Agile Playground #19 : austèrement Kanban !

Je ne sais si ce début d’année est synonyme de démarrage en douceur, mais j’ai tendance à trouver nos premiers meetups doucement fréquentés…
Deux jeux au programme de cette 19ème édition et un ice-breaker !

image

Lire la suite

Publicités

Agile Playground #18 : c’est mon tour !

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas pris une part active à l’animation du Playground. L’occasion faisant le larron, la nécessité d’expérimenter un jeu autour de la mise en oeuvre de Scrum me donnait enfin l’occasion de prendre une part active à la soirée. Mais tout ceci n’est que vantardise de ma part : en réalité j’étais plutôt le co-animateur de ce jeu dont ma collègue Claire avait pratiquement fait tout le travail de préparation.

Mais revenons au début de cette 18ème rencontre. Une rencontre orchestrée par Cédric Chevalérias dans les locaux de Valtech que nous retrouvions ! Au programme : 3 jeux en parallèle et un Ice-Breaker.

Ice-Breaker : autour des rôles de Scrum

C’éait une demande venant d’Ideascale : faire un ice-breaker autour des rôles de Scrum. C’est Frank Beulé qui a relevé ce challenge en adaptant un autre jeu !

image

Lire la suite

Agile Playground #16

L’Agile Playground ne se repose jamais … ou si peu ! Après une rencontre organisée mi-Juillet, on reprend nos bonnes habitudes dès mi-Septembre. Pierrick fait office de grand orchestrateur aujourd’hui. Et il nous propose un mode d’organisation inspiré de l’open-space, avec 2 catégories de propositions :

  • Les jeux que l’on souhaite proposer.
  • Les jeux auxquels on souhaiterait participer.

Le formule marche bien, nous recueillons quelques propositions, largement assez pour animer la soirée, pas trop pour ne pas être obligé de rentrer dans une gestion compliquée ! Voilà dejà une formule que l’on pourra rééditer !

image

Pour cette reprise nous étions un peu plus d’une trentaine de personnes, à vue d’oeil. Comme on dit lors des open-space : les personnes qui sont là sont les bonnes personnes !

image

Le « software ball » que propose Pierrick m’intrigue, ne serait-ce que par son nom : allons-y !

Le Software Ball

Le principe de ce jeu est simple et curieux et finalement pas si facile à saisir ! Les participants sont invités à se lancer une balle selon un schéma défini par le maître de jeu (nous ferons 5 itérations en complexifiant ce schéma). Pour exécuter cela, il faut « programmer » chaque participant avec des instructions en français à suivre très précisément. Elles sont inscrites sur des post-it que l’on colle sur soi.

A chaque itération, nous gagnons 10 points, moins le nombre d’instructions nécessaire pour programmer tout le dispositif (les instructions sont les verbes des phrases). C’est là que ça se gâte, n’est-ce pas ? Ce n’est pas fini ! On a droit au copier-coller et c’est gratuit ! Si 2 participants (ou plus) ont les mêmes instructions, on ne décompte que les instructions d’un seul participant. De même, si l’on garde des instructions entre 2 itérations, c’est aussi gratuit !

image

Bref, c’est quand même compliqué, vous pouvez toujours faire un tour sur le site du Software Ball. Pas mal de perte de temps au début : nous essayons un peu vainement de « bien » conceptualiser la chose avant de commencer. En fait, il est plus simple de se lancer et d’expérimenter sur le tas : nous nous lançons donc à deux pour commencer. Rapidement, après une paire d’itération, nous nous rendons compte que notre implémentation initiale génère des coûts exponentiels, car toute la complexité est sur le rôle du « lanceur-dispatcheur » qu’il faut réimplémenter à chaque fois ! Peitit moment de reflexion.

image

Nous galérons un peu pour passer du mode « push » au mode « pull » où les recepteurs appellent la balle et où il n’y a plus d’intelligence sur le dispatcheur. En effet, les règles stipulent de l’on ne peut pas faire de réutilisation partielle d’implémentation. Nous finissons par trouver le contournement !

