Agile Tour Lille – 15 octobre 2015

Agile Tour Lille 2015, j’y serais !

Les retours d’expérience sont rarement aussi passionnant qu’ils devraient l’être ! Ils me donnent trop souvent l’impression d’être pour une entreprise, un projet, l’occasion de vanter leur réussite. Une opportunité de raconter une histoire dont ils sont les héros et dont il sera difficile de tirer parti une fois rentrer chez nous.

C’est donc à partir de vécu, mais sous forme de « patterns » , de recettes venues du terrain, que je vous proposerais cette session qui n’a rien de théorique.

Voici le « teaser » de cette session.

Teasing, teasing…

Basculer en agile un très gros projet est un challenge, pour certains cela peut même apparaitre comme une ineptie. Pourtant c’est que le projet Linky a décidé de faire ! Un tel choix fait émerger des difficultés souvent absentes de projets plus petits : culture « cycle en V » omnisciente, grandes équipes, intégration dans l’architecture du SI, etc.

Mais si la route reste longue, les signes de succès sont réels. Plutôt que d’exposer l’histoire du projet, nous allons voir ensemble 12+1 leçons apprises, sous forme de « patterns » opérationnels : des recettes que vous ne trouverez dans aucun livre. Les patterns que nous vous proposons sont tous directement utilisables pour votre propre transition agile dès demain.

A bientôt

Rendez-vous le 15 Octobre à Lille !

Agile Tour Lille – 15 octobre 2015

Agilité et hospitalité Libanaise

J’attendais cela depuis un moment, depuis le milieu de l’été pour être plus précis. Car Pierre Hervouet nous avait invité à venir partager avec la communauté Libanaise pour cette seconde édition de l’Agile Tour Liban ! Nous étions donc 4 Français à nous envoler vers le moyen-orient le vendredi matin pour une conférence qui se déroulerait en week-end.

image

La Suisse du Moyen-Orient offre des rivages cernés de montagnes. Le soleil s’y couche vite. Notre premier contact avec Beyrouth se fait au crépuscule. Qu’il s’agisse de quartiers islamique ou chrétiens, la vie nocturne est intense, mais bel et bien quadrillée de militaires ou de policiers dont l’équipement (étrangement semblable) ne laisse aucune place au doute.

image

L’hospitalité Libanaise est réputée, celle de l’hôte de la conférence est plus encore infaillible. Non seulement avons-nous été pris en charge par Rima, l’épouse de Pierre, dès l’aéroport, mais il nous invite dès le soir même à un diner entre speakers étrangers. Bâtiment ancien (il y en a), petite cours intérieure et large parasols de toile, nous laissons la ville nous imprégner de ses charmes.

Bienvenue à l’Agile Tour Beyrouth !

La conférence accueille cette année 130 personnes. Finalement, tous les billets auront trouvé preneur, même si il aura fallu attendre les deux dernières semaines pour en placer la plus grande partie ! Je dis « preneurs », mais je devrais aussi dire « preneuses », car la conférence affiche à vue d’oeil pas loin de 50% de public féminin ! Un sacré changement par rapport à nos conférences Françaises…

image

Le début est prévu pour 9h30. C’est l’opportunité de faire connaissance avec le concept du « 9h30 inch Allah ». Autant dire que nous n’avons pas du tout commencé à l’heure. Pierre Hervouet ouvre la conférence avec le discours d’accueil.

Outre la présentation de la journée, il met cette journée sous le signe du « Shu Ha Ri » … voilà qui met un peu de pression sur ma propre session, qui porte de facto l’emblème de cette journée !

image

Il est temps de présenter le programme, c’est la moment des pitches des sessions ! Nous sommes 14 speakers, ce qui est peu comparé aux Agile Tours Français. L’agilité est encore très peu développée au Liban, aussi n’y a-t-il que 7 présentateurs locaux. Les « internationaux » présenteront 2 sessions. Pour ma part, il s’agira du « Scrum Shu Ha Ri » le matin, et d’un Carpaccio game l’après-midi. Je ne suivrais donc pas beaucoup de sessions de mon côté.

image

En apéritif de la Keynote d’ouverture, nous avons deux sessions au format Lightning Talk, ou plus exactement de Type Pecha Kucha, donc 20 slides avec 20 secondes pour chacun d’entre eux sur une durée totale d’un peu plus de 6 minutes (si vous faites le calcul).

