ScrumBeer d’Avril

La ScrumBeer, c’est un peu le freestyle du Scrum User Group. Petit rappel subliminal sur notre dernier rassemblement Parisien afin d’envoyer un signal subliminal pour la rentrée !

Agilité et formule 1

Une ScrumBeer apporte souvent son lot de discussion surprenante. Ces soir-là j’ai eu l’opportunité d’apprendre des choses passionnantes sur Renault F1.

image

Lire la suite

Publicités

ScrumBeer de Septembre : Histoire sans paroles…

Je rate rarement une Scrumbeer. Il faut vraiment qu’il y ait un empêchement pour cela. Cela a bien failli être le cas ce 25 Septembre, à cause d’une collision de date avec le meetup Product Tank, comme cela arrive bien trop souvent…

C’est donc tranquillement à 21h30 je me suis joins à notre petit groupe d’habitués. Auquel fort heureusement se joignent à chaque fois quelques nouveaux venus !

image

C’est Au Fut et à Mesure qui nous avions rendez-vous. Une idée originale, dans un lieu au concept très « tendance » ! Mais aussi hélas à la musique bien trop forte.

Lire la suite

Foot ou ScrumBeer, il faut choisir !

De toute évidence, nous étions un petit nombre a avoir choisi ! Et pour une fois (ceci impliquant cela) nous avons presque atteint la parité hommes-femmes ! Cela dit, en se rendant dans un pub, il restait improbable que nous puissions complètement échapper à une retransmission de la coupe du monde !

image

De nouvelles têtes et des têtes connues, comme d’habitude dirais-je. Je ne vais pas m’étaler sur nos conversations, car contrairement à l’accoutumée, nous nous sommes livrés à quelques activités.

Le noeud humain

Régis nous a convié à l’exercice du noeud humain. D’accord, j’ai déclaré forfait en prétextant mon poignet encore fragile. J’en profite pour prendre des photos (bien entendu) et voir une vue d’ensemble, bien que je n’ai pas suivi les différentes phases !

Bref, on commence par former une chaine « nouée »…

image

Ensuite on doit s’efforcer de se dénouer.

image

Soit en s’auto-organisant, soit sous les directives d’un manager !

Et un marshmallow, un !

Comme nous étions en forme, Arnaud nous a proposé un petit Marshmallow challenge. Deux constructions en compétition. L’une a gagné.

image

L’autre a … moins réussi !

image

Encore une petite dernière ?

Oui, en principe c’est bientôt le break de l’été. S’il fait beau début Juillet (nous n’avons pas tellement de chance de ce côté depuis quelques années), nous pourrons peut-être organiser un petit « Scrum Picnic » pour conclure dignement cette année…

ScrumBeer de Mai, la rançon du succès !

Au fil du temps, nous avons pris quelques habitudes liées à l’organisation. Par exemple, on sait que des inscrits à la ScrumBeer, seuls 25% des inscrits viendront.

Mais le sait-on vraiment ? Car ce soir-là, ce furent près de 20 agilistes de tout poil qui sont venus envahir notre lieu de libation !

image

Ce lieu de libation, il fallait le mériter pour y arriver. Il se déroulait au même endroit une sorte de « speed dating professionnel » dans le domaine de la finance. Un jeune homme sapé comme l’as de pique tenait absolument à m’épingler un badge. Vainement. Je suis parvenu à y échapper !

Bien sûr, on a un peu parlé du ScrumDay qui s’est déroulé quelques jours avant. juste un peu finalement, moins que ce que j’aurais pensé. Comme souvent on finit par discuter en petits groupes.

S’améliorer avec le Lean

Avec David et Margerie, nous avons beaucoup parlé amélioration continue. David est un fervent praticien du Lean, donc nous avons nécessairement évoqué les pratiques Kaisen. Ca tombe bien, je suis en train de mettre en place des A3 en ce moment même.

Au centre du processus d’amélioration se trouve le cycle DMAIC (ou le PDCA, mais ce sont en gros les mêmes concepts).

image

En fonction de la situation, on peut utiliser les Toyota Kata pour les petites améliorations quotidiennes, ou le A3 pour les actions plus en profondeur. Le point de départ essentiel est de partir d’une mesure afin de factualiser le problème et bien sûr d’envisager un gain. Contrairement à ce que je pensais (et qui me posais problème), il n’est pas indispensable de fixer un objectif dès le départ. C’était une source de difficulté pur moi…

Bière suivante !