Ce jeu a pour but de mettre le doigt sur des pratiques de Craftsmanship. En cela il est tout à fait original ! Il nous permet de reflechir à la réutilisation, au moment adéquat pour changer de stratégie et c’est franchement pas mal. Par contre il est frustrant sur le peu de libertés qu’il nous laisse pour faire des choix de cinématiques de circulation de balle. Je pense aussi qu’il devrait permettre la réutilisation partielle. En synthèse, voici le résultat du débrief.

image

Bref, j’ai bien envie de l’essayer, mais en hackant légèrement les règles !

La balle supersonique

Petite originalité de cette édition : un jeu frugal durant le buffet de fin ! Nous avons pu expérimenter une balle supersonique. Enfin, l’ayant déjà joué à Agile Game France, j’ai passé mon tour !

image

Mention spéciale à Julien qui l’a animé en n’ayant expérimenté la chose qu’une seule fois à Agile France. Il a d’ailleurs un peu hacké les règles en permettant de tenir la balle pendant qu’elle circule ! Je pense ne pas le suivre dans cette voie. Mais il bon d’essayer des choses. Voici de que cela donne

See you later

Toutes les bonnes choses ont une fin. Je coupe court à l’un de mes moments préférés : le buffet et la discussion qui terminent la soirée. Rendez-vous le mois prochain !

image

Agile Playground #15

Un conflit d’agenda m’a fait raté le 14ème rendez-vous, c’était donc une bonne surprise de voir un Agile Playground programmé en cette première quinzaine de Juillet, alors que je croyais nos rendez-vous interrompus jusqu’en Septembre !

image

Au programme de cette soirée, un ice-breaker sans prétention mais amusant proposé par Frank Beulé et une traditionnelle expérimentation de jeu.

Change agent

On est là pour expérimenter et Christophe Keromen a bravement défendu cette tradition avec une création vraiment difficile, je dois dire : le « change agent » inspiré du How To Change the World de Jurgen Appelo.

image

Le principe :

  • 4 équipes devant s’approprier 4 des modèles décrits dans le livre de Jurgen Appelo : Dnce with the system (PDCA), ADKAR, la courbe d’adoption de Moore et les 4 « I ».
  • 2 tours de batailles (demi-finales et finales)
  • Un storytelling à monter pour chaque équipe à chaque tour. D’abord un exemple d’échec puis un exemple de succès.
  • A chaque tour, chaque équipe change de modèle.

En plus du modèle, nous disposions de cartes pense-bête dont il fallait montrer l’utilisation au fur et à mesure de l’histoire. Bien entendu, le tout était time-boxé, ce qui rendait l’exercice particulièrement difficile !

image

Entre les 2 tours, nous avons fait une rétrospective éclair pour améliorer le fonctionnement. Ca a marché ! N’occultons cependant pas le principal : c’est mon équipe qui a gagné 😉

image

Ce que j’en ai pensé

Je dois l’avouer : je ne me suis pas amusé durant ce jeu. Est-ce grave, docyeur ? Pas vraiment : l’agile playground est là pour expérimenter et Christophe a fait la tentative la plus audacieuse à laquelle j’ai assisté. Et cela doit être salué !
Nous avons donné (beaucoup) d’éléments à Christophe. Voici de nouveau les miens plus une ou deux choses dont j’ai discuté avec Xavier Galleri :

  • Double difficulté de l’exercice : trouver une histoire et comprendre assez bien le modèle pour l’appliquer à l’histoire. Quand on ajoute la contrainte du temps… Il faudrait proposer des trames d’histoire prêtes à être utilisées.
  • Le setup de la salle : la disposition des tables nous collait contre le mur, ce qui crée un style un peu guindé et une certaine pression psychologique.
  • Durant le story-telling, les autres équipes sont trop passives. On pourrait utiliser les cartes pour les faire participer. Un peu comme un loto…

N’oublions pas le plus important : le story-telling, ça marche ! C’est quand même l’ingrédient principal qu’a voulu utiliser Christophe et les remarques que nous avons faite ne doive pas occulté qu’il a réussi sur ce plan !

