Soirée « en finir avec… »

Cela faisait déjà un petit moment que je pensais à ma petite soirée mégalo à moi. Oh, surprise, elle a fini par avoir lieu ! Nous nous sommes donc retrouvé ce Jeudi 29 Janvier chez Zenika autour de ce thème. Cette fois, ce ne sont pas les intempéries, mais une grève inopinée des transports qui ont eu raison de l’enthousiasme de 2/3 des inscrits. Heureusement pour nous le format d’atelier que nous proposions se prêtait bien à un groupe plutôt restreint, une vingtaine de personnes.

Bon, c’est ma soirée, c’est donc à moi de faire l’ouverture !

Pas de répit pour les braves, on enchaines avec les propositions et les choix de sujets !

Lire la suite

Publicités

Soirée « en finir avec… » organisée par le French SUG

Ca y est, je l’ai : Ma soirée mégalo à moi ! En effet, le 29 Janvier nous nous retrouverons sous l’égide du French Scrum User Group pour une soirée exceptionnelle « en finir avec… ».

Pourquoi une telle soirée ? Tout d’abord pour fair écho bien sûr à la série de post que je vous ai asséné depuis maintenant 3 étés, et que vous retrouverez encore quelque temps. Ensuite et surtout pour réfléchir ensemble à nos pratiques agiles : les comprendre et savoir les remettre en cause !

En effet, nous tenons pour acquis la nature agile des pratiques identifiées comme « bonnes pratiques ». Qu’en est-il réellement ? Quelle est la nature et l’objectif fondamental de chacune d’entre-elles ? S’inscrivent-elles vraiment dans notre système de valeur ou s’en éloignent-elles au contraire sous pretexte de compromis à un environnement aux antipodes de ce que nous voulons faire ? Notre acceptation inconditionnelle même de ces pratiques s’inscrit-elle dans un état d’esprit agile ? Mais là, je crois que nous avons déjà la réponse…

Si ma prose vous interpelle, rejoignez-nous le 29 Janvier ! Aucune promesse ne sera faite sur ce que vous pourrez en retirer, car cela dépendra largement de ce que vous saurez y apporter !

Soirée « en finir avec… » organisée par le French SUG

Waiting for the Storm…

Le Storm User Group, c’est une initiative de quelques collègues autour du « big data temps réel ». Aujourd’hui, nous parlons de Storm et quelques infrastructures qui peuvent s’y connecter. Demain, il s’agira peut-être de Spark ou d’autres…

Halte là ! Je vais peut-être un peu vite ? Et d’abord, Storm, qu’est-ce que c’est ? Voilà une question à laquelle une partie de cette première rencontre va être consacrée.

Oui, Storm, qu’est-ce que c’est ?

C’est Florian Hussonois qui va répondre à cette question. Nous pourrions résumer la chose en déclarant simplement qu’il s’agit d’un Hadoop « temps réel ». Il s’agit en quelque sorte d’un middleware permettant le traitement d’évènements en mode flux.

Un (petit) peu d’historique

Storm a été développé par Nathan Marz chez BackType en 2011. La société est rachetée ensuite par Twitter qui promeut le projet et le passe en Open-Source. La première release officielle date de 2011. En Septembre 2014, le projet devient officiellement « Apache Top Level Project » alors même qu’il n’a pas encore atteint la release 1.0 !

Ecrit principalement en Clojure et en Java, ce « processeur d’évènements » est conçu pour traiter un flux de très nombreux évènements (des tuples dans la terminologie Storm), à savoir 1 millions de tuples par seconde et par noeud (1 seul coeur processeur), avec tolérance aux fautes, gestion de la scalabilité et garantie de traitement !

image

Lire la suite

Quand Tom Baeyens inaugure le BPM Professional Group

Quand on pense BPM et Open-Source, on pense toute de suite à jBPM ou Activiti ! Derrière ces 2 projets, un même homme : Tom Baeyens ! On ne pouvait rêver mieux pour inaugurer le BPM Professional Group au zLocalHost de Zenika ! Ce ne sera pas le seul intervenant de cette soirée, car Fayçal Mehrez viendra nous parler d’indicateurs de performance en entreprise et de l’usage de BPM dans ce cadre !

