conclut mon retour sur l’Agile Game France dont vous retrouverez les opus précédents ici, ici et ici.

Rétrospective

Nos scribers sont réellement talentueux, voici ce à quoi ressemble désormais notre fresque

image

Et les voici à l’oeuvre.

image

Certains devant partir tôt, nous n’attendons pas le dernier moment pour nous livrer à une rétrospective de l’évènement. Elle s’effectue en 3 groupes, Jacques facilite le nôtre.

image

On prends très peu de temps, juste ce qu’il faut pour identifier un point d’amélioration.

image

La restitution se déroule tout aussi rapidement.

image

Tombola

Toujours dans le thème “je conclue l’Agile Games France en beauté”, il y avait une petite tombola pour gagner des polos. Il n’y en avait pas pour tout le monde ! En fait, il n’y en avait que 3 : tailles M, L et XL respectivement. Comme vous pouvez le voir de dos ici.

image

Et les gagnants sont : Alfred, Michel et … moi-même ! Le sort m’est généralement défavorable, c’est bien sympa que les choses ait tourné dans le bon sens justement aujourd’hui !

image

Et nous reste juste le temps pour 2 ateliers assez rapide.

Le jeu du Tao

Ce jeu avait été animé hier par Romain Couturier. Il avait été apprécié et une seconde session a eu lieu dans la matinée, mais animé cette fois par des participants de la session précédente. Alfred s’était tout d’abord proposé d’en animer une 3ème session, puis avait finalement décidé de remplacer cela par un retour sur ce jeu. D’abord déçu, j’ai vite compris qu’il ne se sentait pas armé pour une animation.

image

D’ailleurs, le jeu n’en est pas vraiment un, avec un livret qui ressemble plutôt à un annuaire et un contenu plus proche de la psychanalyse de groupe que du bon moment de détente ! Je trouve d’autant plus remarquable la prestation de Romain dont j’ai eu d’excellents echos qui se livrait à cette animation pour la première fois !

image

La chose mérite donc un peu de réflexion avant de s’y lancer tête la première. Tao Village propose des initiations, peut-être à essayer…

The Lean Takeoff

Alfred Almendra s’est donné un gros challenge : illustrer l’amorçage d’un cycle Lean Startup à l’aide d’un jeu ! Le jeu se focalise sur le “fit” entre le problème et la solution et tourne autour de cycles d’expérimentations. En l’état, le jeu ne me semble pas convainquant. Nous avons donné du feedback à Alfred pour lui donner des idées d’évolution.

L’exercice de construire un jeu autour de cette idée me semble vraiment très difficile. Je ne me vois pas relever le challenge. Je ne peux que souhaiter bon courage à Alfred (qui n’en manque pas par ailleurs) pour faire aboutir son idée !

Cloture

Cette 3ème édition d’Agile Game France se conclut maintenant.

image

Mon regret le plus important est d’avoir surtout été consommateur lors de cette édition, ce qui ne me convient guère ! Au départ je voulais présenter la version 2 du Business Value Fail que j’avais développé conjointement avec Yannick Ameur et présenté lors d’un Agile Playground. Mais j’ai été trop occupé pour mener à bien mon projet ! J’ai donc au moins deux objectifs pour l’an prochain (car oui, j’ai bien l’intention d’en être à nouveau !) :

  • Proposer l’animation d’au moins 1 jeu.
  • Mettre en place le Kanban des sessions que nous avons proposé lors de la rétrospective.

Un évènement comme celui-ci, c’est plutôt à la base pour les extravertis. Etant une sorte d’introvertis de compétition (si, si je vous assure), ce ne devrait pas être un lieu où je serais particulièrement à l’aise. Et poutant ! Pourtant, j’en suis ressortis gonflé à bloc avec des idées. Il faut dire que l’évènement garde son caractère bon enfant, détendu et bienveillant. Je ne peux comparer à l’an dernier, mais le lieu se prêtait plutôt bien à nos activités : 2 salles avec l’utilisation du palier, cela nous permettait 5 activités en parallèle, voir plus !

Pour terminer, je me dois de saluer la famille Siber venue au complet. Pas évident de venir avec un enfat en bas âge, mais ils l’ont fait !

image

Et bien entendu un grand bravo et merci aux artisans de cette évènement auto-organisé !

