Note de lecture : Elastic Leadership, par Roy Osherove

Note : 6 ; Pour mettre le pied à l’étrier au team leader qui débute.

Roy Osherove fait partie de communauté  » craftsmanship « . Cependant, cet ouvrage cible plutôt les managers opérationnels, ceux qui sont en contact avec les équipes. C’est en fait la seconde édition de l’ebook paru chez Leanpub : Note to a Software Team Leader. Le texte d’un peu plus de 200 pages est divisé en 5 parties, mais essentiellement les 4 premières d’un côté (120 pages) et la 5ème de l’autre (les 85 restantes).

Les 4 premières parties sont elles-mêmes structurées en 10 chapitres. Pour la première d’entre-elle, il s’agit de 3 chapitres couvrant 30 pages en tout, qui dressent le panorama de ce que l’auteur appelle  » l’elastic leadership « . Le premier totalise 10 pages et est consacré au  » team leader manifesto « . L’auteur y raconte sa propre histoire de transition en position de management. Le manifeste lui-même tient en 3 points :

  • Challenger l’équipe pour la sortir de sa zone de confort.
  • Adapter son style de management au contexte. C’est le fameux  » elastic  » qui sera couvert par la suite.
  • Interagir avec l’équipe et pas seulement avec sa machine de développement.

Lire la suite

Publicités

Note de lecture : Neo4J : Des données et des graphes, 2. Déploiement, par Sylvain Roussy, Nicolas Rouyer & Nicolas Mervaillie

Note : 7 ; Au théâtre ce soir, avec Sylvain, Patricia, Philippe, Christophe et Brian !

Ce second volume ne s’inscrit pas directement dans la continuité du premier. Le prérequis en est un peu d’expérience solide de Neo4J, lorsque le précédent s’adressait aux grands débutants. En fait, le titre induit un peu en erreur : il ne s’agit pas seulement d’adresser le volet exploitation (qui comptera au nombre des sujets), mais en fait d’aborder son utilisation dans un véritable cas d’étude !

On compte 220 pages pour ce volume de format plutôt réduit, donc plutôt environ 170 pages dans un format plus classique. A cela il faudra rajouter les annexes dont nous reparlerons. Pour cette partie principale on comptera seulement 5 chapitres. Je préfère généralement des chapitres assez courts, ce n’est pas le cas ici, mais le style adopté efface ce que je considère habituellement comme un inconvénient. Parlons-en justement. Le story telling est une technique puissante, qui a la vertu de nous immerger dans le texte, mais peu d’auteurs l’emploient. Ceux de ce volume vont plus loin : l’ensemble du livre (hors annexes) est une pièce de théâtre où l’on découvre la mise en œuvre de Neo4J avec ses fonctionnalités dans les échanges entre les impétrants. On soupçonnera que Sylvain, le sénior de l’équipe ressemble beaucoup à l’auteur principal dont il partage le prénom. Sans doute Christophe et Philippe incarnent-ils donc les deux autres co-auteurs ? Patricia la chef de projet et Ilko le commercial ont des rôles plus marginaux qui servent à l’introduction et au débriefe de chaque chapitre (deux excellentes idées, au passage). N’oublions pas non plus Brian, le stagiaire, qui lui semble complètement idiot.

Lire la suite

Note de lecture : Neo4J : Des données et des graphes, 1. Prise en main, par Sylvain Roussy

Note : 5 ; Un tutorial (vraiment) amélioré.

On a besoin de tutoriaux. Mais en tant que livres, ils n’atteignent pas chez moi des notes très élevées. Mais il arrive qu’on en rencontre de très correctes. Ce volume est de ceux-ci. L’objet lui-même accuse un format plus petit que les éditions habituelles du même genre, tout en étant nettement plus grand que le format poche. Pratique pour lire dans les transports. Toutefois, si la finition extérieure est correcte, la qualité est un peu faible. C’est probablement le prix à payer d’un tout petit éditeur. C’est malheureusement aussi vrai de la mise en page et de l’impression qui sont assez moyennes. Mention spéciale aux polices grisées vraiment peu lisibles. Pour les diagrammes c’est pire : ils se décodent avec peine et le texte à l’intérieur est illisible.
Heureusement pour nous, le fond prédomine sur la forme et là c’est nettement mieux.

