ScrumDay 2015 : Scaling Dilemna, par Mary Poppendieck

Quand nous étions petits, nous étions fantastiques ! Maintenant que nous sommes plus gros … nous avons cessé d’être fantastiques. En fait, on ne communique plus aussi bien.

Quels sont les problèmes ?

  • La coopération
  • La complexité
  • L’état d’esprit
  • Le focus

Ce sont ces 4 points que Mary Poppendieck va développer dans sa keynote de ce second jour du ScrumDay.

Coopération

Quand l’entreprise grandit, on tend à l’organiser en silo. Et ça ne marche pas si bien que ça ! On peut prendre le problème dans l’autre sens, et mettre les fonctions (ou les fonctionnalités) en silo. Ce n’est guère mieux.

Lire la suite

Publicités

ScrumDay 2015 : Reinventing organizations, avec M. Sahota et O. Lewitz

Cette session, co-animée par Olaf Lewitz et Michael Sahota se voulait un workshop. Moins workshop que je ne m’y attendais toutefois, cat on était plutôt dans le 80% « lecture » et le 20% « workshop »… dans le meilleurs des cas !

Qu’importe, il me tardait de participer à une session menée par deux personnes qui je suis par leurs publications depuis quelque temps. Ici toutefois, la session ne s’articulait pas autour des écrits de l’un des deux conférenciers, mais autour du texte de Frédéric Laloux : Reinventing Organizations.

image

Lire la suite

Dave Snowden au Scrumday 2015 : Making Sense through Action

Faire une bonne transcription de la keynote de l’auteur du modèle Cynefin n’est pas chose facile. Je ne pense pas y parvenir. Son accent n’est pas évident, pour commencer. Ensuite, suivre son propos s’est souvent avéré pour moi difficile. Je vais donc plutôt passer en mode « morceaux choisis ».

Adopter l’approche scientifique

Dave Snowden nous met en garde contre l’approche par l’exemple: on ne saurait proclamer une réussite basée sur un nombre limité de succès. En fait, la théorie s’avère alors un meilleur fondement que la technique.

image

Des entreprises montrent des succès spectaculaires en faisant des choses différentes, mais il est illusoire de chercher à les copier

Lire la suite

Rendez-vous au Scrumday 2015 !

Le grand rendez-vous de la communauté Agile / Scrum

Que ce soit comme organisateur ou comme orateur, je n’ai encore jamais raté une édition du Scrumday ! Il en sera de même cette année. Mais c’est plutôt aux nouveaux venus que je m’adresserais cette fois-ci avec ma session Scrum Shu Ha Ri. J’avais donné celle-ci une première fois au Printemps Agile à Caen () il y a un an. Je l’ai produite une seconde fois en Anglais à Beyrouth au mois de novembre. Ce sera donc la 3ème fois que je produirais cette présentation. Non seulement ce sera probablement la dernière, mais pour ne pas trop me répéter, je ferais quelques retouches au contenu. Je devrais donc aussi faire évoluer l’article ( en conséquence…

En attendant, voici le teasing de cette session.

Scrum Shu Ha Ri
Passer à l’agilité ce n’est pas “faire de l’agile”, c’est être agile, devenir agile. Ce n’est pas une destination, mais un voyage. Scrum nous accompagne remarquablement sur les trois grandes étapes de ce voyage : le Shu, le Ha et le Ri.
Le Shu est apprentissage : appliquer correctement Scrum.
Le Ha est perfectionnement : Adopter des pratiques pour s’améliorer.
Le Ri est maîtrise : créer sa façon d’être agile en se guidant sur les valeurs de l’agilité.
Pour les nouveaux venus, cette session fera découvrir Scrum sous des jours différents au long des étapes qui constituent ce voyage.

Agile en grand !

C’est avec grand plaisir que je vois la session « Agile en grand » figurer au programme. Il s’agit d’un retour d’expérience sur le passage à l’agile du programme Linky ! Encore un REX allez-vous me dire ? Mais j’ai toutes les raisons de penser que la session que nous proposeront Jean-Hugues Hamelin et Nadim Elbaba sera bien autre chose que « encore un autre REX » !

J’accompagne aujourd’hui encore très activement ERDF sur l’agilification de ce projet sur le site Parisien. Ce sera donc un plaisir tout particulier pour moi d’y assister. Et dès maintenant je vous recommande de l’inscrire à votre programme de la journée.

Ah, une dernière chose !

N’oubliez pas que la seconde journée est consacrée à un open-space. J’ai l’idée d’y poursuivre l’aventure « en finir avec.. » à cete occasion. Mais je ne vais pas en dire plus !

Rendez-vous au Scrumday 2015 !

Carnet de route : Le ScrumDay 2014 (4/4), Bonus track !

Après avoir couvert mon parcours de ces 2 jours de ScrumDays (ici, ici et ici), une question reste en suspens : et les autres sessions ? J’ai donc été rechercher du mieux que j’ai pu les supports de présentation des sessions auxquelles je n’ai pu assister. Il en manque encore hélas beaucoup, sans compter la mise en ligne des vidéos. Si vous avez des liens vers les supports manquants, faites m’en part, je les rajouteraient.

Pour commencer, voici le livret des sessions, en mode présentation

La transformation numérique de France Télévision

France Télévision fut le premier sponsor « client final » du French SUG ! Ils nous partagent leur retour d’expérience.

Vous retrouverez aussi cette présentation via le blog d’Alain Buzzacaro.

Le Lean Startup au service du Product Owner, par Jérôme Guenver

J’ai entendu dire beaucoup de bien de cet atelier animé par Jérôme. Un atelier que Jérôme a imaginé suite à une discussion que nous avons eu ensemble chez Zenika. Je suis donc plutôt heureux d’avoir eu un petit rôle pour inspirer un collègue !

Des outils du monde de la psychologie… par Bruno Sbille

On ne présente plus Bruno, en tout cas on ne devrait plus ! Bruno est l’un des piliers de l’imposante communauté agile Belge. Il est aussi l’organisateur de l’Agile Tour Bruxelles auquel je participe depuis sa création (et j’espère continuer). Lors de ce ScrumDay, il proposait cet atelier en plus de son rôle dans la « coach clinic » !