A la découverte d’Effektif, avec Tom Baeyens !

Effektif, c’est la nouvelle structure de Tom Baeyens, qui s’éloigne maintenant d’Activiti et Alfresco pour une nouvelle aventure. Mais ce n’est pas pour faire la promotion de son outil qu’il sera là ce soir, mais bien pour nous parler de BPM.

image

Lire la suite

La rentrée en open space !

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir notre premier rendez-vous agile de la rentrée. C’est d’ailleurs un agenda assez rythmé qui nous attend dans les semaines qui viennent !

Mais en ce 4 Septembre, c’est un open-space auquel Yannick nous a convié dans les locaux de Zenika. Beaucoup d’inscrits, peu de venus (environ une quinzaine), mais comme on dit dans les open spaces : les personnes qui sont là sont les bonnes personnes. Petit avantage : l’achalandage de notre place de marché va plutôt vite. C’est bien car ce sont 3 créneaux qui sont prévus pour ce soir !

image

1er round : où il est question de (non) estimations…

3 sujets sont proposés dans chaque tranche de temps, avec 45 minutes consacrées à chacune q’entre-elle ! Voilà, c’est parti.

image

Chaque groupe prend possession de son espace. J’avoue apprécier d’avantage les petits groupes de 5 comme c’est le cas ici.

Il faut faire des choix, parfois difficiles. Ce groupe a choisi d’aborder la définition de « done », un sujet pour lequel j’éprouve un certain intérêt … 

image

Je me décide finalement à rejoindre le groupe de Dov pour débattre du « no estimates ». Je me suis dit que cela faisait une bonne suite à ma rubrique de l’été : en finir avec les estimations !

image

J’ai été rapidement déçu par la direction qu’a prise la discussion, ou plutôt l’exposé que nous a fait Dov de son contexte. Outre que je suis plus intéressé par la discussion que par écouter une seule personne discourir, il ne nous parlait pas de « no estimates », mais plutôt de « diluate estimate » !

Supprimer les estimations « parce qu’elles font durer le planning meeting trop longtemps » sans changer la logique de travail entre le PO et l’équipe, c’est un peu mettre un sparadra sur un bobo. Certes, cela fait diminuer la pression … mais ce n’est pas du « no estimates ». Où plutôt cela l’est au sens littéral, comme quoi le terme n’est pas bon, du moins à mon avis.

Un avis apparemment partagé par Arturo ! Du coup, nous réorientons la discussion sur le changement de focus : la valeur et la définition de succès, du projet ou du rôle du product owner. Dans le cas du projet de Dov, on parle d’implémenter ce qui est dans le backlog : tant que l’on en est là, il n’y a pas de changement de logique et cesser d’estimer est futile, peut-être même malhonnête par rapport au client ?

J’aurais aimé avoir plus de temps pour creuser la question du changement de logique avec Arturo, mais le gong nous a rattrapé. Nous avons à mon goût passé bien trop de temps dans une direction qui ne m’intéressait pas. Oui, je sais j’aurais dû appliquer la loi des deux pieds. Mais le sujet m’intéressait et je préférais le rediriger dans une voie qui me convenait plus.

2nd round : Trop d’agile tue l’agile ?

Pour faire 3 round, Yannick nous a proposé un timing assez rythmé, pour ne pas dire serré. Ca ne laisse pas beaucoup de temps au partage ni au « slack », c’est un peu dommage.

image

Pour ce second round, je me suis joins à Renaud. Je ne suis pas fan de la manière dont il a exprimé le sujet. Peut-être même pas fan du sujet, d’ailleurs. Mais je me dis qu’au pire, il se prête assez bien au hacking !

Renaud s’étonne d’un certain nombre de sujets abordés dans le cadre de Scrum qui sont justement incompatibles avec Scrum. Sans aucun doute, il a raison. Renaud profite de l’occasion pour nous parler de Shu Ha Ri, cela vous rappelle-t-il quelque chose ?