Agile Game France 2014 en images (3/4)

Poursuite de notre périple Agile Game France 2014. Les épisodes précédents sont disponibles ici et ici.

Se lever et descendre prendre son petit déjeuner avec la horde des agile gamers, cela vous a des allures de colonies de vacances, croyez-moi !

image

Ice breaking, le retour

On se remet rapidement dans le bain, on regagne notre terrain de jeu.

image

Plutôt qu’une longue description, je vous laisse apprécier (une partie) de l’exercice auquel nous nous sommes livrés ! Désolé, j’ai un peu manqué de réflexe pour en saisir l’intégralité…

Casser la glace, Olivier Soudieux nous a partagé son expérience en la matière photos à l’appuie. Ou comment dégager des centaines de tonnes de glace d’un cargo Turque qui a vogué dans le cercle polaire…

image

getkanban

J’avais eu le plaisir d’en faire une partie lors d’une édition précédente des Valtech Days. C’était avec Laurent Morrisseau. Bien qu’il reste l’une de mes références en la matière, j’ai plus apprécié la partie qui fut dirigé cette fois par Dimitri, probablement parce que faite en milieu moins “stréssé”.

image

Il existe plusieurs jeux kanban, comme Kanbanzine ou le Kanban Pizza Game. Celui-ci est probablement le moins ludique, mais il est très bon pour appréhender tous les aspects de la mécanique Kanban. Il n’est pas facile non plus, car il nécessite que l’on tienne une multitude de comptes et courbes (d’où la nécessité d’être plusieurs).

image

Il faut compter 2 heures pour une partie, bien que je trouve l’aspect “temps contraint” un peu inutile. Par contre jouer à deux équipes, donc deux plateaux ajoute réellement au fun !

Bref, on peut dire que c’est adopté en ce qui me concerne !

En attendant l’heure du déjeuner…

Bien qu’il nous reste encore une demie-journée, on sent l’energie se tarir (on a aussi une semaine de boulot dans les jambes, non ?). Pendant que certains s’acharnent sur des jeux que je n’identifie pas…

image

… de mon côté j’opte pour un “Agile oops !”. Je ne pense pas qu’il ait de vertus pédagogique, mais ça détend bien ! Je ne pense pas qu’il ait de vertus pédagogique, mais ça détend bien. Il s’agit d’une adaptation du “Tabou” où l’on peut mimer, décrire (mais sans utiliser une liste de mots précise) ou dessiner des mots liés à l’agilité … ou à l’anti-agilité.

image

Et le déjeuner enfin

C’est la pause. Ce moment de détente vous est offert par Software Freethinker !

image

Il ne reste que la dernière ligne droite devant nous. En l’attendant, vous pouvez vous nourrir des autres posts produits sur l’évènement.

Les autres billets

Je complète ici la liste des liens vers les différents posts sur cet évènement.

Agile Game France 2014 en images (2/4)

Reprise de début d’après-midi

Nous nous étions quitté sur la pause de mi-journée, en ce premier jour du 3ème Agile Game France. La reprise en début d’après-midi est toujours un peu compliquée. Un petit “SOS Titanic” pour se remettre dans le rythme ! Cette fois-ci, je suis spectateur.

image

Quand je vous dit que l’on partage pas mal de chaleur humaine !

Fearless journey

Yann Poles nous propose ce jeu issu du livre presque éponyme. Je viens juste d’en faire la note de lecture, quelle chance ! Cela permet de débuter calmement l’après-midi.

image

Nous nous sommes limité à une heure de jeu, c’est un peu frustrant car en fait je l’ai trouvé plutôt bien, et l’animation de Yann plutôt cool ! Le jeu s’est avéré mieux que je ne l’avais pensé de prime abord … même si j’ai très largement perdu. Mais compter les points n’est clairement pas le but de la partie. Définitivement : à essayer.

