Note de lecture : A Tour of C++, par Bjarne Stroustrup

Note : 5 ; Une introduction au C++ 2011, qui se lit mieux si on comprend déjà quelque peu le langage…

Une mise à jour de mes connaissances sur les dernières évolutions du langage : voilà ce qui étaient mes attentes concernant ce livre. Un livre fort court avec seulement 170 pages, ce qui me convenait parfaitement. D’ailleurs quand je dis « dernières évolutions du langage », c’est une façon de parler : j’ai bien attendu l’année de la norme 2017 pour lire un livre sur la norme 2011…

Le texte est bien découpé : les 170 pages sont réparties en 14 chapitres, chacun adressant un thème particulier du langage. Le premier couvre les « basics » sur 14 pages, j’y apprends quand même plusieurs nouveautés : le nullptr qui remplace null et la syntaxe for range permettant l’itération implicite sur des containers, comme en Java. Mais aussi l’inférence de types avec auto et l’initialisation des variables avec les accolades au lieu des parenthèses (on continue par ailleurs à utiliser celles-ci, tout n’est pas clair…). De petites (et moins petites) choses, mais de bonnes choses. Seulement 6 pages pour les « User defined types » du chapitre 2. Il faut dire que l’on n’a pas encore abordé les classes. Ici la nouveauté réside dans les class enums qui permet de typer ceux-ci. Là aussi on se rapproche du Java, mais sans pour autant pouvoir faire autant de choses avec. Dommage d’y consacrer moins d’une demi-page.

Lire la suite

Publicités

Note de lecture : Understanding A3 Thinking, par Durward K. Sobek & Art Smalley

Note : 7 ; Pour donner du sens à la « pensée A3 », en conservant l’austérité du Lean !

Ne vous y trompez pas : le format de cet ouvrage est certes réduit, il ne prendra guère de place sur l’étagère… mais le contenu est consistant et demande à prendre son temps pour être consommé !

Ne vous y trompez pas : on y évoque le A3, mais ce n’est pas une explication de texte, en tout cas pas seulement. Comme le titre l’indique, il s’agit avant tout de comprendre la pensée A3, comment il s’inscrit dans une démarche et une logique PDCA. C’est d’ailleurs une trame récurrente du texte : superposer au A3 cette démarche PDCA.

160 pages et 8 chapitres, c’est tout ce qu’il faut pour venir à bout des objectifs énoncés ci-dessus. Le premier d’entre-eux est fort court avec 8, et c’est le PDCA qui nous est servi en guise d’introduction. C’est la philosophie Toyota que les auteurs tentent de nous faire toucher du doigt. Ils réussissent au minimum à nous donner l’envie de lire « The Toyota Way » ! Les 11 pages du second chapitre sont clés pour la suite, car il s’agit de la pensée A3 résumée en 7 éléments. Je ne vais pas les énoncer ici. Si je dois en retenir 3, je dirais : objectivité (résumé par l’approche scientifique), synthèse et vue systémique.

Lire la suite

Note de lecture : Le Mentoring Minute, par Ken Blanchard & Claire Diaz-Ortiz

Note 6 ; Les clés du mentoring, version succincte mais hélas un peu superficielle…

Dans la veine des autres « ouvrages minutes », celui-ci nous invite, par le truchement de deux personnages, à découvrir l’art du mentoring. C’est une bonne introduction au sujet. C’est un court opuscule d’environ 140 pages en petit format. L’approche « story telling » aide à en faire un texte qui s’avale très rapidement.

La relation de mentorat est différente de la relation de coaching, il s’agit d’une posture plus haute sans être infantilisante. Dans ce récit, le mentoré traverse une crise de doute qui l’empêche de dicerner le prochain pas à faire. Le mentor est quelqu’un de très expérimenté qui cherche à faire profiter de son expérience à de plus jeunes. Mentor et mentoré profitent tous deux de cette relation et c’est un des points qui est mis en relief ici. Alors qu’en coaching, le coaché doit lui-même trouver son chemin, le mentor peut proposer des possibilités, éclairer le mentoré de son expérience, mais il ne doit pas lui imposer une issue toute prête.

Coaching et mentoring partagent cependant des traits communs : dans les deux cas il est nécessaire de définir la mission. Un climat de confiance doit s’établir entre les deux parties, sans cela rien n’est possible. Enfin dans les deux cas l’accompagnement s’organise en terme de rythmicité et de mode opératoire.

Lire la suite