Comme je l’ai dit, l’ouvrage est de petit format. Il compte 220 pages, mais seulement 190 pour le texte principal, le reste constituant des annexes. De ces dernières, seul l’aide-mémoire Cypher m’a semblé de quelque utilité. Le texte s’adresse aux grands débutants, aussi si l’on a quelques connaissances de Neo4J, le livre s’avale assez vite. Tant mieux car question découpage, ce n’est pas ça : on compte seulement 4 chapitres pour tout le livre !

Le premier chapitre ne compte que 15 pages et nous permet de découvrir Neo4J. Il couvre bien les éléments de base : ce qu’est une base NoSQL en général et une base graphe en particulier, les différentes versions de Neo4J et les bases de son installation. Là où ça se gâte, c’est lorsque l’auteur nous propose des requêtes de base sur l’outil, mais sans expliquer celles-ci. Il s’agit d’un choix délibéré, mais qui me laisse dans l’expectative.

Lire la suite

Note de lecture : Scaling Lean, par Ash Maurya

Note : 8 ; Un modèle de Scaling autour de la « customer factory » qui s’avère puissant et très bien développé.

Ce livre s’inscrit dans la continuité de « running lean ». Pour ce nouvel opus, l’auteur a choisi d’être édité de façon plus élaborée, avec une mise en page élaborée et une impression en deux couleurs ! Le fond est aussi à la hauteur de la forme : c’est un bon livre, un très bon livre ! Aussi bien sur la teneur que sur l’approche pédagogique pour délivrer celle-ci.

A l’origine, cet ouvrage devait s’intituler « the customer factory », mais fort justement l’auteur a acté que le texte embrassait plus largement que ce dernier modèle, représentation plus élaborée et plus parlante des « pirate metrics » de Dave McClure, il qu’il s’inscrivait dans la continuité de « running lean » sur les phases aval.

C’est un beau livre. S’il compte 275 pages, il ne faut pas non plus se laisser tromper par le format et la mise en page peu conventionnelle (sans compter les nombreuses et larges illustrations), bref c’est un équivalent d’un peu moins de 200 pages sous un format plus classique. Il compte 11 chapitres structurés en 3 parties auxquels il faut ajouter une introduction et une conclusion.

Lire la suite

Note de lecture : Le Manager Minute, par Ken Blanchard & Spencer Johnson

Note : 5 ; Un roman de gare du management, assez léger mais qui préfigure le management agile.

A l’image de son livre suivant « comment développer son leadership », cet ouvrage de Ken Blanchard est une leçon de management assénée sous forme d’une histoire. Une histoire assez courte, car le livre ne compte que 25 pages, la plupart n’étant noircies que partiellement. Disons que l’on est plus près des 70 pages effectives.
Le message du manager minute est par ailleurs assez simple et se décompose en 3 points :

  • Les objectifs minute : C’est probablement le changement de posture le plus important (souvenez-vous que nous sommes en 1987. Plutôt que d’avoir une posture haute sur le comment, partager et se synchroniser sur la finalité et la compréhension de ce qui constitue le succès.
  • Les félicitations minute : Construire sur les réussites plutôt que sur les échecs, de la même manière que l’on encourage les enfants de leurs progrès !
  • Les réprimandes minute : Là, ça fait déjà plus « old school », car on voit comment exprimer son insatisfaction… tout en réitérant sa confiance dans la personne.

