Note de lecture : The Professional Product Owner, par Don McGreal & Ralph Jocham

Note : 6 ; Une solide lecture pour le Product Owner, qui ne reste pas figée dans le dogme Scrum mais s’égare parfois un peu.

La Scrum.org s’est impliqué dans l’écriture de son corpus de connaissances et de pratiques. Le présent volume consacre celui dévolu au Product Owners. Comme nous allons le voir, c’est globalement une bonne surprise, même s’il nous embarque dans quelques hors sujets.

Les 320 pages du présent ouvrage sont découpées en seulement 9 chapitres structurés en 3 parties. Nous voilà donc embarqués dans des chapitres plutôt conséquents. La première partie « strategy » couvre 4 chapitres, soit un peu plus de 100 pages. Le premier chapitre est lui consacré à la gestion de produit agile. On y retrouve quelques poncifs habituels tels que le triangle de fer. Plus intéressant sont les propos sur les boucles de valeur et surtout les « roles type » qui offre une vue originale des profils de maturité du product ownership.

La vingtaine de pages du second chapitre va aborder la Vision. Le propos tourne autour de quelques pratiques désormais bien connues : le business model canvas, la product box et l’elevator statement. Le propos est bien ficelé, mais les habitués n’y découvriront pas grand-chose. Arrive le chapitre 3 et un sujet tout à fait épineux : la valeur ! Les auteurs lui accordent un peu moins de 40 pages. Les auteurs ont quelque peu du mal à trouver un angle, aussi commence-t-on avec « l’évidence-based management », ce qui a au moins le mérité d’introduire le sujet pour évoquer ensuite la satisfaction des employés et des utilisateurs (avec l’inévitable NPS). Après cela, ça part un peu n’importe comment en parlant budget, taux d’innovation, etc. Un chapitre qui n’est pas mémorable, sur un thème particulièrement difficile.

Lire la suite

Note de lecture : Enterprise Integration Patterns, par Gregor Hohpe & al

Note : 8 ; Un très grand classique !

Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité du « Patterns for Enterprise Applications » de Martin Fowler. Plus exactement, il traite de l’intégration d’application asynchrones par le biais de messages. Cette imposante référence regroupe 65 patterns, décrits au long des 650 pages de cette imposante référence. L’ensemble est découpé en seulement 14 chapitres.

Le premier chapitre est déjà conséquent avec près de 40 pages. Les auteurs y construisent un exemple d’intégration d’application fictif allant jusqu’au monitoring et montrant comment et pourquoi chaque pattern y prend place. Cela me rappelle quelque peu le premier chapitre de l’Enterprise Applications Patterns de Martin Fowler. Par contraste, le second chapitre est bien plus succinct avec ses 17 pages. Il s’agit ici de patterns stratégiques décrivant les différents styles d’intégration : transfert de fichiers, base de données partagée, échanges de messages, appels de procédures distantes, etc.

Le chapitre 3 s’attache à zoomer sur un seul des styles d’intégration décrit précédemment : l’échange de messages. Les patterns figurant ici décrivent les différents composants de cette structure : messages, endpoints, chanel, routeurs, transformateurs, etc. Nouveau coup de zoom au chapitre 4, sur un des composants de l’échange de messages : les canaux. Ce chapitre nous fait découvrir les différents types de canaux de manière exhaustive : point à point, publish and subsribe, bridge, etc. C’est l’occasion de découvrir certains patterns beaucoup moins connus que les grands classiques. Je pense, par exemple au Datatype chanel ou au Dead-letter chanel.

Lire la suite

Note de lecture : The Inmates are Running the Asylum, par Alan Cooper

Note : 7 ; Thumbs up sur le goal-directed design, thumbs down sur le processus.

Il s’agit là du livre de référence sur les Persona. Mais en fait l’ouvrage couvre bien plus largement la question de la place du design dans la conception des produits. Un propos qu’il faudra relativiser avec son écriture au début des années 2000 et même de la findes années 90, car il s’agit en fait d’une édition révisée.