Pierre ouvre le bal.

Agile the Origin, par Pierre Hervouet

Pierre réussit un petit tour de force : nous présenter en 6 minutes, non seulement un bref historique du mouvement agile, mais aussi sa vision de ce qui est important dans l’agile :

  • Les livraisons fréquentes
  • Le focus sur la valeur métier
  • La communication et la collaboration
  • Le « team empowerment »
  • L’amélioration continue
image

Pour conclure, Pierre nous donne un exemple concret et personnel de la mise en oeuvre de ces valeurs : la construction de sa maison !

La vidéo est courte, n’hésitez pas à la regarder en entier. Voici également le support de sa présentation.

Scrum At a Glance, par Joanna Khoury

Il s’agissait lors de ses deux Pecha Kucha de présenter des fondamentaux de l’agile. Ainsi si Pierre nous a présenté les concepts fondamentaux, il revenait à Joanna de présenter Scrum, l’approche agile emblématique.

image

Pas de fantaisies dans cette présentation de Scrum « by the book ».Mais c’est bien ce qu’il faut pour mettre le pied à l’étrier d’une assistance qui en grande partie découvre l’agilité !

The Best Way to Convey Information, par Kimberly Samaha

Quelle est la valeur d’un face à face par rapport à un échange informatisé ? Mais aussi : l’échange informatisé peut-il apporter une valeur que n’apporte pas le face à face ?

image

J’ai eu un peu de mal à relier les fils du propos de l’oratrice, aussi vais-je en livrer quelques uns de manière déstructurée :

L’importance du contexte et de la perspective : Kimberly fait le rapprochement avec l’art, ou comment une partie du vécu de l’artiste transparait dans ses oeuvres (Velasquez, Francis Bacon). Il en va de même pour nous : il y a des éléments de nos intentions dans nos créations !

Arrêter de penser aux personnes comme à des objets : le contact avec d’autres personnes doit plutôt être perçu comme le déclencheur d’une expérience. La notion d’objectivité en prend un coup. Pour Kimberly Samaha, la vérité n’est d’aucune aide contre les perceptions.

Extreme Ice breaking

Joumana nous avait concocté un petit jeu, ou plutôt un grand jeu permettant à de petits groupes de se rencontrer. Autant dire qu’organiser une telle chose, surtout sur un temps limité était le gage d’un beau bordel ! Jugez-en

A mon grand étonnement (mais aussi avec une belle dépense d’énergie), Joumana est parvenu à mener la chose à bien. Je ne pense pas que j’aurais su en faire autant.

image

Ma propre session commence bientôt. Enfin j’imagine, car j’ai complètement perdu le fil de l’horaire.

Scrum Shu Ha Ri

J’avais déjà donné cette session au Printemps Agile, à Caen. Je l’ai un peu modifiée pour l’occasion, mais surtout traduite en Anglais.

image

Je publierai prochainement la vidéo montée lors du Printemps Agile (donc en Français). En attendant, vous pouvez trouver ici mon support de présentation (toujours en Français) et l’article que j’avais rédigé suite à l’évènement de ce printemps !

Agility for Customer Delight, par Mehmet Yitmen

Je n’ai pas regretté d’être resté dans la salle pour la session de Mehmet. Notre orateur est le chef de file de l’agilité en Turquie.

image

A l’aide d’histoires, Mehmet vient nous partager les enseignements tirés des réussites disruptives d’entreprises : comment Fuji, sur la base de sa réussite dans la production de film photographique est devenu numéro un au Japon des produits cosmétiques. Comment Zara à l’aide d’expérimentation et de cycle de feedback courts est-il parvenu à la réussite que nous connaissons.

Je vous invite à regarder cette intervention très inspirante !