Interludes

Et pendant ce temps, toujours : d’autres jeux aux quatre coin de l’espace que nous pouvons occuper. D’accord, je n’ai pas noté leurs noms à chaque fois…

image

Dimitri en anime un autre de son côté (toujours pas de nom)

image

Pour contre, j’ai pu participer à cette sorte de téléphone arable dessiné. Je soupçonne que le but était de montrer la dégradation de l’information entre l’idée initiale et l’implémentation finale dans un cycle en cascade ? Manque de bol, le meilleur dessinateur était en bout de chaine, et l’on voit donc des améliorations successives de l’idée initiale qui est non seulement conservée mais mieux représentée en bout de chaine !
Il n’y a pas à dire : le cycle en “V”, c’est de la balle !

image

De son côté, Irène recueille du feedback sur son adaptation d’un jeu de Jurgen Appelo (encore une fois j’ai oublié le nom ; ce doit être l’âge…).

image

Action | Types et MBTI

Frédéric et Fred ont plus ou moins improvisé cet atelier basé sur leur formation Action | Types. Ils y démontraient comment le corps est connecté à l’esprit. Par des interactions parfois curieuses.

image

Ou plus … euh… sans commentaire.

image

L’originalité de ce que Frédéric et Thierry nous proposaient était le raccrochement au modèle MBTI qui, à ma connaissance, ne fait pas partie de l’approche Action | Types au départ !

image

Cette session marathon de plus de 3 heures pouvait aussi se conclure par une session de relaxation. Thierry a franchement donné de sa personne sur ce coup !

image

La crevasse

Bien que le créateur du jeu fut parmi nous, cette “crevasse” présenté la première fois à Agile Game France 2013 s’est jouée sans Olivier Soudieux.

image

Pour ma part, j’avais déjà pu l’expérimenter lors de l’Agile Playground.

image

Fin de journée

Même consacrée aux jeux, cela fait une longue journée. Les discussions autour du repas ont certainement un peu moins d’intensité qu’à midi.

image

Clin d’oeil à Laurent aussi, en passant…

image

Avec Maxence et Agnès, nous parlons adoption du changement et des 36 stratagèmes. J’apprends aussi d’Agnès que le facteur pépondérant d’amélioration qui a été observé expérilmentalement est la conviction des acteurs d’y parvenir ! Voilà qui me donne à réfléchir…

image

Voilà qui clos cette première journée. Je vous retrouve bientôt pour la suite.

Agile Game France 2014 en images (1/4)

J’avais participé à la première édition et fait l’impasse sur la seconde. Mais me voici de retour pour le troisième opus. C’était à Villeurbanne en ce début Février. la formule reste inchangée : 2 jours sur le vendredi et le samedi. Et toujours en mode “auto-organisé”.

image

Ice breaking

Petit échauffement pour notre tribu d’agile gamers, organisé par les Lyonnais : se rassembler par groupe (je vous passe les détails) et deviner une citation. Je vous la livre, car elle donne le ton à ces deux jours :

“On peut apprendre plus d’un homme en une heure de jeu qu’en une année de conversation” – Platon

image

La balle supersonique

Bien qu’il ne soit pas nouveau, je découvre ce jeu, étonnement intéressant malgré sa simplicité (mais la qualité de l’animation importe). Le but est d’améliorer la performance du groupe en se passant une balle, chaque amélioration étant basée sur le constat de la performance précédente. La solution ultime émerge des étapes antérieures, nous n’aurions pu l’imaginer sans les étapes intermédiaires.

image

Le jeu fait apparaitre l’importance des incréments et des améliorations par rapport à la rupture, celle-ci étant toutefois parfois nécessaire. Un bel exercice d’intelligence collective !

Pendant ce temps, d’autres jeux se déroulaient en parallèle dans d’autres salles. Alexis et Alexandre dans l’une d’entre-elle.

image

SOS Titanic

J’avais vu ce jeu de loin lors du Scrum Boat de l’an dernier, sans vraiment comprendre l’objectif des contorsions physiques que j’observais. Le mieux pour comprendre, c’est d’expérimenter !

image

Donc, ce que vous voyez par terre est un sac poubelle qui symbolise un des cannots de sauvetage de Titanic. On doit tous s’entasser dessus, et comble d’infortune, ce cannot est retourné ! C’est une mauvaise nouvelle, car la nourriture est évidemment à l’intérieur. Il va donc falloir retourner ce cannot, tout en restant dessus du fait de la température peu amène de l’eau.

