Petit Printemps est devenu grand !

Connaissez-vous Leanette ?

image

Leanette est la mascotte du Club Agile Caennais. Un club qui est né sous l’impulsion de Jean-Luc Lambert entouré de quelques passionnés. De rencontres en meetups, il ont organisé une rencontre en 2012. Le club n’était alors pas dans mon radar. Cette rencontre de 30 personnes s’est transformée en un petit évènement de 70 personnes l’année suivante. Celui-ci avait attiré mon attention par la présence exceptionnelle de Jurgen Appelo et j’avais relaté l’évènement ici et ici.

De 70, la rencontre est passée à 150 inscrits l’année suivante. Une édition où je figurais cette fois comme speaker et que vous retrouverez ici et ici, et bien entendu ici pour ma propre session.

Bienvenue à l’édition 2015 !

C’est de nouveau comme speaker que je suis venu cette année. Cette fois, il a fallu quitter les locaux de l’université pour accueillir les 300 inscrits. Un beau succès !

image

Par rapport aux autres conférences agiles, celle-ci présente 3 particularités :

  • Tout d’abord une importante présence étudiante. Jean-Luc Lambert est professeur à l’université, il n’y est pas étranger. Mais c’est un grand plaisir de les voir participer à l’organisation et à l’accueil, de les croiser dans les sessions et dans le hall où ils nous montrent leurs projets.
  • Le Printemps Agile est aussi une conférence où il n’y a pas de keynote. Même l’année où la conférence a accueilli Jurgen Appelo !
  • Enfin, depuis cette année, la conférence est aussi activement soutenue et sponsorisée par des organismes institutionnels.

S’il n’y a pas de keynote, Jean-Luc nous gratifie quand même d’un petit mot d’accueil.

image

De nombreuses sessions en parallèle se présentent à nous, conférences et jeux. Pas de chance, il va me falloir choisir entre Florent Lothon et Antoine Vernois ! C’est en fin de compte à la session de Florent que je me rendrais, cela faisait 2 ans que je voulais y assister.

image

Tribal Leadership, avec Florent Lothon

Pourquoi s’intéresser à ce sujet étrange ? Pour constituer des équipes capables de déplacer des montagnes ! Cette présentation de Florent s’adosse aux principes énoncés par Dave Logan dans son livre, fruit d’une étude de 10 ans dans différentes organisations, sur plus de 24000 personnes !

C’est avec une petite vidéo plutôt inspirante que Florent nous introduit la force du tribal leadership.

Une tribu, ce sont de 20 à 150 personnes partageant un lien social, une connexion qui est organique et non hiérarchique. Des personnes dont notre orateur dit « qu’elles se saluent quand elles se croisent dans la rue ». Pour Dave Logan, il y a 5 étapes à cette progression tribale, une progression où l’on ne peut sauter une classe !

Stade 1 : La vie est nulle (environ 2% de la population). Les personnes « piégées » ici ont une relation de sabotage, d’exclusion. Pour les en sortir (et passer au stade 2), il faut les faire aller là où est l’action en les coupant des autres personnes du stade 1. Leur montrer que la vie peut fonctionner.

Stade 2 : Ma vie est nulle (environ 25% de la population). Il y a un peu d’espoir. Ce sont généralement des personnes qui font « juste leur job ». Elles sont dans le groupe sans vraiment l’être. Pour les y inclure il faut créer des « relations dyadiques ».

image

Stade 3 : Je suis génial (environ 24% de la population). C’est un sentiment certes positif, mais pas une logique d’esprit d’équipe. Notre société moderne est construite pour former ce type d’individus. Au bout du chemin, cela conduit à des relations de domination personnelle (par de la rétention d’information, par exemple). Ici le levier serait celui des rencontres triadiques (à l’image des rencontres matrimoniales).

Stade 4 : Nous sommes géniaux (mais pas les autres ; environ 22% de la population). Pour passer au stade 5, il faudra envisager l’abandon de la « quincaillerie agile ». Les moteurs du passage seront des valeurs fondamentale associée à une noble cause. La stratégie pour atteindre cette noble cause doit venir de la tribu et non de son leader.

