Note de lecture : The Pragmatic Programmer 20th anniversary edt., par David Thomas & Andrew Hunt

Note : 8 ; Le changement dans la continuité

La lecture de la première édition fut une réelle révélation pour moi. C’était à l’époque, la prémices de ma découverte de l’agilité. Aujourd’hui ce texte symbolise plutôt le craftsmanship, mais la différence entre les deux a-t-elle tant de sens ? Guère pour moi, en tout cas.

Beaucoup de choses ont changé dans le détail du contenu, d’une part parce que certaines idées des auteurs ont évolué (ce qu’ils soulignent régulièrement dans le texte même) et d’autre part car à la fois le contexte technologique et les pratiques ont progressé. Je pense, sur ce dernier point, aux pratiques de test.

Cette édition 20ème anniversaire a pris un léger embonpoint : 283 pages contre 259 pour l’édition précédente, passant de 8 à 9 chapitres. Dans votre bibliothèque, la couverture dure de ce nouvel opus va le faire passer dans la catégorie de standing supérieur. Les fameux « tips » qui parsèment le livre passent quant à eux de 77 à 97 ! Le premier chapitre s’intitule toujours « a pragmatic philosophy » et compte 25 pages couvrant 7 sujets. Il couvre en peu de pages un ensemble de comportements : prendre ses responsabilités, ne pas laisser les choses se dégrader et entretenir son portefeuille de connaissances. Une belle introduction.

Lire la suite

Note de lecture : Refactoring, Improving the design of existing code 2nd edt., par Martin Fowler with Kent Beck

Note : 8 ; Petit dépoussiérage d’un sujet toujours aussi important !

Pas moins de 20 ans ont séparé les deux éditions de cet ouvrage ! Le refactoring, c’est un peu la clé à molette de l’architecture émergente. Et ce livre en est le manuel officiel. Autant dire que c’est un ouvrage majeur du monde agile en général et du craftsmanship en particulier.

Cette seconde édition semble moins imposante que la première. En fait, elle compte approximativement le même nombre de pages, à savoir un peu plus de 400 hors annexes. Question de papier… Petite nouveauté toutefois : il existe une version en ligne qui est la version de référence et qui inclut la totalité des refactorings. La version papier en est donc un sous-ensemble. Toutefois l’ouvrage contient le code d’activation de cette version en ligne qui n’est pas en libre accès ! Autre petite différence, l’impression en 4 couleurs, privilège accordé à un grand classique, j’imagine…

Le livre totalise 12 chapitres, dont les 6 derniers constituent le catalogue à proprement parler. Autant prévenir tout de suite, les exemples sont en JavaScript, ce qui est franchement une mauvaise nouvelle pour moi. L’auteur nous a promis des exemples sans idiomes spécifiques, ce qui est vrai à quelques exceptions près.
Le premier chapitre est un teasing du livre, un exemple. Il met en œuvre des refactorings successifs en identifiant à chaque étape les « smells » résiduels. Il le fait avec la pédagogie à laquelle il nous a habitué. Et il est vrai que le JavaScript ne gêne guère. Un plaisir. On rentre dans le dur au chapitre 2, avec 35 pages consacrés aux principes du refactoring. On y explique quoi, quand et surtout pourquoi refactorer. La pratique y est inscrite au sein des pratiques d’XP et surtout comme partie intégrante du design émergent. J’y retrouve tout ce qui m’avait emballé il y a un peu plus de 20 ans. Cela avait été une révélation pour moi, avant même que je découvre l’agilité. Ne ratez pas ce chapitre.

Lire la suite

Note de lecture : Java by Comparison, par Simon Harrer, Jörg Lenhard & Linus Dietz

Note : 6 ; Craftsmanship, niveau junior

Le code de qualité, il faut bien commencer à l’écrire un jour. Et ce jour, ce peut être sur les bancs de l’université. C’est ce qui a motivé en premier lieu l’écriture de ce texte. Contrairement aux classiques du Craftsmanship qui s’adressent au développeur aguerri, celui-ci s’adresse au débutant et la progression des chapitres reflète cela.

C’est un texte assez court, qui n’excède pas 165 pages et compte 9 chapitres au long desquels sont distillés 70 exemples, toujours présentés de la même façon : une page avec le code « avant » auquel fait face le code « après » sur la page en vis-à-vis, agrémenté de quelques explications, mais le tout contenu dans ces deux pages. Le premier chapitre adresse des basiques de clarté du code, sur une vingtaine de pages, soit 8 exemples, qui vont des formulations booléennes à la notion de symétrie du code. Tout cela reste très simple, mais nécessaire à couvrir pour le débutant. On remarquera toutefois une approche « opiniated » qui persistera tout au long du livre, mais cela me semble normal.

On passe la seconde avec le second chapitre. Cela continue sur des questions de clarté, par exemple avec les énumérations, mais aussi de code sain, notamment à propos des itérations. Tout ceci est couvert en 8 exemples également. Alerte maximum pour le chapitre 3 dédié aux commentaires ! Ce sont même 10 exemples qui figurent ici. Mais, oh soulagement, les 4 premiers nous suggèrent d’éliminer les commentaires redondants. Finalement on fait dans le bon sens.