Je ne vois pas trop où le « trop d’agile » intervient dans cette discussion, car on en arrive à évoquer le « Scrum by the book », ce qui est un peu normal quand on parle de Shu, mais pour le seconde fois de la soirée, je m’aperçois que ce n’est pas une direction de la discussion qui m’intéresse !

image

Le « trop d’agile », c’est pour moi trop se focaliser sur le fait de faire effectivement de l’agile au travers de telle ou telle pratique. Et s’intéresser à l’orthodoxie des pratiques (comme nous le faisons là), c’est se focaliser sur les choses qui sont au final inintéressantes. L’agilité est un moyen, c’est aujourd’hui devenu une fin ! On est d’ailleurs en train de parler « d’audit agile » dans cet ordre d’idée, une perspective que je trouve déplaisante.

Merci une fois encore à Arturo pour m’avoir épaulé pour chercher à explorer cette voie. Une fois encore je me trouve un peu frustré par le gong qui raisonne…

3ème round : Convaincre sur l’agile

Rapide partage avant le dernier round. Trop rapide encore. Hélas encore !

image

Nous commençons à nous dépeupler. Ce dernier round ne comptera que 2 sujets, le 3ème passera à la trappe : c’était le mien ! Mais il semble n’intéresser que peu de monde. Peut-être même personne.

Un débat plus intéressant cette fois autour d’un cas réel : quelle prise pour convaincre un management par ailleurs dans l’échec !

image

On a beaucoup parlé de construire un argumentaire, enquêter, chercher des éléments… Tout cela ne vas pas me convaincre. Plutôt que d’argumenter avec de grands mouvements de manche, pourquoi ne pas faire ? Quelle expérimentation mener pour prouver ? Quel investissement semble assez raisonnable pour essayer quelque chose ? Après tout si la situation actuelle ne marche pas …

image

Conclusions

Ce n’était pas la grande forme pour moi, ce jour-là. Mais je souligne 4 éléments à l’issu de cette soirée.

Un petit groupe pour l’open space et des petits groupes de 5 pour discuter, c’est plus convivial et plus interactif !

Le timing était un peu serré du fait de la contrainte que l’on se donnait sur les 3 tranches de temps. C’est dommage ! Je pense que j’aurais préféré deux créneaux de qualité avec un peu de mou et un temps de partage prolongé.

Un peu frustré par la direction prises par les deux premiers sujets. C’est nécessairement un point de vue personnel, je ne peux escompter que tout le monde partage la direction que j’aimerais faire prendre à la discussion.

Enfin, mon sujet n’a finalement pas été abordé. En soi, cela n’a aucune importance. Mais il s’agissait du seul sujet traitant de conception, de craftmanship. Lors des rendez-vous agiles, j’entends toujours des participants parler du TDD « il n’y a que ça de vrai » … mais traiter vraiment du coeur du sujet, en l’occurrence de la conception émergente, cela finalement n’intéresse personne. Est-ce la différence entre l’intention et la réalité ?

Neo4J contre SAP Hana

Il y avait un petit moment que l’on n’avait pas eu de meetup Neo4J sur Paris ! C’est donc avec une façon un peu provocante d’aborder un sujet à connotation BI que nous avons été invités !

Nous étions environ 30 à nous rendre ainsi dans le showroom Zenika.

image

Introduction

Cédric Fauvet, toujours égal à lui-même nous fait son habituelle introduction sur les graphes. Presque habituelle, devrais-je dire, car il fait un peu évoluer son propos de meetup en meetup, tout comme son support.

image

Aujourd’hui, le spectre des problèmes couverts par les bases orientées graphes couvre :

  • La collaboration
  • Le SCM
  • L’analyse géo-spatiale
  • L’étude des interactions moléculaires
  • L’analyse d’impact
  • Le MDM
  • La gestion de lignes-produit
  • Et bien entendu la recommandation et les liens sociaux !

En Juin, Neo4J France devrait nous gratifier d’une présentation d’un projet « Dropbox-like » réalisé par des étudiants !

Cédric attire également notre attention sur le talk de Volker Pacher expliquant pourquoi Neo4J augmentait la capacité de delivery de Shutl (acquis depuis par eBay).