Agile Playground #13

Retour chez Valtech pour cette nouvelle édition des Playgrounds. Aujourd’hui nous avions le choix entre deux jeux aussi attrayants l’un que l’autre : la Pompafric (présentée à l’Agile Game France 2014) mais que je n’avais pas expérimenté et le Values Advocacy. C’est Pierrick qui nous présente le programme.

image

Ice-Breaker

Pour amorcer joyeusement cette soirée, on a droit à un “nombre secret”, le même jeux que nous avions pu essayer lors de l’Open Space Agile France. Du coup, me voici exclus du jeu, c’est pas juste ! J’observe les efforts plus ou moins vains des participants pour se faire comprendre…

image

L’alignement final est assez étrange : on y a des “ordonancements locaux” signe qu’il a manqué une vérification de cohérence entre les groupes. Une mention spéciale à celui qui a tenté de se faire comprendre en convertissant son nombre en “taille de Schtroumph” !

image

Values Advocacy

Finalement, je me décide pour le Values Advocacy. En entrant dans la salle, on découvre le déroulement de la session affiché au mur, sous forme de fresque !

image

Le principe est assez simple : 4 équipes et les 4 valeurs agiles … et leurs “opposés”. On effectue une série de batailles : deux équipes s’affrontent pour défendre une valeur du manifeste et leur contraire. Les deux autres équipes forment le jury. Ensuite on tourne. C’est donc une sorte de tournante, mais en tout bien tout honneur. A la fin du jeu, chaque équipe aura eu l’opportunité de défendre une fois une valeur, une fois l’opposé d’une valeur, et de faire partie du jury deux fois. Il y a ensuite un système un peu compliqué pour compter les points, mais ce n’est pas très important.

Action !

Round 1 et 2

Chaque équipe prépare son plaidoyer. Pendant ce temps les membres du jurés circulent pour évaluer les idées qui émergent.

image

Un premier tour de vote a lieu à la fin du temps de préparation des plaidoyers.

image

Chaque équipe doit ensuite défendre ses idées et convaincre. Comme le fait ici Pascal.

image

Ou Corina

image

Un second tour de vote a lieu à l’issu de cette étape. La note final est une aggrégation un peu curieuse des deux votes.

Le second round se fait selon le même modèle (mais pas les deux mêmes équipes).

Rétrospective

A l’issu des deux premiers round : une rapide rétrospective.

image

Nous remontons essentiellement deux points :

  • Le temps de préparation des plaidoyers devrait être raccourcis
  • Il serait sympa de scénariser un peu le volet délibération / jury

Pas possible d’adresser le second point dès maintenant. Mais le premier est pris en compte : nous diminuons le temps de préparation de 8 minutes à 5.

image

Rounds 3 et 4

C’est donc reparti avec un rythme un peu plus soutenu. On prépare les argumentaires…

image

On s’active pour défendre ses positions.

image

L’une des équipes se trouve réduite à 3 membres, mais visiblement le nombre ne fait pas la force…

image

Et de nouveau, bien sûr, les plaidoyers !

image

Résultats et conclusions

Par deux fois les antithèses agiles ont battu les valeurs du manifeste et l’inverse est aussi arrivé par deux fois ! Que doit-on en penser ?