Dans cet atelier, Bruno présentait et permettait d’expérimenter divers outils tels que la PNL, le VAK, etc. Je me souviens encore que Bruno avait fait le déplacement depuis Bruxelles pour la soirée de création du French SUG il y a 6 ans de cela. C’était justeent pour nous parler de PNL !

Let’s Sketch together, par Alvin Berthelot

L’atelier d’Alvin était articulé autour de la création visuelle de produits. Je sais qu’il le produit régulièrement, j’aimerais bien avoir l’opportunité d’y participer…

The big payoff, par Alexandre Boutin

J’avais eu l’occasion de pratiquer ce jeu lors des premiers Agile Game France. Alex remet le couvert pour ce très bon agile game. Vous pouvez en trouver le descriptif en anglais ici. Et mieux encore le descriptif en Français ainsi que le matériel de jeu sur le blog d’Alex.

Faites Revivre vos spécifications

Un autre sujet orienté BDD issu d’une expérience récente de Yannick. Il m’en avais parlé lors d’un déjeuner, plus tôt dans l’année. Une optique de l’acceptance testing qui diffère un peu de la mienne, mais sans être incompatible (si, si !).

Open Agile Adoption, par Pablo Pernot et Oana Juncu

Encore une session à laquelle j’aurais aimé pouvoir assister si j’avais pu me dédoubler. Too many sessions, so little time…

Ici, Oana et Pablo nous dévoilent (en partie) le framework de Dan Mezik.

Créer le bon produit avec le Lean Canvas, par Romain Couturier

Romain a vécu un ScrumDay mouvementé, avec une panne de sonorisation suivi d’un changement de salle. Ici Romain nous parle du Lean Startup et plus précisément de l’outil de référence développé par Ash Maurya .

Les nouveaux outils du Product Owner

Story Mapping, Impact Mapping, Lean Canvas et Kanban : ce sont les « nouveaux » éléments que nous propose Claude pour le Product Owner.

Agilité : la fin du middle management ? Par Kevin Maccioni et Fabien Barbaud

Avec le passage à Scrum, le retour d’expérience des deux orateurs les amènent à répondre oui !

Introduction to Visual Management, par Natalie Yadrentseva

Je ne suis pas certain de joindre ici le bon support, je l’avoue…

Certains éléments de cette présentation me rapellent furieusement le Lightning Talk d’Igor Sviridenko à l’Agile France 2013…

Devops Game, par Vincent Daviet

Le troisième atelier Zenika de ce ScrumDay nous était proposé par notre nouveau venu Lyonnais avec ce Devops Game que je n’ai hélas pas pu expérimenter.

Podojo : PO, viens t’améliorer par la pratique avec nous ! Par Guillaume Duquesnay et Nicolas Verdot

A défaut d’un support de présentation, voici une petite vidéo avec une interview de Dominique Lequepeys sur cet atelier

Le Product Owner est-il un Product Manager agile ? Par Sébastien Saccard

Sébastien Saccard n’est pas un inconnu pour moi : tout d’abord il fut à l’initiative du workshop d’Ash Maurya à Paris, ensuite en tant que président de l’association We Do Product Management, il fut à l’instigation de la rencontre avec Gojko Adzic hébergée chez Zenika.

Sébastien cherche à développer le métier de Product Manager en France. Sa présentation va dans ce sens.

Vous pouvez aussi retrouver la présentation de Sébastien sur son Blog.

Agile-Lean-Kanban : Le guide du routard 2014, par Christophe Keromen

Bien rodée, j’avais eu l’occasion d’assister à cette très vivante présentation de Christophe à l’Agile Tour Rennes 2013. Mais était-ce réellement la même ?

My Product is a James Bond Movie – part V, par Pierre Neis

Les présentations de Pierre ne ressemblent à rien de connu ! Elles sont difficile à raconter, et je doute que le support ci-dessous lui rende justice. J’avais assisté à la « part I » de cette série « James Bond Movie » lors de l’Agile Tour Bruxelles 2013 … nous voici rendu au 5ème opus !

Développer en mode Kick-Ass, par Samuel Le Berrigaud

Le Kick-Ass de Samuel, cela me fait penser au « programming motherfucker » ! D’ailleurs en fait, il en parle dans sa présentation. Je vous recommande ce support pas mal du tout … en attendant la vidéo !

De la culture projet à la culture produit, par Céline Stauder et Gregory Alexandre

La présentation de Céline et Grégory est tout à fait dans le thème de ce ScrumDay. Par contre le support ne vous permettra guère de saisir la substance de la présentation !

Le prétotyping, avec Elalami Lafkih

Le prétotyping, c’est du prototypage « low cost », plus tôt donc avec un feedback anticipé. Elalami nous en expose un certain nombre de techniques. J’ai repris le support de l’orateur utilisé durant l’Agile Tour. Je suis parti du principe qu’il s’agissait du même…

Kapla Challenge, avec Dragos Dreptate

Construire un pont par itération (avec des Kapla), c’est le challenge que nous propose Dragos durant cet atelier

Faire Agile, c’est bien…, par Aurélien Morvant et Simon Jallais

Simon et l’homme aux chaussures de couleurs différentes nous proposent de découvrir ce qu’est « vivre agile ». Une session plutôt décalée !

DSL et refactoring pour les tests d’acceptation, par Laurent Py

Laurent nous fait partager son expérience ATDD / Devops chez Smatesting. En fait, la session ressemble terriblement à une promotion de l’outil Zest’ qui est, oh surprise, développé par la société dont Laurent Py est CEO !

Bon, voici quand même cette présentation…

Les reportages du ScrumDay

Une petite séquence « fun », tournée en bonne partie durant la pause déjeuner du second jour.

Et le reportage du ScrumDay, avec quelques interviews et des interventions de Xavier Warzee et Alistair Cockburn

Ils en parlent aussi…

Quelques liens vers des articles de blog que j’ai peu glaner à droite et à gauche. Si vous avez d’autres liens, n’hésitez pas à m’en faire part.

Il y avait une Coach Clinic, mise sur pied par Fabrice Aimetti et Bruno Sbille. Côté Zenika, Géry Derbier y participait ainsi que Laurent Sarrazin pour Rupture 21. Un compte-rendu est disponible sur le site d’Ayeba.

Alex Boutin nous livre sur son Blog la manière dont il a vécu ce ScrumDay.

