Note de lecture : iWOZ, par Steve Wozniak avec Gina Smith

Note : 5 ; Mémoires d’un ingénieur.

Bien sûr, ce livre est un peu le contrepoint de la biographie de Steve Jobs. Comprendre la naissance d’Apple, c’est comprendre aussi la relation entre ces deux hommes, tout comme comprendre les Beatles, c’est (en partie) comprendre la relation entre McCartney et Lennon ! D’une certaine manière la façon dont chaque biographie est faite est elle-même symptomatique : Steve Jobs a choisi le meilleur biographe afin d’obtenir un ouvrage définitif et mémorable. Steve Wozniak a choisi l’autobiographie, plus modeste mais projetant son propre point de vue sur cette aventure.

Le début du livre, celui où l’on croise Woz enfant, puis adolescent peut nous laisser penser que le personnage est particulièrement prétentieux ! Ces 4 ou 5 premiers chapitres nous permettent non seulement de découvrir le jeune Wozniak, mais aussi de découvrir l’aspect « ingénieur » de Woz : ce qui semble de la vantardise ne l’est pas, il s’agit simplement d’une règle d’analyse objective qui fait partie intégrante de son attitude d’ingénieur.

Un autre sujet revient aussi régulièrement au long de l’ouvrage, un aspect moins connu de la personnalité du co-fondateur d’Apple : le plaisantin. J’avais trouvé la chose évoquée par ailleurs, mais Woz est littéralement prêt à tout pour une bonne blague, même dans les moments les plus importants ou les plus dramatiques !

La technique et la créativité technique prennent un grande part dans le vie de Steve Jobs. Au point que quelques encadrés sont dédiés à des explications techniques et que l’auteur tente de nous faire partager son enthousiasme pour certaines de ses trouvailles, alors qu’il est bien difficile de l’y suivre. Pourtant ces trouvailles sont bel et bien exceptionnelles et ont fait de Wozniak un ingénieur au talent inégalé dans la Silicon Valley à la fin des années 70. Mais pour faire contrepoint au début de l’ouvrage, s’il est fier de ses trouvailles, il n’y a pas vantardise outrée sur celles-ci. Simplement la satisfaction d’une très bonne trouvaille, quand bien même celle-ci ait pu changer la face de l’informatique ! L’Apple II reste pour moi un exemple d’élégance et d’efficacité en matière d’ingénierie électronique inégalé aujourd’hui.

Le but du livre n’est pas vraiment d’être une biographie complète, car tout ce qui est postérieur à la création d’Apple fait l’objet de moins de développement. Il ne parle pratiquement pas de son travail d’enseignant. Je ne suis pas non plus certain qu’elle permette de décoder la relation complexe qui le liait à l’autre Steve…
iWoz n’a pas le souffle épique de la biographie de Steve Jobs, et on n’abordera pas cette lecture pour les mêmes raisons. Mais moi, j’ai bien aimé.

image

Référence complète : iWOZ – Steve Wozniak avec Gina Smith– Globe 2013 (V.O. : iWoz ; W. W. Norton & Co 2006) – ISBN : 978 2 211 21573 2

Harry Potter and the Goblet of Fire (Harry Potter, #4)

https://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/0439139600?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Discours inaugural de la promotion 2005 à Stanford

Steve Jobs était un showman, ce n’est pas un scoop. On a gardé en mémoire ses keynotes et ses présentations produit et la simplicité emprunte de sophistication avec laquelle il les déroulaient.

Pourtant son discours le plus marquant ne ressemble à aucun de ceux-ci. je doute même que les doyens de Standford se soient attendus à ceci lorsqu’ils ont invité le fondateur d’Apple. La biographie de Steve Jobs y fait référence et plutôt que de vous en parler, je vais vous laisser le découvrir.

Le MacIntosh dévoilé : c’était il y a 30 ans !

La machine emblématique d’Apple a fêté ses 30 ans il y a peu.

La présentation officielle du MacIntosh du 25 Janvier 1984 est certainement le moment le plus connu. Mais il fut précédé d’une présentation aux actionnaires un jour avant ! C’est ce que montre cette video, hélas de très mauvaise qualité ! Vous pouvez sauter l’introduction et aller directement vers 36’30 où débute ce qui nous intéresse réellement. Sinon la video visible depuis Techland (dont vous trouverez le lien plus haut) vous donnera un support de meilleure qualité.