Lire la suite

Note de lecture : Software Design X-Rays, par Adam Tornhill

Note : 5 ; De la difficulté d’écrire une suite à un livre qui sort du lot !

C’est vrai, « Your code as a crime scene » m’avait laissé pantois : utiliser le gestionnaire de version comme une machine à remonter dans le temps (ce qu’il est, en fait) nous avait fait découvrir de nouvelles façons de regarder le code, d’en tirer des informations et des enseignements. Ce volume se veut le prolongement de cette nouvelle manière de penser. Malheureusement, comme nous allons le voir, il tombe un peu court pour cela.

Le succès du volume précédant a donné un petit extra à cet opus-ci : il est imprimé en couleur. De fait, ses 210 pages (hors annexes) contiennent moult illustrations. La structure du livre compte 10 chapitres également répartis sur deux parties. La première d’entre-elle s’intitule « prioritize and react to technical debt » et couvre environ 90 pages. Elle s’ouvre sur un premier chapitre d’une douzaine de pages pour nous expliquer pourquoi la dette technique n’est en fait pas technique ! Le propos de l’auteur est de nous amener à comprendre que la dette technique est en fait de la dette organisationnelle et qu’il est nécessaire de se focaliser sur les parties de code qui ont le plus fort « taux d’intérêt ». L’idée est intéressante, mais le propos est loin d’être direct et bien que j’adhère au propos, je suis loin ici de la révélation.

Justement, le second chapitre nous conduit vers la notion de code à fort taux d’intérêt. Il nous en coûtera une vingtaine de pages. Cette notion, l’auteur la calcule en combinant la fréquence de changement avec la complexité du code. Certes le chapitre développe un peu cela, mais je n’y trouve rien d’extraordinaire. Le chapitre 3 développe une notion déjà abordée dans le livre précédant : les « co-changing files », ou couplages temporels entre fichiers n’ayant pas de dépendances ! Si l’auteur s’étend plus sur les causes et remèdes, je n’y trouve pas non plus d’effet de découverte.

Lire la suite

Note de lecture : Clean Architecture, par Robert C. Martin

Note : 5 ; Agréable à lire, mais beaucoup de “recyclage », beaucoup de verbiage et peu d’information nouvelle.

Robert Martin est sans contestations possibles un des maîtres du craftsmanship. Je l’ai découvert avec son « C++ Applications Using the Booch Method » qui fut un régal. Son « Clean Code » et plus modestement son « Clean Coder » ont popularisé le craftsmanship et les concepts SOLID. Il m’est difficile d’avouer que j’ai eu du mal à trouver ici des idées nouvelles par rapport à ses écrits précédents. L’ouvrage atteint les 370 pages mais ce volume me parait être là pour donner le change.

Ainsi la première partie composée de 2 chapitres ne dit pas grand-chose, si ce n’est qu’il ne faut pas faire de concession sur la qualité de l’architecture. Une position pas vraiment nouvelle de la part de l’auteur.

La seconde partie fait partie des éléments nouveaux apportés par Uncle Bob : elle est consacrée aux paradigmes des langages de programmation et est composée de 4 chapitres, soit un peu plus de 35 pages. L’auteur nous présente ces paradigmes comme autant de contraintes, de possibilités que l’on enlève au programmeur pour chacune d’entre-elle :

Lire la suite

Note de lecture : Your Code as a Crime Scene, par Adam Tornhill

Note 8 ; De nouvelles perspectives sur l’analyse du code en utilisant une machine à remonter le temps !

J’avais entendu parler de ce livre, en bien… mais j’avais aussi entendu quelques réserves à son égard. C’est sans doute ce qui a retardé sa lecture, et c’est bien dommage ! A part son titre surprenant, le livre n’est remarquable de prime abord que par son impression en couleur. A titre personnel, j’ajoute aussi la préface par Michael Feathers.

Le volume compte moins de 190 pages, annexes comprises. Il n’en est pas moins découpé en 15 chapitres dont 14 sont rassemblés en 3 parties. Le chapitre d’introduction ne servant guère qu’à expliquer la démarche générale du livre.

La première partie « evolving software » regroupe 5 chapitres sur un peu plus de 50 pages. Le premier chapitre « code as crime scene » donne le ton dans tous les sens du terme. D’abord par le titre qui reprends celui du livre, mais aussi en ouvrant sur l’histoire de Jack l’éventreur et des informations extrapolées des lieux de ses méfaits. De la même manière l’auteur identifie les « hot spots » de logiciels par les endroits ayant subi le plus de changements, en exploitant la gestion de version. L’exploitation de la dimension temporelle sera un dénominateur commun de beaucoup des analyses qui nous seront proposées.

