Note de lecture : Il était une fois Linux, par Linus Torvalds & David Diamond

Note : 5 ; Un éclairage unique sur la gestation de Linux

Une autobiographie du créateur de Linux, c’est assez intriguant. Linus Torvalds n’est guère connu pour sa prose, ni même en fait pour ses talents d’orateur. D’ailleurs il préfère communiquer avec du code qu’avec des mots. S’il existait un titre de « meilleur développeur au monde », il pourrait sans aucun doute y concourir.

Même s’il apparait en petits caractères, David Diamond n’est pas pour rien dans la genèse de ce texte. Il ne s’agit pas d’une grande littérature, mais néanmoins d’une lecture agréable et surtout éclairante sur ce qui a conduit Linus Torvalds à créer Linux, depuis son enfance, son caractère, ses passions. Mais aussi sur sa vie personnelle et ses prises de position. Dans la forme, il s’agit plutôt de dialogues, avec David Diamond ou plus souvent de sortes de monologues, généralement de Linus Torvalds et plus rarement de David Diamond.

Dans la première partie « naissance d’un nerd », Linus Torvalds nous parle de son enfance, de la Finlande et de sa scolarité jusqu’à l’université. Bref de tout son parcours avant Linux. Les chapitres sont courts et le style du créateur de Linux s’adressant au lecteur très engageant. Le tout se lit très bien.

La seconde partie est consacrée à la naissance de Linux. Elle débute par les premiers pas de Linus Torvalds sur VIC 20, puis Sinclair QL, puis VAX VMS. Au long de ses pages s’affichent réellement les premières convictions et prises de positions de l’auteur dont on sait qu’elles sont très marquées. C’est aussi là que Linus Torvalds évoque la lecture de l’ouvrage d’Andrew Tannenbaum, qui sera le point de départ de l’aventure, mais aussi une terrible confrontation entre les deux hommes.

C’est ainsi que l’on y apprend que Linux est au départ un émulateur de terminal et que l’embryon du système d’exploitation provient en fait d’une fausse manipulation qui lui a fait perdre Minix ! De là à parler de révolution accidentelle, il n’y a qu’un pas. C’est la communauté Open-Source qui a permis à l’auteur de franchir le pas suivant.

La troisième partie évoque l’explosion de Linux, la création de la fondation, son déménagement aux États-Unis et ses relations avec les entreprises commerciales telles que Red Hat. On y apprend que sa position sur l’open-source est finalement loin et en tout cas moins dogmatique que celle de Stallman.

Il s’agit là d’une lecture rapide et facile. Elle nous apprend nombre de choses « de l’intérieur » sur Linux et sur son créateur. Il s’agit donc au moins autant d’un livre historique (même si d’histoire récente » que biographique. Près de 20 ans se seront écoulées depuis l’écriture du texte. Il mériterait une seconde édition, peut-être avec une 4ème, voir une 5ème partie traitant de l’expansion puis de la domination de Linux, mais aussi de l’avènement de Git. En fait, c’est la seule prévention par rapport à cette lecture : elle date un peu.

Il était une fois Linux, par Linus Torvalds & David Diamond

Référence complète : Il était une fois Linux, l’extraordinaire histoire d’une révolution accidentelle – Linus Torvalds & David Diamond (V.O. : Just for Fun ; HarperCollins 2001) – OEM 2001 – ISBN : 2-7464-0321-8

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.