Pause déjeuner

Elle sera assez courte, une heure seulement pour savourer l’excellente cuisine Libanaise. Nous aurons néanmoins l’occasion d’y revenir ce soir !

image

Une petite pause pour dévorer des yeux aussi.

image

La salle ouvre sur un balcon, un oasis de fraicheur.

image

Et voilà, c’est déjà fini ! Je vais rejoindre la session de Fadi Jeanbart.

Improve your Public Speaking Skills, par Fadi Jeanbart

Fadi est chanteur d’opéra. Il nous a d’ailleurs fait une petite démo à la fin : il est vraiment chanteur d’opéra, aucun doute ! C’est à la technique Alexander qu’il va nous initier aujourd’hui. Technique que lui-même applique et enseigne pour le chant.

image

Avoir une conscience aiguë de notre corps et comment celui-ci influe sur notre respiration et par voie de conséquences sur notre capacité à maitriser les sons, voilà l’objectif. Nous arriverons juste à prendre conscience de la difficulté du chemin à parcourir. Mais un chemin commence avec un premier pas.

Carpaccio Game

Le temps file à toute vitesse et voici pour moi la dernière session de l’après-midi. Dernière session, car le Carpaccio Game qui j’anime occupe un double créneau.

image

Il nous fallait de nombreuses machines pour l’atelier le plus « geek » de l’après-midi, car il s’agit bien d’un atelier de programmation. Grace à Pierre et aux bonnes volontés des participants, nous y sommes arrivés. Je vous parlais en début de post de la proportion de femmes à la conférence. Je vous laisse constater ce qu’il en fut à mon atelier.

image

Malheureusement, le timing déjà court s’est trouvé raccourcis par les retards pris et la contrainte de la keynote de cloture qui, elle, ne pouvait être décallée !

Keynote de clôture : Ken Schwabber

C’est via Skype que le co-créateur de Scrum a partagé avec nous cette fin d’Agile Tour. Une liaison Internet hélas pas toujours optimale.

image

Je vous laisse découvrir son propos. Il reste assez classique par rapport à ce qu’il nous a habitué. J’ai noté qu’il écornait SAFe au passage. On sait qu’il n’éprouve pas un grand amour pour le framework de Dean Leffingwell. Il défend plus que jamais son approche non prescriptive en regard des pratiques à adopter. Je ne saurias le lui reprocher, et c’est hélas mal compris par beaucoup de praticiens. Au fond, Scrum c’est un peu l’agilité pour les grandes personnes !

Pierre Neis avait hacké le Lean Kanban France pour saluer l’Agile Tour Beyrouth. L’agile Tour Beyrouth tenait à rendre la politesse à l’Agile Tour Brest qui se déroulait peu après.

image

Vous avais-je parlé du charme des Libanaises ?

En finir avec l’Agile Tour

Quand c’est terminé, ce n’est pas encore tout à fait fini : Pierre avait invité son collège de speakers goûter l’excellente cuisine Libanaise. On commence par se chauffer dans un bar en ville, on se croirait en France !

image

Soirée chaleureuse entre speakers. On échange nos impressions, nos expériences.

image

Comme si cette splendide hospitalité ne suffisait pas, nous avons aussi eu droit à des souvenirs : un petit livre édité par Rima et la série de sous-verres « Shu Ha Ri » ! Et je ne parle même pas du régal pour les yeux et le palais que fut ce dernier repas…

image

En attendant le retour…

Nous étions quelques uns à choisir de rester une journée supplémentaire sur place. Nous n’avions juste pas prévu le marathon de Beyrouth qui se déroulait ce dimanche. Début des hostilités à 5 heures du matin avec la musique à fond ! En regardant par la fenêtre, ça n’a pas l’air de courrir des masses. En fait, on semble plutôt se balader !

image

Pourquoi ne pas y aller dans ces conditions ? Pierre Neis et moi-même nous sommes donc joins à la fête. Fête est le mot approprié : tous les 200 mètres, il y a un podium avec de la musique à fond et des pom-pom girls. En fait, le marathon, c’est juste une autre occasion pour faire la fête.
Je vous laisse admirer vos serviteurs en pleine souffrance dans cet exercice…

image

Amr et Mohamed nous ont accompagnés dans une balade sur la côte offerte par Pierre Hervouet. car vous savez, on est peut-être en Novembre, mais au Liban…

align=“center”image

Une petite ballade dans les grottes de Jeita (avec Marc Cerrone que Pierre Neis a reconnu !). Un dernier diner ensemble. Il est temps de rentrer à la maison. Goodbye Liban, ce fut une conférence et un séjour exceptionnel !

image

Agile Tour Beirut 2014 : j’y serais !

