Note de lecture : Modélisation de systèmes complexes avec SysML, par Pascal Roques

Note : 5 ; Succinct et fait le boulot, mais pas spécialement agréable à lire.

J’ai passé l’époque où j’avalais les bouquins de modélisation au kilomètre. Mais la modélisation système, domaine dont j’ignore tout attisait ma curiosité. SysML, c’était pour moi l’occasion d’assouvir celle-ci, car maîtrisant parfaitement UML, j’étais à peu près sûr de ne pas être largué. Objectif rempli de ce côté. Je connais les livres de Pascal Roques sur UML (j’en ai même lu plusieurs éditions successives), je suis donc aussi parti confiant sur la qualité de la prose.

Le livre en lui-même est court : 136 pages hors annexes (et presque 170 en les comptant. Le tout est structuré sur 10 chapitres en 4 parties. J’ajoute que les illustrations abondent (ce qui est normal pour un livre traitant de modélisation), autant dire qu’il s’agit d’une lecture rapide. Là aussi, cela me convient dans le principe. Avant même d’aborder la première partie, le premier chapitre introduit le sujet sur une quinzaine de pages. On y évoque les normes et organismes liés à la modélisation système et une ébauche très abstraite de SysML. C’est assez aride et finalement peu instructif, à part si on aime les normes.

La première partie comprend 3 chapitres sur un peu moins de 30 pages et a pour objet la modélisation des exigences. Elle s’ouvre sur un chapitre 2 qui adresse, tambour battant, les cas d’utilisation en moins de 10 pages ! La prose est claire mais ne peut couvrir le sujet en profondeur. Elle aborde néanmoins les relations d’inclusion et d’extension et même la généralisation qui est à peu près inutile à mon avis. Mais les explications sont vraiment succinctes. L’auteur insiste sur son dogme favori : la limitation de la modélisation à 20 cas d’utilisation, quitte à transformer les UC en sorte de thèmes. Une approche que je ne partage pas, tout comme la plupart des auteurs. Je trouve cavalier de présenter cela comme une vérité.

Le diagramme de séquence est traité encore plus rapidement en 7 pages. L’auteur parvient à bien illustrer et expliquer les subtilités de ce diagramme qui ne sont ni plus ni moins que celles d’UML 2.0 dans cet espace réduit. Je retrouve l’angle du cours Valtech et de « UML en Action » consistant à positionner le diagramme de séquence au niveau de l’expression des besoins, alors qu’il s’agit d’un usage particulier, voir détourné. Mais ce n’est pas grave. 7 pages encore pour le diagramme d’exigences qui est lui bien spécifique de SysML. Là aussi c’est efficacement expliqué et illustré, mais je suis un peu frustré par la brièveté du chapitre qui faisait partie de mes grandes attentes, certaines subtilités me semblant même passées sous silence.

Ce sont 3 chapitres également qui sont compris dans la seconde partie, consacrée à la modélisation d’architecture. Le diagramme de définition de blocs (BDD) a droit à une quinzaine de pages. Sans le nommer il fait le pendant au diagramme de classes d’UML. Là encore la prose est claire, le boulot est bien fait.

Près de 20 pages sont dédiées au diagramme de bloc internes (IBD) au chapitre 6. Il s’agit d’un sujet complexe avec des subtilités assez compliquées au niveau du concept de ports. L’auteur s’en sort plutôt très bien sauf quand on arrive sur les nouveaux types de ports de SysML 1.3 où le propos devient trop abstrait. Autre problème plus embêtant : ces diagrammes font apparaitre des subtilités au niveau de la notation graphique qui sont mal rendues au niveau de l’impression. Pour un aussi petit ouvrage vendu 35 €, c’est inacceptable. Le diagramme de package est couvert en 5 pages, mais il y a peu à en dire. Petit regret quand même sur les stéréotypes « model », « view » et « viewpoint » qui, à l’exception de ce dernier, sont mal expliqués.

Sans surprise, c’est la modélisation dynamique qui est au menu de la 3ème partie. Une quinzaine de pages sont dédiées au diagramme d’état. A l’échelle de cet ouvrage, c’est un gros chapitre. Je retrouve l’angle du cours Valtech (qui s’étendait sur 2 chapitres sur ce sujet) consistant à rentrer dans les plus petits détails de cette notation, jusqu’aux extraordinairement peu usités « deep history ». Il en est de même ici. Peut-être que SysML fait-il plus usage de diagrammes d’états que moi avec UML ? Disons simplement que tous les aspects de la notation ne sont pas logés à la même enseigne. Le chapitre 8 est un exemple du genre : il couvre sur 15 pages aussi les subtilités du diagramme d’activité en les introduisant progressivement. Beau boulot ! Tout comme au chapitre 6, la notation qui devient fouillée avec les concepts de flux est rendue difficilement lisible du fait de la médiocrité de l’impression.
La dernière partie traite de « modélisation transverse » sur 2 chapitres. Il s’agit d’aspects qui sont particuliers à SysML. Le chapitre 9 nous invité à découvrir le diagramme paramétrique sur 5 pages. C’est bien et clairement fait, même si je ne peux m’empêcher d’être frustré par la brièveté du chapitre : n’y a-t-il rien d’autre à dire ? C’est ce genre de sujets que j’étais venu découvrir. Le dernier chapitre est dédié aux concepts d’allocation et traçabilité. Il a droit à 8 pages, ce qui est plus qu’assez pour couvrir le sujet.

J’ai eu ce pour quoi j’étais venu. Je trouve toutefois le texte un peu court sur un certain nombre de sujets, mais l’efficacité du propos fait partie des qualités que je recherche : le plus gros investissement dans un livre, c’est le temps passé à le lire. Pascal Roques m’a habitué à une prose de grande qualité et je l’ai trouvé ici plus austère qu’à son habitude. Peut-être est-ce ma perception qui a changé ? Je connaissais les biais de modélisation de l’auteur, entre autres sur les cas d’utilisation. Nous avions déjà des « discussions de clans » sur ce sujet chez Valtech. Je vois que cette ligne n’a pas changé. Bref, un texte qui sans être enthousiasmant fait le boulot. Sauf pour le rendu des diagrammes.

Référence complète : Modélisation de systèmes complexes avec SysML – Pascal Roques – Eyrolles 2013 – ISBN : 978 2 212 13641 8

Une réflexion sur “Note de lecture : Modélisation de systèmes complexes avec SysML, par Pascal Roques

  1. Salut Christophe,

    Ce livre sur SysML commence en effet à dater, mais se voulait une introduction à la modélisation système, pour des gens qui ne connaissaient pas UML, car non-informaticiens.
    Depuis, je suis passé à Arcadia et Capella, j’ai publié un guide de modélisation Capella -https://www.istegroup.com/fr/produit/modelisation-architecturale-des-systemes-avec-la-methode-arcadia/), dont je prépare un successeur prochainement … On ne se refait pas 😉
    Amitiés
    Pascal

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.