Un retour de Laurent Sorin sur la table ronde menée par Véronique Messager

Autre retour également en provenance d’Ippon, un feedback sur la session de Rachel Davies par Victoria Pedron.

Dominique Lequepeys nous adresse les points forts des sessions auxquelles il a participé. Youpi, ceci inclut la mienne !

Christophe Deniaud fait aussi son billet de Blog sur les sessions qu’il a vu, ainsi que sur l’open-space. Lui aussi donne son feedback sur mon atelier. Pas sûr que mon message principal sur l’écriture collaborative des tests soit bien passé…

Coactiv nous livre aussi ses retours.

Carnet de route : Le ScrumDay 2014 (3/4)

Nouvelle journée, nouvelle énergie. Après la journée conférence que je vous ai comté ici et ici, voici la journée consacrée à l’open-space, à l’image de ce qui se fait à Grenoble depuis quelques années déjà.

L’organisation met à notre disposition tout ce qu’il faut pour se remettre dans le rythme : thé, café, jus de fruits, viennoiseries…

image

Mais on est vite intrigué par le grand cercle matérialisé à même le sol autour duquel nous sommes invités à nous rassembler pour débuter cet open-space.

image

Ce sont Laurent Bossavit et Raphael Pierquin qui se chargent d’expliquer les règles de fonctionnement de l’Open-space … ou du moins tentent de le faire ! Apparemment, la sonorisation pose quelques problèmes…

image

Le principes sont en fait assez simples. Une fois établis, il est temps d’utiliser le matériel mis à notre disposition au centre du cercle pour proposer nos sujets.

image

Ces sujets sont ensuite eux-mêmes affichés sur les différents créneaux horaires en mode auto-organisé. C’est la « place de marché ».

image

J’ai posté mon propre sujet. Il est temps de faire le tour de ceux qui peuplent le premier créneau horaire. Et je reste un peu perplexe devant le sujet traitant de l’utilisation des points de fonction dans les projets agiles. Quand je vois ce genre de sujet, mon reflexe est de me demander en quoi ces techniques peuvent nous apprendre quelque chose, si la technicité développée ici peut nous aider. Laurent Bossavit semble plus circonspect quand aux motivations. Du coup, nous décidons tous deux de nous joindre à ce débat.

Agilité et point de fonction

La première chose qui me trouble est une certaine confusion entre l’outil et l’usage. Dans l’esprit de beaucoup, il y a une relation directe entre projet au forfait et point de fonction.

image

En fait, il semble même que nous ayons un pattern d’usage : on se sert des points de fonction comme outil « commercial » pour chiffrer une réponse à appel d’offre. Ensuite, lors de la réalisation, on se servira des story points. Voilà un constat assez troublant pour moi, bien qu’instructif sur la vision que l’on peut avoir des différents outils :

  • Les points de fonction sont vus comme un outil donnant un chiffre absolu, alors qu’il donne un chiffre relatif (les points) qui se transforment en charge via des facteurs d’ajustements. Comme les story points, en fait, bien que de façon plus complexe.
  • Quel est l’intérêt de faire un « chiffrage agile » si en amont le projet est de toute manière verrouillé par un chiffrage contractuel ? Je dirais même : quel est l’intérêt de faire le projet en agile, mais c’est sûrement une autre question…

La discussion s’est beaucoup focalisée sur l’usage de l’une ou l’autre approche, alors que je pense que la question n’est pas là : on peut parfaitement utiliser les FP ou les story points dans les mêmes contextes.
Par contre les points de fonctions traitent des « blocs » plus gros, qui sont ensuite décomposés sous l’angle technique (requêtes, entités, I/O, etc…), alors que les story points s’adressent à des blocs plus fins que l’on évalue globalement, en différent les questions sur les choix de conception. Par son approche les points de fonction « vérouillent » les choix techniques dès le chiffrage.

image

J’ai été assez déçu par le débat qui ne s’est finalement pas dirigé vers la question de la nature de ces différents types d’estimation (ce que j’évoque plus haut). Dommage…

Ressources Humaines et agilité

Ce sont à la fois l’originalité du sujet et son importance qui m’ont attiré vers ce groupe. Une groupe à coloration un peu « grandes gueules » avec Pablo Pernot et Pierre Neis, par exemple !

image

Tout d’abord, quels sont les problèmes ?

  • La gestion du parcours professionnel.
  • La gestion des évaluations.
  • La dissonance cognitive entre rôle et fiche de poste.

Le constat partagé par tous est qu’aujourd’hui les RH ne sont pas une aide au sein des projets agiles. Dans le meilleur des cas. Dans le pire des cas, elles sont un frein, voir un obstacle. Bref, il n’y a pas grand monde dans le cercle à aimer les RH. On entend même que les RH n’ont pas de raison d’être !

image

Mais il nous faut aussi admettre que l’on doit mieux comprendre le problème des RH : celui de devoir composer avec la loi, le management, les syndicats, le C.E., etc… En fait, il nous semble que leur effort porte plus sur la composition de ces contraintes que sur une véritable fonction support au sein de l’entreprise (ce serait plutôt un fonction contrainte !). Le mécanisme des entretiens annuels est bien entendu montré du doigt.

Alors, quelle solution pour la RH dans un environnement agile ?

C’est que cette RH devienne elle-même agile, en portant les valeurs agiles au niveau de l’entreprise. Entre autre choses.

image

Pause déjeuner

Pas de pause déjeuner bien calée dans le temps pour cette journée open-space ! Les session occupent les créneaux horaires sans discontinuer. Aux participants de faire une pause quand ils le désirent !

image

On est un peu plus en mode picnic que la veille, d’ailleurs les tables ont disparu au profit de quelques « mange debout », mais on s’assoit aussi par terre.

image

Cela ne veut pas dire que la qualité n’est pas au rendez-vous. Au contraire ! Je n’ai aucune raison de renier mes éloges d’hier. Jugez-en !

image

De mon côté, j’ai passé cette pause déjeuner avec Pierre Hervouet, Joumana et Pierre Neis. Pierre Neis nous parle (et nous montre des photos) de #play14, un rassemblement autour des agiles games qu’il co-organisait au Luxembourg. Prochaine étape : en faire une sorte d’Agile Tour des agile games !