Deux sessions pour moi au programme de cet Agile Tour Beirut !

image

Scrum Shu Ha Ri

En voici le teaser

Most of time, when we start agility, we think about « doing agile ». In truth, it’s rather about being agile. And being agile is becoming agile, again and again. Agile is not a destination, it’s a journey.

During this session, we will have a different look at Scrum. We will discover a framework that can help you in each and every step of your journey. Scrum owns the qualities to do it. This is why we should appreciate Scrum.

Together, we will engage the « Scrum Journey ». This is a 3 steps journey and there is no shortcuts ! We borrowed names from martial arts, we call them Shu, Ha and Ri.

Shu belongs to apprentices. It’s for people discovering Scrum. It’s about putting Scrum in practice right !

Ha is about improvement. Once you master the basic Scrum, it’s time to adapt the practices or use new ones.

Reaching Ri is reaching the master level. Here we innovate, we reinvente our own way to be agile, based on values and meaning of agility.

This session is a perspective on your next journey. We want to help you start peacefully, staying away from mistakes or misdirections. And enjoy rediscovering Scrum in a new way each time !

Un carpaccio, un !

Cette fois, il s’agit d’un atelier. En voici le teaser

All agile approaches focus on working on small pieces of features. But development teams as well as business-oriented peoples (like Product Owners in Scrum) struggle to split functionalities into small chunks. They claim that it doesn’t make sense. On the other side, we met teams that split features from a technical perspectives, a strategy that matter only for the development team.

Yet, the feature split is possible more often than not. It’s often a question of practice and discipline.

During this workshop, we’ll train ourselves to split features to the extreme with a hard constraint on realization duration. Because, we will not only talk and imagine slicing, we will also argue about it and put it in practice through a programming episode led into very small slices.

Agile Tour Beirut 2014 : j’y serais !

Carnet de route : Agile Tour Rennes en Images (2/2)

Nous nous sommes quitté lors du premier post à l’heure du déjeuner. En fait cette heure du déjeuner était réservée aux lightning talks, chacun sur son créneau horaire afin de permettre de les voir tous au besoin !
Hélas cette méthode n’est pas très efficace. Seuls les derniers lightning talks rencontreront un public. Pas facile de gérer cela. Seul l’Agile Tour Nantes m’a convaincu sur ce point l’an dernier. Mais les organisateurs de l’Agile Tour Rennes restent très loin du fiasco du Scrum Day !
On en termine donc rapidement avec la pause déjeuner pour voir cela.

AT Rennes 2013 : Lunch (8)

Prélude au second mouvement : Le Podojo par Emilie Esposito et Damien Sainte

Un Ligtning Talk, c’est déjà court. J’arrive pourtant à en rater la moitié. C’est quoi le PO Dojo ? Un atelier construit collaborativement pour les PO et un groupe Google pour le faire vivre ! Ce qui semble remarquable, c’est l’aspect complètement communautaire, sans PO donc. Sans roadmap non plus, avec un catalogue d’ateliers qui évolue au fil des besoins et des idées.

AT Rennes 2013 : PO Dojo (1)

Alors que le concept de PO promeut que quelqu’un tienne la barre, ces PO ont su s’affranchir de l’idée d’avoir un chef (quelque soit la forme qu’on lui donne), une roadmap prévue à l’avance et tout et tout. Chapeau à eux !

Avant de me rendre à la session de Laurent Morisseau, je passe rapidement la tête dans la salle où officie Dov…

AT Rennes 2013 : Dov

Reprise : #OMG, mon équipe fait son haka en Kanban style ! Par Laurent Morisseau

Un petit challenge pour notre ami Laurent en ce début d’après-midi : faire bouger le public à l’heure de la digestion…

Et d’abord, c’est quoi Kanban dans un projet agile ? De l’amélioration continue + de la gestion de projets !

