Note de lecture : The Rational Unified Process, an introduction, 3rd edt., par Philippe Kruchten

Note : 6 ; Une importante revue de l’ouvrage

Rational Unified Process fut la méthode tendance jusqu’au milieu des années 2000. Cette 3ème édition est en quelque sorte la mouture ultime (en attendant sa renaissance dans les années 201x, sous le nom de SAFe). Chaque workflow de RUP est riche de descriptifs, de rôles et de pratiques, au point que chacun d’entre eux nécessite au moins un ouvrage pour couvrir le sujet. Ici, il s’agit plutôt d’un tour d’horizon de l’ensemble de ces workflows.

Contrairement à l’édition précédente qui ne représentait qu’une évolution mineure de livre (et du processus), celle-ci a fortement évolué, gonflant également l’édition d’une bonne quarantaine de pages, pour un total de 270 pages hors annexes. Le tout est divisé en deux parties inégales. La première compte 110 pages sur 6 chapitres et traite du processus dans sa globalité. Le premier chapitre est certainement particulier, car il traite de la notion de « best practices », mais surtout il est signé Grady Booch. Après une courte introduction sur cette notion de best practices et de développement itératif et incrémental, l’auteur nous évoque les propriétés d’un bon processus : gestion des exigences, modélisation visuelle, gestion du changement, etc… Bref, les propriétés mises en avant par RUP (ou UP).

Le second chapitre fait écho à ce premier chapitre en déclinant les propriétés évoquées sur RUP, puis en évoquant la structure en 2 dimensions du framework. Tout cela se lit facilement mais il est clair que l’on n’est pas rentré dans le vif du sujet. Le chapitre 3 reste très abstrait car il décrit le méta-modèle du framework : rôles, artéfacts, activités (et étapes d’activités), workflows et disciplines ! Les couches de « pilotage » que sont les guidelines et autres templates ne sont que brièvement décrits. L’ensemble revêt une certaine esthétique pour l’académicien ou le théoricien (moi par exemple) mais va sembler austère et très abstrait pour qui ne porte pas un intérêt aiguisé aux processus de développement !

Au menu du chapitre 4, un coup de projecteur sur le développement itératif. Il rappelle en plus succinct la description faite dans l’ouvrage de Walker Royce. La notion de phase avec son basculement concomitant entre expression du besoin et construction est une particularité de UP (et donc de RUP), et c’est ici qu’elle est développée. La prose est un peu austère, mais ça passe. Il est question d’architecture au chapitre 5, et plus précisément du modèle « 4+1 vues » qui est la création de Philippe Kruchten. Je ne suis pas un grand fan de la chose, et de toute manière très retissant à tout ce qui a un petit goût de tour d’ivoire. Mais les idées sont intéressantes à lire. Cette partie se conclut par une description de l’approche conduite par les cas d’utilisation. C’est un très court chapitre qui ne remplacera pas les excellents ouvrages sur les cas d’utilisation que l’on peut trouver par ailleurs. Néanmoins il montre de manière limpide comment l’approche se projette sur la conception objet.

La seconde partie est consacrée aux 9 disciplines de RUP. A chacune son chapitre auxquels se rajouteront deux autres. Pour ouvrir le bal, le chapitre 7 évoque la gestion de projet. Malgré ses 26 pages, ce chapitre, qui comme le chapitre 4 s’inscrit dans la cadre du texte de Walker Royce, ne permet pas d’appréhender sérieusement la gestion de projet à la RUP. Il s’agit plutôt d’aborder les définitions des concepts manipulés. La modélisation métier a toujours été l’aspect manquant le plus de consistance dans RUP (et dans les autres méthodes aussi, d’ailleurs). On ne sera donc guère déçu, on a ce qu’on attend, en l’occurrence du cas d’utilisation à la sauce « un niveau au-dessus », mais au moins le chapitre est-il court.

Le chapitre 9 adresse l’une des disciplines les mieux documentées du processus, sans doute la mieux documentée en fait. Le chapitre progresse les les détails d’information fournis : artéfacts, rôles, types d’exigences, etc. A contrario, analyse et conception au chapitre 10 sont plutôt bâclés et ne nous servent que des platitudes. La discipline « implémentation » bénéficie enfin de plus d’attention (builds, intégration, tests unitaires, etc..), probablement depuis la montée en puissance des méthodes agiles, par rapport à l’édition précédente.

Nous abordons les tests au chapitre 12. Il fait l’objet d’une attention remarquable avec 20 pages qui leur sont consacrés. J’ai aimé l’aspect taxinomique des types et niveaux de tests, même si on a fait bien mieux depuis. La mise en œuvre reste très « à l’ancienne ». Configuration et change management au chapitre 13 ont droit à un sérieux coup de neuf grâce à l’arrivée d’UCM (Unified Change Management). Rétrospectivement (et en fait même à l’époque) on peut juger cela bien lourd. Mais je salue l’effort et le chapitre est en fait intéressant. La discipline « environnement » abordée au chapitre 14 est très décevante car elle se focalise exclusivement sur la customisation du RUP avec PEP. Passons. La partie « disciplines » se referme avec le chapitre 15 consacré au déploiement. Aujourd’hui c’est vraiment touchant de naïveté et l’on se rend compte du chemin parcouru. Je le conseille pour la tranche de rigolade.

Le chapitre 16 « typical iteration plan » s’efforce de rendre concret le propos du livre avec deux exemples d’itérations où les activités du RUP sont concrètement décrites. Certes cela nous apporte un peu plus de matériel tangible, mais cela ne fait quand même pas très réel. L’ouvrage se referme sur un chapitre 17 consacré à l’implémentation, donc à la customisation de RUP. Une véritable ode à l’universalité et à la flexibilité de RUP !

Je maintiens la même note au livre que celle que j’ai accordé à l’édition précédente, car j’attends toujours d’une nouvelle édition un certain progrès. Cette notation reflète donc cela, ce n’est pas une punition. Je reste d’ailleurs foutrement agassé par l’aspect « plaquette publicitaire Rational » du texte qui persiste.

The Rational Unified Process, an introduction, 3rd edt., par Philippe Kruchten

Référence complète : The Rational Unified Process, an introduction, third edition – Philippe Kruchten – Addison Wesley / O.T. series 2004 – ISBN: 978-0321197702

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.