Le bureau du SUG en mode Happy

Christopher Mann était le photographe de ce ScrumDay (il avait fait un excellent boulot lors d’Agile France, une bonne raison pour moi de le recommander pour cet évènement). J’ai suivi le mouvement, quand lui-même et le bureau se sont dirigé vers l’extérieur pour ce qui semblait une photo de groupe. Le résultat est visible sur le reportage du ScrumDay, mais j’ai aussi pris mes propres clichés…

image

Backlog, cher boulet…

J’avais aussi soumi mon propre sujet. En quelque sorte une reprise d’un de mes thèmes préférés sur le backlog produit, à la fois vision de ce qu’il y a à faire et frein du changement.

image

Au final, on trouve deux grand types de situation :

  • Les projets agiles « classiques » où la vision d’un périmètre complet est plutôt une chose souhaitée. Le backlog Scrum rempli bien son office car il donne une vue partagée à tous les acteurs du « reste à faire ».
  • Les projets innovants pour lesquels on essaie de limiter le stock par diverses approches (parfois combinées) : approche type « kanban » où l’on limite volontairement et activement le nombre d’items dans le backlog, où backog à granularité différentielle, à deux ou trois niveaux.

Dans le cas d’une approche « kanban » nous nous sommes posé la question d’évacuer, c’est à dire supprimer les items de plus basse priorité dépassant le WIP. Nous en sommes arrivés à la conclusion qu’il n’y a aucun dommage à le faire : si l’item est important, il reviendra !

J’ai aussi évoqué les sujets qui m’interpellent en ce moment : combiner un backlog (limité) avec une approche type impact mapping et/ou Lean Canvas. Mais nos réflexions n’ont pour l’instant pas abouti…

image

Clôture des ScrumDays

Ce grand open-space s’est terminé par une retrospective type « tour de parole ». Un tour de parole à près de 200 personnes, il faut dire !

image

Il me manque le courage (ou la motivation) pour en être. Je préfère passer un peu de temps avec Samira Batahouche d’IBM qui représentait Big Blue au bureau l’an dernier et avait accueilli le ScrumDay à Bois Colombe l’an dernier.

Le stand de Cloudbees est juste à côté, j’en profite pour fixer pour la postérité Nicolas De Loof en hôtesse d’accueil…

image

Scrum.org était aussi partenaire du ScrumDay cette année. Je me suis vu interdire de prendre le stand en photo, une première pour moi. J’ai moi-même étendu cette interdiction à la keynote de clôture faite par son représentant (je ne me souviens même plus de son nom, pourtant il s’est cité lui-même durant sa présentation).

J’avais aussi décidé de ne prendre aucune note de l’intervention pour faire bonne mesure. Grand bien m’en a pris : elle manquait complètement d’intérêt, j’ai failli quitter la salle. Finalement je suis resté et j’ai consulté mon fil Tweeter pendant le reste de la présentation.

Si j’étais parti, je n’aurais pu prendre en photo l’équipe du French SUG, et cela aurait vraiment été dommage. Grand merci à toute l’équipe pour ce bel évènement ! De droite à gauche : Anne, Christopher, David, Arnaud, Valérie, Karine, Laurence et Xavier.

image

Voilà, il est temps de replier tous le matériel, et de tout remettre dans les cartons … jusqu’à l’an prochain.

image

Note à moi-même

Pour ce qui est du format tout d’abord : le ScrumDay (ScrumDays, donc comme je l’ai écrit par ailleurs), ça marche ! Les open-spaces dans des « coins de salle » ne sont toutefois pas une configuration idéale. il faudra trouver mieux et surtout moins bruyant !

Cette année, le thème était la « culture produit ». En fait cela ne me paraissait pas si évident au vu du programme. Maintenant, est-il nécessaire d’avoir des thèmes annuels ? Des tracks thématiques feraient assez bien l’affaire.

Concernant le lieu, eh bien il a clairement la taille voulu pour accueillir l’évènement. Le hall central (qui hélas n’était pas central) permettait une bonne circulation. Les stands des sponsors étaient disposés sur le pourtour.

Question sponsors, leur nombre était réellement à l’inflation, et cela fait un peu ressembler le ScrumDay à une expo (sans compter un traitement pas différentiant des platinums) … La raison est bien entendu le coût d’organisation, car le lieu est apparemment très cher, malgré son éloignement de Paris.

J’avais crains que cet éloignement, justement,  soit une cause de désaffection, d’autant que la venue en voiture n’est pas vraiment facilitée (pour ne pas dire franchement découragée), mais il semble au final que ce facteur n’ait eu aucune influence.

Bref, un bel évènement, avec deux fois plus de plaisir pour deux fois plus de durée !

Une dernière chose : nous n’en avons pas fini avec ce ScrumDay : je vous ai promis un 4ème volet : ce sera un « bonus track », je n’en dis pas plus. Je ferais aussi un petit post sur mon atelier sur l’acceptance testing.

Carnet de route : Le ScrumDay 2014 (2/4)

Je vous avais laissé au moment du déjeuner. La pause n’aura pas été si longue. Sur le créneau suivant, j’ai coché la session de Véronique Messager sur mon programme.

En tant que Scrum Master, je veux m’améliorer pour mieux coacher mon équipe

Cette session de Véronique Messager, n’en est pas une : c’est une table ronde à laquelle elle a convié des Scrum Masters allant du néophyte à l’expérimenté, qu’elle-même coach chez Orange. Cet aréopage de Scrum Masters vient partager avec nous leurs points de vue sur leur travail, leurs manières d’aider les équipes et leurs sensibilités qui peuvent varier.

image

Le contexte

A l’origine, il y a un groupe d’échange de pratiques se réunissant tous les mois. Le produit de ce groupe d’échange est aujourd’hui une check-list de 52 bonnes pratiques. Véronique nous propose de les aborder regroupées en 3 thèmes, avec le panel de Scrum Masters. Hélas, les contraintes de temps nous limiteront à deux de ces thèmes.

Le changement dans la posture du Scrum Master

Un premier constat partagé est la perte de connaissance sur le code ! Le travail de Scrum Master tient ceux-ci de plus en plus éloigné de cette matière première. De cette perte de connaissance nait un certain sentiment de culpabilité : Suis-je toujours légitime dans mon rôle ? Le travail du Scrum Master n’est pas quantifiable, il n’est même pas visible car il n’a pas de raison d’être évoqué en stand-up. Une crainte qui n’est pas nécessairement étayée : il n’y a guère de remarques sur le fait que le Scrum Master développe beaucoup moins.

