If you put people inside a box, do not expect them to think outside of it.

David Marquet

 
Publicité

Note de lecture : A Tour of C++ 2nd edition, par Bjarne Stroustrup

Note : 5 ; Une introduction qui résiste quand même beaucoup sous la dent

S’embarquer pour un tour avec Bjarne Stroustrup, cela ressemble davantage à une descente de rapides qu’à une croisière pour le troisième âge. La première édition s’arrêtait au C++11, celle-ci adresse C++17, avec un regard vers C++20, même si la norme a quelque peu évolué depuis la parution de l’ouvrage.
Le format du livre n’a guère changé : avec 225 pages sur 16 chapitres, il reste dans les canons du volume précédant. On pourrait croire que le premier chapitre à vocation introductive n réserve aucune surprise, mais ce serait sans compter sur la déduction de type avec « auto » ni sur les constexpr qui trouveront leur usage dans le template metaprogramming. Les types utilisateurs du second chapitre introduisent, mais avec si peu de clarté, les enum class qui doivent concurrencer les énumérations de Java et entretien fort perfidement la confusion entre struct et class ! La limpidité n’a jamais été le fort du créateur du C++.

Pour le chapitre 3 consacré à la modularité, ce sont les modules qui sont la grosse nouveauté… à venir dans le C++ 20 ! Mais le texte évoque aussi les évolutions concernant les exceptions et les structured bindings. Le texte est clair, ce qui n’est pas coutumier. Le chapitre 4 se focalise sur les classes et aborde aussi les conteneurs (qui seront aussi abordés plus loin). Peu de nouveautés en vue ici hormis les nouveaux initialiseurs et unique_ptr qui remplace avantageusement l’exécrable auto_ptr (paix à son âme).

Les opérations essentielles, au chapitre 5 aborde, entre autres chose, le move operator et les « références droites ». Le concept est difficile et il faut bien dire qu’il était acquis que cela serait très, très mal expliqué ici. Le détour par le « modern C++ » s’avérera indispensable. L’opérateur littéral est aussi évoqué sans non plus que son usage soit spécialement clair. Les templates sont au menu du chapitre6, ce qui nécessite de s’accrocher car il y a beaucoup de nouveautés ici. Toutefois, les gros morceaux seront d’avantage abordés au chapitre 7. Cela laisse à l’auteur la possibilité d’évoquer les concepts mais sans les présenter ce qui nous laisse joyeusement dans le brouillard. Bien joué.

Lire la suite

Note de lecture : The Black Swan 2nd edt., par Nassim Nicholas Taleb

Note : 6 ; Un texte majeur, mais une prose toujours aussi difficile à aborder !

Ce nouvel opus de Nassim Taleb s’inscrit dans la suite de « Fooled by Randomness » et se focalise cette fois sur les évènements hautement improbables.

Le texte couvre 380 pages hors annexes (elles sont très volumineuses), mais cela m’a paru bien plus long ! Il est structuré en 28 chapitres regroupés en 5 parties. La première partie qui compte 9 chapitres sur 135 pages nous emmène à la recherche de nos validations. Cela nous rappelle beaucoup les biais cognitifs de Daniel Kahneman. Cela est exprimé au chapitre 1 par le « triplet de l’opacité » : l’illusion de la compréhension, la distorsion rétrospective et la surévaluation des faits. Le chapitre 3 introduit 2 concepts majeurs et antinomiques de l’ouvrage : médiocristan et extremistan. Le premier s’appuie sur les évènements courants, et les moyennes tandis que le second met en exergue l’impact des évènements rares. C’est bien évidemment le second qui va intéresser l’auteur. C’est le biais d’interprétation qui va occuper le chapitre 6. Ici, l’auteur part en croisade contre les analyses de causalités induits par ce biais.

Y faisant écho, les « preuves silencieuses » abordées au chapitre 8. C’est l’histoire, telle qu’elle est enseignée qui est critiquée ici : elle raconte une suite d’évènements occultant les preuves silencieuses avec une analyse de causalité construite à postériori !