Un jeu que je recommande très fortement à ceux qui sont en recherche de chaleur humaine et d’intimité. Au-delà de cette observation superficielle, cet exercice met en avant la confiance réciproque qu’il nous faut avoir. La surprise est que nous mettons pas mal de temps à la construire, mais qu’elle augmente progressivement, ainsi que notre efficacité !

Pendant ce temps, Jacques et Romain animent un très impressionnant Agile Lego Game !

image

De nombreuses tables, une quantité pharaonique de Lego .. jugez-en

image

Les participants ont même drit à une photo de famille avec leurs oeuvres.

image

Continuous Delivery

Cecilia nous proposait un jeu encore en version beta : l’intégration continue illustrée avec des Lego (oui, encore !). Deux itérations et deux équipes pour ce jeu.

image

La première itération voit les deux équipes opérer séparément et intégrer leurs assemblages à la fin.

Lors de la seconde itération, nous construisons progressivement et intégrons à chaque étape.

image

Pour tout dire, ce jeu n’a pas montré ce que Cécilia espérait, car nous avons pris plus de temps dans la seconde configuration que dans la première. J’estime moi qu’il présente au contraire un intérêt peut-être supérieur : l’intégration continue ne marche pas dans toutes les configurations ! Il faudrait alors modifier le jeu pour le faire en trois étapes…

Et toujours pendant ce temps, d’autres jeux dans d’autres salles ! Ici, c’est Claude Aubry qui met en oeuvre son jeu des bacs. A observer les particicipants, ils semblent plutôt assembler un puzzle…

image

Pause déjeuner

Cette année, nous avions l’opportunité de pouvoir passer 2 jours sans mettre le nez dehors (on ne perd cependant pas grand chose), car on déjeune sur place !

image

C’est bien sûr l’occasion de poursuivre des discussions agiles. Ce midi-là je pouvais discuter avec Thierry Cros avec qui j’ai trop peu l’occasion d’échanger. La discussion a beaucoup tourné autour du craftmanship (où nous partageons les mêmes points de vue) et du rôle du Scrum master dans Scrum (où nos idées divergent).

A bientôt

J’arrête ici pour aujourd’hui. Nous terminerons cette première journée dans un autre post ! En attendant, vous pouvez aller voir les posts de mes petits camarades de jeu :

Carnet de route : Agile Grenoble 2013 en Images (2/2)

Je vous avais laissé à la fin de la pause déjeuner lors de mon précédent post. Nous allons débuter cette seconde moitié d’Agile Grenoble de nouveau dans le grand amphi.

Retour dans le grand amphi

J’ai oublié de vous parler de Jérôme Bourgeon. Il est … magicien ! Il introduira ce début d’après-midi et j’aurais aussi l’occasion de reparler de lui plus tard.

AG 13 : Jérôme le magicien (1)

Puisque l’on en est aux animateurs de cette journée, nous ne pouvons pas passer sous silence les organisateurs de cet Agile Grenoble, qui est quand même la plus grande manifestation agile en France ! Ils sont nombreux et nous avaient préparé une petite animation à base de fausses pizzas …

AG 13 : Team Agile Grenoble (3)

La keynote qui suit sera, elle, confiée à Pascal Van Cauwenberghe.

Pascal Van Cauwenberghe : Comment écrire du code legacy plus rapidement

Comme souvent, Pascal nous présente ce qui sera ma session préférée de cet Agile Grenoble. Ca fait aussi parfois un peu mal, car l’orateur ne fait pas trop de concessions.

AG 13 : Keynote de Pascal Van Cauwenberghe (1)

Outre le sens toujours aiguë de l’auto-dérision de l’agiliste Belge, on voit aussi de nouveau apparaitre nos Scribers prêts à l’action, chacun indépendamment d’un côté de la scène !

AG 13 : Keynote de Pascal Van Cauwenberghe, le scribing (1)

Il est surprenant de voir à quel point les résultats obtenus sont différents. Ils me laissent néanmoins toujours admiratifs

AG 13 : Keynote de Pascal Van Cauwenberghe, le scribing (2)

Revenons à la session de Pascal.

En bref, cette session est de “techniques” pour dégrader le code plus rapidement ! Le tout découpé en 4 catégories.