Malgré tout, le Scrum Master peut-il continuer à développer ? Les avis sont un peu plus partagés, mais des « oui » s’élèvent, toutefois tempérés :

  • Pas question de prendre des tâches critiques ! A cet égard, binômer ou prendre en charges des corrections d’anomalies s’avèrent de bonnes idées.
  • En tout état de cause, les tâches de Scrum Master doivent rester prioritaires.
  • Rester impliquer dans le développement peut induire un travers de partialité lorsque des discussions s’engagent sur l’architecture, les solutions, etc. Il faut y prendre garde.

La maturité de l’équipe allant croissant, peut-on un jour se passer de Scrum Master ? Une question réccurente, que l’on a aussi trouvé sur Quora. Ici la réponse est unanime : non, le Scrum Master reste indispensable !

Par contre la question reste ouverte sur le Scrum Mastering à temps plein ou à temps partiel ! Si certains par ailleurs pensent qu’au final ce rôle peut tourner (ce que j’ai expérimenté), Bruno Margueritat ne suit pas cet avis, par exemple.

Motiver les membres de l’équipe

Comment s’appercevoir que cette motivation baisse ? En regardant la productivité de l’équipe (donc les « retards »). Véronique a une affinité particulière pour la Process Com, il n’est donc pas étonnant que les Scrum Masters présents évoquent cet outil pour comprendre le fonctionnement des membres de l’équipe.

Ils évquent aussi le temps libre : l’importance d’en ménager (par exemple entre les itérations), mais aussi d’observer comment ce temps libre est utilisé.

Donner du sens et visualiser l’avancement : c’est bien entendu un leitmotiv bien connu et pourtant souvent négligé. Mais il s’agit aussi d’impliquer activement les membres de l’équipe. Pour l’un des Scrum Masters cela passe par la délégation d’une partie des tâches … du Scrum Master ! Par exemple lors des rétrospectives. J’aime bien l’idée et l’état d’esprit !

Ce que j’en ai pensé

image

Nombreux sont les experts prêts à nous expliquer le rôle et la posture du Scrum Master. Tous ces experts ne sont d’ailleurs pas tous d’accord entre-eux (j’en fais partie !). Ici, ce ne sont pas des experts, mais des vrais praticiens de terrain avec différents niveaux d’expérience et une certaine variété de point de vue.

Du coup, je pense que l’échange aurait pu être encore plus riche avec des Scrum Masters venant d’autres horizons. Les débats auraient été plus intense, ce qui ne serait possible qu’avec un format un peu plus long toutefois.

La culture du programmeur, par Jean-Laurent de Morlhon

J’avais une double raison d’assister à cette session : tout d’abord J’aime bien Jean-Laurent qui est aussi un ancien collègue (double ancien collègue, devrais-je dire). Et ensuite le sujet éveille mon intérêt, même si ma propre crédibilité en tant que programmeur s’étiole certainement de jour en jour… Jean-Laurent est certainement la bonne personne pour transmettre cette culture, sans compter l’humour et le dynamisme qu’il met dans ses interventions. Celle-ci ne fera pas exception !

image

Pourquoi programmeur ?

Jean-Laurent nous explique quel était son plan pour devenir maître du monde et partir à la retraite à 35 ans. Cela n’a pas marché. Pour moi non plus, d’ailleurs. Car sa passion c’est programmeur (qu’il préfère à « développeur » ou « codeur »). Donc c’est « programmeur ». Et ça veut dire quoi ? Le Larousse dit qu’il s’agit « d’une personne de la préparation, de l’écriture et de la mise au point d’un programme pour ordinateur ». Pour les personnes en-dehors de notre domaine, ils sont souvent perçus comme des personnes aptes à faire des choses mystiques (t’es dans l’informatique ? Tu peux m’aider à brancher mon imprimante ?).

Mais hélas, dans notre milieu professionnel, nous sommes confrontés à un problème de jeunisme. Programmeur n’est pas considéré comme un métier au-delà d’une certaine tranche d’âge. Pour de nombreuses entreprises et écoles, l’évolution normale du programmeur est de devenir chef de projet !

Une culture

La culture, c’est ce qui lie les gens entre eux. Quels sont donc les éléments de cette culture ? L’une d’entre-elle est le « craftmanship ».
C’est avant tout une attitude de pragmatisme, un rééquilibre entre processus et technique. C’est aussi un état d’esprit d’amélioration qui passe par l’entrainement (les dojo, les code retreat, les kata). C’est évidemment utiliser les ressources en ligne : les MOOC sont partout, sur tous les sujets. La culture du programmeur, c’est aussi :

  • Disposer des meilleurs outils que l’on puisse acheter : aujourd’hui, c’est disposer de grands écrans, de CPU puissants, ne pas être limité par la mémoire, booster les I/O avec des disques SSD, des environnements d’intégration, les bons IDEs, etc..
  • Vivre en permanence avec de la frustration : nous passons un temps considérable à essayer de faire marcher des trucs … ou à essayer de comprendre pourquoi ils ne marchent pas !

Ce que j’en pense

Une session de « J-Lau », ça vaut toujours le déplacement. Certes, je n’y ai pas appris grand chose, mais je n’étais pas non plus le public visé. Mais la présentation fait un très bon boulot à faire toucher du doigt cette culture du développeur. A voir absolument pour les PO / MOA / Managers à qui sont étranger ces aspects.

Acceptance Tests Workshop

Voilà, c’est mon tour ! J’avais préparé cet atelier avec Benoit Nouyrigat afin de transmettre par la pratique un aspect du développement agile qui nous semble avoir un impact crucial : l’écriture de tests d’acceptance collaborativement entre les différents intervenants d’un projet. Nous avions donc structuré notre atelier en petites équipes, l’atelier lui-même nous conduisant depuis l’écriture de user stories sur notre étude de cas jusqu’à l’implémentation des acceptance tests en BDD avec Cucumber JVM !

image

Je ne vais pas détailler l’atelier ici, je réserve cela pour un futur post !

