Note de lecture : Programmation avancée en C++ styles et idiomes, par James Coplien

Note : 7 ; Un ouvrage remarquable, historiquement le premier sur les idiomes.

Cet ouvrage figure parmi les titres de référence du C++. Il fut le premier à mettre en évidence les possibilités offertes par le langage afin de construire des idiomes. La plupart de ceux-ci sont maintenant institués en standards de fait du C++, tel « handle-body ». Le style est par ailleurs agréable, mais ainsi que le titre le suggère, ce n’est pas un « premier livre » pour aborder le C++. Ce n’est pas non plus une lecture de dilettante : le texte compte 360 pages structurées en 11 chapitres, auxquelles il convient d’ajouter les 100 pages consacrées aux annexes !

Après une courte introduction, le chapitre 1 s’attaque à ce que j’appellerais les fondamentaux de la POO et du C++ : qu’est-ce qu’une abstraction, que fait-on dans un constructeur et un destructeur, mais aussi des choses légèrement plus avancées comme les fonctions membres statiques ou les pointeurs sur fonction. C’est bien écrit, mais aussi sans concession pour le lecteur : ce n’est pas un livre de plage, le message est clair.

Le chapitre 3 aborde un volet moins connu des objets : les types concrets de données, ce qui permet à l’auteur d’aborder son premier idiome : la forme canonique orthodoxe. Un « must know » de tous les développeurs C++ ! Le chapitre est très riche, car il couvre bien évidemment les surcharges d’opérateurs (y compris new et delete) et présente un second idiome : le pointeur avec comptage de référence.

Le chapitre 4 traite des fondamentaux de l’héritage, c’est à dire de l’héritage simple et public. Il couvre bien les aspects de contrôle d’accès, cinématique des constructeurs et destructeur, etc… Mais dans cet exercice, James Coplien est plutôt moins efficace qu’un Stanley Lippmann, par exemple.

Avec 75 pages, le chapitre 5 est également un gros morceau. Il faut dire que son ambition est de traiter de la programmation objet. Il n’est donc pas étonnant qu’il ait d’avantage une odeur de conception. Il compte d’ailleurs pas moins de 3 idiomes au programme : enveloppe/lettre, constructeur virtuel (une dérivation du précédent, en quelques sortes…) et objet fonction (largement utilisé dans la STL). Plus curieusement, il couvre aussi les aspects avancés de l’héritage : héritage multiple et virtuel et héritages privé et protégé. Cela se raccorde mal au reste et aurait pu figurer dans un chapitre séparé.

Le chapitre 6 se détache un peu du C++ pour parler conception : qu’est-ce qu’une classe ? Comment identifie-t-on ce qui doit être une classe ? Nature des relations entre objet et sémantique de l’héritage. Un gros morceau est la sémantique « est un » détaillé dans le principe de substitution de Liskov. Sans être un tour de force, ce chapitre est fort convenable. On notera l’utilisation de la notation Booch pour les diagrammes.

C’est le serpent de mer de l’objet qui est abordé au chapitre 7 : la réutilisation. Cela en fait un des chapitres les moins utiles du livre. Mais c’est aussi l’occasion d’introduire les templates.

Les templates, justement : parlons-en ! Ils sont l’objet du chapitre 8. On y retrouve la notation Booch et un nouvel idiome : la communauté de templates. Pas l’idiome le plus utile, hélas. Bref, ce court chapitre n’est pas spécialement grandiose.

Le chapitre 9 augmente le niveau de complexité de la lecture, car l’auteur se propose d’émuler les langages dynamiques (curieusement appelés ici « langages symboliques »). On y trouve un idiome, le « multi-méthodes » et des considérations d’implémentations concernant le garbage collecting et le chargement incrémentale de code, c’est à dire en fait la liaison tardive du code.

Le chapitre 10 est très court et poursuit sur la même lancée avec l’héritage multiple dynamique. Peu convainquant. En fait, je n’ai même pas compris où l’auteur voulait en venir…

Enfin le chapitre 11 se tourne vers des considérations plus système, comprenez : des considérations de structuration ! On y présente les diagrammes de transaction et on y évoque les modules, la distribution et la parallélisation, même si tous ces sujets ne sont pas excellemment traités.

Ce livre est très ancien. Il a eu le mérite en son temps d’ouvrir les yeux du programmeur en faisant comprendre qu’il existe un autre niveau de compréhension du langage que la simple bonne appréhension de la syntaxe. A ce titre, il a ouvert la voie à bien des ouvrages de C++ avancé ! Il reste la référence pour un certain nombre d’idiomes qui y sont présentés et ce avec une grande rigueur. En fait je pense que le livre aurait dû se focaliser exclusivement là-dessus ! Certains sujets sont abordé en mode plus introductifs. La question se pose de la pertinence de leur évocation ici, mais finalement ça valait probablement le coup. Bref, un très bon livre, très solide et pas « has been » finalement !

Programmation avancée en C++

Référence complète : Programmation avancée en C++, styles et idiomes – James Coplien – Addison Wesley 1992 (V.O. : Advanced C++ Programming Styles and Idioms ; Addison Wesley 1992) – ISBN : 2-87908-014-2

Programmation avancée en C++


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/2879080142?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s