Note de lecture : Liferay, Portal Enterprise Intranets, par Jonas X. Yuan

Note : 3 ; Un tour du produit vu par l’utilisateur sans beaucoup d’intérêt.

La qualité des ouvrages publiés par Packt pub peut s’avérer assez variable. Hélas, ici on n’est pas dans le meilleur. Je dois aussi avouer qu’il s’agit d’un choix éditorial de s’être concentré sur l’utilisation de l’outil (et de ses portlets) plutôt que sur le volet architecture ou administration. Je suis donc un peu déçu, mais l’angle adopté pourra satisfaire un lecteur souhaitant plutôt découvrir l’outil et en faire le tour des fonctionnalités. A cet égard, les 375 pages du livre sont découpés en 13 Chapitres.

Je passe rapidement sur le 1er chapitre qui ne parle pas réellement de Liferay, mais de l’intérêt d’utiliser un portail pour un intranet. Le second chapitre rentre d’avantage dans le vif du sujet en nous proposant de réorganiser les pages et la navigation dans le portail, le tout via des manipulations interactives. Une bonne entrée en matière, je dois avouer.

Le 3ème chapitre évoque la gestion des utilisateurs et des droits à différents niveaux. Il manque une explication synthétique de cette gestion des droits par ailleurs complexe. Hélas encore, les aspects d’intégration LDAP et SSO sont évoqués plus que légèrement.

Le 4ème chapitre est consacré à la portlet forum et à la gestion des tags. Une vue utilisateur et trop superficielle à mon goût. Il en vu de même pour les chapitre 5 et 6 consacrés respectivement au Wiki et aux Web Forms, puis aux blogs et des flux RSS. On pourra toujours se dire qu’à l’issu de ces 4 chapitres on a une vue intéressante des portlets standard du produit !

Le chapitre 7 continue le tour des portlets, avec une petite originalité : WSRP, c’est à dire l’accès aux « remote portlets », mais tout ceci reste bien superficiel. Le chapitre 8 est dans la même ligne, expliquant l’utilisation du CMS interne de Liferay, mais sans vraiment entrer dans le fond.

Bref, tout ça continue dans la même lignée jusqu’au chapitre 13. Dans l’ensemble ce livre n’est pas foncièrement mauvais, il est simplement inutile, car il donne fort peu de choses par rapport au tour du propriétaire que l’on peut faire par nous même. J’aurais aimé une compréhension plus en profondeur de l’outil, qui aurait justifié l’existence de ce titre, mais que nenni !

Liferay-Portal-Enterprise-Intranets

Référence complète : Liferay, Portal Enterprise Intranets – Jonas X. Yuan – Packt publishing 2008 – EAN : 978 1 847192 72 1

Liferay Portal Enterprise Intranets


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/1847192726?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Note de lecture : Liferay Portal Administrator’s Guide 2nd édition, par Richard Sevoz Jr

Note : 3 ; Quand on a vraiment besoin, on n’a pas forcément le loisir d’être difficile sur la forme…

La première chose que l’on découvre quand on prend ce livre en main, c’est qu’on n’a pas envie de lire ! Le format n’est pas pratique (trop grand pour un format poche, mais trop petit pour une lecture confortable), le papier est de qualité très médiocre, la mise en page est lamentable, la qualité des illustrations inexistante et même la typographie n’est pas en reste avec ce charmant carnage.

La bête fait 255 pages hors annexes (celles-ci sont anecdotiques) sur seulement 6 chapitres. Des chapitres assez longs en moyenne, donc.

En parcourant le chapitre 2 « initial setup », on s’aperçois toutefois de certaines choses : d’abord il est vrai que les copies d’écran sont franchement trop nombreuses, même si certaines sont utiles (elles ont souvent des indications comme des parties cerclées, au lieu d’être brutes comme c’est trop souvent le cas). Cela explique la longueur inhabituelle de 89 pages pour ce chapitre. Mais les informations sont claires et précises et des recettes d’installation numérotées permettent de venir à bout de difficultés dont on sait qu’elles prennent du temps sinon. A propos de l’installation, la liste des serveurs d’application pour lesquels est fourni une explication est tout simplement impressionnante.

Le chapitre 3 « configuration » est quand même plus court, avec ses 44 pages. Mais il a un petit goût de tutorial un peu cheap dans sa première partie. Le genre où l’on apprend rien. La partie dédiée à la configuration LDAP rattrape un peu le coup.

La configuration avancée, vous savez celle où l’on parle des « ext » est traitée au chapitre 4. C’est le plus long du livre et de loin, avec ses 90 pages ! Les très complexes fichiers de propriétés sont passés en revue, mais souvent avec des explications franchement sibyllines. La recherche et l’exploitation des informations de ce chapitre sont l’affaire de gens motivés et acharnés … et qui en ont vraiment le besoin. Abandonnez l’idée d’en faire une lecture linéaire. Seule la section dédiée à l’installation des plugins nous offre un oasis d’une relative fraicheur.