Ils ont aimé

  • Clarifier les specifications en les « instanciant » avec des cas de test.
  • Découvrir les cas aux limites qui font émerger des règles métier.
  • Travailler collaborativement autour des cas de test.

Ils pensent que l’on peut améliorer

  • La phase initiale, avec l’écriture des user stories par les équipe qui apporte peu.
  • L’absence de temps pour s’approprier les persona.
  • La brièveté du temps consacré à la partie « outils ».

Ce que j’en pense

Nous devons ajuster certaines parties, c’est tout à fait normal, compte tenu qu’il s’agissait d’une première. Je pense toutefois que les conditions ne nous ont pas permis de juger de l’atelier de manière adéquate : nous avions été programmé en toute fin d’après-midi (avec en plus un démarrage en retard), ce qui équivaut pratiquement à une garantie d’échec pour un atelier très intense comme celui-ci.

La première heure s’est très bien passé, mais la fatigue a rattrapé le groupe dans la seconde. En fait, je suis plutôt satisfait d’avoir eu une bonne moitié d’atelier, car je m’attendais à un échec complet. Les participants se sont même déclarés très satisfaits !

J’aimerais toutefois pouvoir jouer cet atelier dans de bonnes conditions pour avoir un meilleur aperçu de son impact.

Nous avons joué l’écriture des acceptance tests en deux temps, avec ou sans le style « given when then », mais nous n’avons pas donné d’indications suffisantes pour marquer la différence. A retravailler.

Une certaine déception de Benoit et moi-même sur la demande d’avoir plus sur la partie outil ! Notre expérience commune est que la différence se fait dans l’écriture collaborative (d’ailleurs la collaboration est à gauche et les outils à droite, si vous voyez ce que je veux dire…). Soit nous ne sommes pas parvenus à être assez marquants sur l’importance de cet aspects, soit notre public est incorrigible sur l’idée que les outils sont ce qui importe le plus. Nous avons là un sujet de reflexion pour la version 2.0 de notre atelier…

Le diner

J’ai fait l’éloge du lunch du midi, je dois les mêmes au diner auquel j’étais convié n tant qu’orateur. C’est bien sûr une belle occasion d’échanger avec les membres de la communauté…

image

… Ainsi qu’avec les joyeux membres du bureau.

image

J’ai aussi passé un très agréable moment avec Alex Boutin, à échanger sur ce que l’un et l’autre nous aimons faire, les questions que nous nous posons… Alex est l’une des personnalités de la communauté agile que j’apprécie le plus, pour son sens du partage et de l’invitation. Je n’en apprécie que plus ce genre d’opportunités.

Il est maintenant temps de retourner dans mes pénates. Rendez-vous bientôt pour la seconde journée de ces Scrum Days !

Carnet de route : Le ScrumDay 2014 (1/4)

Bienvenue au ScrumDay 2014 !

Cette édition sera particulière pour moi : c’est la première où je ne fais pas partie du comité d’organisation ! Certes, j’y aurais ma session, mais je vais faire mon possible pour profiter pleinement de ces deux jours, et vous en faire bénéficier maintenant !

Pour tout dire, ça commence par un peu de galère : Xavier Warzee voulait depuis longtemps organiser l’évènement chez Disney. C’est loin et cher (le prix de la conférence triple donc au passage), mais mon statut de conférencier me donne accès à la conférence « full package », celui qui vaut 290 € ! Reste l’accès. Venir en voiture s’avère plus galère que si nous avions été en plein Paris, j’opte pour le RER.

L’accès est un rien compliqué, mais le SUG a tout prévu : Pascal est là pour nous accueillir dès la sortie de la gare !

image

N’oublions pas que chez Mickey on est presque aux états-unis, le délit de sale gueule existe encore. Pour moi, c’est fouille minutieuse à chaque contrôle de sécurité. Même avec une certaine habitude de la chose, ça ne me met pas spécialement de bonne humeur. C’est dommage d’autant que le French SUG n’y est pour rien. Mais si c’est au même endroit l’an prochain, ce sera probablement sans moi.

Je découvre le centre de conférence en arrivant : vraiment très spacieux (et même un chouia labyrinthique), quand au hall principal…

image

Le temps de prendre un café et d’échanger avec les amis, nouveaux ou anciens, l’heure est vite passée et nous sommes attendus dans la salle où se dérouleront discours d’ouverture et keynote.

Ouverture du Scrum Day

Rameuter Presque 500 personnes, ça prend du temps, on va donc débuter avec un peu de retard. Que du classique pourrait-on dire.

image

Comme il est de coutume, le président du SUG ouvre ce ScrumDay ou ScrumDays, devrai-je plutôt dire.

image

On retrace un peu d’histoire, quelques chiffres et surtout on présente le déroulement de ces deux jours, le maître de cérémonie de la seconde journée sera Laurent Bossavit, épaulé de Raphael Pierquin pour un grand open-space, à l’image de ce qui se fait à Grenoble.

image

On termine cette ouverture par le mot des sponsors. Les sponsors ! Il y en a 17 ! C’est certainement un record, en tout cas c’est un marathon de les écouter tour à tour.

image

Laurent Delvaux ouvre le tir pour Zenika, et j’ai vite perdu le compte. Mention spéciale pour le représentant de HP France qui nous a gratifié d’une introduction au style humoristique bien enlevé !
Heureusement, on va maintenant enchainer sur la keynote.

Alistair Cockburn : What’s new with agile ?

J’étais curieux de voir ce dont Alistair allait parler. Après tout, j’ai l’habitude de l’entendre parler d’agilité, ou comme dirait Géry Derbier de jeu de coopération et collaboration. En fait, il commence par évoquer les personnes … et les difficultés que nous avons face aux problèmes et à nos décisions. C’est un préambule au manifeste agile dont il est l’un des signataires.

image

Mais pour parler de Scrum, Alistair évoque le Shu Ha Ri ! Curieusement, c’était le sujet de ma présentation à Caen il y a 3 semaines, je suis tout ouï. Si vous l’ignorez, il s’agit des 3 niveaux de maturité en agile, emprunté par Alistair aux arts martiaux, à l’Aikido pour être plus précis.

