Note de lecture : The Professional Product Owner, par Don McGreal & Ralph Jocham

Note : 6 ; Une solide lecture pour le Product Owner, qui ne reste pas figée dans le dogme Scrum mais s’égare parfois un peu.

La Scrum.org s’est impliqué dans l’écriture de son corpus de connaissances et de pratiques. Le présent volume consacre celui dévolu au Product Owners. Comme nous allons le voir, c’est globalement une bonne surprise, même s’il nous embarque dans quelques hors sujets.

Les 320 pages du présent ouvrage sont découpées en seulement 9 chapitres structurés en 3 parties. Nous voilà donc embarqués dans des chapitres plutôt conséquents. La première partie « strategy » couvre 4 chapitres, soit un peu plus de 100 pages. Le premier chapitre est lui consacré à la gestion de produit agile. On y retrouve quelques poncifs habituels tels que le triangle de fer. Plus intéressant sont les propos sur les boucles de valeur et surtout les « roles type » qui offre une vue originale des profils de maturité du product ownership.

La vingtaine de pages du second chapitre va aborder la Vision. Le propos tourne autour de quelques pratiques désormais bien connues : le business model canvas, la product box et l’elevator statement. Le propos est bien ficelé, mais les habitués n’y découvriront pas grand-chose. Arrive le chapitre 3 et un sujet tout à fait épineux : la valeur ! Les auteurs lui accordent un peu moins de 40 pages. Les auteurs ont quelque peu du mal à trouver un angle, aussi commence-t-on avec « l’évidence-based management », ce qui a au moins le mérité d’introduire le sujet pour évoquer ensuite la satisfaction des employés et des utilisateurs (avec l’inévitable NPS). Après cela, ça part un peu n’importe comment en parlant budget, taux d’innovation, etc. Un chapitre qui n’est pas mémorable, sur un thème particulièrement difficile.

Lire la suite

Note de lecture : Enterprise Integration Patterns, par Gregor Hohpe & al

Note : 8 ; Un très grand classique !

Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité du « Patterns for Enterprise Applications » de Martin Fowler. Plus exactement, il traite de l’intégration d’application asynchrones par le biais de messages. Cette imposante référence regroupe 65 patterns, décrits au long des 650 pages de cette imposante référence. L’ensemble est découpé en seulement 14 chapitres.

Le premier chapitre est déjà conséquent avec près de 40 pages. Les auteurs y construisent un exemple d’intégration d’application fictif allant jusqu’au monitoring et montrant comment et pourquoi chaque pattern y prend place. Cela me rappelle quelque peu le premier chapitre de l’Enterprise Applications Patterns de Martin Fowler. Par contraste, le second chapitre est bien plus succinct avec ses 17 pages. Il s’agit ici de patterns stratégiques décrivant les différents styles d’intégration : transfert de fichiers, base de données partagée, échanges de messages, appels de procédures distantes, etc.

Le chapitre 3 s’attache à zoomer sur un seul des styles d’intégration décrit précédemment : l’échange de messages. Les patterns figurant ici décrivent les différents composants de cette structure : messages, endpoints, chanel, routeurs, transformateurs, etc. Nouveau coup de zoom au chapitre 4, sur un des composants de l’échange de messages : les canaux. Ce chapitre nous fait découvrir les différents types de canaux de manière exhaustive : point à point, publish and subsribe, bridge, etc. C’est l’occasion de découvrir certains patterns beaucoup moins connus que les grands classiques. Je pense, par exemple au Datatype chanel ou au Dead-letter chanel.

Lire la suite