Il est l’heure de la pause pizza, nous allons bientôt attaquer la pièce maîtresse de la soirée !

image

Analyse des tickets de caisse avec Neo4J

Nicolas Mervaillies et Charles Besselièvre nous présentent le projet qu’ils ont développé pour « un grand client retail ». Il s’agit d’un petit projet, c’est à dire moins de 100 j/h, qui devait être développé rapidement. Sur les projets analytiques orientés « real time », cette enseigne s’appuie généralement sur SAP Hana. Mais ce projet tactique présente des échéances de temps incompatibles avec ce type de projet, plus adapté à des solutions légères menées en agile.

image

La problématique est essentiellement simple : trouver des corrélations d’achats. Vous savez, celles qui ont permit de déterminer que les couches culottes sont souvent achetées en même temps que le bière le samedi ou qui ont permit à une enseigne d’apprendre via des bons d’achat à une jeune fille qu’elle était enceinte avant qu’elle même ne le sache ! Ici les corrélations doivent être croisées entre magasins et entre régions. Pour chaque magasin, il faut compter une volumétrie de 300 millions de lignes de ticket par an.

Phase 0 : Prototypage

Pour cela on utilise simplement la console Neo4J ! En fait, on ne représente pas chaque ligne d’achat en liaison avec le ticket de caisse : on agrège ces lignes par sous-familles. Bien sûr, les tickets sont associés à une date, un client et un magasin.

Grâce à cela, on voit avec Cypher si l’on parvient à produire les analyses que l’on souhaite.

Phase 1 : Construction initiale

Premier fonctionnement en production : les données de ticket de caisse sont récupérés tous les mois et injectés avec Spring Batch. Le client peut agréger les données en live via des requêtes Cypher : dans le temps, par famille de produits, par magasin.

Les couplages repérés avec de forts pourcentages sont donc mis en exergue dans certains magasins, on compare les éléments différenciants des magasins ayant de moins bons taux de corrélation !

On a toutefois un problème : trop de lenteurs, dû aux fortes volumétries, mais aussi au déploiement de Neo4J sur des serveurs virtualisés. La virtualisation et les bases de données, ce n’est pas le grand amour, même si certains ingénieurs système essaient de se convaincre du contraire !

Phase 2 : Focus sur le « top 15 »

En analysant les données des différents magasins, on perçoit dans le temps des réccurrences d’association, notamment dans le « top 15 ». Nos artistes choisissent donc de précalculer les associations significatives, celles correspondant au « top 50 » de chaque magasin, mais sans Marc Toesca !

Phase 3 : Optimisation de production

En dernière phase, il faut finalement réaliser des optimisations purement de production : gestion de l’infrastructure, mise en place de cache, etc…

En conclusion…

L’utilisation de Neo4J est parfaitement adaptée à ce type de projet tactique : on a la rapidité de de mise en place et la vitesse d’exécution de ce projet typique d’un projet agile ! Par rapport à SAP Hana, on gagne réellement en time to market !

L’équipe a aussi développé un front-end pour faciliter l’utilisation du système. Mais à la limite, cela aurait pu être omis !

Concernant l’infra : elle a été gérée complètement en interne pour des raisons de non exposition de données sensibles. Toutefois, on a une machine puissante qui ne sert que quelques heures, une fois par mois ! Ce type de configuration se marrie donc bien avec le Cloud.

Enfin, l’aspect communautaire de Neo4J permettant de trouver de l’aide sur les forum a été un plus important !

Faute de disposer du support de présentation, je vous propose ici l’enregistrement de la même session qui s’est déroulée au meetup Neo4J Lillois !

Ce que j’en ai pensé

C’est probablement le meetup Neo4J le plus interactif et le plus convivial auquel j’ai pu assister. Les interventions fort pertinentes d’un connaisseur SAP Hana ont été un gros plus dans la discussion, surtout quand, comme lui, on connait et sait reconnaitre les qualités de ce système. Il est là, juste derrière moi.

Pour clore ce compte-rendu et donner un avis éclairé sur cette confrontation, je le citerai :

« Remplaçons notre argent par notre intelligence ».

Cela me rappelle un peu un slogan des années 70 où il était question de pétrole…

Carnet de route : Le ScrumDay 2014 (4/4), Bonus track !

