La rentrée en open space !

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir notre premier rendez-vous agile de la rentrée. C’est d’ailleurs un agenda assez rythmé qui nous attend dans les semaines qui viennent !

Mais en ce 4 Septembre, c’est un open-space auquel Yannick nous a convié dans les locaux de Zenika. Beaucoup d’inscrits, peu de venus (environ une quinzaine), mais comme on dit dans les open spaces : les personnes qui sont là sont les bonnes personnes. Petit avantage : l’achalandage de notre place de marché va plutôt vite. C’est bien car ce sont 3 créneaux qui sont prévus pour ce soir !

image

1er round : où il est question de (non) estimations…

3 sujets sont proposés dans chaque tranche de temps, avec 45 minutes consacrées à chacune q’entre-elle ! Voilà, c’est parti.

image

Chaque groupe prend possession de son espace. J’avoue apprécier d’avantage les petits groupes de 5 comme c’est le cas ici.

Il faut faire des choix, parfois difficiles. Ce groupe a choisi d’aborder la définition de « done », un sujet pour lequel j’éprouve un certain intérêt … 

image

Je me décide finalement à rejoindre le groupe de Dov pour débattre du « no estimates ». Je me suis dit que cela faisait une bonne suite à ma rubrique de l’été : en finir avec les estimations !

image

J’ai été rapidement déçu par la direction qu’a prise la discussion, ou plutôt l’exposé que nous a fait Dov de son contexte. Outre que je suis plus intéressé par la discussion que par écouter une seule personne discourir, il ne nous parlait pas de « no estimates », mais plutôt de « diluate estimate » !

Supprimer les estimations « parce qu’elles font durer le planning meeting trop longtemps » sans changer la logique de travail entre le PO et l’équipe, c’est un peu mettre un sparadra sur un bobo. Certes, cela fait diminuer la pression … mais ce n’est pas du « no estimates ». Où plutôt cela l’est au sens littéral, comme quoi le terme n’est pas bon, du moins à mon avis.

Un avis apparemment partagé par Arturo ! Du coup, nous réorientons la discussion sur le changement de focus : la valeur et la définition de succès, du projet ou du rôle du product owner. Dans le cas du projet de Dov, on parle d’implémenter ce qui est dans le backlog : tant que l’on en est là, il n’y a pas de changement de logique et cesser d’estimer est futile, peut-être même malhonnête par rapport au client ?

J’aurais aimé avoir plus de temps pour creuser la question du changement de logique avec Arturo, mais le gong nous a rattrapé. Nous avons à mon goût passé bien trop de temps dans une direction qui ne m’intéressait pas. Oui, je sais j’aurais dû appliquer la loi des deux pieds. Mais le sujet m’intéressait et je préférais le rediriger dans une voie qui me convenait plus.

2nd round : Trop d’agile tue l’agile ?

Pour faire 3 round, Yannick nous a proposé un timing assez rythmé, pour ne pas dire serré. Ca ne laisse pas beaucoup de temps au partage ni au « slack », c’est un peu dommage.

image

Pour ce second round, je me suis joins à Renaud. Je ne suis pas fan de la manière dont il a exprimé le sujet. Peut-être même pas fan du sujet, d’ailleurs. Mais je me dis qu’au pire, il se prête assez bien au hacking !

Renaud s’étonne d’un certain nombre de sujets abordés dans le cadre de Scrum qui sont justement incompatibles avec Scrum. Sans aucun doute, il a raison. Renaud profite de l’occasion pour nous parler de Shu Ha Ri, cela vous rappelle-t-il quelque chose ?

Je ne vois pas trop où le « trop d’agile » intervient dans cette discussion, car on en arrive à évoquer le « Scrum by the book », ce qui est un peu normal quand on parle de Shu, mais pour le seconde fois de la soirée, je m’aperçois que ce n’est pas une direction de la discussion qui m’intéresse !

image

Le « trop d’agile », c’est pour moi trop se focaliser sur le fait de faire effectivement de l’agile au travers de telle ou telle pratique. Et s’intéresser à l’orthodoxie des pratiques (comme nous le faisons là), c’est se focaliser sur les choses qui sont au final inintéressantes. L’agilité est un moyen, c’est aujourd’hui devenu une fin ! On est d’ailleurs en train de parler « d’audit agile » dans cet ordre d’idée, une perspective que je trouve déplaisante.

Merci une fois encore à Arturo pour m’avoir épaulé pour chercher à explorer cette voie. Une fois encore je me trouve un peu frustré par le gong qui raisonne…

3ème round : Convaincre sur l’agile

Rapide partage avant le dernier round. Trop rapide encore. Hélas encore !

image

Nous commençons à nous dépeupler. Ce dernier round ne comptera que 2 sujets, le 3ème passera à la trappe : c’était le mien ! Mais il semble n’intéresser que peu de monde. Peut-être même personne.

Un débat plus intéressant cette fois autour d’un cas réel : quelle prise pour convaincre un management par ailleurs dans l’échec !

image

On a beaucoup parlé de construire un argumentaire, enquêter, chercher des éléments… Tout cela ne vas pas me convaincre. Plutôt que d’argumenter avec de grands mouvements de manche, pourquoi ne pas faire ? Quelle expérimentation mener pour prouver ? Quel investissement semble assez raisonnable pour essayer quelque chose ? Après tout si la situation actuelle ne marche pas …

image

Conclusions

Ce n’était pas la grande forme pour moi, ce jour-là. Mais je souligne 4 éléments à l’issu de cette soirée.

Un petit groupe pour l’open space et des petits groupes de 5 pour discuter, c’est plus convivial et plus interactif !

Le timing était un peu serré du fait de la contrainte que l’on se donnait sur les 3 tranches de temps. C’est dommage ! Je pense que j’aurais préféré deux créneaux de qualité avec un peu de mou et un temps de partage prolongé.

Un peu frustré par la direction prises par les deux premiers sujets. C’est nécessairement un point de vue personnel, je ne peux escompter que tout le monde partage la direction que j’aimerais faire prendre à la discussion.

Enfin, mon sujet n’a finalement pas été abordé. En soi, cela n’a aucune importance. Mais il s’agissait du seul sujet traitant de conception, de craftmanship. Lors des rendez-vous agiles, j’entends toujours des participants parler du TDD « il n’y a que ça de vrai » … mais traiter vraiment du coeur du sujet, en l’occurrence de la conception émergente, cela finalement n’intéresse personne. Est-ce la différence entre l’intention et la réalité ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s