It’s tough to make predictions, especially about the future.

Yogi Berra
Yogi Berra
Publicités

Note de lecture : The Unified Process Inception Phase, par Scott W. Ambler & Larry L. Constantine

Note : 2 ; Pratiquement le désappointement annoncé !

Autant prévenir tout de suite, ce livre est une compilation d’articles parus dans « Software Development », ce qui peut expliquer l’aspect quelque peu hétéroclite de l’opuscule. L’intérêt des textes eux-mêmes est assez variable et va de passable à intéressant.

Les 280 pages de ce volume sont structurées en 7 chapitres qui sont autant de thèmes. Chaque chapitre rassemble lui-même plusieurs articles. Aucune originalité dans le premier d’entre-eux qui s’intitule sobrement « introduction ». Pour me faire mentir, ce chapitre-ci n’est pas une compilation d’article, mais une introduction, à Unified Process d’abord et à la phase d’inception ensuite. Ce n’est pas mal du tout en fait.

On rentre dans le dur au second chapitre « Best practices for business modeling » qui rassemble 5 articles sur 45 pages. A part peut être l’article consacré aux cartes CRC, les autres donnent vraiment l’impression d’être rentrés aux forceps dans ce thème. Le pire étant je pense la présentation d’UML par Scott Ambler qui n’a pas grand-chose à voir avec la choucroute. Si les contributeurs ont du mal à comprendre ce qu’est la modélisation métier, cela s’arrange au chapitre 3 consacré aux exigences. Et cela commence même très bien avec l’article d’Ellen Gottesdiener dédié au décodage des besoins métier. J’approuve aussi l’article suivant qui clame les droits du client, signé par Karl Wieger. L’article sur le JAD et les règles métiers méritent aussi une mention. Finalement seul le papier de Scott Ambler (encore lui) finira dans la corbeille du même nom.

Lire la suite

Note de lecture : Les JSP, par Eric Chaber

Note : 2 ; Un peu d’arnaque à l’horizon

Eh bien oui : je cherchais un texte assez simple et facile d’accès pour écrire quelques pages JSPs, juste de quoi me faire de l’auto-formation. Un livre ne français m’était apparu être un bon choix. Ce ne fut pas le cas, nous allons voir pourquoi.

L’ouvrage est assez modeste avec ses 190 pages sur 10 chapitres. Cela commence vraiment très bas avec les deux premiers chapitres. Certes ils sont courts, mais je ne m’attendais pas à ce que moi lecteur je sois pris aussi bas qu’une explication sur le langage java s’impose… Par comparaison, les 20 pages du troisième chapitre paraissent costauds, surtout que l’on passe en un clin d’œil de la présentation de Java EE aux JSP. Au moins, même s’il ne fait pas rêver, ce chapitre nous montre-t-il les fondements des JSP !

Place au chapitre 4 … et à la connexion aux bases de données. Car l’auteur fait tout depuis les pages JSP, y compris du code JDBC. La mise en tableau des résultats fait partie du package, on s’interrogera juste sur la pertinence du design… Le chapitre 5 est court et nous permet de reprendre notre souffle. Il traite exclusivement des cookies. Au chapitre 6 on attaque du lourd avec les Java Serveur Tags. Malheureusement, ce chapitre ressemble surtout à un manuel de référence où l’auteur nous dispense de temps à autre (visiblement à contrecœur) quelques exemples. Bref, passons.

Lire la suite

Note de lecture : Camel in Action, par Claus Ibsen & Jonathan Anstey

Note : 7 ; La qualité des grands classiques “in action”

La série « in action » chez Manning est en principe une recette éprouvée. Elle doit permettre de rencontrer des ouvrages solides, dont les sujets sont bien abordés de manière progressive et illustrée en se salissant les mains. Malheureusement trop de titres échouent aux portes des critères qualité. Rien de tout cela ici. Le texte est solide, abondement pourvu d’illustrations (parfois trop, certaines ne servent à rien) et d’exemples de code.

Camel est un framework recelant de nombreuses facettes, parfois insoupçonnées. Les auteurs les abordent de manière systématique avec un bon niveau de profondeur. Voyons cela. D’abord ce volume nous assène 460 pages hors annexes. Sérieux me direz-vous ? La seconde édition sortie depuis accuse elle dans les 900 pages ! Revenons à celle-ci. L’ensemble est structuré en 3 parties pour un total de 14 chapitres. Oui, cela signifie donc des chapitres plutôt conséquents.

La première partie « first steps » est aussi la plus courte : moins de 60 pages avec seulement deux chapitres. La première partie « Meeting Camel » nous permet de faire le tour du propriétaire et de découvrir notre premier « hello world » de manière très agréable. C’est aussi l’occasion de faire connaissance avec les concepts de base de Camel. Les Enterprise Intégration Patterns (EIP) sont même évoqués mais sans plus. Coup de zoom au second chapitre « Routing with Camel » qui va en fait assez loin dans les différents concepts de routage, allant jusqu’au multicast ! L’étude de cas abordée ici n’est pas utilisée au fil de l’ouvrage de façon mortelle, mais au moins sert-elle de point d’ancrage. Les auteurs switchent aussi beaucoup entre le « Java DSL » et le « Spring DSL » allant jusqu’à utiliser le Java DSL avec Spring (en fait leur cocktail préféré ». Cette bascule permanente permet certes d’aborder de manière exhaustive les deux manières de faire sur tous les sujets mais est aussi assez fatigante.

Lire la suite

Note de lecture : From Java to Ruby, par Bruce Tate

Note : 5 ; Un pamphlet pour la transition vers Ruby.

Ou comment l’un des chefs de file du monde Java prend le virage vers Ruby ! Ce livre est à la fois un argumentaire et une base de construction de stratégie de passage à Ruby. Un objectif limité en 8 chapitres seulement et 150 pages. Certes, l’enthousiasme de l’auteur éveille pour le moins l’intérêt et l’argumentaire est bien construit :

  • Un langage à typage dynamique, dont la productivité est dcuplée par rapport à Java.
  • En lieu et place d’une profusion de frameworks, un petit nombre de frameworks très en vue, dont le vaisseau amiral : le très remarqué Ruby on Rails.
  • Une réponse simple aux problèmes les plus fréquents, au lieu d’une solution complexe et généraliste.

Lire la suite