Retours sur l’agile tour Bruxelles 2012

Je m’étais fixé dans mes objectifs sur ce second semestre, de me joindre à la communauté agile Belge à l’occasion de l’agile tour Bruxelles. je n’ai pas hésité longtemps à répondre à l’appel à orateurs de Bruno Sbille. Plusieurs raisons à cela:

  • L’opportunité de faire une présentation en Anglais. Il faut bien garder la forme !
  • L’occasion de rendre la politesse à Bruno qui nous avait fait le plaisir de venir faire une présentation dur la Programmation Neuro Linguistique lors d’une soirée du Scrum User Group.

J’espérais donc bien être retenu. Je l’ai été : merci au comité d’organisation !

L’aller-retour dans la journée, ça fait une grosse journée, mais ça valait le coup.

Pascal Van Cauwenberghe : 11 steps to perfect code

Pascal s’est présenté comme un “recovery bug writter”. Il nous a présenté son processus destiné à éliminer les bugs. Il compte 11 étapes, pas moins.

La qualité dépend-t-elle des testeurs ? La réponse est non. En fait, elle est souvent inversement proportionnel au nombre de testeurs. Cela peut paraitre provocateur, voir choquant. mais réflechissez à l’impact psychologique sur les développeurs d’‘une très importante équipe de testeurs.

1 – Mettre en évidence le bug. Jusqu’ici tout va bien.

2 – Votre réaction : et meeeerde ! Non, justement. Il faut remercier le rapporteur. Pascal nous fera faire l’exercice plusieurs fois durant cette heure: remercier à haute voix: Thank you !

3 – Reproduire le problème. Identifier les conditions sous lesquelles ce bug se manifeste est une simple question de bon sens.

4 – Ajouter (au moins) un test qui échouera suivant ces conditions.

5 – Corriger le problème. Vous suivez toujours ?

Bon ça y est, on a fini. Comment ça “non” ?

6 – Rejouer la totalité des tests unitaires. La correction d’un bug peut introduire une régression. Nous le savons tous. Mais prenons-nous tous la peine de rejouer la totalité des tests ? Bien sûr le but n’est simplement de les rejouer, mais de les rejouer jusqu’à ce qu’ils passent tous !

7 – Faire une analyse causale : pourquoi ce bug n’a pas été intercepté précédemment ? Il faut toujours faire attention aux objectifs que l’on fixe : on risque de les atteindre. Si le but est la couverture du code, est-on certain qu’elle est synonyme de tests associés ? Le véritable objectif n’est pas la couverture du code, mais la qualité de celui-ci.

8 – Améliorer les tests.

Là, ça devrait être terminé. Non, toujours pas ?

9 – Améliorer la façon dont les tests sont écrits. Mais ceci est autre chose, n’est-ce pas plutôt un point qui devrait être remonté en rétrospective ? La rétrospective ce n’est pas pour la fin de sprint. La démo ce devrait être tout le temps.

10 – “Un bug ne voyage jamais seul” : à la recherche des bugs similaires !

11 – Faites que ce bug soit impossible à reproduire !

Traquer les bugs ainsi peut sembler coûteux. En fait, ça l’est au début. Pascal s’appuie sur la théorie des contraintes pour expliquer que cette approche permet finalement de livrer plus vite ! En l’occurrence sur un projet, au bout de 5 mois au lieu de 8 !

Jan De Baere : Kaban at different levels

Jan a choisi de nous présenter Kanban tel qu’il est utilisé réellement dans les projets auxquels il a participé, avec les leçons qui ont accompagné sa mise en oeuvre.

La règle de conduite que nous propose Jan repose sur 3 axes:

  • Visualiser le workflow.
  • Limiter le “work in progress”, en s’appuyant sur l’expérimentation.
  • Mesurer et gérer le workflow.

L’exemple d’une circulation sur une autoroute illustre assez bien ces 3 points, même si les paramètres conduisant à la formation des bouchons sortent des fondements théoriques de Kanban (eh oui, il n’y a pas que la théorie des contraintes…).

Cette session avait pour but de nous exposer cette mise en oeuvre dans différents contextes:

  • Un projet classique.
  • Un projet distribué
  • Le Kanban au niveau individuel
  • la gestion d’un portefeuille de projets.

Plutôt que d’asséner les différents éléments de la présentation je préfère mettre en avant les éléments principaux:

  • Les “expedites”: lorsqu’ils sont trop nombreux, il ya un problème à régler !
  • Mettre en évidence les éléments qui sont attendus. Là encore, ils peuvent stigmatiser des problèmes à régler au niveau organisationnel.
  • Les “buffers”: ils peuvent apparaitre utiles dans le workflow, mais sont à utiliser avec parcimonie. Ce sont des sources de gâchis, au sens Lean.
  • Il y a un lien direct entre le “work in progress” et le “lead time”. Ils croissent de concert.