Pour le développeur : travaillez votre talent sur la dette technique !

Soyons clairs : ce que l’on nomme avec pudeur “dette technique” n’est ni plus ni moins que du code pourri ! Quelques techniques (sournoises) pour progresser (ou régresser, selon votre point de vue) en ce sens :

  • IDD ou “if driven développement” : J’ai un nouveau cas à prendre en compte ? Hop ! Un nouveau if, un nouveau cas spécifique … plutôt que de généraliser !
  • Des commentaires pour leurrer : Il suffit d’écrire une intention en commentaire et ne pas la respecter lors de l’écriture du code. Mais le plus souvent le commentaire devient simplement obsolète en n’étant pas mis à jour lors du “bug fixe”.
  • Du refactoring qui rend le code plus mauvais ! Là aussi à l’occasion de multiples bug fixes…
  • Désactiver les tests qui échouent (on les corrigera au prochain sprint). Evidemment, ce n’est jamais corrigé car il y a toujours mieux à faire…
  • Les tests sont une perte de temps : il y a du code à développer … mais comment sait-on qu’il marche ?
  • Le framework du jour. Ou comment faire sombrer un projet sous le poids des bibliothèques que l’on a envie d’essayer…
  • La collaboration c’est pour les nuls ! Et chacun bosse dans son coin en développant ses trucs de sioux qui nous font paraitre tellement plus intelligents…

Des techniques pour les testeurs

  • La loi de Pascal : La qualité du code est inversement proportionnelle à la taille de l’équipe de test ! Quand on est blindé par une équipe de test, pourquoi produire du code de qualité ? La solution ? Retirer l’équipe de test !
  • Ajouter la qualité en testant ! Bien entendu, les tests ne font jamais progresser la qualité.
  • Semer la confusion sur “la qualité”. Chacun peut interpréter “qualité” comme il l’entend. Mais quelle type de “qualité” attend-t-on en fait ?

Des techniques aussi pour le PO et les managers !

  • Je veux tout ! Le meilleur moyen d’avoir du travail bâclé en abdiquant ses responsabilités.
  • C’est pas ça ! … ou le syndrome du PO distant. Un rôle bien confortable, où l’on se désengage du produit en rejetant la faute sur ceux “qui ne comprennent pas”.
  • C’est trop cher ! Essayer de faire “une bonne affaire” en rentrant dans une logique de négociation … ça se paie toujours à un moment ou à un autre !

Des techniques pour les managers, coaches, etc.

  • Protéger l’équipe. Malgré ce que dit Scrum, ce n’est pas une si bonne idée. L’équipe doit être au diapason des problèmes, des mécontentements, etc.
  • Isoler l’équipe. C’est le syndrome extrême. Les développeurs travaillent sans appréhender les utilisateurs.
  • Optimiser le développement de bugs avec une équipe de maintenance. Ou comme le dit Pascal : une équipe pour écrire les bugs, l’autre pour les corriger !
  • Obtenir l’engagement. Très bien pour mettre l’équipe au pied du mur et obtenir l’un des 3 résultats suivants :
  • Hacking de fin de sprint.
  • Presque done. Un travers dont j’avais déjà parlé.
  • Mentir sur sa vélocité pour garder un matelas de secours.

Ne pas suivre ses propres règles. Rétrospectives sans résultat. Pas la peine de faire croire que l’on va s’améliorer si l’on ne fait rien. Réécriture complète. Le genre de projet qui n’aboutit jamais … et peut même faire couler une boite !

L’énoncé des symptômes fait plutôt mal, surtout si l’on considère que j’ai bien eu au moins l’un d’entre-eux sur la plupart de mes projets ! Mais cela fait réflechir aussi pour m’aider à être plus exigeant. Merci Pascal !

Et pendant ce temps, chez Zenika …

Je l’avais évoqué, Zenika était sponsor de l’évènement. Nous avions donc un stand pour nous représenter.

AG13 : vue d'ensemble lors de la pause déjeuner (14)

Avec la présence active d’Hervé Jacob, notre directeur d’agence sur Lyon.

AG13 : Hervé Jacob

Et Christophe Campan en complément de la fine équipe.