Encore une fois, je quitte ce ScrumBeer avec des reflexions et des sources d’inspiration ! Cette fois, c’est sur le « Toyota Kata » que je vais devrais me pencher (sans compter améliorer ma compréhension du A3…).

Cette fois, cette ScrumBeer exceptionnellement surpeuplée m’a fait expérimenter le mode stand-up .. il marche bien, ma fois. C’est un peu comme si nous avions été à un cocktail (il y avait d’ailleurs des Mojitos en plus des bières). J’espère que nous pourrons encore caler une petite ScrumBeer en Juin pour boucler l’année .. et le Scrum Picnic début Juillet, que nous n’avions pu faire l’an dernier pour cause de mauvais temps !

ScrumBeer de Mars (en images)

Cela aurait dû être une ScrumBeer de Février, mais une collision de dates avec l’Agile Playground en a décidé autrement. C’est donc début Mars que nous nous sommes retrouvés en petit comité d’agilistes !

C’est dans un bar faisant la place belle aux jeux (et à la bière, bien sûr) que nous nous sommes retrouvés.

image

Outre nos discussions de comptoir habituelles, Arnaud nous proposait d’apporter notre contribution aux revues des propositions du ScrumDay 2014.

J’ai dit : le ScrumDay 2014 !

image

Après une rapide selection initiale, revue des propositions en binômes.

image

J’ai eu le plaisir de me livrer à l’exercice avec Pablo Pernot dont je dois dire que je le croise trop peu souvent !

image

L’exercice est intéressant, mais je le vois plutôt dans ce contexte comme une agréable récréation. J’espère que le comité de sélection ne regardera pas le résultat de nos cogitations de manière trop appuyée, d’autant que le filtrage initial a été particulièrement arbitraire !

Il faut un peu varier les plaisirs lors de nos rencontres. Mais pas trop quand même : les discussions, le p’tit verre de rouge ou la bière et la charcuterie, ça reste notre fond de commerce !

image

Scrum Galette 2014

La Scrum Galette, c’est la variante de la Scrum Beer de début d’année où l’on partage la Galette des Rois. J’avais “subtilement” suggéré à Arnaud d’organiser la chose en m’engageant à participer à l’achat desdites galettes.
Je ne savais pas que cela allait m’occasionner la première grosse galère de ce début d’année : entre les problèmes de transports, un voyageur malade bloquant le traffic métro, d’interminables escaliers et une adresse de pâtisserie erronée, mon périple allait me coûter 2h30 et un quasi-arêt cardiaque 🙂
J’arrivais donc avec tranquilement 1h20 de retard, mais avec ma galette !

image

Small Talks

Comme toujours, ces discussions en petits groupes sont passionnantes ! Bien entendu, nous avons évoqué le Scrum Day 2014 qui aura lieu cette année à Disneyland.

D’un point de vue plus personnel, cela m’a permis d’échanger avec Jean-Baptiste que je croisais de loin depuis un certain temps sans avoir fait connaissance. L’occasion d’évoquer l’agilité dans la communauté PHP et l’affinité (ou la non affinité) de certaines communautés techniques avec l’agilité… On a parlé technique aussi avec les bases NoSQL. Car si on se demande si certaines technologies sont plus “agile compatibles” que d’autres, la réponse est hélas : oui !

image

L’agilité et les grandes sociétés de service

Autre sujet de grand intérêt : l’agilité et les “grosses boutiques”, vous savez, les Atos, Cap Gemini, Altran, etc. J’avoue mon ignorance à leur sujet : je les croisent peu (un peu plus ces temps-ci, en fait) et elles ne m’ont jamais intéressé. Mais ce sont des acteurs majeurs de l’informatique Française et je ne trouve pas très pertinent de me désintéresser de la question. Avec un avis de l’intérieur, c’est tout de suite plus éclairant.

Je perçois aujourd’hui un discours venant de ces sociétés pour montrer qu’elles existent dans le monde de l’agilité. En vérité, on ne les croisent pas dans la communauté agile, et je pense avoir une bonne connaissance de ce qui s’y passe ! Cela ressemble plus à une tentative d’occuper un terrain grandissant qui ne les intéressent pas vraiment mais qu’ils ne veulent pas voir échapper. C’est un avis subjectif (le mien) dont je dois dire qu’il n’est pas très étayé, hormis l’absence de ces grands noms des rendez-vous agiles.