Après avoir couvert mon parcours de ces 2 jours de ScrumDays (ici, ici et ici), une question reste en suspens : et les autres sessions ? J’ai donc été rechercher du mieux que j’ai pu les supports de présentation des sessions auxquelles je n’ai pu assister. Il en manque encore hélas beaucoup, sans compter la mise en ligne des vidéos. Si vous avez des liens vers les supports manquants, faites m’en part, je les rajouteraient.

Pour commencer, voici le livret des sessions, en mode présentation

La transformation numérique de France Télévision

France Télévision fut le premier sponsor « client final » du French SUG ! Ils nous partagent leur retour d’expérience.

Vous retrouverez aussi cette présentation via le blog d’Alain Buzzacaro.

Le Lean Startup au service du Product Owner, par Jérôme Guenver

J’ai entendu dire beaucoup de bien de cet atelier animé par Jérôme. Un atelier que Jérôme a imaginé suite à une discussion que nous avons eu ensemble chez Zenika. Je suis donc plutôt heureux d’avoir eu un petit rôle pour inspirer un collègue !

Des outils du monde de la psychologie… par Bruno Sbille

On ne présente plus Bruno, en tout cas on ne devrait plus ! Bruno est l’un des piliers de l’imposante communauté agile Belge. Il est aussi l’organisateur de l’Agile Tour Bruxelles auquel je participe depuis sa création (et j’espère continuer). Lors de ce ScrumDay, il proposait cet atelier en plus de son rôle dans la « coach clinic » !

Dans cet atelier, Bruno présentait et permettait d’expérimenter divers outils tels que la PNL, le VAK, etc. Je me souviens encore que Bruno avait fait le déplacement depuis Bruxelles pour la soirée de création du French SUG il y a 6 ans de cela. C’était justeent pour nous parler de PNL !

Let’s Sketch together, par Alvin Berthelot

L’atelier d’Alvin était articulé autour de la création visuelle de produits. Je sais qu’il le produit régulièrement, j’aimerais bien avoir l’opportunité d’y participer…

The big payoff, par Alexandre Boutin

J’avais eu l’occasion de pratiquer ce jeu lors des premiers Agile Game France. Alex remet le couvert pour ce très bon agile game. Vous pouvez en trouver le descriptif en anglais ici. Et mieux encore le descriptif en Français ainsi que le matériel de jeu sur le blog d’Alex.

Faites Revivre vos spécifications

Un autre sujet orienté BDD issu d’une expérience récente de Yannick. Il m’en avais parlé lors d’un déjeuner, plus tôt dans l’année. Une optique de l’acceptance testing qui diffère un peu de la mienne, mais sans être incompatible (si, si !).

Open Agile Adoption, par Pablo Pernot et Oana Juncu

Encore une session à laquelle j’aurais aimé pouvoir assister si j’avais pu me dédoubler. Too many sessions, so little time…

Ici, Oana et Pablo nous dévoilent (en partie) le framework de Dan Mezik.

Créer le bon produit avec le Lean Canvas, par Romain Couturier

Romain a vécu un ScrumDay mouvementé, avec une panne de sonorisation suivi d’un changement de salle. Ici Romain nous parle du Lean Startup et plus précisément de l’outil de référence développé par Ash Maurya .

Les nouveaux outils du Product Owner

Story Mapping, Impact Mapping, Lean Canvas et Kanban : ce sont les « nouveaux » éléments que nous propose Claude pour le Product Owner.

Agilité : la fin du middle management ? Par Kevin Maccioni et Fabien Barbaud

Avec le passage à Scrum, le retour d’expérience des deux orateurs les amènent à répondre oui !

Introduction to Visual Management, par Natalie Yadrentseva

Je ne suis pas certain de joindre ici le bon support, je l’avoue…

Certains éléments de cette présentation me rapellent furieusement le Lightning Talk d’Igor Sviridenko à l’Agile France 2013…

Devops Game, par Vincent Daviet

Le troisième atelier Zenika de ce ScrumDay nous était proposé par notre nouveau venu Lyonnais avec ce Devops Game que je n’ai hélas pas pu expérimenter.