AG13 : Christophe Campan au travail

Etre sponsor d’un évènement, est une expérience nouvelle pour moi. C’est juste la seconde fois après Rennes. Nous pouvons nous améliorer à cet égard (car on peut de toute façon toujours s’améliorer). Nous aimerions essayer de courtes animations agiles autour de notre stand. A réflechir et essayer pour les prochaines fois.

Service IT Agile, agilité managériale, agilité entrepreneuriale ? Par Michel Cezon

J’aurais voulu m’essayer au Visual Thinking, mais hélas la session a débuté avant l’heure avec une audience au complet ! Je me suis donc rabattu sur cette session.

L’introduction est un peu longue à mon goût : qu’est-ce que l’agilité, etc. Et même le manifeste agile ! C’est presque 20 minutes qu’il faut patienter pour en arriver au coeur du sujet !

AG 13 : La manager agile (3)

Le coeur du sujet, en l’occurrence, c’est la définition du manager agile selon Jérôme Barrand. Selon ce modèle (dont il serait beaucoup dire que je l’adopte) il y a 4 principes de base de l’agilité :

  • L’effisens (c’est un mot ?) : donner du sens, responsabiliser et optimiser la performance organisationnelle. Même si j’adopte certaines parties, cela fait un peu fourre-tout et je perçois mal la corrélation entre ces 3 éléments…
  • Coopération. Un classique. J’achète.
  • Anticipation : prévoir des plans d’action. Pourquoi pas, mais en quoi est-ce lié à l’agilité ?
  • Innovation : Mais pourquoi “avec parcimonie” et je ne vois pas le rapport avec la “performance durable”.

N’étant pas spécialement ébloui par les 4 principes agiles, voyons les 6 comportements, qui sont liés à 3 des 4 principes agiles :

  • Coopération
  • Empathie systémique : c’est favoriser la performance collective. On est d’accord !
  • Synchronisation : Agir pour ne pas bloquer la situation. Un bon sens que j’approuve.

Anticipation

  • Intelligence de situation : On en a plein la bouche, mais cela signifie simplement agir en fonction des informations disponibles. Je ne peut qu’abonder mais aussi remarquer que c’est pratiquement l’inverse de l’anticipation !
  • Proaction : Mettre en place une analyse des risque, des plans d’actions, bref tous les machins pas agiles. Et oui, là c’est bien de l’anticipation.

Innovation

  • Rebellion constructive : J’aime bien cette expression. Et en gros, c’est “sortir du cadre”.
  • Pédagogie relationnelle : agir comme un leader qui donne du sens correspond bien à ma vision des choses. J’aurais bien classé cela dans “effisens”.

Dans ce modèle de management agile, les outils du manager se classent en 2 catégories :

  • Les outils liés à la structure de personnalité. Ici on utilise surtout la Process Com.
  • La perception de l’environnement en utilisant un radar type “Agile Profile” avec une détermination en mode normal et en mode “sous pression”.

Le dernière partie avait trait à l’entreprenariat. Je vous laisse regarder les slides, mais je ne m’étendrais pas dessus, là moins qu’ailleurs, le propos me convainc.

Bref, assez déçu par cette session qui n’aura eu d’intérêt pour moi que l’évocation du modèle de Jérôme Barrand dont Véronique Messager avait parlé dans son ouvrage sur le coaching Agile. Je ne pense pas encore prendre ma carte du fan-club…

Petit break de l’après-midi

A Agile Grenoble, c’est café et boissons toute la journée. Mais aussi tours de magie à l’occasion !

AG 13 : Tour de magie (7)

Un impromptu drôle et réussi ! Finalement, je vais d’ailleurs rester avec Jérôme Bourgeon sur le créneau suivant.

Petits conseils aux orateurs, par Jérôme Bourgeon

Notre magicien de service est un artiste de scène chevronné et il nous fait partager quelques conseils à propos de nos prestations de présentateurs.

AG 13 : L'art de présenter sur scène

Première règle : Y’a pas de règle ! Bon, ça commence bien… 

L’espace de scène est en gros divisé en 6 :

  • Horizontalement : gauche, milieu, droite ; on entre à gauche, on s’arrête au milieu. A la fin, on sort par la droite. Sauf Steve Jobs qui fait l’inverse.
  • En profondeur : l’avant-scène permet de prendre une position dominante pour faire passer des idées, tandis que l’arrière scène permet au public de souffler, pour faire réfléchir.