Le chapitre 5 « enterprise configuration » nous expose en un peu moins de 30 pages les possibilités de déploiement de Liferay en mode « solid rock » : clustering, cache distribué, déploiement à chaud, etc… sont les sujets qui y sont traités. Le chapitre a le mérite de développer un peu ses explications.

Le dernier chapitre « maintaining a Liferay Portal » parle backup, logging, procédures d’upgrades sur une dizaine de pages.

Voilà un texte auquel on ne s’attaque pas pour le plaisir. Si certains chapitres présentent des procédures d’exploitation claires, l’ensemble de la prose est très sèche et peut surtout être utilisée comme référence. Mais même là, ce n’est pas du grand confort.

Un tel ouvrage se doit de rester à jour par rapport aux nouvelles versions de Liferay. Une troisième édition de cet ouvrage y répond.

liferay-portal-admin-2nd

Référence complète : Liferay Portal Administrator’s Guide 2nd édition – Richard Sevoz Jr – Liferay Press 2008

Liferay Administrator's Guide


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/0615196489?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Note de lecture: Liferay in Action par Richard Sevoz Jr

Une bonne introduction au développement d’application sur Liferay avec les outils Liferay.

Ce genre d’ouvrage destiné à décrire le « how to » d’une plateforme spécifique est souvent un livre de commande, et par conséquent d’un style sinon laborieux du moins peu enthousiasmant. La bonne surprise est que ce n’est pas le cas ici. Richard Sevoz sait écrire et son style contribue grandement à rendre agréable une lecture qui serait sinon d’un style assez aride.

Un autre point aussi assez important : on n’en prend pas pour trop cher ici ! Le livre se limite à 300 pages auxquelles il faut rajouter les 50 pages d’annexes. Celles-ci fourmillent de matière intéressante sur les API, l’IDE, etc… Le texte en lui-même est découpé en 10 chapitres regroupés en 3 parties.

La première partie « working with Liferay and Portlets » est constituée de 2 chapitres et couvre 60 pages. Cela couvre la découverte de la plateforme Liferay (au chapitre 1) à la réalisation d’une Portlet « hello world » au chapitre 2. Ce faisant on découvre comment Liferay structure un site et la mise en place de l’environnement de travail. C’est simple et progressif, mais certains aspects (surtout sur la structure du portail) sont passés un peu rapidement !

La seconde partie « writting applications on Liferay’s plateform » couvre 5 chapitres totalisant 140 pages. C’est le cœur de l’ouvrage. Le chapitre 3 se focalise sur l’écriture d’une Portlet « data driven » en utilisant les outils et frameworks spécifiques à Liferay. Au chapitre 4 on met en place un MVC qui est là aussi un Framework spécifique Liferay. Le chapitre 5 consacré aux Layouts et Thèmes est à mon avis raté : il est confus et rentre peu dans la matière. A mon avis cela aurait mérité une partie spécifiquement consacré à cela, quitte à réduire sur d’autres aspects. Le chapitre 6 consacré à l’interfaçage avec des sites sociaux est asse original, même si les exemples ne sont guère convaincants. Cette seconde partie se conclue par un chapitre consacré aux API de collaboration : discussions, rating et assets. Le sujet est couvert un peu rapidement mais on moins on met le pied à l’étrier !

La troisième partie « customizing Liferay » est longue de 100 pages couvrant 3 chapitres. Elle adresse les aspects avancés de Liferay, et n’est donc pas un aspect obligatoire : Le chapitre 8 couvre les « hooks permettant de personnaliser le comportement par défaut de Liferay. Un aspect qui nécessite la plus grande vigilance ! Le chapitre 9 traite des « ext » plugins. C’est un aspect que l’on préfèrera certainement éviter, mais il est utile de savoir que c’est là et qu’on peut l’utiliser ! Enfin le chapitre 10 propose de faire le tour des API Liferay les moins utilisées afin de ne pas rater certaines des possibilités méconnues de la plateforme.

Le focus de ce livre est clairement de développer sur Liferay avec les outils et frameworks de Liferay et uniquement cela. C’est intéressant car complémentaire dans l’approche avec le « Portlet in Action » sorti au même moment. D’un autre côté beaucoup des outils et frameworks présentés semblent d’un autre âge : le MVC semble assez pathétique, pour ne pas parler du Velocity qui se marrie avec un Javascript qui nous plonge 10 ans dans le passé ! Et je parle même pas du build avec Ant ! Sur ce point d’ailleurs, l’auteur semble … disons conservateur car une chaine de build avec Maven semble exister !

En conclusion : on ne perd pas son temps avec ce livre. C’est une très bonne introduction à Liferay et en connaître les outils est utile, quitte à les abandonner. Pour aller plus loin, on préfèrera le « Portlet in Action » et on s’intéressera globalement aux frameworks et outils de build plus au goût du jour !

liferay-in-action-manning

Référence complète : Liferay in Action – Richard Sevoz Jr – Manning 2011 – ISBN : 978-1-935182-82-5

Liferay in Action: The Official Guide to Liferay Portal Development


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/193518282X?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on