Lire la suite

Note de lecture : Nudge : Comment inspirer la bonne décision, par Richard H. Thaller & Cass R. Sunstein

Note : 4 ; Un texte qui a bien du mal à garder le cap sur son propos central.

Le « nudge », c’est le coup de pouce pour inciter l’utilisateur à prendre une décision. Il peut être bienveillant ou moins avouable. Dans cet ouvrage, les auteurs défendent l’incitation bienveillante sans réfuter toutefois que l’inverse existe. En tant qu’économistes (et même prix Nobel d’économie) ils défendent farouchement la liberté de choix et une économie farouchement libérale. Ils qualifient leur positionnement de « paternalistes libertaires », le premier terme ayant trait au « coup de pouce » que colore leur positionnement économique.

Le texte compte 410 pages composés de 16 chapitres, eux-mêmes regroupés en 4 parties. Au vu du sujet, c’est un volume que l’on peut qualifier de conséquent, eut égard au sujet. La lecture du texte viendra confirmer cette impression. La première partie « Econe et simples mortels » présente, sur 5 chapitres, la « méthode douce » en allant crescendo. On retrouve au premier chapitre de nombreux éléments d’économie comportementale, avec un certain nombre de biais très bien illustrés. Le second chapitre nous rapproche doucement du sujet central : il y est question de la tentation et des choix irréfléchis. Nous savons que nous opérons un mauvais choix, mais cédons à la tentation en l’absence de freins et en rationalisant nos actes.

Au troisième chapitre il va être question des comportements grégaires, c’est-à-dire de notre inclinaison à suivre les autres. Pris dans l’autre sens, l’incitation sociale est une manière d’infléchir justement les comportements. Nous sommes déjà dans « l’incitation douce ». Cadrer les contextes d’application de l’incitation douce est l’objet du chapitre 4. Pour le résumer, il s’agit des cas de figure où le bénéfice de l’action apparait plus tard et non immédiatement comme dans le cas de la tentation vue précédemment. Cette première partie se clôt sur un élément majeur de l’ouvrage : ce que les auteurs appellent « l’architecture du choix ». Si les éléments de structuration y sont présents (choix par défaut, retour d’information, etc.), ce chapitre est plutôt orienté narratif là où une organisation permettant de mieux repérer les éléments de cette architecture aurait été préférable.

Lire la suite

Note de lecture : Rupture Douce saison 04, Laurent Sarrazin edt.

Note : 3 ; Où l’on tourne beaucoup autour du host leadership et des retours d’expérience

De prime abord, ce nouvel opus fait un peu peur avec ses 550 pages. A y regarder de près, imprimé avec une taille de police adaptée aux générations vieillissantes, c’est moins le cas. Et finalement, en ayant avalé cette prose en quelque jours, le texte ne résiste pas tant que cela sous la dent. Mais est-ce une bonne nouvelle ?

Ce nouvel opus a une coloration très « solution focus ». En soi, ce n’est pas une mauvaise nouvelle. Hélas la plupart des textes n’apportent guère de contribution tangible. Je vais donc me concentrer ici sur les apports que j’ai identifiés.

Le questionnement est toujours un bon outil si il est bien utilisé. Les « questions constructives » de Laurent Sarrazin et Géry Derbier nous en fournissent un petit lot en quelques pages, c’est bien pratique et c’est bien vu. Et c’est bien sûr résolument « solution focus » ! La « cuisine sans recette » est une approche de coaching un peu trop perché pour moi. Le storytelling est aussi un peu trop verbeux à mon goût même si j’avoue qu’il est bien écrit. Mais le texte évoque brièvement la « fenêtre de Johari », une approche instructive à découvrir.

Lire la suite

Note de lecture : Sooner Safer Happier, par Jonathan Smart

Note : 8 ; Passionnant et frustrant tout à la fois.