C’est certainement moins vrai aujourd’hui, grâce en partie à cet ouvrage. Le père du Visual Basic nous gratifie ici d’un ouvrage de près de 250 pages découpé en 14 chapitres. Le nombre apparemment élevé de chapitres est bienvenu car il s’agit presqu’uniquement de prose ! L’ensemble est structuré en 5 parties. La première, intitulée « computer obliteracy » couvre 40 pages avec 2 chapitres. Le premier « riddles for the information age » nous propose de regarder les objets qui nous entourent pour constater à quel point l’électronique les a envahis … et à quel point notre expérience avec ces objets s’est dégradée. La phrase clé du chapitre est : quand vous croisez un objet (quel qu’il soit) avec un ordinateur, le résultat est un ordinateur ! Au second chapitre, il est question d’apologistes, de survivants et d’ours qui dansent. L’interaction avec les logiciels s’apparentent aux ours qui dansent : on s’émerveille de ce qu’ils font, mais tout bien considéré, en fait un ours ça danse terriblement mal ! Les apologistes sont les développeurs : ils imaginent que parce qu’ils sont capables de d’utiliser un ordinateur à la geek, les utilisateurs le seront ! Ces derniers s’apparentent souvent à des survivants : Bien qu’ils soient tourmentés par un système qui se comporte pour eux en dépit du bon sens, ils se conforment pour pouvoir faire leur boulot. Les deux chapitres sont de purs régals.

La 2ème partie « i twill cost you big time » regroupe 3 chapitres sur 40 pages. Le chapitre 3 « wasting money » couvre 17 d’entre elles. On y comprend que l’agilité, ce n’est pas son truc à Alan Cooper. Exhortant des « shipping late doesn’t hurt » ou les coût des prototypes, il nous invite à prendre le temps de faire des études amont bien détaillées… Le chapitre 4 signe le retour de l’ours dansant. L’auteur évoque le coût de la non qualité des logiciels : installation fastidieuse, incapable de mémoriser les habitudes de l’utilisateur ou simplement inflexibles et paresseux. Un coût qui se chiffre en perte de loyauté, comme il est évoqué au chapitre 5. Si Apple a su se rendre désirable au point que la loyauté de ses clients soit à tout épreuve, seule la position dominante de Microsoft lui a permis de contrer le manque de désirabilité de ses produits. Un atout que n’avait pas Novell et qui lui a coûté la vie alors que l’entreprise se pensait invincible.

La troisième partie prétend nous montrer comment manger de la soupe avec une fourchette. Elle compte 3 chapitres sur une quarantaine de pages. Le chapitre 6, éponyme du livre nous compte combien les ordinateurs sont différents des humains (sauf les programmeurs qui tendent à converger vers les ordinateurs) et que malgré tout on s’attend qu’ils leur ressemblent ce qui est la recette pour des catastrophes. Le développeur, parlons-en ! L’auteur l’appelle « homo logicus » qu’il oppose à « homos sapiens ». Dans ce chapitre 7, Alan Cooper évoque tout ce qui différencie ces deux espèces. De geeks oppressés par les brutes au lycée, ils sont devenus les brutes oppresseurs de leurs anciens bourreaux… C’est bien sévère ! Le chapitre 8 fera mal à certains, car il appelle la culture de la programmation, une « culture obsolète », isolationniste centrée sur les souhaits de l’ingénierie et non sur les besoins de l’utilisateurs.

Lire la suite

Note de lecture : Clean Agile, par Robert C. Martin

Note : 7 ; Un « back to basics » très bien écrit et malheureusement aujourd’hui nécessaire… mais par moments trop empreint de dogmatisme XP !