  • Tout d’abord que les équipes ont fait du bon boulot à défendre les idées auxquelles elles sont opposées. Pour tout avouer, c’est même beaucoup plus drôle !
  • Le Jury ont fait du bon boulot à juger en toute impartialité.
image

Au fur et à mesure du jeu, les plaidoyer ont aussi évoluer pour donner plus d’impact à la forme. Cela a finalement peu joué. Une équipe est d’ailleurs tombé dans le travers d’articuler complètement l’argumentaire autour de la forme, mais la faiblesse de cet argumentaire a joué en leur défaveur (alors même qu’ils défendaient les valeurs du manifeste) !

image

La réduction du temps de préparation a donné plus de rythme à la seconde partie, mais comme vous le voyez ci-dessous, l’impact sur le nombre d’arguments développés, bien que visible, n’est pas si important que cela.

image

Le jeu est réellement plaisant et nous oblige à réfléchir honnêtement non seulement à nos valeurs agiles que nous prenons pour acquises, mais aussi à ce que peuvent apporter leurs opposés. Ou au moins à comprendre à ce que les anti-agilistes y trouvent.

image

Curieusement d’ailleurs, je me suis retrouvé confronté dès le lendemain à ce cas de figure ! Nicolas a évoqué l’usage de ce jeu dans des groupes composés d’agilistes et d’anti-agilistes (ou de nouveaux venus). Je ne suis pas certain que l’on y obtienne les résultats escomptés. Notre population a fait un bon travail à argumenter solidement les deux côtés. Des anti-agilistes feraient-ils de même ?

Bref, j’ai passé un très bon moment. Mais je m’interroge encore sur l’usage que l’on peut faire de ce jeu. Vous retrouverez le vécu de la session sur le billet de blog de Nicolas.

Fin de soirée

Comme à l’accoutumé, on termine notre soirée de manière informelle autour d’un petit verre ou d’une bière.

image

Je ne m’éternise pas ce soir, j’ai une journée chargée le lendemain. Justement avec des agile games !

Agile Playground #12

Cela faisait un moment que l’Agile Playground m’échappait. La faute à un agenda difficile à concilier. C’était réglé pour cette fois. Nous nous retrouvions de nouveau dans les locaux de CLT pour cette nouvelle édition.

Au programme un jeu (et un seul) : Au tableau ! Ce jeu a largement été promu par Alex Boutin, bien qu’il n’en soit pas l’auteur.

Le but du jeu est simple : on nous donne la situation d’un portefeuille de projets, et à partir de là il faut trouver la forme de “management visuel” donnant le meilleur impact. 2 itérations de 20 minutes sont prévues, entrecoupées d’une dizaine de minutes de rétrospective. Nous n’étions pas nombreux, nous avons donc formé 3 équipes de 6 ou 7 personnes.
L’une des équipe disposait d’une table

image

Les deux autres utilisaient une tenture adhésive. Avec pas mal de difficultés à faire tenir dessus ce que nous voulions.

image

Petit (gros) biais de l’exercice : y participaient des personnes rompues au management Visuel ou au Kanban. Le résultat de la première itération montrait des résultats plutôt très convergents, avec quelques particularismes locaux.

image

La seconde itération intégrait bien de nouveaux éléments, mais qui ne posaient guère de problème à des habitués. Au final, l’inspiration transverse aidant, les résultats se montraient réellement semblables !

image

Il y avait peu à dire sur les directions prises par chaqune des solutions. La discussions de fin a plutôt porté sur les différentes dynamiques de groupes, je pense que ce n’était pas dans la cible de l’exercice. J’en tire quelques conclusions :

  • L’exercice est plutôt destiné aux novices. Cela n’est pas si porteur de le faire avec des vétérans. De plus, les niveaux hétérogènes ont mal marché dans notre cas. Probablement de notre faute.
  • Il faut limiter le nombre de personnes par tableau. Nous étions 7, c’est beaucoup trop : on ne peut pas travailler autour du tableau en si grand nombre. Je dirais que 4 est le maximum.
  • Nous aurions dû en profiter pour délirer plus, faire un Kanban circulaire avec des swimlanes en forme de part de camembert ou d’autres choses dans le genre. Non seulement nous nous serions plus amusé, mais il y aurait même pu y avoir des choses inattendues à en retirer !