Il faut se déplacer sur scène pour éviter la monotonie, mais ne JAMAIS tourner le dos au public ! La monotonie, c’est aussi faire attention à ne pas parler d’une voie monocorde ou ne pas agacer l’assistance avec des tics corporels (aka “la savonnette”, le “mal de mer”, etc.). D’ailleurs, si on doit présenter le matin, il faut penser à chauffer sa voie (je ne savais pas cela…).

Pour une présentation longue, on ne peut (ni ne doit) garder le même niveau d’énergie. Surtout pour un moment crucial, il faut faire monter la sauce, donc, comme dit Jérôme, “gérer sa chiantitude” !

Ah ! Il y a un point sur lequel j’ai bon, de toute évidence : penser à se créer une identité visuelle. Si vous voyez ce que je veux dire…

Enfin, avant de sortir : penser à remercier !

End of AG13

Il reste encore une session, mais déjà c’est l’heure des premiers départs.

AG 13 : Vestiaire départ (2)

Pas de session non plus pour moi sur ce créneau, surtout parce que je commence à fatiguer. 

Sur le stand Zenika, on plie les gaules, car on va avoir un peu de route pour rentrer sur Lyon (toujours pas de trains pour Paris en départ de Grenoble).

AG 13 : Rangement du stand Zenika

Mais on n’est quand même pas pressés au point de refuser le cocktail de fin offert par les organisateurs, ce serait mal poli. De plus, on va quand même pas rouler à jeun, c’est très déconseillé…

AG 13 : Cocktail (3)

Agile Grenoble, c’est terminé pour cette année. Je suis satisfait de l’accueil fait à ma session. Moins satisfait de moi-même sur mon parcours de session : il y avait beaucoup de sujets de qualité, mais je n’ai pas su bien sélectionner ceux qui me correspondaient. C’est un peu dommage, mais la faute m’en incombe.

Il s’agira de faire mieux l’an prochain : l’ambiance et les échanges étaient géniaux, j’espère revenir. Un grand merci aux organisateurs !

Carnet de Route : Agile Grenoble 2013 en images (1/2)

Agile Grenoble 2013, cela commence par des chutes de neige ! Elles ne sont peut-être pas très conséquentes entre Paris et Lyon…

AG13 : Entre Paris et Lyon

Mais il en va autrement entre Lyon et Grenoble, à tel point que je ne peux poursuivre mon voyage comme prévu le mercredi soir : plus aucun train ne circule ! Pire encore, pas moyen de trouver une chambre d’hôtel, je vais donc loger chez l’habitant !

Here we are

Après un trajet eneigé en voiture au petit matin, nous y sommes. J’y suis moi pour la première fois, à cet Agile Grenoble ! Hop, perception du badge.

AG13 : L'accueil / vestiaire

Et du sac à dos “Agile Grenoble”. Il est réservé aux orateurs, et il est bien mieux que le sac à ds promo standard ! C’est cool !

Dans la foulée, montage du stand Zenika. Au vu des intempéries, on craint le pire en ce qui concerne la fréquentation de l’évènement et surtout la présence des orateurs. Finalement il y aura bien eu quelques absents, mais on ne s’en sort pas trop mal. Idem avec les participants : au total 90 personnes n’auront pu venir. Mais les organisateurs auront eu fort à faire pour réajuster le programme en temps réel !

AG 13 : Le programme definitif

Mot d’ouverture

Le grand amphi du WTC de Grenoble a belle allure. Il autorise les 540 inscrits à cette conférence (la plus grande de France sur l’agilité), même s’il n’est pas totalement rempli aujourd’hui.

AG 13 : Le public à l'ouverture (1)

Le traditionnel mot des organisateurs ouvre ce nouvel opus d’Agile Grenoble.

AG13 : Ouverture de la conférence (1)

Place à la Keynote de Neal Ford !

Keynote de Neal Ford : When geeks leak

Neal Ford est un orateur de très bonne tenue. D’ailleurs il est l’auteur d’un ouvrage sur les patterns de présentation. Toutefois sa prestation du jour ne m’a pas laissé un souvenir impérissable.