L’un des grands moments fut certainement la présentation du “kanban portable” (et pliable) réalisé par Jan !

atbru2012-JanDeBaere

Pour ma part, je garderais dans mes notes l’usage du “personnal kanban” avec ses limites de WIP adaptatives:

  • Les tâches “high energy” : la limite de WIP est de … 1 ! Ce sont les tâches qui demandent un haut niveau de concentration.
  • Les tâches “medium”, c’est le travail ordinaire. La limite de WIP est de 2.
  • Les autres tâches, celles qui ne nous donnent pas vraiment de faire un travail correspondant à notre niveau de qualification. Il n’y a pas de limites de WIP pour celles-ci.

Ce peut être du bon sens, mais c’est sans aucun doute un point à garder !

Alan Holtz : Lessons learned from the Scrum Master

J’espère qu’Alan me pardeonnera de ne pas avoir pris de note lors de sa session. J’étais en fait en train de faire l’ultime préparation de la mienne ! Si une photo vaux mieux que de grands discours, en voici donc une !

atbru2012-SMLessonsLearned

Yves Hanoulles : How 146 people made 13 projects

Yves a acquis une grande notoriété dans la communauté agile, par son implication dans de nombreux projets. J’avoue que j’avais du mal à comprendre comment il pouvait mener à bien cette activité débordante. Cette session répond à ces questions.

atbru2012-YvesHanoulles

Comment nait un projet ?

Yves débute simplement un projet par un problème qu’il rencontre et sur lequel il ne trouve pas sur le net de ressources pouvant l’aider.

Comment construire une communauté de contributeur ?

Simplement en demandant autour de lui, mais en s’adressant de manière directe aux intéressés, s’ils peuvent et souhaitent l’aider sur son projet. C’est une question franche et directe qui n’appelle pas obligatoirement de réponse positive : on peut ne pas avoir le temps, ne pas être intéressé par ce projet, etc… Yves accueille de manière factuelle et simple cette réponse.

A partir de là, Yves accorde une complète confiance aux collaborateurs dès le départ, avec complet accès en lecture et écriture aux ressources du projet : la confiance n’est devrait pas être “gagnée”, mais donnée !

Surtout Yves nous rappelle qu’il faut toujours penser à remercier une personne qui se propose de contribuer.

Collaboration et outillage

Tous ces projets se déroulent sans aucune rencontre face à face : tout est mené et coordonné à distance, l’outillage permettant cela est donc important. Les principaux que j’ai noté :

  • Skype
  • email: Oui, bien qu’Yves soit un fervent défenseur de la limitation de l’usage de l’email en entreprise, il reste un média essentiel pour ces projets collaboratifs.
  • Google doc.

Si les projets agiles défendent la co-location, Yves nous rappelle que selon Jim McCarthy, celle-ci n’est pas une nécessité : ce qui est nécessaire, c’est une communication avec une large bande passante.

Who is agile ?

Yves a terminé sa session sur quelques reflexions sur la rédaction d’un livre en mode agile, tel que “who is agile ?” a été rédigé.

  • La rédaction d’un livre en mode agile est possible, intégrant des itérations et du feedback. C’est non seulement possible et même souhaitable. Une plateforme comme Leanpub est un grand facilitateur en ce sens.
  • La lecture d’un livre réalisé en mode agile est pr contre moins sympathique.

Jeff Cumps : How to solve your thoughthests impediments

Jeff nous invitait à une session-atelier sur le A3 problem solving. Un réel challenge d’ailleurs car il ne disposait que d’une heure pour nous exposer les principes et nous permettre de les mettre en oeuvre sur une problématique de notre choix.

Je ne vais pas détailler l’atelier ici. Le timing était un peu serré, mais nous avons pu avoir la satisfaction de bien avancer sur nos exemples. Disons que 1h30 aurait probablement été un créneau plus confortable. Mais peut-être pas plus, non plus !

En fait le point positif du temps limité était d’aller droit à l’essentiel sur l’exercice pour en comprendre les points principaux. Ce que Jeff a fait avec clarté. Une très bonne session pour conclure cette journée !

Ambiance, boissons et rencontres

Chaque conférence agile est l’occasion de croiser ou recroiser des passionnés. L’évènement a été ciblé petit par les organisateurs : 70 personnes, donc volontairement peu de buzz autour de ce premier Agile Tour Bruxelles. Un grand “up” pour les organisateurs à propos de la convivialité et de l’ambiance sur cet Agile Tour Belge. Ca donne vraiment l’envie d’y revenir.

Couleur locale oblige, nous avons conclu la journée autour d’une bière.

Un geste sympathique pour les orateurs : un assortiment très couleur locale une fois encore. Que je vous laisse découvrir.

atbru2012-orateursgifts
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s