Commençons avec Scrum

Quand l’on part de Scrum, le point de départ, c’est le tableau des tâches : à faire, en cours, fait… MAIS on met un nom sur une tâche ! C’est un antipattern. Le stand-up devient un reporting !

AT Rennes 2013 : Scrum et Kanban (2)

Améliorer les choses

  • En utilisant les “classes de service”, pour traiter les bugs urgent, par exemple
  • En régulant le flux des stories et des tâches en cours en utilisant des limites de WIP (work in progress) à chaque niveau.

Bref, l’idée est de rendre les problèmes visibles dès qu’ils sont évoqués et de poser des limites hautes et basses.

Quand le PO est dépassé…

Que dire d’un backlog de 70 user stories pour 7 développeurs ?
C’est bien trop, ou bien trop détaillé ! Scrum en tant que process met la contrainte sur l’équipe de développement. En amont, le PO doit travailler en flux, donc sans faire trop de stock.
On peut remédier à cela en matérialisant ce flux tiré et en étendant le Kanban aux activités amont et un matérialisant les états des stories.
Vous pourrez en savoir plus sur le site de Laurent, où vous trouverez non seulement une video mais le matériel de cette présentation sous forme de podcast.

Entracte : Zenika à l’Agile Tour Rennes

Je vous l’ai dit, nous étions présent en force à cet Agile Tour Rennes, pour représenter Zenika. Non seulement depuis l’agence de Rennes, mais aussi de Paris et de Nantes ! Cela valait bien une petite photo de famille.

AT Rennes 2013 : Staf Zenika (4)

Pour une fois, ce n’est pas moi qui prend la photo, cela me donne l’occasion d’y avoir l’air d’un niais. Et tant que j’y suis, j’en profite pour remercier Allison qui s’est dépensée sans compter pour préparer notre présence ici.

AT Rennes 2013 : Allison (2)

Les session s’enchainent. Il est l’heure de celle de Géry

Interlude : Carpaccio Game avec Géry Derbier

Géry nous propose un grand classique : Le carpaccio game. Mais qu’il anime avec grand talent et tout autant d’énergie.

AT Rennes 2013 : Carpaccio Game (2)

C’est très studieux, car il s’agit de programmer le sujet proposé par tranches de 8 minutes et d’apporter de la valeur à chaque itération. Un exercice auquel je me suis d’ailleurs livré il y a peu.

AT Rennes 2013 : Carpaccio Game (3)

Acte 2 : Booster Scrum avec le Lean Startup par Olivier Lafontan

Là encore j’ai bel et bien raté une partie de la session, mais j’étais très curieux de la voir, car elle a eu une belle affluence au Scrum Day en Avril dernier.

Lean Startup nous apprends à mettre l’investissement là où il y a de la valeur. Scrum tend à se “débarrasser” de ces questions sur le PO qui se tape un peu tout sur cet aspect. Et celui-ci se trouve un peu démuni face à ce genre de problème avec pour seul appui le backlog… Lean startup apporte quelques outils :

  • Le Lean Canvas
  • Le Validation Board
AT Rennes 2013 : Olivier Lafontan (1)

La charnière entre Lean Startup et Scrum se trouve au niveau de ces outils. La priorisation du travail devient une priorisation des hypothèses à vérifier. Car Lean Startup ne parle pas de besoin … mais d’hypothèses. Tant que ces “besoins” n’ont pas été vérifiés ils sont en effet hypothétiques. Le cycle Scrum devient un cycle de validation des hypothèses.
A plus grande échelle, un gestion de portefeuille se traduit en portefeuille de Canvas.

Conclusion : Christophe Keromen

C’était ma dernière session de l’après-midi (même si en fait il y en avait une après).

