ScrumDay 2013 (en images) 2/4

Je vous avais laissé en cours de matinée. Celle-ci n’est pas terminée. Des ateliers se déroulent ailleurs. Je n’ai pu les visiter tous.

ScrumDay2013-6-TCros01

Thierry Cros nous a gratifié d’un atelier très en profondeur autour des specifications agiles. Il vous fallait accorder un double créneau horaire si vous vouliez y participer.

Le thème de cet atelier fait suite à la parution du livre de Thierry sur le même thème.

ScrumDay2013-6-TCros03

J’ai fait un peu relâche sur le seconde tranche horaire, à part le time keeping dans quelques salles. J’ai bien essayé d’aller voir ce qui se passait dans la session d’Olivier Lafontan (Booster Scrum avec le Lean Startup), mais Lean Startup semble vraiment avoir le vent en poupe : il était à peine possible d’entrouvrir la porte tellement la salle était pleine !

ScrumDay2013-8-Lafontan01

Donc désolé, pas de feedback non plus sur cette session qui ne fait pas non plus partie des salles enregistrées.

ScrumDay2013-8-Lafontan02

Préparer son développement par des croquis : c’était le titre de la session de Sophie Freiermuth, et je m’étais promis d’y assister ! Promesse presque tenue, car si j’en ai raté le début, j’en ai quand même beaucoup profité ! Aussi serai-je un peu plus long sur cette session.

ScrumDay2013-10-Freiermuth03

Tout d’abord j’ai eu le plaisir de constater que Sophie a adopté le style Naked Presentation. C’est donc avec un paper board que l’oratrice nous a gratifié de ses conseils. Du fond de la salle, cela ressemble plutôt à des gribouillis informes, mais assez curieusement, ils semblent avoir du sens. En tout cas sur le moment. J’ai rarement eu l’occasion d’assister à des présentations où l’orateur a le courage de faire ainsi. Je me souviens juste de Jurgen Appelo qui avait procédé ainsi à Stoos Connect. Il m’avait avoué ensuite avoir voulu “faire un essai”. Dans un cas comme dans l’autre j’ai trouvé l’exercice convainquant !

ScrumDay2013-10-Freiermuth04

Quelques points que j’ai noté en vrac :

Le pouvoir de la réalisation en commun

Faire avec son interlocuteur est plus fort que lire un document ou faire la revue de son travail. C’est aussi l’opportunité de “comprendre le cerveau de l’autre.

On ne sait pas qu’on ne sait pas

Le besoin exprimé par le client représenta approximativement 1/3 de la connaissance. L’assertion "on sat ce qu’on veut”, même si elle est sincère, occulte beaucoup de choses.

Les croquis lancent la conversion

Plus que les mots, ils provoquent l’émotion de l’utilisateur. Il faut veiller à ôter tout ce qui pourrait faire obstacle à l’expression de cette émotion et à la réaction de l’interlocuteur:

  • Plutôt qu’utiliser un paper board, mettre un feuille à plat sur la table. Se lever pour aller au paper board est un acte intimidant, comme l’atait d’aller au tableau dans notre enfance.
  • Se mettre à la même hauteur que notre interlocuteur ; éviter de le dominer.

Afficher des choses le plus tôt possible

Dès les premiers stades de la reflexion, il ne faut pas hésiter à afficher au murs les croquis, même si la matière n’est pas finie. Surtout si elle n’est pas finie !

En passant devant, les personnes seront interpellées, réagiront. Il faut aussi éliminer des murs les croquis qui n’ont plus de sens car il vont perturber l’attention des visiteurs.

Descendre en qualité

Les croquis de qualité détournent l’attention du lecteur du fond vers les détails ! Il est aussi moins intimidant de s’engager et de participer sur des croquis de basse qualité, car tout le monde n’a pas des talents de dessinateur.

Il est important de convaincre que des croquis sont suffisants, ce n’est pas naturel ! Sophie modère toutefois ce point : dans le cadre d’une équipe distribuée ce n’est généralement pas le cas : dans ce cas elle produit des rock-up de qualité … mais à contre-coeur !

Penser aussi à utiliser de grandes feuilles et de gros marqueurs, cela aide à aller en ce sens. Dans le même ordre d’idées, Sophie semble éviter l’emploi de la couleur.

On arrive gentiement à la pose de midi. Le “coeur de verre” du centre de conférence IBM accueille le lunch et les stands de nos sponsors. En avant pour un petit tour.

ScrumDay2013-12a-ObjetDirect01

Objet Direct est un nouveau venu parmi les partenaires du Scrum User Group. Ce ne sont toutefois pas des inconnus. Nous leur souhaitons la bienvenue ! Ni pour moi, ni pour Laurent Bossavit apparemment.

Xebia affiche fièrement ses couleurs. Je dirais qu’à priori, c’est le violet.

ScrumDay2013-12b-Xebia03

Zenika joue la carte franchement relax. Ca me va bien, je les rejoins bientôt !

ScrumDay2013-12c-Zenika01

Chez Palo IT, on accueille même les membres du SUG qui souhaitent participer au concours.

ScrumDay2013-12d-PaloIT01

Nous n’avons pas fini notre petit tour et il nous reste les sessions de l’après-midi. Je ne voudrais pas vous mettre en overdose, nous allons donc en rester là pour aujourd’hui, mais nous poursuivrons très bientôt !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s