Note de lecture : Steve Jobs, par Walter Isaacson

Note : 8 ; L’homme qui pliait le monde à sa propre vision !

Se sachant condamné, Steve Jobs a choisit lui-même son biographe. Il lui fallait le meilleur, et le fait que celui-ci refusa catégoriquement cette proposition n’était pas un élément qui rentrait en ligne de compte pour le créateur d’Apple. Car bien sûr, il finit par accepter. Comme le montre le livre au long de ses 41 chapitres, ce projet est symptomatique du mode de fonctionnement de ce personnage hors norme : ne pas laisser aux autres l’initiative de ce que l’on dirait de lui, s’assurer d’avoir le meilleur afin de sortir la meilleure biographie possible rendant impossible d’en sortir d’autres. Faire ce qu’il faut pour que l’auteur produise le meilleur : carte blanche, aucune censure (en fait Steve Jobs ne lira jamais le livre), libre accès aux documents et aux personnes. Et encore une fois, le résultat atteint des niveaux d’exigence très élevé.

Il s’agit d’une vraie biographie, elle démarre par la rencontre de ses parents naturels, pour se poursuivre par son adoption, son enfance et son adolescence et sa jeunesse tumultueuse qui le conduira à sa rencontre avec Steve Wozniak, aussi différent de Jobs que l’on puisse l’imaginer. La suite est mieux connue dans ses grandes lignes, car bien qu’entrecoupée d’un exode elle est intimement liée à l’histoire d’Apple. En fait, dès les années 80 il déclarait penser que son nom était lié à celui d’Apple quoi qu’il arrive, tout en pensant également qu’il incarnait Apple. L’avenir lui donnera bien sûr raison.

Si le texte suit une trame globalement temporelle, le découpage suit en fait des thèmes recouvrant certaines périodes, comme celles de sa relation avec sa première fille, Lisa Brennan ou l’Apple II, ou l’iPod, etc… Ces tranches de vies se recouvrant, le fil des chapitres se recouvre en partie telles les ardoises d’un toit. Loin d’être déstabilisante, cette approche rend le livre plus captivant, certains événement faisant la liaison entre différents chapitres.

L’auteur a choisit de ne faire aucune concession par rapport à l’image du personnage, mettant en valeur son talent, son génie et son exigence par rapport aux produits qu’il voulait développer tout comme les côtés nettement moins reluisants de sa personnalité « vous avez découvert que je suis un sale con ? Quel scoop ! » comme le rapporte Walter Isaacson sur une conversation entre Steve Jobs et un journaliste. La prose mêle finement l’histoire racontée, les témoignages et l’analyse faite par l’auteur qui encore une fois ne cherche pas à embellir le tableau mais à nous faire comprendre l’homme. Mission accomplie de ce côté, les motifs récurrents du fil de sa vie apparaissent clairement : une quête de perfection dans la simplicité ne s’embarassant ni des « impossibilités techniques » ni des personnes avec qui il devait ou aurait pu collaborer, la volonté de marier art et technologie en gérant l’expérience utilisateur de bout en bout en n’acceptant aucune concession.

Steve Jobs n’est pas un créateur. Ou s’il en est un, sa réelle création est Apple. Mais il faisait travailler des créateurs et les guidait ou les fustigeait la plupart du temps suivant la voie qu’il voulait suivre exigeant toujours plus, plus beau, plus simple et élégant. Enfanter les projets auxquels il croyait justifiait tous les sacrifices y compris et surtout ceux de sa relation aux autres. Ainsi le texte lève le voile sur ses relations avec Steve Wozniak, John Sculey et de nombreux autres. Il nous permet de comprendre ce qui l’a entrainé dans l’aventure Pixar.

Cette biographie se lit comme un roman, liant le parcours privé et le parcours public. De nombreux témoignages viennent compléter le propos sans l’alourdir. La dernière partie du livre voit la fin du créateur d’Apple approcher et le texte est plus empreint de nostalgie

En grand manipulateur, Jobs voulait être maître de sa biographie, qu’elle soit définitive et n’en permette pas d’autre. Apparemment, il a encore et une dernière fois réussi.

steve-jobs

Référence complète : Steve Jobs – Walter Isaacson – JC Lattès 2011 – ASIN : B005UD7FS2 (Kindle edt.)

Steve Jobs


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/1451648537?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on