Stade 5 : La vie est géniale (2% de la population), on n’est plus en compétition. On croit en ce que l’on fait et on n’est plus en relation concurrence avec les autres.

https://prezi.com/embed/0sz0zvudacdg/?bgcolor=ffffff&lock_to_path=0&autoplay=0&autohide_ctrls=0&landing_data=bHVZZmNaNDBIWnNjdEVENDRhZDFNZGNIUE43MHdLNWpsdFJLb2ZHanI5aEUwVmRsUEtzczVVN1A1TjJUT2tjZ0tnPT0&landing_sign=wXKS7W_9qtdu96SFtnjpGUQDRdHQfuCP4AEeyusVUyQ

Open-space et pause déjeuner

La grande salle était prévue pour former un grand lieu de rencontre. Véronique Duflot était l’instigatrice de cette idée. Et les idées ont cela en commun qu’il faut essayer pour voir si cela marche ou pas. En l’occurrence, pas un chat (ou presque) dans cet espace. J’y ai trainé durant le second créneau dans l’espoir de quelques discussions. Pas tout à fait en vain, toutefois : j’ai pu discuter RH agile avec Véronique.

L’heure du déjeuner arrive. Je me retrouve rapidement en conversation avec Florent Lothon et Antoine Vernois. Et bien sûr on évoque la difficulté d’introduire le craftsmanship et la culture de la qualité logicielle dans les équipes. Force m’est de constater que cette difficulté n’est pas seulement mienne. Cela doit-il me rassurer ?

image

Je n’ai jamais eu l’occasion de parler avec Florent précédemment. Nous parlons facilement de sujets tels que la culture agile, les valeurs et même la déontologie. Florent est aussi remarquable que je l’imaginais. Plus même en fait. J’espère avoir l’occasion de le rencontrer à nouveau, j’ai hâte de savoir comment évolue ce qu’il met en place chez Swiss Life.

Accompagner la transition d’un grand projet agile

C’est mon tour. Curieusement, pour une session plénière, je dispose d’un créneau de … 1 heure 30 ! Je décide donc de le couper en deux :

  • La session initialement prévue sur 40 minutes.
  • Une foire aux questions sur le reste du temps.

Vous trouverez bientôt ma présentation en ligne, et un article complet dès que j’en aurais le courage ! Je ne développerais donc pas le sujet ici.

J’utilise régulièrement le principe de la « foire aux questions ». Il est simple :

  • Accorder un peu de temps aux participants pour rédiger des questions.
  • Donner des points de vote à chaque participant, à utiliser librement.
  • Ranger le backlog des questions dans l’ordre des votes.
  • Utiliser chaque question pour initier une conversation.
  • Passer la question en « done » lorsque la personne à l’origine de celle-ci juge qu’elle a été traitée.

Le Lean Management pour libérer l’entreprise

Dernière session de l’évènement, Xavier Médard vient évoquer le Lean… mais aussi sa connexion avec l’entreprise libérée !

image

En effet, le Lean est aujourd’hui mal compris. Les entreprises occidentales ont saisi les notions de juste à temps et de gaspillage, mais en occultant la place de l’homme. Lean et entreprises libérées ne sont pas incompatibles, elles sont même complémentaires.

L’heure de se séparer

Pas de rétro en plénière cette année, mais une sorte de feedback wall. Beaucoup de positif et d’enthousiasme y est visible. Frédéric Leguédois et moi-même y allons du même post-it : Le Printemps Agile est la seule conférence sans keynote et cela doit continuer ainsi !

image

Il faut chercher les quelques points méritant une amélioration, mais il y en a au moins un : Il manquait un cursus pour débutant cette année, malgré la présence d’ateliers de jeux agiles. Il y a 2 ans, Frédéric s’était dévoué pour une session de ce genre. L’an dernier, j’avais présenté « Scrum Shu Ha Ri » destiné aux nouveaux-venus. Pourquoi pas un véritable « cursus découverte l’an prochain, avec des sessions spécialement consacré aux nouveaux venus, un livret, etc. ? Une idée à creuser avec le club, peut-être ?

Le campus universitaire ne pouvait accueillir le public grandissant de l’évènement, celui-ci a migré vers la chambre de commerce et de l’industrie. Le nouvel espace présente des salles regroupées autour d’un hall, c’est bien plus convivial et évite les grands déplacements entre étages, bien que la capacité du hall lui-même soit un peu juste.

Quoi qu’il en soit, l’organisation a encore progressé cette année en qualité, bien que nous n’ayons pas eu l’équivalent du « méga ice-breaker » de l’an dernier. C’était quelque chose ! Un grand merci à la sympathique équipe organisatrice !

image

Pas de 3ème mi-temps cette année : les uns devaient rentrer, les autres étaient fatigués. Le Printemps Agile joue désormais dans la cours des grands évènements, il garde pourtant ses spécificités, pour longtemps, j’espère.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s