Agile Playground #8 (en images) !

Pour changer un peu, l’Agile Playground de ce mois ne déroulait pas chez Valtech, mais dans les locaux de CLT Services. Un espace un peu plus réduit, donc une contrainte de places plus importante. Elle avait été fixée à une trentaine de personnes. Je m’étais dépêché de m’inscrire. Youpi, tant pis pour les autres …

3 jeux étaient en lice. J’avais fixé mon choix sur celui de Yannick Ameur

Atelier RH Team

Comment recruter agile ? Peut-on recruter agile ?

Yannick était ce soir-là le maitre de cérémonie pour ce défi !

apg8-yannick

Votre mission, si vous l’acceptez consiste à créer la fiche poste de votre job que l’on va afficher et trier.

apg8-rh2

S’en suivent les entretiens avec les candidats. Tout d’abord en mode “old school”. Avec vôtre serviteur pour être honnête… Puis en mode “agile” en faisant participer toute l’équipe.

apg8-rh4

Après, c’est le débriefing et les leçons tirées de l’exercice.

apg8-rh3

Yannick nous fait le plaisir de mettre à notre disposition le support servant de trame à l’atelier. Le voici donc.

Cocktail

On termine comme à l’acoutumée autour d’un verre et de longues discussions qui nous font toujours rentrer bien tard dans nos penates !

apg8-cocktail1

Nos discussions ont pas mal tourné autour du coaching : qu’est-ce qu’un coach agile ? Est-ce un coach sportif, un coach miroir “posture basse”, un expert, un mentor, etc… ou un mixte de ces différents rôles ? Le question est trop large pour que je m’étende dessus aujourd’hui. Un autre jour peut-être dans ces colonnes …

Agile Playground #7 (en images) !

A peine terminé le ScrumDay, nous voici de retour aux affaires, ou plutôt à l’agile playground ! Le rituel est rôdé et je tire mon chapeau aux organisateurs de tenir le rythme et la distance !

apg7-1-accueil01

Pas d’enregistrements avec les balles de ping-pong, cette fois !

On rentre rapidement dans le vif du sujet, 2 sujets nous sont proposés :

  • Emilie et Julien nous proposent “La Crevasse” un jeu proposé par un alpiniste lors d’Agile Games France
  • Oana nous propose un “Pizza Kanban Game”.
apg7-1-accueil02

Entre l’attrait de la nouveauté et un jeu éprouvé mais de qualité, le choix semble cornélien.

Pour ma part je penche vers la nouveauté. Va pour La Crevasse, même si je n’ai pas le début d’une idée de ce que cela peut être…

apg7-1-accueil04

Faites-vous pleinement confiance aux personnes avec qui vous travaillez ? Etes-vous convaincus qu’ensemble nous pouvons dépasser nos objectifs ?

Ce jeu très simple se joue en 3 phases :

  • On se donne des objectifs (des largeurs de crevasse)
  • On se choisit un binôme
  • On franchit une crevasse matérialisée par deux bandes de papier adhésif en s’arc-boutant l’un à l’autre.

… Puis on recommence avec des largeurs de crevasses supérieures, jusqu’à les franchir toutes ou que mort s’ensuive (bon, peut-être pas…)

C’est une activité simple, qui ne donne peut-être pas quelque chose toute seule, mais peut servir à s’engager physiquement avant un travail exigent ou lorsque l’on va devoir opérer ensemble et que la confiance n’est pas encore acquise.

apg7-2-crevasse03

C’était très court, mais instructif. On a terminé comme on termine d’habitude, comme vous pouvez le voir…

apg7-3-cocktail01

Je n’ai pu résister à ce dernier clin d’oeil : Arnaud se campe à 30 centimètres de mon objectif ! Je ne me dégonfle pas et le prends en photo. Damnation ! Le bougre est photogénique …

apg7-4-Arnaud

Nous archevons ici cette nouvelle soirée de l’agile playground. Le mois de Mai est parsemé de jours fériés et de ponts, mais j’espère que nos chers organisateurs trouveront le moyens d’y programmer l’épisode 8 !