Lire la suite

Note de lecture : A Practical Approach to Large-Scale Agile Development, par Gary Gruver, Mike Young & Pat Fulghum

Note 2 ; Un texte bien austère, où il est question d’agilité à l’échelle, mais surtout d’une usine d’intégration…

L’agilité à l’échelle est le sujet du moment, c’était l’opportunité pour moi de dépoussiérer ce petit livre. Il ne compte en effet que 170 pages, rythmées sur 16 chapitres. Hélas, le texte s’est avéré décevant su de nombreux points. Certes, on pourrait considérer qu’un retour d’expérience est rarement palpitant. Pourtant Henrik Kniberg parvient à rendre cela palpitant. Au moins s’attends-t-on à y trouver une bonne compréhension des dynamiques d’une grande équipe répartie, mais cela aussi s’avère décevant. En fait, ce sont surtout des éléments de description d’une agilité pour les débutants que nous y trouvons. Le réel point de fierté de cette équipe (qui a quand même très bien réussi son pari) réside dans une mécanique d’intégration continue très bien faite, directement inspirée du « continuous delivery » de Jez Humble. Cet ouvrage et ceux de Dean Leffingwell sont d’ailleurs les sources d’inspiration des auteurs.

Le premier chapitre semble s’adresser plutôt aux nouveaux venus à l’agilité. Les auteurs nous y expliquent comment ils ont fait leur marché dans les principes agiles qui les intéressaient le plus. Ce sont 8 pages vite passées. 8 pages aussi pour le second chapitre intitulé « tuning agile to your business objectives ». En fait on nous y explique le contexte initial du projet et ce que l’on cherche à obtenir, à savoir une usine de développement bien rôdée, mais aussi les sources de gains que l’on vise (baisse de la maintenance, augmentation de la productivité et part du développement consacré à l’innovation). Le tout adossé à des chiffres. Très bien.

Lire la suite

Note de lecture : Comment développer son leadership, par Ken Blanchard & Mark Miller

Note : 6 ; Un « roman de gare » du management, mais plutôt bien fait.

Voilà un livre qui avoue un format réduit, c’est à dire 127 pages en petit format et avec une grosse police de caractère, que j’ai pu avaler en une demi-journée ! Le format réduit n’explique pas tout ; les auteurs ont fait le choix délibéré de construire une histoire pour promouvoir les 6 principes du leadership qu’ils veulent mettre en avant. Ca marche, et même très bien, preuve est qu’il ne faut pas s’arrêter au titre racoleur de la version Française.

Ce texte, c’est l’histoire de Julie, en échec au niveau du management de son équipe pour des raisons hélas classiques : un fonctionnement « control-command », pas d’équipe mais une juxtaposition de personnes et pas de soutien accordé à ceux-ci. Puis Julie se fait mentorée par Jean-François. Il y aura 6 étapes à cet accompagnement, chacune ponctuant l’acronyme « SERVIR ». Chaque étape est l’occasion de développer une des lettres, puis de voir comment Julie va s’évertuer de la mettre en œuvre au sein de son équipe. Une recette simple et efficace au niveau du déroulé de la prose.

Lire la suite

Note de lecture : The Four Steps to the Epiphany, 3rd edt. – Steven Gary Blank

Note : 7 ; L’excellence du story telling et la fatuité du process tout à la fois !

Le livre de Steve Blank, c’est un peu pour moi l’ancien testament du Lean Startup, parce qu’il précède de 5 ans l’ouvrage emblématique d’Eric Ries, et parce que l’auteur est le maître à penser du chef de file du Lean Startup.

Steve Blank n’est pas seulement l’un des gourous des startups les plus en vue de la Silicon Valley, il fut également directeur marketing. Le message de son ouvrage se concentre essentiellement sur un axes : il faut substituer au « product development » le « customer development » ! L’ensemble du texte détaille donc ce processus de développement client.

Si le volume semble se contenter de 200 pages, il faut aussi compter les volumineuses annexes qui en couvrent 80, ainsi que la mise en page assez dense qui fausse aussi quelque peu cette impression. En parlant de mise en page, celle de ce volume ne brille guère. Ce dernier est édité à compte d’auteur, et l’on voit ici ce qui peut différencier une édition assez artisanale d’une édition professionnelle. J’avoue que c’est un des aspects qui rends la lecture ardue. Le second étant le volet « processus » du livre. Mais j’aurais l’occasion de revenir dessus.

