Note de lecture : The Lean Mindset, par Mary Poppendieck & Tom Poppendieck avec Henrik Kniberg

Note : 7 ; La pensée Lean, ou comment se focaliser sur les choses importantes, au-delà du « Lean Software Development ».

« Nous avons écrit 3 livres à propos du développement logiciel, mais nous ne pouvions en écrire un 4ème, car l’ile du développement logiciel a largement disparu. », c’est ainsi que se termine ce volume. Un texte qui ne s’inscrit dans pas dans la continuité des autres ouvrages des Poppendieck. Il est de loin mon préféré, il dirige résolument vers une pensée « produit ».

Le texte est court, il est expédié en un peu plus de 160 pages sur 5 chapitres et une épilogue. Après une introduction pour camper les notions de « lean mindset », de « fast pace thinking » (représenté par Oto) et de « slow pace thinking » (il s’agit d’Anna) qui nous viennent tout droit de kahneman, on attaque les 38 pages du chapitre 1 « the purpose of business ». Les questions qui y sont adressés sont d’ordre organisationnelles : quelle est la finalité de l’organisation ? Penser qu’il s’agit de maximiser la valeur de l’action est un leurre ou un effet de second degrés, alors que ce qui compte est ce qui mobilise les forces vives de l’entreprise.

Le second chapitre est consacré justement aux facteurs mobilisant les forces vives de l’entreprise. Le sujet couvre 30 pages et introduit également le Lean Product Development. Il ne s’agit pas seulement de motivation intrinsèque, mais d’aider les personnes à grandir, favoriser l’apprentissage. Ce sont des aspects que le Lean revendique mais qui sont rarement bien développés. Il y est aussi question d’intuition et de biais cognitifs, ce qui nous ramène encore à Khaneman.

Lire la suite

Note de lecture : The Principles of Product Development Flow, par Donald G. Reinertsen

Note : 8 ; Passionnant et passionnément austère !

Don Reinertsen n’est pas là pour s’amuser. Déjà vers la page 17, l’auteur nous explique que la manière d’appréhender les dimensions économiques d’un produit sont aujourd’hui bien naïve, que la théorie des contraintes de Goldratt est certes un progrès mais qu’elle ne représente qu’une étape intermédiaire, et que nous allons passer en revue tout cela au long de 150 principes que couvre le reste du livre. Oui : 150 ! A ce stade, on pressent que la lecture des 266 pages de l’ouvrage découpé en 9 chapitres va être bien plus longue que prévue. Une impression qui se vérifiera.

Le premier chapitre compte 26 pages. Il sert d’introduction aux 8 autres chapitres, ce n’est donc pas le plus difficile à lire. Et pourtant il fourmille déjà de concepts et d’une description très affutée des problèmes auxquels nous devons faire face lorsque l’on développe un produit. Bref, il campe le décors et for bien !

On a guère pitié du lecteur : le second chapitre sur la « vue économique » est déjà un des chapitres difficiles de l’ouvrage. Mais c’est aussi la clé de voute de ce qui suit, à savoir le coût du délai ! On y parle d’objectifs économiques clés et déjà de la perception économique de la taille des lots intégrant le facteur « coût de transaction ».

Lire la suite

Note de lecture : Managing to Learn, par John Shook

Note : 4 ; Storytelling peu convainquant

Cet ouvrage au format inhabituel m’a été chaudement recommandé pour m’initier au A3 problem solving. Le format est inhabituel pour trois raisons :

  • Du fait de son format physique tout d’abord. Il est pratiquement carré et dépasse donc allègrement mes autres livres une fois rangé dans la bibliothèque.
  • Par son approche éditoriale : il s’agit d’un double storytelling, permettant une lecture à double niveau. Mais ceci complexifie aussi considérablement la manière d’aborder le texte. J’y reviendrais.
  • Par ses annexes : en fait des exemples de A3 (qui du coup ne sont pas au format A3), livrés pliés et insérés dans un rabat de la couverture arrière. Une bonne surprise de l’ouvrage.

