Note de lecture : The People’s Scrum, par Tobias Mayer

Note : 9 ; Scrum niveau « Ri ». Book of the year 2013 !

Le livre ne paie pas de mine : un petit format qui compte environ 150 pages et une annexe de 3 pages (la description de Scrum selon l’auteur !). Le contenu lui-même vient d’une sélection de posts de l’auteur en provenance de son ancien blog : Business Craftsmanship. Les posts eux-mêmes ont été un peu retouchés, mais à peine ! Le volume se présente donc en 3 parties, chacune découpées en environ une douzaine de posts.

Ainsi décrit, il n’y a rien qui attire spécialement l’attention ! Ce qui attire vraiment l’attention, c’est le contenu même des posts, l’angle pris par l’auteur. Ici, nul focus sur l’aspect folklorique des méthodes agiles. D’ailleurs on ne parle même pas de méthode, mais de communication, de savoir-être et de culture ! C’est un point de vue original et disruptif sur Scrum, où l’auteur met d’avantage le doigt sur l’aspect dépouillé du framework qui laisse la place à ce qui compte vraiment. Voyons cela, justement.

La première partie, « The Intrepid Explorers » est composé de 13 posts, qui couvrent 35 pages. Parmi ceux-ci, je retiendrai « the heart of Scrum », qui présente le Scrum board comme un forum de communication pour l’équipe, « distributed teams are not teams » qui pose bien la posture tranchée de l’auteur. « The agile explorer » est très significatif du point de vue de l’auteur sur l’approche agile, un état d’esprit de perpétuelle découverte, de remise en cause de l’organisation pour implanter l’ADN agile. Bien entendu, on ne peut faire l’impasse sur « the people’s Scrum » qui donne son titre au livre, véritable profession de foi de l’auteur sur sa vision humaniste de l’agilité.

Lire la suite

Publicités

Note de lecture : The Elements of Scrum, par Chris Sims & Hillary Louise Johnson

Note : 6 ; Bien écrit et pertinent, mais aussi sans beaucoup de surprises.

Cet ouvrage est le grand frère du « Scrum, a Breathtakingly Brief and Agile Introduction », ou plutôt est-ce l’inverse ! Cela reste un ouvrage descriptif sur Scrum. Au moins celui-ci est-il vivant et bien écrit.

La première partie (introduction à l’agilité) est précédée d’un petit storytelling « a week in the life of a Scrum Team ». Il me rappelle le « Scrum in action » de Jeff Sutherland. Mais ici il n’a qu’un objectif de mise en jambe et c’est plutôt original et réussi. Le premier chapitre de cette seconde partie a trait (tarte à la crème des temps modernes) à la comparaison entre cycle en cascade et agile. On échappe toutefois aux lieux communs et le propos est même éclairé !

Le second chapitre (3ème en fait) introduit l’agilité (classiquement aussi) par l’écriture du manifeste agile. Là encore bien écrit et documenté il constitue une bien sympathique synthèse historique. Il n’est guère surprenant de voir un chapitre dédié aux principes et valeurs agiles lui succéder. Le propos sur les valeurs agiles n’est guère original, mais les 12 principes sont plus rarement évoqués. Ils intéresseront les nouveaux venus à l’agilité.

L’agilité est-elle rentable ? C’est ce qu’explore ce 5ème chapitre en comparant le déroulement en parallèle d’un projet en agile d’un côté et en cascade de l’autre. Cette histoire montre la valeur de l’approche agile d’un point de vue financier. Cela dit, ce chapitre aborde ce cas de figure de manière un peu simpliste.

Lire la suite

De retour aux affaires…

Lecteur fidèle et émérite, tu t’en ai certainement aperçu: il y a eu un grand vide dans les publications sur mon blog. Quelques explications s’imposent…

Depuis 2011 j’utilise Tumblr comme plateforme de blog. Ca va vraiment très vite pour mettre en oeuvre son blog. On peut aussi personnaliser un peu ce que l’on a, mais la personnalisation est assez limitée, il n’y a pas non plus de « plugins ». Bref, quand on veut améliorer un peu le truc, on arrive vite à devoir insérer des choses dans le HTML du thème. Ce que j’ai fait.

Hélas, ce n’est pas tout.

L’enfer de l’édition

Tumblr, c’est un truc de jeunes. Tu insert des images, des vidéo, des citations, etc… Le tout très simplement, en quantité et dans le cadre défini par Tumblr. Pour en sortir, retour au HTML (dans le post, cette fois). C’est ce que j’ai fait pour insérer des présentations Slideshare, des documents stockés dans Issuu et des images en provenance de Flickr. Hélas au fil du temps et des nouvelles releases de Tumblr, cela est devenu plus difficile et mes intégrations se sont même trouvées « cassées ». Sans parler des éditions HTML qui supprimaient mes ajouts (ça c’était sur la fin).

Bref, j’ai vu que la plateforme n’évoluait pas dans un sens qui m’était favorable, il était temps de faire mes valises.

Je n’ai pas été très créatif en ce qui concerne ma destination : WordPress, le super standard des blogs. Le setup est peut-être moins direct qu’avec Tumblr, mais on arrive à ce que l’on veut en une paire d’heures. Plus ou moins. Last but non least, un import Tumblr ! Lui aussi marche très correctement dans les grandes lignes.

Franchir le dernier mètre

Tout aurait été très simple sans le nom de domaine. Le transfert de celui-ci a été quelque peu compliqué avec mon fournisseur. Ca a pris du temps, probablement aussi parce que j’ai manqué de pugnacité sur ce coup.

Petit effet de bord de ce long délai: j’ai perdu mon élan !

Lire la suite