Agile Playground #6 (en images) !

apg6-1accueil01

Pour cette 6ème édition de l’agile playground, l’organisation nous proposait une petite nouveauté : un seul jeu rassemblant l’intégralité des participants !

Un jeu au nom fort alléchant d’ailleurs : The Penny Game on Acid, une variante plus chaotique (donc plus réaliste) du classique “Penny Game” (que je ne connais toutefois pas !

Au tour de Dov, animateur et auteur de cette variante de nous exposer son idée.

Dov nous a également réservé une petite surprise en échauffement. Plutôt que le détailler, je vais simplement vous dire : vous n’aviez qu’à être là !

apg6-3debut-jeu01

Le Jeu lui-même nécessite pas mal d’explication préalables. De quoi noyer son homme sous les artifices du mode de fonctionnement.

apg6-3debut-jeu02

J’ai quand même compris que l’on avait un chef de projet, un client et un VP (respectivement de droite à gauche). Je dois avouer qu’ils ont fort bien joué leurs rôles respectifs. Stéphane était criant de vérité en client arrogant et condescendant !

apg6-3debut-jeu03

Le but du jeu ? Une chaine de production pour ranger des pièces orientées correctement !

Agile Playground #6 : Démarrage du jeu

Et c’est parti !

VP et client attendent patiemment d’avoir l’occasion d’étriper leur première équipe !

apg6-4running02

Pourvu qu’il ne nous arrive rien !

apg6-4running05

Faut pas croire, aligner les pièces, c’est tout un art, presque un métier !

apg6-4running07

Chaque plateau passe l’inspection plus que minutieuse du client. Si ce n’est pas bon, il faut recommencer.

apg6-4running09

Nous étions très nombreux dans la salle, une partie importante des participants ont joué le rôle d’observateur, prenant des notes sur le déroulement.

apg6-5retrospective01

Les participants sont aussi invités à noter leurs remarques. Chose que je n’avais pas comprise.

apg6-5retrospective02

Une grande rétro conclut le jeu.

Pour ma part, la façon dont nous avons déroulé le jeu m’a pas mal surpris. Plutôt qu’essayer d’améliorer le fonctionnement de la “fabrique”, nous avons simplement tenté d’être le plus productifs possible !

  • A aucun moment nous n’avons remis en cause le bien-fondé de notre travail, ni la façon parfois odieuse dont le client se comportait avec nous.
  • Nous n’avons pas chercher à échanger sur nos pratiques et n’avons apporté que des amélioration à la marge.
  • Nous n’avons pas remis en cause les rôles non plus.

De mon point de vue, cela provient de deux facteurs:

  • Le thème sous-jacent orienté production plutôt que développement, nous a immergé dans un environnement de production, peut-être même Tayloriste.
  • Nous avions beaucoup de règles à appréhender. Donc, comme à l’armée, nous nous sommes plutôt focalisé à les respecter et n’avons pas consacré d’attention à être créatifs !

Donc, au final, ce jeu a surtout mis en valeur notre aptitude à revenir aux comportements primaires, avec pourtant une audience composée d’agilistes !

apg6-5retrospective09

Après l’effort, le réconfort, comme on dit. Quelques échanges sur le jeu que j’ai écourté pour cause de contrainte le lendemain (j’en parlerais dans un autre post, si j’ai le courage…)

apg6-6cocktail02

Mersi à Dov pour cette animation. Le challenge était particulièrement élevé, aussi bien sur le fond que sur l’animation d’une assembléséquente, et ce pratiquement seul !

apg6-6cocktail03

La suite le mois prochain pour Agile Playground #7. J’espère !