Note de lecture : La structure des revolutions scientifiques, par Thomas S. Kuhn

Note : 4 ; Attention, lecture difficile !

Ce livre est un grand classique, peut-être pas en littérature informatique, mais au moins en histoire des sciences et peut-être en philosophie des sciences. Je m’y suis intéressé car il a été évoqué par Craig Larman lors d’une de ses conférences.

Le texte de Kuhn s’articule autour d’une idée forte et novatrice en ce qui concerne l’évolution des sciences les avancées dues aux grandes découvertes sont en fait des changements de paradigmes « non cumulatifs » par rapport aux périodes dites « normales » précédentes. Lors de ces périodes « normales », une communauté de scientifiques se reconnaissant autour d’un paradigme emploie celui-ci pour résoudre des énigmes proposées par la nature en améliorant les lois s’appuyant sur ce paradigme. La sciences « extraordinaire » est précédée de crises où le paradigme précédent s’avère impuissant à résoudre de nouvelles énigmes et où le nouveau paradigme propose des solutions plus simples tout en adressant les problèmes déjà résolus.

Dans les premiers chapitres, l’auteur s’efforce de définir la notion de science de normale et de revisiter la notion de paradigme. Ce dernier définit aussi le groupe et les protocoles qui entoure celui-ci : règles admises non-écrites et processus d’adoption des membres.

Lire la suite

Publicités

It is therefore not unreasonable to suppose that some portion of the neglect of science in England, may be attributed to the system of education we pursue.

Charles Babbage

Charles Babbage

Stephen Hawking expliqué simplement !

Pourquoi Stephen Hawking est-il considéré comme notre plus scientifique aujourd’hui en vie ? Et quelle découverte fondamentale a-t-il fait pour cela ? Cette animation a pour but d’expliquer aussi simplement que possible des concepts incroyablement compliqués sur les trous noirs, les singularités et comment tout s’assemble pour expliquer la formation de l’univers !

Molecular Structure of Nucleic Acids

Un article qui marque l’histoire des sciences n’est pas nécessairement un monument. L’article original de Watson et Crick décrivant la structure de l’ADN, la fameuse double hélice tient en un peu moins de deux pages de l’édition de Nature datant du 25 Avril 1953. Il vaudra aux deux auteurs associés à Wilkins, le prix Nobel de médecine en 1962.

Pour l’anecdote, le dessin de la double hélice est dû à Odile Crick, la femme de l’un des auteurs, peintre de profession. Ce dessin est par ailleurs la seule oeuvre pour laquelle elle est connue.

Moins drôle : le point de départ de l’article de Watson et Crick est une photographie, connue sous le nom de “photo 51”, prise par Rosalyn Franklin, que Wilkins a montré aux deux auteurs sans en informer sa collègue ! Voici la photo en question

image

Rosalyn Franklin apparait uniquement dans les remerciements de l’article, une bien piètre reconnaissance de sa contribution par ailleurs involontaire !