Note de lecture : Team of Teams, par Stanley McChrystal

Note : 10 ; Une vue holistique inspirante de l’agilité à grande échelle !

Le Général McChrystal fut le commandant en chef des forces américaines en Irak et en Afghanistan à partir de 2003. Ce livre nous raconte comment et pourquoi il a été amené à repenser la structure de fonctionnement de ce détachement militaire face à un ennemi (Al Quaïda en Irak) qui était tout simplement en train de gagner. Mais il ne s’agit pas simplement d’une histoire militaire, en fait il s’agit même assez peu de cela. Il s’agit avant tout de comprendre ce que signifie « s’adapter » au 21ème siècle, pourquoi cela est devenu indispensable, ce que cela signifie et quelles en sont les implications.

Car en réalité, ce que nous appelons « adapter » est souvent au mieux « aménager », car notre façon de pensée est largement imprégnée du réductionnisme direct descendant du Taylorisme, grand vainqueur du 20ème siècle. Le texte de McChrystal tisse de nombreux liens entre le fonctionnement des troupes au moyen-orient et des histoires du passé qui mettent en exergue sous différents angles les limites (voir les dangers) de la pensée réductionniste : le « better, faster cheaper » de la NASA, la gestion holistique des situations d’urgence ou encore les nouveaux entrainements des pilotes de l’aviation civile mettant l’accent sur la collaboration. Il y a encore beaucoup d’autres histoires qui y sont racontées. Car l’ouvrage est avant tout un grand story-telling. Plutôt que de passer les chapitres en revue, je préfère énumérer quelques uns des sujets qui sont évoqués, ce qui ne sera malheureusement pas exhaustif :

Lire la suite

Publicités

Note de lecture : Agile Software Development with Distributed Teams, par Jutta Eckstein

Note : 3 ; Très loin de ce que j’espérais…

Sans jamais avoir lu aucun de ses livres, mais en ayant croisé son nom à de multiples reprises, j’avais mis beaucoup d’espoirs dans le texte de Jutta Eckstein. La caution « Dorset House » ajoutant encore un peu à cela. Une attente d’autant plus importante que la fameuse mode du « scaling agile » ne donne rien de réellement convainquant, la plupart des approches misant sur le processus plus que sur le savoir-être agile.

Hélas, ici encore, c’est surtout de processus qu’il est question ! Le corps du texte tient en 220 pages, constitué en 10 chapitres. On ouvre le bal avec « getting started » qui campe la structure du livre en 5 pages. Passons. Au chapitre 2 « assessing agility and distributed projects », l’auteur nous présente sur une quinzaine de pages des généralités sur les différentes catégories (structures) de développement distribué d’une part et les bases de l’agilité d’autre part. Certainement utile et bien écrit pour des débutants mais je n’y ai rien appris.

Le 3ème chapitre « building team » est plus conséquent avec 25 pages. On y fait la différence entre la feature team (équipe pluridisciplinaire à un seul endroit) et l’équipe dispersée où les compétences nécessaires à une réalisation sont réparties sur plusieurs localisations. Si l’auteur insiste à juste titre sur la nécessité de se connaître sur le plan individuel, j’ai été plus déçu par le focus important donné aux rôles qui occupe la dernière partie du chapitre.

Lire la suite

Note de lecture : Creating Great Teams, par Sandy Mamoli & David Mole

Note : 5 ; Recette pratique d’auto-selection d’équipe en 4 actes.

Plutôt qu’un livre, il s’agit d’un mini livre, car il ne couvre que 80 pages, et un seul sujet d’ailleurs : l’auto-formation d’équipes ! C’est donc un livre dédié ç une pratique et une seule, qui a pour objective de bien la couvrir. Les auteurs ont une bonne expérience de mise en place de « place de marché » de création d’équipes, essentiellement en Nouvelle Zéland et nous font partager celle-ci.

Le texte comporte 7 chapitre, on commence par une introduction sur les équipes stables sur 9 pages. Celui-ci est assez bateau, avec un réquisitoire d’arguments déjà bien connus pour l’auto-selection. Seuls quelques références d’étude méritent d’être notées. Passons.