Lire la suite

Note de lecture : La PNL, par Catherine Cudicio

Note : 3 ; Le propos est peu compréhensible, mais les nombreux exercices sauvent un ou deux points.

Je devrais sans douté éviter à l’avenir ces petits livres de chez Eyrolles. Certes, la lecture est rapide, mais ils sont des sources récurrentes de déception ! Celui-ci ne fait pas exception : la dernière page fermée, je n’ai toujours pas une très bonne idée de ce qu’est la PNL !

En lui-même, le livre est en effet succinct : 180 pages (sur un format assez petit) sur 7 chapitres plus une introduction. Cette dernière fait un assez bon boulot pour camper le décors, c’est à dire ce sur quoi s’appuie la PNL mais aussi un bref aperçu historique.

Le premier chapitre est consacré au VAK (visuel, auditif et kinesthésique) et donne quelques clés sur le manière de repérer la dominance. La notion de « calibrage » par laquelle se termine le chapitre reste un peu trop stratosphérique pour moi. Pas non plus évident d’exploiter ce qui est dit ici… Entrer en contact est le sujet du second chapitre qui se limite à 16 pages. Ce sujet s’intéresse non seulement à la distance conversationnelle qui varie en proximité et en posture en fonction de la dominante VAK, mais aussi au mimétisme comportemental.

Lire la suite

Note de lecture : How to Measure Anything 3rd edition, par Douglas W. Hubbard

Note : 7 ; Extrêmement dense et d’un abord difficile

Ce texte est un grand classique. Pour Douglas Hubbard, tout peut se mesurer ! Une assertion qui crée beaucoup de polémique, à la fois sur la pertinence (et la qualité) de la mesure et la pertinence de mesurer ! L’auteur entend bien, par cet ouvrage, combattre sur les 2 fronts. Ce n’est pas une lecture facile et nombre de chapitres nécessitent un bagage mathématique dont l’auteur nous assène qu’il est simple, mais sur lequel je suis un peu limite.

Il faut compter pour ce texte, 385 pages qui se divisent en 4 parties comptant en tout 14 chapitres. Pour la première partie, « the mesurement solution exist », il faudra compter 3 chapitres sur un peu moins de 70 pages. Elle s’attaque à ce que j’ai appelé la pertinence de la mesure. C’est aussi la partie la plus abordable du livre, de très loin. Je dirais qu’à elle seule elle donne déjà beaucoup de valeur et un outillage intéressant au lecteur. Le premier chapitre « the challenge of intangible » compte pour moins d’une dizaine de pages mais introduit déjà des éléments intéressants ! Tout d’abord la mesure comme outil de décision et de diminution de l’incertitude et le processus « applied information economics » qui est la démarche de l’auteur, au centre de l’ouvrage.

Couvrant une douzaine de pages, le chapitre 2 « an intuitive measurement habit … » introduit l’art de la décomposition dans la mesure avec les exemples de Eratosthène, Enrico Fermi et Emily Rosa. L’auteur y montre brillamment comment on peut par décomposition et observation indirecte obtenir une mesure qui sera une réduction de l’incertitude probablement imparfaite mais meilleure que pas de mesure du tout. Fort d’une quarantaine de pages, le dernier chapitre de cette première partie « the illusion of intangible… » est aussi le plus difficile à digérer. L’auteur y introduit l’approche statistique et plus précisément l’approche Bayésienne (par opposition à l’approche fréquentiste. Pour moi l’élément marquant de ce chapitre est le pouvoir des petits échantillons : avec seulement 5 échantillons (quelque soit la population de départ) il y a 93,75% de chance d’avoir la médiane située entre la plus petite valeur et la plus grande (avec un échantillonnage représentatif).

Lire la suite