Quand on ouvre un livre de Robert Martin, on est presque toujours sûr de passer un bon moment. C’est bien le cas ici, et c’est sans doute pourquoi j’ai avalé ce court opuscule en à peine 2 jours. Le sous-titre « back to basic » traduit bien la volonté de l’auteur, revenir aux sources de ce qu’est l’agilité, de pourquoi et comment la met-on en œuvre. Le retour aux sources, c’est le retour à la véritable agilité, et pour l’auteur ce ne peut être rien d’autre que Extreme Programming. Nous verrons que cela induit quand même quelques biais qui peuvent aller de légèrement irritant à franchement embarrassant.

Place au texte ! Comme énoncé, c’est une lecture fort digeste : 185 pages réparties sur 8 chapitres. C’est d’histoire dont nous parle Robert Martin dans ce premier chapitre. L’histoire telle qu’il la connait et qu’il l’a vécue. Cela couvre des éléments bien antérieurs aux années 89/90, que les non-férus d’histoire découvriront, et bien sûr l’écriture du manifeste à Snowbird. Un régal. Le chapitre se termine sur le « circle of life » d’extreme programming, car pour l’auteur agile est synonyme d’extreme programming, et en fait rien d’autre.

Le chapitre 2 couvre les raisons de faire de l’agile (oui, j’ai dit « faire »). Le chapitre incarne assez bien l’aspect « retour aux bases » avec un éclairage résolument XP et ingénierie du développement. Ce n’est pas vraiment une découverte bien sûr, ni une redécouverte pour moi, mais il pourra éclairer des nouveaux venus qui n’ont que le prisme facilitation en tête. Le plus curieux dans le chapitre 3 est le titre « business practices » qui pour moi correspond peu au contenu (pour ne pas dire pas du tout). Peut-être que selon le prisme XP, le business est tout ce qui n’est pas strictement l’ingénierie de développement ? On y aborde de manière conséquente les estimations et la vélocité ce qui, même si c’est bien et clairement abordé est tout à fait ennuyeux. La fin du chapitre sur les tests et la QA parvient tout de même à me sortir de ma torpeur.

Lire la suite

Note de lecture : Coacher une équipe agile, par Véronique Messager

Note : 7 ; Une boite à outil plutôt qu’un cadre de coaching

Faire une note de lecture d’un livre dont j’ai été l’un des relecteurs principaux n’est pas une tâche facile. De plus, j’avoue n’avoir que peu goûté les ouvrages que j’ai pu croiser sur le coaching agile. Peut-être bien est-ce au fond un manqué d’intérêt de ma part sur ce sujet ? Voyons ce qu’il en est.

Tout d’abord l’ouvrage : avec 273 pages découpés en 21 chapitres plus une conclusion il est de taille moyenne. Moi qui apprécie les chapitres de taille raisonnable, je serais plutôt satisfait, toutefois il y a une forte disparité de longueur des différents chapitres, mais rien de bien gênant.

Enfin, il faudra noter le découpage en 5 parties qui reflète une progression dans la démarche de coaching.
La première partie campe le contexte. Il faut compter 3 chapitres sur 40 pages pour cela. Si le premier d’ntre-eux parle d’agilité, ce sont bien les « comportements attendus » figurant en dernière page qui constituent le point dominant du propos. Le second chapitre forme un contrepoint mettant en relief au travers d’exemples fictifs mais inspirés de la réalité, la différence entre ce qui devrait être un acquis et l’observation du terrain. Le contraste est saisissant. L’explication arrive au 3ème chapitre avec, entre autres, l’homéostasie et le poids de nos émotions que l’auteur compare à un GPS interne.

Lire la suite

Note de lecture : SAFe 4.5 Distilled, par Richard Knaster & Dean Leffingwell

Note 4 ; Un tour d’horizon à haute altitude bien écrit, mais manquant de consistance, de SAFe l’ERP de l’agilité.

SAFe est réellement le raz de marée de la seconde moitié des années 2010. Il serait vain de l’ignorer. Avec quand même un certain bagage sur le framework, j’aborde ce livre dans le but de mieux appréhender comment l’ensemble des briques s’articulent. Un objectif qui, nous le verrons, est malheureusement loin d’être atteint.

