Le FKUG offre un tour de chauffe à Lean Kanban France !

Beau programme pour cette rentrée du FKUG ! En effet, cette soirée hébergée par Wemanity proposait pas moins de 4 sessions sur 2 tracks. Nous serons donc hélas frustrés de 2 sessions !

image

Un petit mot sur le FKUG tout d’abord :

  • Les choses avancent, avec maintenant un site pour l’association.
  • La taille de la communauté augmente aussi progressivement : elle compte 330 inscrits sur meetup ! La j’en suis sûr, nous étions moins nombreux chez notre hôte…
  • On est rentré et bien rentrés : le prochain meetup se profile déjà pour le mois de novembre…

Assez bavardé, place aux présentations !

Apprendre à apprendre pour le 21ème siècle, par Yannick Grenzinger

Cette session, seul Yannick pouvait nous en gratifier ! Sur la dernière année, Yannick a suivi 30 cours en ligne, les fameux MOOCs, il est en quelque sorte un « boulimique du savoir » !

Cette présentation, que Yannick propose par ailleurs au format Brown Bag Lunch s’articule sur 3 niveaux : l’individu, le produit, l’organisation.

image

Apprendre pour les individus

Ici, Yannick nous propose quelques « hacks » :

  • Déconstruire pour mieux reconstruire : faire des tranches d’une dizaine de minutes. Cette déconstruction est déjà une étape de l’acquisition de la connaissance !
  • Des répétitions fréquentes, mais espacées (!)
  • S’appuyer sur l’utilisation de modèles mentaux et de métaphores. Tiens ? Cela ne vous rappelle-t-il pas XP ?
  • Eliminer les bloquants.
  • Utiliser une boucle de feedback rapide. Nous autres agilistes sommes en terrain connu…

Bien sûr, pour faire bonne mesure, Yannick sait aussi nous proposer quelques bonnes lectures :

L’un des points majeurs est qu’il n’est pas besoin d’avoir une « connaissance parfaite ». Les fameux 80% sont largement suffisants et s’acquièrent comparativement rapidement !

Apprendre sur les produits

Et déjà, sur la construction de produits, quel est l’inverse de l’apprentissage ? Le « cycle en V » bien sûr ! Et bien entendu, notre objectif est bien d’apprendre en permanence. Notre attirail d’agiliste possède ce qu’il faut à ce égard : Rétro, A3, Kaizen, etc…

Apprendre, c’est aussi utiliser le pouvoir de la collaboration et les techniques de co-création.

Enfin, apprendre c’est aussi accepter l’échec et penser à « aller plus vite sur l’échec ». C’est ce que nous enseigne le Lean Startup.

Apprendre en tant qu’organisation

De nouveau la même question : quel est l’inverse de l’apprentissage ? C’est le Taylorisme : un travail codifié devant être exécuté sans reflexion par des executant dont réfléchir n’est pas le rôle !

image

Apprendre au sein d’organisation, c’est d’abord savoir organiser pour la complexité, plutôt que chercher à la maîtriser ou le réduire à tout prix. Le Stoos Network a pour but de faire progresser ce mode de pensée, bien que force soit de constater qu’il peine à prendre de l’ampleur.
Le rôle du management est à repenser dans une organisation apprenante. C’est ce que nous enseigne le Management 3.0, mais aussi les militaires dans le manuel Warfighting !

Ce que j’en ai pensé

Je sors un peu frustré par cette session. De l’aveu même de Yannick, la partie « organisation » nécessite d’être renforcée. Mais c’est surtout sur la partie « individu » que l’on attendait l’orateur, et malheureusement il ne développe pas assez ses « hacks ». Nous aurions aussi aimé une reflexion sur la nature (et l’objectif) différent de l’apprentissage au 21ème siècle, à l’ère de l’information à haute valeur disponible au bout des doigts !
Toutefois, je sors aussi avec quelques pointeurs de lecture (encore). Connaissant Yannick, ils valent sans aucun doute le détour !

Continuous Delivery : A Plug-in for Kanban, par Samuel Retière

Il s’agit en fait d’une présentation qui serait fait à 3 voix au LKF, ici il n’y avait que celle de Samuel. Je ne vais pas paraphraser la présentation de Samuel, car vous pouvez y accéder ici.

Ce que Samuel nous présente ici, ce sont les « patterns de transformation » appliqués à la SGIB et organisé en 3 niveaux. Les thèmes s’articulent beaucoup autour du Kanban Thinking de Karl Scotland : valeur, flux et potentiel

image

Le niveau 1 n’a peut-être l’air de rien, mais on y parle déjà cycle TDD et flux !

Le second niveau correspond déjà à une maturité acquise par bien peu d’équipe. On y trouve pèle mêle une pensée produit épaulée par du Lean Canvas, du BDD, du Flux « end to end », donc avec du devops à la clé !

Au niveau 3, on trouve des choses bien plus rares telles que la maximisation de la valeur « infrastructure as code ».Et le seul élément que j’ignorais de la présentation : le Black Swan Coaching ! Plus curieusement, on y trouve le DDD que j’aurais mis personnellement au niveau 2 au maximum. Peut-être même au niveau 1 !

Le programme inclut un cocktail de cours, de workshops et de katas. Le tout épaulé par 3 coaches qui permettent de couvrir le spectre de compétences évoqué. Impressionnant !

<

Fin

Hélas, il n’était pas possible de tout voir. J’aurais par exemple aimé assister au retour d’expérience sur SAFE chez JC Decaux. Il s’agit d’un buzzword qui monte et il faut que j’en sache plus sur le sujet. Celui-ci au demeurant me semble complexe, trop pour être honnêtement agile et j’y perçois des reminiscences d’Unified Process… Qu’importe, il me faudra bien appréhender correctement ce dont il s’agit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s