Lire la suite

Note de lecture : Beyond Legacy Code, par David Scott Bernstein

Note : 4 ; Beaucoup de verbiage et peu d’illustration

Une nouvelle déconvenue, je dois bien l’avouer. Non pas que le style de l’auteur soit mauvais, il est plutôt tonique avec de bonnes qualités de « story telling ». Non pas qu’il n’ait rien à dire, bien au contraire : il transparait du texte une maîtrise, une compréhension et une solide vision de son sujet. Non, l’auteur échoue à développer convenablement son sujet, à l’appuyer sur de solides exemples. Au lieu de cela, il semble préférer discourir en se servant du texte comme une tribune. Pourtant le contenu est au coin de la rue, il ne demande qu’à se révéler : ce sont les 9 principes qui constituent l’essence de l’ouvrage.

L’ouvrage, justement n’est pas excessivement volumineux, avec ses 230 pages. Mais attention : il s’agit exclusivement de texte ! Il est découpé en 2 parties très inégales, la première servant d’introduction avec 3 chapitres sur 40 pages, la seconde développant les 9 pratiques sur le reste du livre.

La première partie s’ouvre sur le triste constant du code legacy et de ses causes : une industrie d’amateurs comme le dit l’auteur. Rien de vraiment neuf, mais c’est bien écrit et guère ennuyeux. Le second s’attaque sur une douzaine de pages au fameux CHAOS report, mais de façon critique, ce qui est assez original, et pertinent en l’occurrence. Mais c’est aussi pour dire qu’il partage les conclusions, mais pas l’analyse. Enfin cette 1ère partie se referme sur un petit chapitre introductif à la seconde partie (les 9 pratiques) et comme quoi notre focus sur l’agile nous a fait perdre de vue la nécessité de solides pratiques de conception (ou d’ingénierie) qui en forment les fondations. Je suis bien d’accord.

Lire la suite

Note de lecture : The Mikado Method, par Ola Ellnestam & Daniel Brolund

Note : 2 ; Que de remplissage !

Les auteurs ont découvert un bon truc pour refactorer du code legacy. Une technique à la fois simple et pratique, donc réellement bonne. Et ils ont voulu en faire un livre. Seulement voilà, parce qu’elle est simple, cette technique tient en 20 pages, guère plus !

2 parties totalisant 7 chapitres sur 140 pages constituent le corps de l’ouvrage. La première partie « The basics of the Mikado Method » se satisfait de 4 chapitres avec 65 pages environ. On ouvre le bal avec « meet the Mikado method ». En fait, tout est dit, ou presque, dans ce premier chapitre d’une quinzaine de pages. La démarche en fait très simple (c’est sa qualité première) est décortiquée pas à pas. La seule chose qui manque est un exemple. C’est ce que l’on escompte avec le chapitre 2 « hello, Mikado Method ». L’exemple est hélas un peu simpliste, mais la vingtaine de pages illustre un peu tout, y compris le « revert » à l’aide d’un petit exemple en Java. L’utilisation du gestionnaire de version, partie intégrante de l’approche, fait partie du lot. Il y a déjà pas mal de répétitions avec le chapitre précédant, mais cela reste intéressant.

Le chapitre 3, « goals, graphs and guidelines » est là pour nous donner un peu de recul sur ce qu’est un bon objectif de Mikado. C’est très abstrait et ne nous emmène pas très loin. Au chapitre 4, les auteurs explorent des variations de l’approche Mikado avec « Organizing your work ». En l’occurrence ils déclinent l’approche Mikado en isolation, en pair et en équipe. L’aspect « équipe » rappelle un peu le « Mob Programming », mais il ne m’apparait pas évident que la mise en œuvre ait été sérieusement expérimentée… Cela conclut la première partie du livre.

Lire la suite

Note de lecture : Working Effectively with Legacy Code, par Michael C. Feathers

Note : 9 ; Le refactoring repensé pour le legacy. Book of the year 2018 !

Appréhender la remise sous contrôle du code legacy est à mon avis une discipline à part entière. C’est en partie de l’architecture, tout en empruntant au refactoring avec une démarche de tests bien à elle. Entre autres choses. Mais peu d’ouvrages sont dédiés à la question, il faut dire que celle-ci n’est pas la plus sexy qui soit. Le livre de Michael Feathers se tient au sommet de cet édifice depuis plus d’une douzaine d’années et pour de bonnes raisons.

Michael Feathers nous propose une approche dans la ligne de l’approche extrême programming, en s’appuyant sur une vision code adossé à des tests unitaires. D’ailleurs sa définition du code legacy s’en inspire directement : du code legacy, c’est du code sans tests !

Avec 420 pages, ce n’est pas un petit volume que nous avons entre les mains. Il se découpe en 3 parties. La première d’entre-elle « the mechanics of change » est aussi la plus courte avec une cinquantaine de pages en 5 chapitres. Il s’agit bien d’une introduction assez exhaustive à l’approche que propose l’auteur et que j’appelle le « inside out ». Elle répond aux questions suivantes :

Lire la suite