Mais revenons-en au texte. Sous le format inhabituel dont j’ai parlé tout à l’heure, l’ouvrage compte 127 pages présentées en deux colonnes de largeurs inégales. La plus large, imprimée en noire, raconte l’histoire de Porter qui s’initie au A3 (mais bon, il connaît quand même un peu en fait). Cette histoire doit nous permettre de nous initier par l’exemple au concept du A3, le fameux « problem solving » spirit ! La seconde colonne est imprimée en bleue, c’est une histoire dans l’histoire, celle de Sanderson le manager de Porter. Sanderson est en posture de coach par rapport à Porter, c’est donc un deuxième niveau de lecture qui nous est proposé ici.

Lire la suite

ScrumDay 2015 : Scaling Dilemna, par Mary Poppendieck

Quand nous étions petits, nous étions fantastiques ! Maintenant que nous sommes plus gros … nous avons cessé d’être fantastiques. En fait, on ne communique plus aussi bien.

Quels sont les problèmes ?

  • La coopération
  • La complexité
  • L’état d’esprit
  • Le focus

Ce sont ces 4 points que Mary Poppendieck va développer dans sa keynote de ce second jour du ScrumDay.

Coopération

Quand l’entreprise grandit, on tend à l’organiser en silo. Et ça ne marche pas si bien que ça ! On peut prendre le problème dans l’autre sens, et mettre les fonctions (ou les fonctionnalités) en silo. Ce n’est guère mieux.

Lire la suite

Petit Printemps est devenu grand !

Connaissez-vous Leanette ?

image

Leanette est la mascotte du Club Agile Caennais. Un club qui est né sous l’impulsion de Jean-Luc Lambert entouré de quelques passionnés. De rencontres en meetups, il ont organisé une rencontre en 2012. Le club n’était alors pas dans mon radar. Cette rencontre de 30 personnes s’est transformée en un petit évènement de 70 personnes l’année suivante. Celui-ci avait attiré mon attention par la présence exceptionnelle de Jurgen Appelo et j’avais relaté l’évènement ici et ici.

De 70, la rencontre est passée à 150 inscrits l’année suivante. Une édition où je figurais cette fois comme speaker et que vous retrouverez ici et ici, et bien entendu ici pour ma propre session.

Bienvenue à l’édition 2015 !

C’est de nouveau comme speaker que je suis venu cette année. Cette fois, il a fallu quitter les locaux de l’université pour accueillir les 300 inscrits. Un beau succès !

image

Lire la suite

Focus

Chap 1 : Où l’on parle de flux

Le focus, au niveau de l’entreprise, qu’est-ce que cela signifie ? En premier lieu, de se concentrer sur la chaine de valeur. Et sur le flux, plutôt que l’utilisation des ressources. Le Value Stream Mapping est un des outils permettant de mettre en évidence les possibilités d’amélioration de ce flux.

Le corollaire est de se concentrer sur un petit nombre de features plutôt que sur des gros batches qui mettent du temps à passer dans le rétroviseur. Donc du Focus !

Chap 2 : Se faciliter la vie

Nous avons vu le problème du « trop de choses à faire ». Et le temps pour le faire est limité. Bien entendu, nous avons moins de temps disponible que de choses à faire. Mais en réalité celles qui sont indispensables n’en sont qu’une fraction. On pourrait appeler le reste des « options » ! Nous sommes maitres de nos choix, n’en devenons pas les esclaves.

Chap 3 : Tel un hamster dans sa roue

Les sollicitations nous viennent de toute part ! Elles créent un bruit qui nous empêche de faire ce qui est important. S’isoler de ces perturbations et se concentrer sur une seule chose jusqu’à ce qu’elle soit terminée, il n’y a rien de nouveau là. Quelques techniques peuvent nous aider comme le « zéro inbox » ou le Pomodoro.

Lire la suite

Lean Agile Camp, saison 2

Le premier opus du Lean Agile Camp s’était déroulé en novembre dernier, une période peu propice pour moi et j’avais abdiqué. Pas question de rater celle-ci par, contre : programmée début Juillet, il n’y avait guère de conflit de dates à l’horizon.