La politique de ces grands groupes est complètement orientée aujourd’hui vers des réductions de coûts :

  • Offshoring et Nearshoring
  • Pyramide des âges très évasée vers le bas
  • Focus quasi-exclusif sur le taux d’occupation des consultants.
  • Minimum de préoccupation sur la formation et aucune sur le développement personnel.

Autant dire que l’on est très loin de ce qui m’importe ! Et il est aussi certain que de telles orientations ne font pas remonter ces sociétés dans mon estime. Pour autant, ces orientations ne sont pas à considérer comme des souhaits délibérés, mais comme le reflet des orientations du marché.

Je m’explique.

Les grands appels d’offre qui sont le business de ces grandes compagnies sont aujourd’hui, encore et toujours dominés par les forfaits fermés avec cahier des charges en amont, rejet des risques sur le prestataire et recherche du moins-disant. Toujours le même truc stupide depuis des dizaines d’années, ça ne marche pas, ça génère des avenants monstrueux (que ces grosses boutiques savent gérer pour rentrer dans leur mise de fond), quand ça ne finit pas au tribunal.

Les grandes sociétés de service sont complètement adaptées au business qui se présentent à elles. D’où le focus sur la réduction des coûts, la gestion du revenu via le change management au détriement de la qualité et de la satisfaction client. Oh, ces derniers points sont bien évoqués dans les appels d’offre, mais ne rentrent jamais en ligne de compte dans la sélection du prestataire, ils sont donc à juste titre ignorés par les répondants !

Eh oui, la ligne de conduite de ces grandes compagnies ne sont que le signe des temps. Elles s’adaptent au marché.

Notre espoir, qui se concrétise progressivement, est que les institutionnels demandent de plus en plus d’agile, du vrai ! Ce sera alors une mutation à mener pour ces grandes sociétés qui vont courir derrière des clients dont le niveau de maturité est plus élevé et sauront bien jauger ce qu’on leur propose. Cela commence déjà. Nous allons vivre une période intéressante.

Un peu de légèreté pour terminer…

Avec un peu de chance nous pourrons tenir un rythme mensuel pour nos Scrum Beers. J’aimerais bien. Ce sont des moments conviviaux, avec des échanges qui stimulent la réflexion.
Malgré qu’elle soit largement floue (la faute à un éclairage insuffisant), je ne peux résister à terminer sur cette image de Laurence couronnée par Arnaud !

ScrumBeer de Décembre : avec passion !

C’est toujours un grand plaisir de nous retrouver autour d’une boisson houblonnée lors de ces rencontres organisées par Arnaud ! Les évènements du SUG sont certes de belle tenue, mais très espacés dans l’année et les ScrumBeer constitent pour moi le vrai fil rouge de ce user group !

ScrumBeer 11/2013 : la tablée

C’est maintenant une habitude : pas d’agenda, mais des discussions animées et passionnées ! Plusieurs sujets ont donné lieu à débat avec les quelques personnes qui m’entouraient.

Plaisir et professionnalisme

La notion d’envie et de plaisir versus le professionnalisme. Ces notions sont-elles incompatibles ? L’une doit-elle prendre le pas sur l’autre ? De là à parler du modèle Tayloriste, il n’y a qu’un pas ! Ayant lu le “Principles of Scientific Management” il n’y a pas si longtemps (oui, oui, la note de lecture viendra…), il nous fallait recadrer l’inadéquation du modèle par rapport à son usage initial : les postulats de base et le contexte historique.

L’engagement

Voilà une notion qui me met mal à l’aise, à défaut de la rejeter !

Oui à l’engagement consistant à se “considérer à bord” et contribuer à ce qui est nécessaire de faire pour faire avancer le projet sans se planquer derrière un processus.

Non à “l’engagement guet-apens” dans lequel les membres de l’équipe doivent absorber les incertitudes et les inconnus du projet car ils se sont engagés sur une date (avaient-ils le choix de ne pas le faire ?). Cette forme d’auto-mutilation moderne est sensée être cool car auto-consentie, mais n’a pour moi rien d’agile…

ScrumBeer 11/2013 : Arnaud en écoute active

Bien sûr, j’expose ici mon point de vue avec beaucoup de subjectivité. L’important est que ayons pu échanger dessus … avec passion !

