Note de lecture : Creating Great Teams, par Sandy Mamoli & David Mole

Note : 5 ; Recette pratique d’auto-selection d’équipe en 4 actes.

Plutôt qu’un livre, il s’agit d’un mini livre, car il ne couvre que 80 pages, et un seul sujet d’ailleurs : l’auto-formation d’équipes ! C’est donc un livre dédié ç une pratique et une seule, qui a pour objective de bien la couvrir. Les auteurs ont une bonne expérience de mise en place de « place de marché » de création d’équipes, essentiellement en Nouvelle Zéland et nous font partager celle-ci.

Le texte comporte 7 chapitre, on commence par une introduction sur les équipes stables sur 9 pages. Celui-ci est assez bateau, avec un réquisitoire d’arguments déjà bien connus pour l’auto-selection. Seuls quelques références d’étude méritent d’être notées. Passons.

Par contre le chapitre 2 rentre bien dans le concret avec les étapes de préparation. Il y en a 6. Voici 17 pages bien utilisées. Progressons encore avec la préparation « du jour d’avant » en 4 étapes au chapitre 3, où comment se rendre prêt pour un événement fluide. Là aussi les auteurs nous découpent cela en étape, il y en a 4. A noter la FAQ bien utile qui collecte déjà les questions qu’ont pu avoir les auteurs.
L’événement lui-même est le sujet du chapitre 4. Un processus en étapes pour rester dans le style. Il faut en compter 10 ici. Les 14 pages de ce chapitre couvrent de manière très détaillée le déroulement de la journée, l’agencement de l’espace d’échange et le cas difficile des « laissés pour compte ». Bref, c’est complet ! Un événement qui n’est pas suivi de faits est pire que de ne rien faire. Le chapitre 5 est consacré à suivre la balle et c’est sur 7 pages.

Lire la suite

Publicités

Note de lecture : Improv-ing Agile Teams, par Paul Goddard

Note : 6 ; Quelques petites choses à récupérer du théâtre d’improvisation.

Ce petit opuscule a pour objectif de décoder les éléments principaux du théatre d’improvisation pour exposer la manière dont ils s’appliquent dans le cadre de coaching d’équipes agiles. S’il m’a été chaudement recommandé par Tobias Mayer, je n’en ressort pas avec autant d’enthousiasme que lui. L’opuscule, de petit format, compte moins de 200 pages, annexes comprises. Il est vite lu. La partie principale compte seulement 5 chapitres pour moins de 170 pages, mais chacun de ces chapitres compte une partie principale et une partie jeu.

Du sous-titre « using constraints to unlock créativity », l’auteur a retenu la lettre « S » : l’avant-propos n’en contient aucune occurrence, tandis que chacun des chapitres principaux commence au contraire par cette lettre ! Les trente pages du premier chapitre sont intitulées « Safety ». C’est de confiance et de droit à l’erreur dont il est question ici. Ma partie préférée concerne ici le « slowing down », un élément dans lequel je me reconnaît ! Sur les jeux proposés, si le préféré de l’auteur est le « daily Tand Up » où l’on doit éviter d’utiliser la lettre « s » (encore), j’aime bien pour ma part le « psychic stand up » où l’on doit énoncer l’avancement à la place d’un collègue !

Lire la suite

Note de lecture : Fifty Quick Ideas to Improve your Tests, par Gojko Adzic, David Evans & Tom Roden

Note : 7 ; D’excellents conseils dans la lignée du titre éponyme sur les user stories

Gojko Adzic et ses co-auteurs ont gardé la recette qui marche avec ce nouveau titre. Celui-ci ne compte que 117 pages, et comme le titre le suggère : 50 conseils chacun occupant 2 pages avec une illustration quelque peu décalée. Ces conseils sont répartis en 4 sections.

La première partie « generating testing ideas » regroupe 12 conseils. Je citerais en particulier parmi ceux-ci la « big picture view of quality », un pendant pour les tests de la pyramide de Maslow. Un concept bien plus intéressant que la classique pyramide des tests rassemblant des choux et des carottes ! Le « tap into your emotions » nous donne un truc de plus pour explorer les tests à construire. « monitor trends in log & console » est une excellente idée pour chercher des éléments à inspecter. Enfin le « mob your test sessions » est une nouvelle variante du workshop des 3 amis, étendu à plus de personne et qui ne se limite pas à l’écriture des cas de test !

