ScrumDay 2015 : Reinventing organizations, avec M. Sahota et O. Lewitz

Cette session, co-animée par Olaf Lewitz et Michael Sahota se voulait un workshop. Moins workshop que je ne m’y attendais toutefois, cat on était plutôt dans le 80% « lecture » et le 20% « workshop »… dans le meilleurs des cas !

Qu’importe, il me tardait de participer à une session menée par deux personnes qui je suis par leurs publications depuis quelque temps. Ici toutefois, la session ne s’articulait pas autour des écrits de l’un des deux conférenciers, mais autour du texte de Frédéric Laloux : Reinventing Organizations.

image

La culture, la clé du changement

C’est l’élément le plus important des organisations, et pourtant le moins visible. De fait, c’est aussi le plus gros frein à l’adoption de l’agilité. La culture de l’organisation est à la croisée des chemins de la structure et des hommes (et des femmes).

Les tentative de changement localisées à la structure ne sont promises qu’à des succès limités. Il faut agir de manière concomitante sur la structure et auprès des personnes. C’est ainsi que se définit la « culture organisationnelle » selon Michael Sahota : Structure + Personnes.

Si l’on souhaite changer le comportement des personnes, la structure doit évoluer en conséquence pour permettre ces changements (sinon, ils seront étouffés). A l’inverse, si on crée une structure moins contrainte sans que les vieilles habitudes se modifient, on crée un vide, sonc une instabilité de l’organisation !

Seconde question clé : quelle profondeur de changement envisageons-nous ? C’est en fait un prémisse de la première. En effet, le changement culturel implique de profonde modification. Mais ce n’est pas nécessairement l’impact recherché. Sahota et Lewitz distingue deux autres niveaux :

  • Changements stratégiques : ils nécessitent des modifications organisationnels.
  • Changements tactiques : ils concernent essentiellement la communication, et les processus.

Quelle est la couleur de votre organisation ?

Pour comprendre comment faire évoluer un organisation (ou la réinventer comme le dit Frédéric Laloux), il faut apprendre à la reconnaitre. L’auteur de « reinventing organization » nous propose un modèle à 4 niveaux.

  • Les organisations « ambre » favorisent la stabilité en s’appuyant sur les rôles, l’organisation et les processus.
  • En passant à « orange », c’est l’accomplissement que l’on reconnait. Les propriétés de ces organisations sont liées à l’engagement et la méritocratie.
  • On franchit une frontière en passant au vert, les organisations basées sur les valeurs et le sens, où l’on remet les hommes au sens de la structure
  • Ce n’est plus au seuls hommes, mais au réseau qu’ils forment que le niveau « teal » s’adresse. C’est le « self-management » qui est symptomatique de ce niveau.

La progression au long de ces 4 niveau est synonyme de progression en terme de confiance et d’engagement.

Parlons confiance

C’est mon « take away » de cette session, je le dois à Olaf : parler de la confiance, c’est déjà augmenter cette confiance en créant la prise de conscience. Olaf et Michael nous proposent le VAST cycle, directement inspiré des travaux des McCarthy. :

  • Vulnerability
  • Authenticity
  • Safety
  • Trust

La présentation contient les visuels illustrant le propos

InfoQ propose aussi 2 interviews des orateurs, ici et ici.

Si vous êtes vraiment motivés, vous pouvez aussi visionner le Webminar de Michael Sahota. Attention, il partage mon goût pour les chemises atypiques…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s