Note de lecture : The Thin Book of Appreciative Inquiry, par Sue Annis Hammond

Note : 6 ; Fin, il l’est. Clair aussi, et également frustrant.

L’appréciative inquiry est en quelque sorte le petit frère du Solution Focus. L’objectif était bien pour moi une lecture rapide sur le sujet. Avec 49 pages, ce volume m’a semblé tenir ses promesses. Passé l’introduction (qu’est-ce que l’appréciative inquiry ?) le reste du livre (environ 35 pages) est divisé en 3 grandes parties. Chacun est tout à fait clair sur son objectif et son contenu.

La première partie est consacré aux 4 suppositions qui forment la base de l’approche.

  • Dans chaque organisation, société ou groupe, il y a quelque chose qui marche.
  • Ce sur quoi nous nous focalisons devient notre réalité. C’est le langage que nous utilisons qui façonne notre réalité.
  • La réalité est créée sur le moment, et il y a de multiples réalités.
  • L’acte de poser une question sur un groupe ou une organisation influence celle-ci d’une certaine façon.
  • Les individus ont d’avantage confiance dans le futur quand ils embarquent une partie de leur passé. Donc, il est préférable que ces parties soient les meilleures de notre passé.
  • Il est important de valoriser les différences.

Pour ceci il faut observer ce qui a bien fonctionné dans une réunion, par exemple, et faire plus de ce qui a bien fonctionné. Cet état d’esprit s’accompagne d’une vision du « futur possible » qui est dans la même lignée que le solution focus. Le corolaire est que l’on façonne notre réalité selon notre façon non seulement de l’observer mais aussi de l’exprimer. Le langage est ainsi un élément majeur. Ces techniques sont d’ailleurs utilisées en coaching sportif !

La seconde partie est consacrée à « comment le faire ? ». Ici l’auteur nous propose le cycle des 5D :

  • Définir. Cette étape nécessite de choisir sur quoi nous concentrons notre attention. Ce sont ceux donnant vie à notre organisation.
  • Découvrir. Cette étape va chercher à obtenir 3 informations : les facteurs influençant la performance, comment les autres y contribuent et les facteurs systémiques.
  • Rêver (dream). Cette étape est à relier à la question miracle du solution focus.
  • Concevoir (design). Pour cela l’AI nous propose d’utiliser des proposition provocatrices.
  • Délivrer. Ici rien de différent des conseils de change management classiques. L’auteur a peu de choses à proposer en fait.

La dernière partie est plutôt un livre de recettes de question-type à utiliser. C’est court mais réellement pratiques.

Le livre gagne son pari de la brièveté. Mais à force de ne as rentrer dans le dur en précisant sans cesse qu’il s’agit d’une introduction, on termine frustré. Et obligés d’aller nous reporter aux autre lectures évoquées pour commencer à être opérationnels. Bref, l’information est là, mais on a le niveau opérationnel du « que-sais-je ? ».

The Thin Book of Appreciative Inquiry, par Sue Annis Hammond

Référence complète : The Thin Book of Appreciative Inquiry – Sue Annis Hammond – Thin Book Pub 2009 – ASIN : B001QTW9PS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s