C’est un livre de taille moyen, avec ses 300 pages environ, qui surprend par son poids quand on le prend en main. Et pour cause : il est imprimé sur papier glacé, et même imprimé totalement en quadrichromie ! Un peu comme une plaquette publicitaire, ce qu’il est en partie. Le contenu est divisé en 6 parties et ne compte pas moins de 22 chapitres. La première partie nous invite à une vue générale, sur 25 pages comptant deux chapitres. Le premier est à peine un tour de chauffe, avec le « business case » de SAFe mâtiné de perspectives historiques. C’est bien écrit, mais on n’y apprend rien. C’est un peu plus concret au chapitre 2 qui nous explique clairement les différentes déclinaisons de SAFe et les rôles utiles. C’est une introduction comme il faut.

La seconde partie dédiée au mindset et principes compte 3 chapitres et couvre une cinquantaine de pages. On commence au chapitre 3 par parler mindset avec le manifeste agile et avec la « SAFe House of Lean », un peu librement adapté de l’original. A part cette nouveauté, la seule originalité est la déclinaison du manifeste à l’échelle, tout à fait sensée. Les principes SAFe sont détaillés au chapitre 4. Franchement ils sont bien et sont clairement évoqués. D’inspiration très largement Lean, j’ai quand même un peu de mal à les raccorder à ce que j’ai compris du framework. J’ai hâte d’en savoir plus. J’adhère aussi au propos sur le « Lean-Agile leader ». Du focus sur le développement des personnes au recrutement ciblé sur les soft-skills, nous sommes clairement dans la bonne direction !

Lire la suite

Note de lecture : L’art subtil de s’en foutre, par Mark Manson

Note : 6 ; Ou comment assumer que l’on n’est pas extraordinaire !

L’auteur déteste les programmes et les livres de développement personnels, est-ce peut-être pour cela qu’il en a écrit un ? Mais celui-ci se veut à contre-courant, bien sûr. Toutefois, comme nous le verrons, le titre est assez trompeur.

Le livre est relativement court, avec 186 pages sur 9 chapitres. La lecture en français facilite probablement les choses car je soupçonne que le style de l’auteur ne soit pas d’un abord facile par rapport à mes lectures habituelles…

Le premier chapitre « don’t try » fait hommage à l’épitaphe de Charles Bukowski. Il ne s’agit pas de se foutre de tout, mais de choisir ce à quoi on va accorder de l’importance, à des choses qui comptent vraiment et non à des préoccupations superficielles qui deviennent anxiogènes. Ainsi assumer de ne pas être dans la normalité, c’est cela « s’en foutre ».

Lire la suite

Note de lecture : The Data Loom, par Stephen Few

Note : 6 ; Aller au fond du « data sense making ».

Stephen Few n’aime pas le terme « Data Scientist ». Il lui préfère le terme « Data sensemaker ». Et pour donner du sens aux données, il faut certes un socle de connaissances, mais aussi et surtout une culture, une démarche et des « soft skills » qui s’avèrent indispensables. C’est de cela qu’il est question dans cet ouvrage, qui est en quelque sorte le « pragmatic programmer » du Data Sensemaker.

L’ouvrage est court : il ne compte que 120 pages découpés en 7 chapitres. Le premier compte une dizaine de pages et sert d’introduction pour aboutir à la notion de sensemaker. Elle n’est pas franchement passionnante, cette introduction. Heureusement, le reste du texte est mieux !

Les deux fondamentaux que nous assène l’auteur sont la pensée critique et la démarche scientifique, sur lesquels le reste du livre est construit. Le second chapitre est dédié à la pensée critique. C’est un chapitre qui fait force référence à Kahneman, mais surtout aux biais cognitifs et autres erreurs et illusions. Chacune d’entre elle est expliquée et souvent illustrée dans le cadre du sensemaking. Un chapitre très solide. Bien sûr, c’est à la démarche scientifique qu’est consacré le chapitre 3. C’est une démarche empirique, basée sur l’infirmation d’hypothèses, la transparence et la relecture de pairs. Une approche qui se décline très bien sur le travail sur la donnée comme le démontre l’auteur.