Christophe nous offre une session rafraichissante pour nous ressourcer aux origines de l’agilité. Il remonte au manifeste agile et à l’invitation d’Alistair Cockburn. Non, en fait il remonte plus loin : à Henry Ford, Richard Denning et Taïcho Ohno…

AT Rennes 2013 : Christophe Keromen (1)

Je ne vais pas essayer de reconter la session de Christophe qui mérite plutôt d’être vue. Toutefois, je ne résiste pas au plaisir de dévoiler le Lean version Dan Brown : “Le Lean est un projet Franc-Maçon pour dominer le monde” ! Un grand moment…
Pour finir, Christophe nous propose un nouveau gourou agile : Bob l’éponge … pour absorber les pratiques qui marchent !

Tombée de rideau : A l’année prochaine !

Cet Agile Day était un peu marathonien, force est de l’avouer. Sur la durée, je dirais qu’il y avait une session de trop. Mais ce fut une excellente journée, aussi bien du point de vue de la qualité des sessions que de celle des échanges. Figurez-vous que j’y ai même rencontré l’un des fidèles lecteurs de mon blog (du coup, je le salue !).

AT Rennes 2013 : A l'accueil (1)

Il est temps de se quitter et de se donner rendez-vous à l’année prochaine. A moins qu’un coach retreat, entre-temps…

Carnet de route : Agile Tour Rennes en images (1/2)

C’était cette année ma première visite à l’Agile Tour Rennes. Venu en renfort du staff Zenika local, je ne présentais aucune session, au contraire de Géry Derbier, animateur d’un atelier l’après-midi. Une journée que l’on pourrait donc qualifier de relax pour moi. J’en ai profité pour prendre pas mal de photos, ça va donc être encore plus “en images” que d’habitude !
Pas d’autre choix que d’arriver la veille : les organisateurs de cet Agile Tour avaient prévu une journée particulièrement dense débutant à 8h30, pas moins !

Lever de rideau

Première conséquence : l’ouverture des portes alors que le soleil n’est pas encore levé !

AT Rennes 2013 : début des festivités (1)

Et pour nous, la nécessité d’arriver encore une demi-heure avant pour nous installer.

AT Rennes 2013 : début des festivités (3)

L’occasion aussi de voir le point central avant l’arrivée de “la horde”. Profitez-en, vous n’allez plus jamais le voir comme ça !

AT Rennes 2013 : début des festivités (2)

Le comité d’organisation ouvre les festivités, c’est l’occasion de saluer cette équipe sympathique et dynamique !

AT Rennes 2013 : accueil (3)

Le programme est dense, aucun doute. Jugez-en !

Programme Agile Tour Rennes 2013

Prélude (Keynote) : Ensemble c’est tout, par Aurelien Morvant

… Où l’on parle de sociocratie. Un petit rappel pour moi, certes, mais Aurélien aborde le sujet de manière intéressante.

Petit rappel historique

Donc, ça commence au Jurassique … euh non, là on est quand même remontés un peu loin !
Avançons dans le temps : les monarchies. Sociales, je ne sais pas, elles semblent plutôt autocratiques. Apparues avant ou après selon les cas, les dictatures revêtent les mêmes habits !
Les démocraties semblent se rapprocher d’un modèle participatif. Oui mais la concertation se fait surtout à l’élection, guère après. Sauf lorsque l’on fait des référendums et encore est-ce fait avec des questions fermées.
Et le monde de l’entreprise, alors ? Celui-ci parait en fait également se caler sur le mode autocratique.

AT Rennes 2013 : Keynote

Comment ça marche ?

Edenburg définit les 4 piliers de la sociocratie comme suit :

  • Le consentement
  • L’élection sans candidat
  • Le double lien
  • Le cercle

Le cercle est la base du dispositif. Il existe aux différents niveaux hiérarchiques.
Le consentement est le mécanisme de décision qui permet d’aller dans une direction sans nécessairement satisfaire tout le monde, mais sans insatisfaire personne, du moins de manière rationnelle. Le consentement, c’est accepter une proposition à laquelle on n’oppose pas d’objection valide (je peux vivre avec…). Au contraire du consensus qui doit satisfaire tout le monde est finit généralement par être vidé de sa substance !
Le double lien, c’est la hiérarchie classique qui descend les décisions, mais un délégué du cercle inférieur qui accompagne ce supérieur hiérarchique pour remonter ce qu’en pense le cercle d’en dessous.