Par contre le chapitre 2 rentre bien dans le concret avec les étapes de préparation. Il y en a 6. Voici 17 pages bien utilisées. Progressons encore avec la préparation « du jour d’avant » en 4 étapes au chapitre 3, où comment se rendre prêt pour un événement fluide. Là aussi les auteurs nous découpent cela en étape, il y en a 4. A noter la FAQ bien utile qui collecte déjà les questions qu’ont pu avoir les auteurs.
L’événement lui-même est le sujet du chapitre 4. Un processus en étapes pour rester dans le style. Il faut en compter 10 ici. Les 14 pages de ce chapitre couvrent de manière très détaillée le déroulement de la journée, l’agencement de l’espace d’échange et le cas difficile des « laissés pour compte ». Bref, c’est complet ! Un événement qui n’est pas suivi de faits est pire que de ne rien faire. Le chapitre 5 est consacré à suivre la balle et c’est sur 7 pages.

Lire la suite

Less is more avec Craig Larman

En préambule d’une formation LESS (j’y reviendrais bientôt), Greg Hutchings nous a permis d’assister à une présentation dans le cadre du Scrum User Group. Une présentation autour de LESS, bien entendu. De mon point de vue, une présentation de Craig Larman, ça vaut toujours le détour: ses talents d’orateur ne sont plus à démontrer et même si vous n’adhérez pas à la totalité de son propos, vous êtes sûr de repartir avec de nouvelles connaissances, des idées et surtout de quoi reflechir !

Pour commencer

Avant même d’aborder le thème même de la présentation et après la traditionnelle histoire drôle qui ouvre toujours ses présentations, Craig campe l’ambiance : je ne suis pas intéressé par vos opinions ! Je ne suis d’ailleurs pas non plus intéressé par MES opinions. Ce qui compte, ce sont les faits. Même les études de cas sont insuffisantes. Ce qui compte, ce sont les études menées de manière scientifiques sont des échantillons statistiquement signifiants et publiés dans des journaux à comités de lecture. Une approche scientifique sur laquelle l’orateur se revendique de Thomas Kuhn.

image

Lire la suite

Open-Space des pratiques Agiles

Deux mois se sont écoulés depuis notre rendez-vous précédent chez Zenika. Nous voici de retour pour échanger sur les pratiques. Au menu : petit groupe, provisions de bouche en mode collaboratif, et des sujets qui restent à choisir !

SAFe, est plus que LESS ?

Premier sujet autour de SAFe, décidément, l’un des grands sujets du moment. Peut-être du fait de son adoption récente par JC Decaux ?

En dépit des retours très positifs de Lissa Adkins, je reste très dubitatif sur ce framework. Ce retour de formation SAFe correspond plus à l’idée que je m’en fais. Disons que je suis très dubitatif, mais j’entend aussi des choses positives de la part de gens que je respecte…

Yannick lui, voit un indiscutable avantage à SAFe : la possibilité qu’il ouvre de parler aux DSI ! Je suis hélas d’accord avec lui, mais pour une toute autre raison : C’est une sorte de perversion de l’agilité pour la transformer en un processus classique tel que l’apprécie nos vieilles DSI poussiéreuses (vous avez dit RUP ?). Pas étonnant qu’il gagne de l’attention.

image

Lire la suite

Note de lecture : Scaling Lean & Agile Development, par Craig Larman & Bas Vodde

Note : 9 ; Enfin un ouvrage sur le Lean développement qui renouvelle les idées ! Book of the year 2010 !

Le problème des ouvrages sur le Lean développement, c’est qu’ils ne savent guère que tourner en rond, exposer et (dans le meilleur des cas) développer les idées sous-jacentes aux principes Lean. Bien que le Lean soit à la mode, chaque lecture d’ouvrage sur ce domaine tend à se transformer en ennui annoncé.

J’ai donc une excellente nouvelle pour vous : ici, il n’en est rien ! Cet ouvrage de 330 pages est complété d’un « companion book » plus imposant, écrit par les deux mêmes auteurs. Mais nous allons nous concentrer sur celui-ci pour l’instant. Si l’ouvrage est écrit par deux auteurs, l’un des deux au moins, ne m’est pas inconnu : Craig Larman est « chief scientist » de mon employeur précédent, mais aussi un auteur émérite. Bref, il sait écrire, et je n’ai jamais été déçu par ses textes jusqu’à présent. Et disons que la série se poursuit.

Avant d’attaquer le contenu, je vous livre une de mes petites manies permettant d’avoir des indices sur la qualité du livre, avant et après lecture. Avant de commencer la lecture, je regarde les 1ère et 4ème de couverture. Une proportion importante des meilleurs ouvrages y propose des schémas ou des tableaux récapitulatifs du livre, ou même des aides mémoire. On a ça ! Après lecture, je compte le nombre de post It que j’ai placé sur le livre : ici j’en ai posé 22, c’est très très bon.

