Educated guesswork is no substitute for thoughtful observation.

Jim Benson
Jim Benson
Publicités

Note de lecture : Release It ! 2nd edition, par Michael T. Nygard

Note : 9 ; Actualisé et repensé, mais toujours aussi riche et pertinent !

11 ans se sont écoulés depuis la parution de la première édition. De mon point de vue, c’était le premier vrai texte évoquant la culture devops. A vrai dire, j’ai continué à le considérer ainsi jusqu’à la parution de cette nouvelle édition. De prime abord, celle-ci semble avoir subi une cure d’amaigrissement… en fait, c’est le papier qui est plus fin, car celle-ci compte le même nombre de pages, mais réparties en 17 chapitres (au lieu de 18) sur 3 parties. Il s’est passé des choses en 11 ans, et nous allons voir que le texte le reflète bien.

Le chapitre d’introduction n’a guère bougé dans son essence avec son fameux « un million par ci, un million par là… », mais sa forme a été remaniée. La première partie « create stability » compte aussi toujours 4 chapitres. Je retrouve au chapitre 2 la même histoire horrible de l’exception qui a mis un aéroport en rideau. L’erreur dans le code est visible sans être grossière, mais les conséquences sont catastrophiques. L’ambiance est campée pour ce livre emblématique. Le chapitre 3 développe sur cette base la notion de « cracks propagation » en faisant référence au livre de James Chiles « Inviting Disaster ». Je ne retrouve pas dans ce chapitre le diagramme de patterns de l’édition précédente : dommage.

Au chapitre 4, on retrouve les antipatterns de stabilité. C’est un chapitre particulièrement conséquent avec 60 pages. Sa structure épouse celle de l’édition précédente, mais le propos est sensiblement modernisé dans cette seconde édition. Cela dit, j’avais trouvé l’édition précédente plus pédagogique à cet égard. L’auteur semble avoir voulu gagner en efficacité dans son propos. Cela a un prix. Après les antipatterns, les patterns. Ils sont présentés au chapitre 5. Les patterns sont les mêmes d’une édition à l’autre, mais l’auteur a fait le choix de les modifier dans le détail. L’ensemble est un peu modernisé sans que la différence soit notable.

Lire la suite

Note de lecture : Les Innovateurs, par Walter Isaacson

Note : 8 ; La grande saga de l’informatique … avec un point de vue subjectif.

Walter Isaacson est le biographe de Steve Jobs, entre autres chose. Il fut aussi journaliste au Times. Bref, il sait écrire et raconter, on s’en rend très vite compte. Le format poche du livre fait 860 pages, mais c’est au format Kindle que je l’ai lu. Il est structuré en 12 chapitres qui chacun couvre une période de l’histoire de l’informatique.

L’auteur a décidé de remonter aux prémices avec un chapitre consacré à Ada Lovelace ou plus exactement à Ada et Babbage, mais centré toutefois sur la fille de Lord Byron. Un chapitre sans concessions sur celle que l’on considère comme la pionnière de la programmation, mais qui vantait sans retenue ses capacités intellectuelles. C’est sur la publication « Sketch of the Analytique Machine » par LF Menebrea, mais traduit en Anglais par Ada et augmenté de ses notes que s’attarde Walter Isaacson. Ce sont ces notes (qui occupent d’ailleurs plus de place que le texte original) que se trouvent toutes les trouvailles et les projections concernant la machine analytique et cela est fort bien analysé par l’auteur.

Le second chapitre s’intitule « l’ordinateur », il s’agit bel et bien de l’invention de l’ordinateur. L’auteur nous dresse le paysage des prémices de l’ère numérique avec les Shannon, Lorenz, Aiken, Atanasoff et surtout Mauchly, car l’auteur ne peut se vanter d’être objectif en dédaignant l’aspect programmable du Mark I et II au profit du fonctionnement à lampe du non-programmable Eniac. Le rôle Von Neumann dans ce projet y est clarifié, entre autre qu’il permit à l’industrie informatique d’éclore à cette époque en coupant l’herbe sous le pied de la brevetabilité de l’architecture des machines. Ce second chapitre est assurément l’un des plus passionnants.

Lire la suite

Note de lecture : Seven Databases in Seven Weeks, par Eric Redmond & Jim R. Wilson

Note : 4 ; 7 livres compressés en un seul.

Je sais que j’aurais dû, mais non je n’ai pas pris plaisir avec ce livre. Mais reprenons depuis le début. Cet ouvrage est calqué sur l’approche de « Seven Languages… ». Le principe est simple : les auteurs abordent 7 bases de données en nous proposant une initiation à chacune d’entre-elle sur 3 jours.

Chaque chapitre est consacré à une base de données, et chacun d’entre-eux est effectivement structuré en 3 parties, soit 9 chapitres en comptant introduction et conclusion pour un total de 310 pages environ. Le tout est très dense et la pente est rude pour chaque chapitre. Elle est d’autant plus rude pour moi que les langages de prédilection choisis sont Ruby et JavaScript (même quand ce n’est pas le langage naturel de la base), que je ne connais pas plus que je ne les apprécie car il s’agit de langages dynamiques.

Je passe l’introduction qui dresse un panel des différentes bases et des paradigmes sur lesquels elles s’appuient. Le second chapitre est consacré à PostgreSQL. C’est du relationnel, je suis en terrain connu. Les premier et second jour vont assez bien, même si on monte assez vite dans les tours avec les fondements mathématiques, les Windows functions et autres triggers. On ne perd pas de temps ! Le 3ème jour nous conduit directement dans les spécificités de PostgreSQL avec les cubes multidimensionnels et l’indexation full text. Je me retrouve aux limites de mes connaissance bien plus vite que prévu.

Lire la suite