DSDM Adapté à Scrum

DSDM continue d’intéresser son microcosme, mais celle que je considère comme la moins agile des méthodes agiles a échoué à mon avis à se répandre de manière majeure, contrairement à Scrum. “si tu ne peux vaincre ton ennemi, embrasses-le !”. C’est ce que fait Andrew Craddock, chairman de DSDM en proposant ce framework DSDM adapté à Scrum !

Un article complémente le propos de l’orateur, que je vous propose ici.

Retrouvez cet article et d’autre sur le site du DSDM.

Panorama des méthodes agiles en 2006

Je vous propose à nouveau un peu d’archéologie et de nous replonger en cette année 2006.

Cette présentation faite lorsque j’étais chez Valtech nous présente le paysage des méthodes agiles à cette époque qui nous parait déjà si éloignée…

Have fun !

http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=http://b.scorecardresearch.com/beacon.js?c1=7&c2=7400849&c3=1&c4=&c5=&c6=

Note de lecture : Agile Software Development Ecosystems, par Jim Highsmith

Note: 6 ; Le tribun des méthodes agiles … mais quelle longue narration !

Si vous souhaitez avoir une vue d’ensemble sur les méthodes agiles, quelle en est leur essence, quelles sont-elles et quelles sont leurs différences, alors voici LE livre. Jim Highsmith est lui-même l’auteur d’une de ces méthodes, mais cela ne l’empêche pas de présenter les autres avec une grande honnêteté et égalitarisme. En fait, bien qu’il joue sans ambiguïté dans le camp des agiliste, il met en vis à vis des méthodes présentées les approches traditionnelles plus prescriptives (analyse structurée, UP et basées CMM), toujours avec honnêteté.

Le plus grand défaut de ce livre, à mon avis, c’est sa longueur: il est étonnant de voir cet ouvrage s’étendre sur 400 pages alors que les différentes approches sont seulement survolées (seul leur “essence” est vraiment décrite, et c’est bien). Mais Jim Highsmith est un bavard, et même si leurs valeurs des méthodes agiles tiennent en une poignée d’idée, cela n’empêche pas l’auteur de s’étaler sur de longues pages de texte (les 400 pages ne comprennent quasiment pas de diagrammes ni autres illustrations). Fort heureusement, le style du narrateur n’est pas ennuyeux et sa longue expérience et son importante culture gardent le texte agréable, tout comme les interviews (eh oui!) des gourous des méthodes agiles. La moitié du volume aurait suffit, mais la lecture ne m’a cependant pas paru pesante.

Si un tour d’horizon de l’agilisme vous intéresse, nul autre ouvrage ne saurait remplacer celui-ci.

agile-soft-dev-ecosystems-Highsmith

Référence complète : Agile Software Development Ecosystems – Jim Highsmith – Addison Wesley / ASD series 2002 – ISBN: 0-201-76043-6

Agile Software Development Ecosystems


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/0201760436?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Note de lecture : DSDM, Business focused development, 2nd edition, par Jennifer Stapleton edt.

Note : 5 ; L’agilité, vue par nos voisins anglais.

Tout comme le « XP explained » de Kent Beck, cet ouvrage peut être vu comme l’argumentaire de DSDM que comme la synthèse de la méthode qui est plutôt montrée en filigrane ! N’hésitons pas à le dire, cela nuit beaucoup à la qualité de l’ouvrage (sans préjuger de la qualité de la méthode). Je pense que la raison principale de ce choix est de ne pas empiéter sur les documents du consortium DSDM réservés aux adhérents. Ce genre de choix est toujours délicat, mais un peu malheureux ici, en l’occurrence. Au niveau de la qualité du texte, on remarquera que pour un ouvrage collectif, celui-ci est agréable à lire, il n’est pas trop long, comme c’est souvent le cas dans ce genre de situation, les chapitre sont courts et l’on ne perçoit ni redondance ni différence de style, hormis dans la partie dédiée aux retours d’expérience.

Car l’une des originalités intéressantes de ce livre est de consacrer une moitié de l’ouvrage à des retours d’expérience, judicieusement choisis afin d’éclairer des aspects particuliers de la méthode. Une bonne idée qui devrait être plus souvent reprise.

Si vous vous intéressez à DSDM, ce livre est tout simplement incontournable, car c’est le seul qui existe. Il ne saurait suffire toutefois, et c’est bien dommage, à la compréhension de la méthode. Il faudra pour cela aller surfer sur le site Web ci-dessous, ce qui était probablement un des buts inavoués. Mais cela est franchement un peu pusillanime.

DSDM

Référence complète : DSDM, Business focused development, 2nd edition – The DSDM consortium, Jennifer Stapleton edt. – Addison Wesley / ASD series 2003 – ISBN: 0-321-11224-5

DSDM: Business Focused Development


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/0321112245?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on