AG13 : Keynote du matin avec Neal Ford (2)

Sans doute le propos était-il un peu trop décousu à mon goût, même si Neal Ford est un orateur de premier ordre. Mélant histoire des sciences (avec une prédilection pour Richard Feynman), application des sciences au monde moderne et techniques de présentations, le propos est difficile à syntéthiser ici. Je doute hélas que le support de présentation ci-dessous aide beaucoup : la présentation m’a aussi aidé à comprendre la différence entre un support de présentation et un “info deck”. Et ce n’est pas un info deck.

Premier créneau des présentations

J’ai aussi séché le créneau horaire suivant : j’ai pris pour habitude de passer l’heure précédent mes présentations à passer en revue celle-ci, afin de me remémorer l’ordre de passage de mes slides, la teneur de mon propos et surtout les transitions entre eux. C’était d’autant plus important aujourd’hui que je n’avais pas eu le temps de faire ne serait-ce qu’une répétition !
Le hall se vide, on n’y croise plus que les organisateurs qui profitent de ce moment de répis pour souffler…

AG13 : Les organisateurs

Users stories … what else ?

C’est mon tour de passer sur scène. On m’avait réservé une salle pouvant contenir 55 personnes. Finalement il faudra rajouter des chaises, des personnes resteront debout, d’autres finiront par terre. On était plutôt aux alentours de 70, sans compter celles qui feront demi-tour, rebutées par la foule ayant investi le lieu !

UG 13 : L'assistance lors de ma session "user stories, what else ?"

Je posterai bientôt mon support de présentation. Et plus tard, si j’ai le courage, cette présentation sous forme d’article. Mon but était d’éveiller l’intérêt des Product Owners envers les techniques de structuration et de recueil des besoin et aussi aux sujets annexes : vision, stratégie, marketing, etc… Je souhaitais aussi vérifier si l’approche consistant à venir étayer le métier de PO avec le corpus de connaissance de l’ingénierie des exigences et autres domaines non familiers des agilistes attirait l’intérêt. C’est ce qu’il me semble au vu des réactions très positives. Il va bientôt falloir enclencher la seconde étape !

Pause déjeuner

L’heure du repas arrive et l’espace centrale est rapidement envahi de tables où l’on déjeune en échangeant sur ce début de conférence. Les cartons-déjeuner sont très pratiques, je dois dire !

AG 13 : vue d'ensemble lors de la pause déjeuner (1)

Du côté de l’espace partenaires, on peut opter pour un mange-debout.

AG 13 : vue d'ensemble lors de la pause déjeuner (3)

J’opterais moi-même pour cette solution pour déjeuner en compagnie de Caroline Damour-Nobi et Pascal Van Cauwenberghe. Ah oui : nous avons aussi reçu la visite des hommes invisibles pendant notre déjeuner !

AG 13 : Les scribers (2)

Les scribers !

Peu de personnes étaient au courant du hacking planifié par Romain Couturier et Jacques Couvreur. Je crois même que j’étais le seul à être au courant avant le début de la conférence. Romain et Jacques sont des “scribers” très talentueux : Ils prennent toutes leurs notes sous forme graphique. Ils ont eu la fantastique idée de se balader dans la conférence ainsi équipés en hommes-sandwiches, scribant à tour de rôle l’un sur l’autre les conversations qu’ils écoutaient en tant qu’hommes invisibles !

AG 13 : Les scribers (4)

Ils poursuivront cet exercice durant les sessions. C’était leur première tentative. Il y a fort à parier que nous les reverront dans cet équipage lors de prochaines manifestations ! Pour ce premier essai, Alexandre Boutin n’était pas du tout au courant, il a été aussi surpris que les autres (sauf moi).

AG 13 : Alex Boutin et les scribers

Un grand merci à Romain et Jacques pour cette animation vraiment différente et d’excellente qualité !

AG 13 : Les scribers (8)

Passer à la suite…

La pause déjeuner touche à sa fin.

AG13 : Gros plan lors de la pause déjeuner (11)

Vous êtes peut-être un peu déçu, car j’accorde souvent bien plus de place pour parler des sessions ?

Je vais essayer d’un peu me rattraper lors de mon prochain post !