Quand on veut parler de Lean sérieusement, on a de bonne chance que Régis Médina ou Antoine Contal ne soient pas loin. Nous avons eu la chance de bénéficier de l’expertise des deux !

image

Au programme de cette journée, des dojo pour aborder 3 sujets :

  • La compréhension du client
  • Le management visuel
  • La résolution de problème

1er atelier : le « job to be done »

Cet atelier est destiné à confronter nos hypothèses à la réalité. Pour ce faire, nous avons choisi une application (l’application Meetup mobile dans notre cas) et avons cherché à en établir les cas d’utilisation, structuré de la manière suivante :

  • Contexte d’utilisation
  • Job
  • Attributs

Dis comme ça, c’est un peu abstrait. Voyons plutôt le résultat que nous avons obtenu.

image

Dans une seconde étape, nous avons consolidé le travail fait avec nos hypothèses en allant rechercher des feedbacks utilisateurs. On le craignait, mais bien sûr hélas, la réalité du terrain nous donne un tout autre son de cloche : les propriétés que nous avions jugées importantes ne semblent pas les bonnes. Par exemple, la question de la confiance dans les groupes ou les membres semble récurrente (nous avons croisé plusieurs sites et forums utilisateurs).

Bref, on découvre de nouveaux « job to be done », de nouvelles propriétés et en éliminons certaines qui ne sont pas recoupées par nos sources d’information.

A la fin de l’exercice, nous partageaons nos trouvailles entre groupes.

image

Le « misfit » entre nos hypothèses et la réalité est un point commun entre nos deux groupes !

Le FIAP Jean Monnet qui nous hébergeait propose des facilités pour déjeuner. Grâce à cela nous pouvons limiter nous pause déjeuner à 1 heure. D’autant que la zone restauration est carrément vide en ce premier week-end de Juillet !

image

Retour aux choses sérieuses avec notre second kata !

2nd atelier : le management visuel

Cette fois, nous allons partir d’une situation existante, un cas existant dans l’un de nos contexte et proposer des visualisations adaptées. Il pourra s’agir d’une visualisation ex-nihilo ou l’amélioration d’une visualisation existante. Les clés que nous proposent nos deux coaches Lean sont :

  • S’inspirer des jeux video : être clair sur les scores !
  • Donner un contexte stratégique, mais un focus opérationnel !
  • Visualiser le challenge !

Attention, le challenge peut être anxiogène, le mieux est d’être capable de montrer les progrès au jour le jour, car la motivation vient du succès !
Nous avons choisi deux contextes issus de notre groupe :

  • Un centre de service, qui cherche encore quel est son objectif de succès !
  • Un grand projet qui a un objectif de périmètre pour une date donnée et doit motiver celles-cis afin d’atteindre ce but alors que les mesures montrent un état courant en-dessous de ce qui est escompté.
image

Certes, le management visuel n’était nouveau pour aucun de nous. Et pourtant ! Pourtant, grâce à ces quelques lignes directrices et aux interactions du groupe, nous avons abouti à des résultats inespérés !

3ème atelier : la résolution de problème avec le PISCAR

La résolution de problème, c’est un peu l’épicentre du Lean (avec l’amélioration continue). Et qui dit amélioration continue, dit PDCA, n’est-ce pas ?

image

Nous allons nous concentrer sur la partie « problème » du PDCA et utiliser une heuristique proposée par Régis Médina : le PISCAR que nous allons donc expérimenter sur nos études de cas :

  • P : Le Problème ; il doit être énoncé sans essayer de camper un contexte ! On définit un problème comme un écart quantifié.
  • I : L’impact ; Il doit être chiffré. Il nous permet de répondre à la question : Est-ce le bon problème.
  • S : Standard ; la partie la moins évidente de l’exercice. L’idée est de comparer la situation à problème au cas normal.
  • C : Causes ; que l’on obtient par exemple avec les « 5 pourquoi ». Mais surtout on cherche les racines. Les 5 pourquoi, ça fait un peu tarte à la crème…
  • A : Action ; une action qui doit être le plus rapide et le plus simple (donc la moins coûteuse) possible. Donc, une expérimentation.
  • R : Résultats attendus ; ils sont à mettre en rapport avec l’impact.
image

Nous effectuons l’exercice de manière itérative, car c’est probablement le plus difficile de la journée. Corina s’est proposée pour exposer le sien pour clore ce 3ème volet.

image

Ce que j’en ai pensé

C’est ce que j’appelle une journée bien investie, même prise sur mon week-end ! Une journée pour comprendre, pratiquer et échanger sur 3 pratiques: j’ai hâte de remettre ça !