Lire la suite

Note de lecture : Fifty Quick Ideas to Improve your User Stories, par Gojko Adzic & David Evans

Note : 7 ; De bonnes recettes, surtout pour le découpage des user stories

Les auteurs l’annoncent clairement dès le début : ceci n’est pas un livre pour le débutant. Il s’adresse à ceux qui ont déjà une connaissance et une compréhension de base de ce qu’est une user stories. Les 200 pages de l’ouvrage sont consacrées à solidifier cette connaissance et à améliorer le savoir-faire qui y est lié. Le tout en 5 parties et en, comme l’indique le titre, 50 idées ou principes. Je ne vais pas parler des 50 principes, ce serait fastidieux.

Chaque « idée » emprunte la même présentation. D’abord une introduction que l’on pourrait appeler « motivation ». Elle développe ce qu’il y a derrière le titre, le « pourquoi » de cette idée. Vient ensuite une section intitulée « key benefits », comme son nom l’indique elle met en exergue l’amélioration apportée par cette pratique ou le travers qu’elle évite. Enfin, la 3ème partie est consacrée au « how to make it works », c’est à dire le mode d’emploi.

La première partie est dédiée à la création de User Stories. Ce sont 8 idées sur environ 35 pages qui constituent celle-ci. On retrouve quelques idées qui font leur chemin aujourd’hui comme les « 3 C » de Ron Jeffries ou les 3 questions de Jeff Patton plutôt que le template de Mike Cohn qui perd son aura de jour en jour. Mon « take away » de cette partie est certainement la notion de sphère de contrôle liée à la sphère d’influence qui est le thème de l’idée n° 7.

Lire la suite

Note de lecture : The Nature of Software Development, par Ron Jeffries

Note : 7 ; Reflexions sur le « pourquoi » et la véritable nature du développement agile.

Deux choses se remarquent immédiatement quand on prend ce livre en main : sa petite taille (par le format et le nombre de pages) et ses illustrations en couleur dues au crayon de Ron Jeffries lui-même ! Les 150 pages de cet opuscule sont vite avalées, d’autant qu’elles sont découpées en pas moins de 22 chapitres, tous illustrés comme je l’ai mentionné. Pas question évidemment de les passer en revue .

L’ouvrage lui-même s’articule en 2 parties inégales : « the circle of values » propose sur un peu plus de 70 pages un ensemble de sujets qui se regroupent de manière cohérente autour de ce thème. La seconde partie « notes and essays » ressemble d’avantage au regroupement d’un ensemble de posts façon « billets d’humeur ».

Dans « value is what we want », Ron Jeffries promulgue l’idée que délivrer très tôt est plus important que définir ce qu’est la valeur. Si nos étapes suffisamment petite, « on sait » quelle est la prochaine qui m’est utile. Une idée qui me laisse … très dubitatif. Un propos qui rejoins le « how we can measure it ? » et « value, what it is » où il est question de ne pas mesurer car il n’est pas possible de comparer. Une idée qui s’appuie sur l’idée que toute mesure est nécessairement financière…

Lire la suite

Note de lecture : User Story Mapping, par Jeff Patton

Note : 9 ; Bien au-delà du story mapping, vers la découverte de la vraie nature des spécifications agiles en tant que compréhension partagée. Book of the year 2015 !

Jeff Patton est un vrai maître Jeidi de l’agilité : après avoir lu, ou plutôt dévoré son livre, je n’en ai plus aucun doute ! Mais si vous pensez lire « simplement » un ouvrage décrivant par le menu la technique développée par Jeff Patton, vous allez être surpris ! Car c’est bien plus que cela.

Le livre fait un peu plus de 260 pages en 18 chapitres. Je dis « un peu plus de 260 pages » car le corps principal du livre est précédé d’une introduction « read this first » qu’il ne faut rater sous aucun prétexte. On y parle « instructions » versus compréhension partagée, de comparer les (docs de) spécification à des cahiers de voyage, de l’importance de raconter des histoire et d’être frugal dans la construction tout en cherchant à maximiser l’impact plutôt que les fonctionnalités ! Bref, cette introduction à elle seule a la valeur d’un très bon livre. Et ce n’est pas fini !

