Note de lecture : Formula X, par Jurriaan Kamer & Rini Van Solingen

Note 8 ; Ce que la formule 1 apprend aux organisations. Passionnant !

Cela fait déjà un petit moment que je réfléchis à la manière dont fonctionne une écurie de formule 1 et à son extrême capacité d’évolution et d’adaptation. C’est bien une partie du thème abordé dans ce livre, et mieux que je n’aurais su le faire.
Le texte est assez court. Il n’occupe que 190 pages d’un livre au moyen format. Le texte est découpé en deux parties inégales. La première est une fable autour de l’entreprise « Kitchen Quick », qui va occuper un peu plus des 150 premières pages. Quand elles sont bien racontées, ces fables sont d’excellents moments de lecture en plus d’être très instructives. C’est bien le cas ici. Plus que « The Goal » ou « The Phoenix Project », le texte me rappelle « The five dysfunctions of a team » de Lencioni.

La trame est assez simple : Kitchen Quick doit réduire ses livraisons de cuisines de 12 semaines à 2 semaines, question de vie ou de mort. Les personnages sont assez bien campés, mention spéciale à Hank Rapid le propriétaire de la marque, très haut en couleurs. Toutefois le caractère des protagonistes n’est pas toujours exploité comme il faut, tout comme certaines anecdotes qui ne sont pas menées à terme. Mais cela ne nuit pas au récit. Celui-ci est structuré en 6 parties, comme un week-end de formule 1 !

La première partie « free practice » campe essentiellement le décor et l’objectif : livrer les cuisines en 2 semaines au lieu de 12. Avec la seconde partie « Qualifying » arrive le FCCG (Full Control Consultants Group) et la mise en place du Total Efficiency Management dont le nom traduit bien l’orientation. L’auteur traduit bien comment cette transition se traduit dans les équipes et dans leurs interactions entre elles.

En 3ème partie « The Race », notre personnage principal est invité en VIP à un grand-prix de formule 1. Il peut en admirer l’efficacité, le travail collectif, la capacité d’adaptation et d’amélioration lors d’une discussion avec le Team principal de FASTER et l’un de ses pilotes, Mark. Lors de la 4ème partie « Restart », exit le TEM. Ronald cherche à mettre en place les principes appris chez FASTER et le texte nous conte de manière assez réaliste les embuches rencontrées chemin faisant. Le « decision tree » est l’un des points clé de cette partie.

La 5ème partie « final lap » est assez courte. Elle focalise essentiellement sur une décision prise par l’équipe elle-même pour améliorer la productivité. Ce qui est toutefois un tournant dans l’atteinte de l’objectif. La dernière partie « finish line » va au bout du processus entamé en organisant l’entreprise en « feature teams » et un travail complètement intégré entre les différentes fonctions jusqu’au client.
Bien sûr, il y a un modèle derrière ce récit. Ici les auteurs l’ont appelé FASTER, ce qui reste dans le thème du livre, mais aussi focalise sur l’orientation que l’on cherche : aller plus vite.

  • F : Comme focus. Garder le cap sur un objectif inspirant qui servira de boussole pour toutes décisions qui seront prises.
  • A : Comme accélérer les prises de décisions. Pratiquement toutes les décisions que nous pouvons prendre sont réversibles. Pourquoi attendre ?
  • S : Pour simplifier. C’est rendre les organisations et les processus plus frugaux, supprimer les validations qui ne servent à rien et rendre les collaborations plus faciles et évidentes.
  • T : Pour « team engagement ». Il s’agit de s’appuyer sur l’autonomisation des équipes, sur leur motivation intrinsèque (qui va de pair avec leur libération).
  • E : qui rime avec « physique élémentaire », un parallèle un peu tiré par les cheveux avec la F1. Il s’agit en fait de savoir ralentir (faire des rétrospectives) pour être capable de changer de direction ! Mais aussi que pour aller vite, il faut se débarrasser de la masse inutile…
  • R : Comme Rythmic Learning : Un biorythme pour s’adapter et avancer à différentes échelles de temps.

Le texte et le modèle me parlent. Les auteurs donnent un cadre focaliser sur la rapidité pour entrainer des choix et des décisions plus frugales, qui se focalisent sur l’essentiel. Ce modèle n’est pas parfait, peut-être même est-il naïf, mais il donne une dynamique pour générer des choix et des décisions allant dans le bon sens. J’ai passé un bon moment avec la fable, mais j’ai aussi bien apprécié le modèle.

Formula X, par Jurriaan Kamer & Rini Van Solingen

Référence complète : Formula X – Jurriaan Kamer & Rini Van Solingen – Lifestyle Entrepreneurs Press 2020 – ISBN : 878 1 950367 22 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.