Podojo : PO, viens t’améliorer par la pratique avec nous ! Par Guillaume Duquesnay et Nicolas Verdot

A défaut d’un support de présentation, voici une petite vidéo avec une interview de Dominique Lequepeys sur cet atelier

Le Product Owner est-il un Product Manager agile ? Par Sébastien Saccard

Sébastien Saccard n’est pas un inconnu pour moi : tout d’abord il fut à l’initiative du workshop d’Ash Maurya à Paris, ensuite en tant que président de l’association We Do Product Management, il fut à l’instigation de la rencontre avec Gojko Adzic hébergée chez Zenika.

Sébastien cherche à développer le métier de Product Manager en France. Sa présentation va dans ce sens.

Vous pouvez aussi retrouver la présentation de Sébastien sur son Blog.

Agile-Lean-Kanban : Le guide du routard 2014, par Christophe Keromen

Bien rodée, j’avais eu l’occasion d’assister à cette très vivante présentation de Christophe à l’Agile Tour Rennes 2013. Mais était-ce réellement la même ?

My Product is a James Bond Movie – part V, par Pierre Neis

Les présentations de Pierre ne ressemblent à rien de connu ! Elles sont difficile à raconter, et je doute que le support ci-dessous lui rende justice. J’avais assisté à la « part I » de cette série « James Bond Movie » lors de l’Agile Tour Bruxelles 2013 … nous voici rendu au 5ème opus !

Développer en mode Kick-Ass, par Samuel Le Berrigaud

Le Kick-Ass de Samuel, cela me fait penser au « programming motherfucker » ! D’ailleurs en fait, il en parle dans sa présentation. Je vous recommande ce support pas mal du tout … en attendant la vidéo !

De la culture projet à la culture produit, par Céline Stauder et Gregory Alexandre

La présentation de Céline et Grégory est tout à fait dans le thème de ce ScrumDay. Par contre le support ne vous permettra guère de saisir la substance de la présentation !

Le prétotyping, avec Elalami Lafkih

Le prétotyping, c’est du prototypage « low cost », plus tôt donc avec un feedback anticipé. Elalami nous en expose un certain nombre de techniques. J’ai repris le support de l’orateur utilisé durant l’Agile Tour. Je suis parti du principe qu’il s’agissait du même…

Kapla Challenge, avec Dragos Dreptate

Construire un pont par itération (avec des Kapla), c’est le challenge que nous propose Dragos durant cet atelier

Faire Agile, c’est bien…, par Aurélien Morvant et Simon Jallais

Simon et l’homme aux chaussures de couleurs différentes nous proposent de découvrir ce qu’est « vivre agile ». Une session plutôt décalée !

DSL et refactoring pour les tests d’acceptation, par Laurent Py

Laurent nous fait partager son expérience ATDD / Devops chez Smatesting. En fait, la session ressemble terriblement à une promotion de l’outil Zest’ qui est, oh surprise, développé par la société dont Laurent Py est CEO !

Bon, voici quand même cette présentation…

Les reportages du ScrumDay

Une petite séquence « fun », tournée en bonne partie durant la pause déjeuner du second jour.

Et le reportage du ScrumDay, avec quelques interviews et des interventions de Xavier Warzee et Alistair Cockburn

Ils en parlent aussi…

Quelques liens vers des articles de blog que j’ai peu glaner à droite et à gauche. Si vous avez d’autres liens, n’hésitez pas à m’en faire part.

Il y avait une Coach Clinic, mise sur pied par Fabrice Aimetti et Bruno Sbille. Côté Zenika, Géry Derbier y participait ainsi que Laurent Sarrazin pour Rupture 21. Un compte-rendu est disponible sur le site d’Ayeba.

Alex Boutin nous livre sur son Blog la manière dont il a vécu ce ScrumDay.

Un retour de Laurent Sorin sur la table ronde menée par Véronique Messager

Autre retour également en provenance d’Ippon, un feedback sur la session de Rachel Davies par Victoria Pedron.

Dominique Lequepeys nous adresse les points forts des sessions auxquelles il a participé. Youpi, ceci inclut la mienne !

Christophe Deniaud fait aussi son billet de Blog sur les sessions qu’il a vu, ainsi que sur l’open-space. Lui aussi donne son feedback sur mon atelier. Pas sûr que mon message principal sur l’écriture collaborative des tests soit bien passé…

Coactiv nous livre aussi ses retours.