Mais dans la vraie vie ?

Ce dispositif est déjà bien implémenté au sein de milieux associatifs. Il commence à l’être dans des environnements tels que des mairies, des hôpitaux..
Certaines entreprises commencent aussi à mettre en place la sociocratie, du moins dans une certaine mesure.

Entracte : une pause avant de poursuivre la matinée

La matinée est longue. Profitons des pauses, qu’elles soient prévues ou non pour se désaltérer et revoir de vieilles connaissances comme Emilie, c’est toujours un grand plaisir.

AT Rennes 2013 : Pause matinée (1)

Etant venu à Rennes pour soutenir l’équipe Zenika, il m’est difficile de me joindre à une session pour sa durée entière et je dois donc limiter mes choix à certaines salles. En fait, à l’amphithéâtre principale où l’on accède par les derniers gradins.

Acte premier : Comment devenir agile et surtout le rester, par Aurélien Morvant et Sylvie Le Bail

C’est de changement culturel dont nous parlent Aurélien et Sylvie. Mon “keep away” de cette session (que j’ai prise en cours de route) tient sur 5 points :

Le manager devient le garant des valeurs et de la culture

Le changement est quelque chose de paradoxal. C’est à la fois “je veux y aller” et “je ne veux pas y aller”. C’est la manager qui a pour rôle de rassurer en garantissant que certaines choses vont être stables.

Donner du sens

C’est répondre à 3 questions :

  • Pour quoi ?
  • Comment ?
  • Quoi ?

Le “pourquoi” nous amène fatalement au fameux Start with the why de Simon Sinek. Cela se décline pour une organisation en :

  • Vision
  • Valeur
  • Mission
AT Rennes 2013 : Aurélien Morvant (1)

Donner de l’autonomie

Il faut passer à “l’entreprise du pourquoi”. 4 étapes pour y arriver :

  1. La dépendance.
  2. La contre-dépendance. On s’oppose en répondant “non”.
  3. La confrontation avec la réalité : l’indépendance. Mais l’indépendant ne communique pas !
  4. L’interdépendance. Elle implique des relations d’égal à égal avec les autres.

L’autonomie, c’est la capacité à travailler avec les personnes de l’étape 4 !

Nourrir la démarche

Le constat sur l’entreprise d’aujourd’hui n’est pas glorieux:

  • 11% se sentent “engagés” dans l’entreprise.
  • 61% sont désengagés.
  • 28% sont activement désengagés. Ce qui veut dire qu’ils dénigrent l’entreprise !

L’objectif est de récupérer l’énergie des désengagés. Autant dire que cela ne se fait pas tout seul ! On peut agir sur l’environnement, mais on ne peut pas agir sur les motivations, car les motivations sont des facteurs intrinsèques.

Travailler sur les motivations

On retourne vers un vieux modèle, mais qui marche toujours : la pyramide de Maslow.

Pyramide de Maslow

Entracte : faisons une pause déjeuner

Nous sommes arrivés doucement à la pause déjeuner. On fait dans le style “snack”. L’avantage, c’est que l’on n’a pas de longues queues pour accéder à sa pitance.

AT Rennes 2013 : Lunch (3)

Et on peut en profiter pour discuter.

atrennes13-09pause-matin03

Au détour d’un buffet je croise Oana qui s’attaque aux organisateurs plutôt qu’au buffet.

AT Rennes 2013 : Oana (4)

Toutefois, il est bien clair qu’elle a ses préférences…

AT Rennes 2013 : Oana (3)

C’est tout pour aujourd’hui. Nous reprendrons les sessions de l’après-midi dans un prochain post !

Facile à bien utiliser, difficile à mal utiliser, la présentation

En attendant que j’ai le courage de la terminer sous forme d’article, voici les slides de ma présentation à l’Agile Tour Bruxelles.
Cette présentation est directement inspirée d’un conseil de conception de Scott Meyers : “Make your interfaces easy to use correctly and hard to use incorrectly”. Sur ce, je vous laisse vous essayer aux quizz contenus dans cette présentation !