Note de lecture : Agile Software Requirements, par Dean Leffingwell

Note : 3 ; L’ancien testament de SAFe, sous un titre bien trompeur !
C’est vrai que je n’avais pas regardé de très près. Mais au vu du titre, je pensais avoir entre les mains la 3ème édition du « Managing Software Requirements », cette fois à sauce agile, avec la couche de peinture qui va bien. Il n’en est rien et ce n’est pas une bonne nouvelle.

Le livre est une belle bête, avec sa couverture dure et ses 470 pages (500 pages tout mouillé). L’ensemble est subdivisé en 4 parties totalisant 24 chapitres. Une belle bête, vous dis-je ! La première partie « the big picture » regroupe les 5 premiers et chiffre près d’une centaine de pages. A ce stade, cela reste encore mystérieux, l’objet de cette grande fresque. Toutefois le schéma qui figure en-dessous pourrait nous éclairer car il ressemble furieusement au poster SAFe. Les 26 pages du premier chapitre ont comme objet l’histoire de la gestion des exigences. Il s’agit en fait de l’histoire de la transition vers les approches agiles. Un chapitre agréable, néanmoins.

Avec le chapitre 2 et la grande représentation des spécifications agiles, les choses se précisent. Il ne s’agit pas des spécifications, mais de la vision « par étages » de la réalisation agile à grande échelle, celle qui deviendra SAFe et n’a déjà plus grand-chose d’agile. Ne nous vous inquiétez pas, le pire est à venir. Au chapitre 3, il est question des spécifications au niveau de l’équipe, ou du moins il devrait l’être. Il s’agit des User Stories, mais en fait le chapitre expose le fonctionnement de Scrum. Pour en savoir plus sur les US, n’importe quel autre texte vous en dira plus.

Lire la suite