Après la forme, le fond. Le livre se découpe en 3 parties constituées de 12 chapitres, ce qui fait donc une moyenne de moins de 30 pages par chapitre. Ca va.

Autant nous occuper tout de suite de la 3ème partie, « miscellany » essentiellement constituée du dernier chapitre « Scrum Primer », qui n’est en fait pas écrite par les auteurs, mais par des auteurs du site http://www.scrumprimer.com ; Pour distinguer ce texte de celui des auteurs, le corps de la police utilisée est différent, plus petit. Il s’agit d’un bon « Scrum primer » qui présente l’avantage d’être assez direct et succinct et de bien recadrer ce qui fait partie du corpus de la méthode et ce qui n’en fait pas partie mais est généralement utilisé ! En plus de ce chapitre, on trouve les annexes habituelles (index et bibliographie), accompagné d’un « recommanded readings » assez sympa.

La première partie est consacrée aux « thinking Tools ». Il est long de 140 pages découpées en 5 chapitres (je n’ai pas compté le chapitre d’introduction, qui précède cette première partie). Le chapitre 2 (system thinking) est essentiellement un tutorial aux « causal loop diagram », même si les « fishbone diagrams » sont aussi évoqués. Le diagramme de boucles causales sera d’ailleurs utilisé ultérieurement dans le livre. Très réussi. On poursuit au chapitre 3 (Lean thinking) où l’on présente « Lean thinking house ». Les principes sont déclinés en pratiques. Les pratiques sont développés et illustrées. Impeccable là aussi. La théorie des queues est un volet important du Lean thinking. Le chapitre 4 qui lui est consacré est assez ardu à suivre. Mais on coupe court aux idées fausses de manière abrupte et l’on en a pour son argent ! Le chapitre 5 (false dichotomies) est sans doute l’un des plus abstraits par sa nature. Il s’agit là aussi de couper court aux idées fausses et de réfuter certaines idées prétendument opposées. Enfin le chapitre 6 (be agile) termine cette première partie en promouvant l’idée « d’être agile », donc de s’adosser aux valeurs, plutôt que de « faire de l’agilité » et donc de ne voir que les pratiques.

La seconde partie est dédiée aux « organizationnal Tools ». De taille égale à la premier (5 chapitres pour 150 pages), il focalise chaque chapitre sur une pratique Scrum inspirée de Lean, et adaptée aux projets de grande taille. Le chapitre 7 (feature team) met en exergue l’idée d’équipes pluridisciplinaires, par opposition aux organisations orientées composant. Le chapitre 8 (teams) est la poursuite de cette idée, avec une emphase sur le caractère auto organisée des équipes et sur la gestion des dépendances externes. Le chapitre 9 (requirements area) introduit une idée nouvelle sur la gestion de très gros backlogs. Dommage que ce chapitre de seulement 9 pages n’ait pas été plus développé ! Le chapitre 10 évoque l’extension de l’organisation agile au niveau de l’organisation de l’entreprise. J’y ai surtout aimé la distinction projet / produit, souvent incomprise et source de problème, tandis que les aspects ressources humaines sont du déjà vu et hélas une appréhension bien trop idéaliste du sujet. Enfin le chapitre 11 (large scale Scrum) évoque une partie du sous-titre de l’ouvrage et dit en substance que l’adaptation de Scrum aux grands projets … n’existe pas en tant que tel !

Finalement, j’ai retardé la lecture de cet ouvrage ne me sentant pas tellement concerné par le « large scale Scrum ». C’était une erreur, car en fait pu de choses dans ce livre sont vraiment dédiées spécifiquement aux grandes équipes. Au contraire, la littérature agile qui me semble rabâcher les mêmes propos depuis quelques années retrouve un peu de fraicheur ici. J’ai hâte de lire la suite, et bien sûr je recommande chaudement, sans aucune réserve !

scaling-lean-agile-dev-Larman

Référence complète : Scaling Lean & Agile Development, Thinking and organizational Tools for large-scale Scrum – Craig Larman & Bas Vodde – Addison Wesley 2009 – ISBN : 978 0 321 48096 5

Scaling Lean & Agile Development: Thinking and Organizational Tools for Large-Scale Scrum

http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/0321480961?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on