Raconter des histoires, c’est le sujet du 1er chapitre où l’auteur introduit les story maps dans le but de raconter la grande histoire du système, d’avoir une « big picture ». Il le fait d’ailleurs en racontant une histoire, celle de Gary par qui les user stories sont arrivées ! D’ailleurs la totalité du livre est formée d’histoires. Et celles-ci sont illustrées de photographies des fresques (en couleur dans la version anglaise) que sont ces stories maps auxquelles l’auteur surimpose des explications sous forme de cartographie.

Lire la suite

Note de lecture : Agile and iterative development a manager’s guide, par Craig Larman

Note : 9 ; Eclairé et agréable à lire. Comme toujours, avec Larman…

Nous commençons à avoir l’habitude de la qualité des textes de Craig Larman. Celui-ci ne fait pas exception et est également témoin du virage de l’auteur vers les pratiques agiles. Dans cet ouvrage, Larman se focalise sur l’aspect gestion de projet, mettant l’emphase sur le cycle itératif et ses bénéfices, notamment par rapport au cycle en V. Il s’agit donc bien d’un ouvrage pour convaincre et faire prendre conscience du changement de paradigme qu’amène l’agilité. Le texte date de 8 ans, mais je pense qu’il reste tout à fait d’actualité, d’une part car il reste beaucoup de monde à convaincre, et d’autre part car il est à peu près seul sur son créneau, la plupart des livres dédiés à l’agilité se focalisent sur le « comment » plus que le « pourquoi ». Il serait plutôt à comparer à « Agile Software Development Ecosystem » de Jim Highsmith.

Cela dit, ce volume n’est pas un guide touristique. Ses 330 pages découpées en 12 chapitre en attestent. Je passe rapidement sur le premier chapitre qui ne compte que 6 pages : il fournit quelques généralités sur la logique de projet prédictifs à opposer avec le développement de nouveaux produits. Il fournit aussi nombre de liens dont beaucoup sont toujours actifs ! Le second chapitre traite sur une quinzaine de pages la logique des projets évolutifs et itératifs. C’est très abondamment illustré, extrêmement clair et chirurgical, dirais-je. Un plaisir !

Lire la suite

Note de lecture : Agile Metrics in Action, par Christopher W. H. Davis

Note : 3 ; L’agilité à mi-chemin.

Ce livre est une déception, je n’ai hélas pas d’hésitation à cet égard. Il est vrai que l’on manque souvent sur les projet agile à mesurer des choses alors que la collecte de faits tangibles est la base d’une démarche Lean ! L’origine de cet ouvrage est un système de collecte de mesures pensé et développé par l’auteur et déployé sur les équipes dont il était le manager. Ce système collecte des données depuis Jira, Github, Jenkins, la plateforme de déploiement et Google Analytics, pour ensuite consolider cela. Une idée tout à fait brillante. Malheureusement, comme nous allons le voir, le livre ne parvient pas à valoriser cela.

La structure de l’ouvrage suit en grande partie les 5 grandes « travées » que l’auteur voit dans le développement agile. Il est organisé en 10 chapitres format 3 parties, le tout totalisant 220 pages. A cela il faut ajouter les 2 annexes qui ajoutent près de 20 pages : celles-ci apportent quelques éclaircissements sur la chaine de collecte conçue par l’auteur. La première de ces parties ne compte qu’une trentaine de pages sur deux chapitres. Le premier d’entre-eux « Measuring Agile Performance » dresse sur près de 20 pages un tableau du problème que l’on s’efforce de résoudre. Je ne suis que partiellement d’accord avec l’auteur, par exemple quand il prétend que l’on a pas une vue claire de nombreux concepts comme celui de « bonne qualité » ou qu’il pointe du doigt le focus sur le produit plutôt que sur le projet comme un problème !

Lire la suite

Rendez-vous à l’Agile Vendée !

C’est toujours un grand plaisir d’assister à la naissance d’un mouvement local de notre communauté agile. En ce mois de Juin, c’est la vendée qui va poser la première pierre de sa communauté.

J’y serais, avec un plaisir d’autant plus grand que l’équipe organisatrice compte des personnes que j’apprécie vraiment beaucoup !

Pour vous inscrire ou vous régaler du programme, c’est ici !

Rendez-vous à l’Agile Vendée !