Lire la suite

Note de lecture : Formula X, par Jurriaan Kamer & Rini Van Solingen

Note 8 ; Ce que la formule 1 apprend aux organisations. Passionnant !

Cela fait déjà un petit moment que je réfléchis à la manière dont fonctionne une écurie de formule 1 et à son extrême capacité d’évolution et d’adaptation. C’est bien une partie du thème abordé dans ce livre, et mieux que je n’aurais su le faire.
Le texte est assez court. Il n’occupe que 190 pages d’un livre au moyen format. Le texte est découpé en deux parties inégales. La première est une fable autour de l’entreprise « Kitchen Quick », qui va occuper un peu plus des 150 premières pages. Quand elles sont bien racontées, ces fables sont d’excellents moments de lecture en plus d’être très instructives. C’est bien le cas ici. Plus que « The Goal » ou « The Phoenix Project », le texte me rappelle « The five dysfunctions of a team » de Lencioni.

La trame est assez simple : Kitchen Quick doit réduire ses livraisons de cuisines de 12 semaines à 2 semaines, question de vie ou de mort. Les personnages sont assez bien campés, mention spéciale à Hank Rapid le propriétaire de la marque, très haut en couleurs. Toutefois le caractère des protagonistes n’est pas toujours exploité comme il faut, tout comme certaines anecdotes qui ne sont pas menées à terme. Mais cela ne nuit pas au récit. Celui-ci est structuré en 6 parties, comme un week-end de formule 1 !

La première partie « free practice » campe essentiellement le décor et l’objectif : livrer les cuisines en 2 semaines au lieu de 12. Avec la seconde partie « Qualifying » arrive le FCCG (Full Control Consultants Group) et la mise en place du Total Efficiency Management dont le nom traduit bien l’orientation. L’auteur traduit bien comment cette transition se traduit dans les équipes et dans leurs interactions entre elles.

Lire la suite

Note de lecture : More Agile Testing, par Janet Gregory & Lisa Crispin

Note : 4 ; Pléthorique, mais toujours et encore trop verbeux.

Ce nouvel opus, de prime abord semble avoir pas mal de points communs avec le premier tome. Le plus important est la taille : ici encore il s’agit de 500 pages environ. Plutôt qu’une suite du premier volume, le thème serait plutôt « les auteurs n’ont pas tout dit » ! Si le volume précédent était majoritairement guidé par les cadrans de Brian Marrick, ici l’approche est plus thématique.

Le volume nous propose 25 chapitres, regroupés en 8 parties. La première d’entre-elle, sobrement intitulée « introduction » ne compte que 2 chapitres sur 25 pages. Le premier est consacré aux évolutions des pratiques durant les 10 années qui ont séparé les 2 volumes. Une synthèse juste et plutôt bien faite qui évoque par exemple le test d’applications mobiles ou les pratiques de test d’acceptation. Le second chapitre met un coup de zoom sur l’importance de la culture de l’organisation. C’est un aspect qui avait été peu (ou pas) évoqué précédemment.

La seconde partie « learning for better testing” va regrouper 4 chapitres sur un peu plus de 60 pages. Le chapitre 3 dédié aux rôles et compétences comprend des sujets tels que les profils généralistes versus spécialistes, donc bien sûr une évocation des profils en « I » et en « T » qui m’a toujours semblée un peu bateau et de la pluridisciplinarité. Donc, pas tant de choses nouvelles ou originales au final. Les « thinking skills » évoquées au chapitre m’ont semblées plus intéressantes : la facilitation, l’écoute, la connaissance du domaine pour n’en citer que quelques-uns sont replacés dans le contexte d’une activité de test. Une prose qui pourra s’avérer utile pour le recrutement de vos prochains testeurs.

Lire la suite