  • Le Shu est le niveau initiatique. Le Shu c’est copier la technique sans en dévier. Hélas, nombre de personnes tombent amoureux du Shu et ne le quitte jamais…
  • Le Ha est le perfectionnement, il signifie « cassure ». Dans le Ha, on collectera nombre de techniques utiles.
  • Le Ri est le niveau de la maîtrise, c’est littéralement l’abandon. On invente, mixte ses propres techniques.

Core Scrum

Scrum n’est pas fondamentalement du niveau Shu, il est du niveau Ri. Et au niveau Ri, le « core Scrum » se définit ainsi :

  • Délivrer à chaque Sprint (plutôt que démontrer)
  • Laisser l’équipe décider (en assignant une tâche)
  • Inspecter et adapter à chaque Sprint

Ca c’est l’esprit du Scrum. Autour de cela, gravitent des rumeurs ou des freins (Alistair parle de balanes).

Les « balanes » sont tous ces éléments de Scrum, des éléments « Shu » sur lesquels on se focalise alors qu’ils n’ont qu’une importance secondaire :

  • Le burndown chart : il n’est pas essentiel, faites-le si vous en avez envie, d’ailleurs il ne fait plus même plus partie des éléments « obligatoires du Scrum Guide !
  • Le Scrum Board : Doit-on en faire un ? A quoi doit-il ressembler ? L’équipe décidera.
  • Le Scrum Master est-il un chef de projet ? Un tech Lead ? Cela dépendra du contexte.
  • Le Product Owner doit-il assister au stand-up ? Laissez l’équipe décider !
  • Les 3 questions du stand-up : ce peut être une aide, mais pas un dogme !

Rumeurs et ouïe dire, ou les « lutins » comme dirait Laurent Bossavit:

  • Les User Stories : Elles ne font pas partie de Scrum, elles ont été créées avec XP. Scrum n’oblige pas à utiliser les stories.
  • Le Planning Poker : Cette pratique vient également d’XP ; si elle convient, alors utilisez-la !
  • La suite de Fibonacci / les story points : Ce ne sont pas non plus des pratiques spécifiquement liées à Scrum. Tirez-en parti si vous aimez.

Le « big agile »

Alistair évoque pour commencer le framework SAFe. J’avoue y avoir porté peu d’intérêt, bien que ce soit un sujet dont on parle en ce moment. Je m’attendais à voir Alistair le démonter, mais non ?!?

Quand on parle d’agile en grand en ce moment, on évoque souvent Spotify autour duquel Henrik Kniberg communique beaucoup en ce moment. Ce qu’il appelle l’organisation 3D semble aussi une référence pour Alistair. Et qui dit grande organisation dit dépendances : l’architecture du système doit prendre en compte cet aspect afin de rendre le déploiement asynchrone.

image

Disciplined learning

Le dernier point évoquer par notre keynote speaker est l’un de ceux qui lui tiennent beaucoup à coeur : l’apprentissage. Alistair oppose le « big bang » synonyme d’apprentissage tardif d’un apprentissage au plus tôt (ou réduction des risques, mais l’emphase sur l’apprentissage n’est-il pas préférable ?). Cette courbe n’est d’ailleurs pas une courbe, mais une espèce d’escalier, car tous les progrès ne se valent pas et certaines expérimentations d’avèrent stériles. Géry Derbier évoque souvent la chose quand il anime le Carpaccio Game : il y a 4 dimensions d’apprentissage sur un projet :

  • Business (ce volet pouvant lui-même avoir différents axes, et pas seulement le ROI).
  • Social (la formation de l’équipe).
  • Technique
  • Coût / délais (découverte de la vélocité, par exemple).

Cette façon d’appréhender le projet permet de le borner (trim the tail), soit par la date, soit par la valeur.

Ce que j’en ai pensé

Peut-être Alistair Cockburn n’était pas aussi percutant qu’il nous en a donné l’habitude, mais s’agissant du Scrum Day il nous a livré une keynote s’articulant autour du Scrum, du vrai Scrum ! Je ne peux qu’apprécier le propos faisant écho à ma propre présentation du Printemps Agile, bien sûr, mais surtout je trouve important de mettre en exergue les aspects importants de Scrum (le Scrum Core), par rapport aux choses secondaires qui sont celles sur lesquelles se focalisent souvent les détracteurs de Scrum !

Romain couturier nous a aussi gratifié d’un « scribing » de la session d’Alistair. Il a bien voulu le partager avec nous, et je m’incline devant son talent !

image

Nous avons déjà pris un peu de retard sur le timing, le changement de salle est un tout petit peu serré. Pour moi, le choix de la session suivante était déjà fait.

Coaching Teams Through Change, par Rachel Davies

Rachel Davis est l’auteur d’un des quelques ouvrages disponibles en rayonage sur le coaching agile. Un ouvrage que j’avais trouvé correct sans être fantastique. Le sujet de cette session lui, me fait plutôt penser au Fearless Change !

image

D’abord, quel est le plus grand obstacle au changement ? Bien entendu : la résistance ! Alors certes, on voit beaucoup de choses à faire … tellement à faire et si peu de temps ! Mais la première précaution est justement de ne pas se précipiter !

Communiquer

Choisir ses mots avec soin (en fonction du canal de votre interlocuteur, comme dirait Véronique Messager). N’oublions pas de nous mettre à la place de notre interlocuteur : ce que nous voulons dire correspond rarement à ce que nos interlocuteurs veulent entendre !

La communication, c’est aussi un processus bidirectionnel. N’oublions pas l’écoute, en fait, commençons par cela. Une bonne écoute c’est :

  • Absorber de l’information
  • Rester calme et attendre.
  • Encourager l’interlocuteur.

Voilà qui me rappelle la session de Florence Chabanois à l’Agile France 2013.

Leadership

Et ceci me rappelle à nouveau le Fearless Change. On y trouve plusieurs idées:

Aller parler aux sceptiques : comprendre ce qui les retiens est le premier pas vers la compréhension des faiblesses de notre message. De plus les sceptiques ne sont pas des opposants, du moins pas nécessairement. Ils peuvent même s’avérer être à terme vos plus ardents défenseurs.

Plusieurs facteurs peuvent influencer le refus de suivre :

  • La difficulté
  • La permission
  • Le (mauvais) timing
  • Ce n’est de toute manière pas mon idée !

L’exemplarité: Pour inciter les autres à suivre, commencer par faire vous-même. Vous voulez mettre en place un Kanban ? Utilisez déjà un « personal Kanban ».