ScrumBeer 11/13 : Discussion isolée

Scrum Beer de Septembre

C’est la rentrée pour tout le monde, le SUG ne fait pas exception ! Nous nous sommes retrouvés au Café Livre : sur les 60 inscrits, 10 sont finalement venus. Qu’importe : les personnes présentes sont les bonnes personnes !

Scrum Beer de Septembre

Si vous ne connaissez pas le Café Livre, regardez simplement les photos : les murs sont littéralement couverts de livres ! On y trouve même celui d’Antonio Goncalves sur J2EE !

Scrum Beer de Septembre

Vous voulez un compte-rendu de cette soirée ? Eh bien, je ne l’ai jamais vraiment fait jusqu’ici et apparemment je ne vais commencer aujourd’hui. Il fallait venir !

Pour ma part, j’ai particulièrement apprécié les échanges sur les fondements de ce que nous cherchons à faire. C’est pour cela que je viens aux Scrum Beers, pour échanger avec des personnes qui e donnent à réfléchir.

Scrum Beer de Septembre

Calme et Cosy, un bon endroit pour commencer une année de Scrum.‘aurais l’occasion d’en reparler bientôt !

ScrumBeer de rentrée : Une année French SUG à construire soi-même !

http://www.meetup.com/frenchsug/events/130351452/

L’appel est clair : cette fois, nous viendrons à la Scrum Beer avec un objectif concret en tête : proposer des thèmes et des formules originales pour cette année qui commence. Et pourquoi pas vous y impliquer également ?

ScrumBeer de rentrée : Une année French SUG à construire soi-même !

ScrumBeer de Juin

C’est devenu traditionnel, pour connaitre le nombre de participants à une ScrumBeer, on prends le nombre d’inscrits sur Meetup et on divise par 4 ! Donc nous étions 6. Que croyez-vous que cela nous fasse ?

Eh bien, rien du tout ! Comme on dit à propos des open-spaces : “les personnes qui sont là sont les bonnes personnes”. Il manque juste Yannick sur cette photo, il n’est arrivé qu’après, tant pis pour lui.

scrumBeerJuin-Groupe02

Chaque ScrumBeer nous amène au moins un nouveau venu à l’agilité. Ce soir-là c’était Eric. Nous nous sommes cette fois encore livrés à l’exercice de faire comprendre ce qu’est être agile plutôt que comme faire de l’agile ! C’est toujours un plaisir quand l’auditoire est bon. Peu importe qu’il soit restreint.

Pas d’agenda comme d’habitude à ces soirées (est-ce pour cela que nous sommes peu nombreux ?). Arnaud a commencé par nous montrer les post-it électrostatiques Zapsense. A essayer absolument !

D’ailleurs, on a essayé : On a marqué notre territoire ; c’est nous le French SUG, et on est méchants !

scrumBeerJuin-FrenchSUG01

La discussion a aussi porté sur l’innovation : Agilité et innovation fonctionnent-ils en synergie ou sont-ils antinomiques ? Personnellement je pense que la nature fondamentalement émergente de l’approche agile en fait un moteur naturel de l’agilité. Il parait qu’en peinture, on ne saurait être créatif si l’on sait déjà où on veut arriver … c’est probablement vrai en bien d’autres domaines. J’en suis convaincu concernant notre propre domaine.

Arnaud (encore lui, le traitre) en a lâchement profité pour m’asséner un article sur le sujet que je dois donc lire. Je vous l’assène à mon tour !

Autre sujet qui est venu sur la table : le plaisir au travail. Pour moi, c’est un facteur important, essentiel même. En fait c’est en partie lui qui nous permet de faire du bon travail. Alors si atteindre nos objectifs professionnels et prendre du plaisir sont deux objectifs qui ne convergent pas, quelles décisions devons-nous prendre ?

Je vais clore ce nouveau chapitre des Scrum Beer avec Martine : une habituée des évènements agile sur Bordeaux qui nous a fait le plaisir de se joindre à nous ce soir !

scrumBeerJuin-Martine

A la semaine prochaine, pour le Scrum Boat !