Traiter les problèmes

Les rétrospective sont là pour les mettre en évidence et dresser des plans d’action. Mais plus encore, rendons les problèmes visibles tous les jours en les affichant !

Ce que j’en ai pensé

Pour être franc, j’ai eu du mal à m’enthousiasmer pour cette session un peu fourre-tout, avec un fil conducteur un peu difficile à saisir ! Bref, un peu déçu, je l’avoue…

Sébastien Ferron a publié un excellent post sur cette session sur le blog de SOAT.

Pollénisation croisée avec la communauté des designers ?

Pierre Hervouet et Joumana Mattar nous proposaient cette session. Si l’audience était nettement plus réduite qu’avec Rachel Davies, le contenu… eh bien j’ai préféré cette session, voilà !

Pourtant je suis venu sans trop savoir à quoi m’attendre. Mais j’avais aimé la session que Pierre avait animé avec Pascal Van Cauwenberghe à Agile France 2013. Je l’ai donc suivi ici.

Pierre vient ici avec une étiquette « Agile Lebanon », et il venait nous parler du Global Service JAM !

image

Le Global Service JAM, c’est une sorte de Startup Week-end pour les designers : une unité de lieu et d’action pour 48 heures, et pour sortir avec un produit ! Le JAM s’organise sur 3 jours.

1ère journée : Open minder

Au programme : ice-breaker, brainstorming et agile games !
On explore l’espace, on répartit des idées sur une table (cela offre une meilleure circulation qu’un mur) et on met l’utilisateur au centre en utilisant des personas.

A ce stade, on ne sait pas encore ce que l’on va construire !
Une première journée jugée très positive par Pierre et Joumana. Avec un outil atypique : l’unstuck jarre, remplie de questions perturbantes quand on est en panne…

2nd journée

Beaucoup de choses dans cette seconde journée ! En fait tellement d’outils que Pierre et Joumana nous ont distribué un jeu de cartes les rassemblant tous ! Voilà, vous n’aviez qu’à être à cette session !

image

On va donc y trouver pêle-mêle :

  • Get out of the building : à l’image du Lean Startup Machine, pour aller valider son concept dans la rue !
  • Des energizers
  • Le bottleneck game de Pascal Van Cauwenberghe et Portia Tung, pour introduire l’amélioration continue
  • 5 focus steps !
  • La carte d’empathie pour explorer les personas. A l’image de ce que l’on fait en Lean Startup.
  • Le User Journey map pour explorer l’expérience utilisateur via du story telling.
  • Le PoP (prototyping on paper).

3ème journée : stress et deadline

A la fin de cette journée, il faut livrer !

Ce que j’en ai pensé

Beaucoup de choses dans cette session, j’ai la sensation d’en avoir raté la moitié. Au moins ! Cela m’a permis d’explorer un concept que je ne connaissais pas et je repars donc avec pas mal de pointeurs à investiguer !

Si l’aventure du Global Service JAM Libanais vous a intéressé ou intrigué, vous pouvez les retrouver sur leur Blog Tumblr.

Il est bientôt l’heure du déjeuner. En passant, je vois Romain qui termine sa session.

image

Déjeuner

Disons-le tout net : ce ScrumDay est de loin celui qui m’aura laissé la meilleure impression sur cet aspect : on a de la place et plusieurs buffet sont disposés de manière à ce que l’on ait jamais besoin d’attendre très longtemps. Les plats sont diversifiés et de qualité, et l’on peut s’assoir pour converser en même temps que l’on se restaure. Bravo !

image

Profiter de la pause déjeuner pour converser avec les nombreuses brillantes personnes que je peux croiser ici est un luxe que je n’ai jamais eu jusqu’à présent au ScrumDay ! C’est avec Jean-Laurent de Morlhon que je passerais la plus grande partie de cette pause. Le développement (le vrai) est la passion de Jean-Laurent. Aujourd’hui il partage son temps entre les missions de dev orientées « craftmanship », Serpodile la société créé par sa femme et le partage au sein des communautés qui lui tiennent à coeur. Nous retrouverons Jean-Laurent au cours de l’après-midi pour sa session.

image

Je clos ici le premier volet de mon retour sur ce ScrumDay, il ne faudrait pas risquer l’indigestion !

Rendez-vous au Scrum Day 2014 !

Cette année le ScrumDay change de lieu ! La belle affaire me direz-vous : il a changé de lieu presque chaque année ! Mais cette fois, il quitte le centre de Paris pour aller chez Mickey.

Rassurez-vous, je suis presque sûr que nous ne serons pas obligé de nous coiffer d’une paire d’oreilles signées Walt Disney. J’animerais pour ma part un atelier avec mon collègue Benoit Nouyrigat. Allons-y pour une petite présentation : c’est l’Acceptance Tests Workshop !

Teaser, teaser…

Le développement guidé par les acceptance tests devient un standard dans le monde agile. Cela signifie que les tests fonctionnels seront au moins décrits avant le début des développement.

Mais partant de là, il existe de nombreuses façons de procéder, de multiples variations.

Cet atelier s’articule autour d’une pratique que nous utilisons régulièrement : l’acceptance test workshop. Il s’appuis sur l’intelligence collective pour faire émerger les tests fonctionnels pour valider le développement et assurer la compréhension partagée des fonctionnalités attendues.

Cet atelier vous donnera l’opportunité de pratiquer cette nouvelle technique sur des exemples que vous aurez construit. 

Comment ça marche ?

Les participants à cet atelier forment des équipes de 4 à 5 personnes. A partir d’une courte étude de cas, ils devront élaborer quelques users stories sur la base desquels ils devront décliner des tests d’acceptance en groupe en revêtant des Personna (développeur, Product Owner, Testeur, etc.).

Lors d’une première phase, on cherchera à décrire les tests sous forme libre, en se concentrant sure la couverture de la specification en cas passants et non-passants.

La seconde phase accentuera l’aspect formel des spécification de tests via la formalisation Given / When / Then utilisée pour les tests BDD (Behavior Driven Development).

Voilà, vous savez (presque) tout sur ce quii se passera durant cette atelier. Libre à vous de vous joindre à moi et à Benoit !

Rendez-vous au Scrum Day 2014 !