Jonathan Smart nous propose sa vue à 360° de la pensée Lean / Agile sur le développement de produit. Sa boussole est dans le titre : il faut délivrer plus tôt, de manière plus sécurisée en cultivant la joie (OK ma formulation n’est pas très heureuse. En fait l’auteur nous assène cette phrase jusqu’à la nausée (et en gras dans le texte pour faire bonne mesure) et au-delà. Et cela lui coûte 1 point d’un livre par ailleurs excellent, comme nous allons le voir.

L’ouvrage compte près de 400 pages pour 9 chapitres, ou plutôt 10 car il me faut y ajouter le chapitre 0 ! Le corps du texte est composé des chapitres 1 à 8 qui sont autant de thèmes où sont développés des anti-patterns puis des patterns. Revenons au chapitre 0 « how we get here », qui nous dispense un peu de perspective sur l’agile, le Lean et le devops en se focalisant sur leur raison d’être. C’est une introduction classique mais réellement bien faite.

Le chapitre 1 est consacré à « l’outcome ». C’est surtout pour l’auteur l’occasion de développer ce fameux « business value sooner, safer & happier ». Les anti-patterns présentent peu d’intérêt et le pattern se résume assez bien par le « focus on why, empower the how ». Un chapitre qui est surtout une déclaration d’intention. Le second chapitre « achieve big through small » attaque un thème qui m’est cher : découper un (gros) problème en petits morceaux. Il s’attaque également au super-gorille à la mode : l’agilité à l’échelle… en proposant le dé-scaling. Quand on y rajoute la « règle du 1 », j’ai l’impression de retrouver mes recettes personnelles !

On retrouve le combat contre l’agilité « à taille unique » au chapitre 3. Le propos y a moins de force et j’y retiens surtout les 3 types culturels de Westrum, mais la référence au « Shu Ha Ri » me plait aussi, bien sûr. Le chapitre 4 est dédié au leadership. Je classerais le propos dans les modernes / classiques. Si l’auteur centre bien le sujet sur la complexité, la posture promue reste celle du « servant leader », alors que nous sommes plutôt dans l’ère du leader créateur de leaders ou du host leader. Cela reste toutefois un bon chapitre.

Si le titre du chapitre 5 « construire les bonnes choses » est plutôt abscons, le contenu va retenir notre attention. Tout d’abord en abordant avec pertinence les value stream mapping, sujet souvent abstrait pour ne pas dire mal compris, puis la question du portefeuille, dans la continuité. Ensuite en promulguant le « triumvirat des rôles » à chaque niveau de l’organisation. L’idée peut être critiquable, mais elle se défend. On pourrait s’en doute, le chapitre 6 évoque le « bien construire les choses ». L’auteur y développe le concept de « safety team » qui peine à se démarquer de la désormais traditionnelle équipe pluridisciplinaire. Il est aussi question d’aligner l’équipe sur des values streams, un sujet mieux développer dans Team Topologies. Un chapitre honorable malgré tout.

Lire la suite

Note de lecture : Waltzing with Bears, par Tom DeMarco & Timothy Lister

Note : 6 ; La continuité de Peopleware, mais décevant quand même

Ce nouvel opus du binôme DeMarco – Lister est dédié à la gestion du risque, la « gestion de projet pour les adultes » comme le disent si bien les auteurs. L’originalité de ce court opuscule est l’approche « probabilistique » du risque, au contraire de la plupart des approches qui voient la gestion des risques comme un phénomène binaire.

Malgré la petite taille de cet opuscule qui ne compte que 175 pages, les auteurs sont parvenus à découper celui-ci en 5 parties pour un total de 23 chapitres ! Il faut donc s’attendre à ce que ces derniers soient plutôt courts. Le propos est par ailleurs assez dense, on le verra. La première partie tente de répondre au « pourquoi » de la gestion des risques, sur un peu moins de 30 pages réparties sur 4 chapitres. Elle s’ouvre sur un chapitre abordant l’attitude des projets par rapport aux risques, dont les auteurs nous assènent qu’ils doivent être vus comme des opportunités. Cela se résume bien par la citation d’ouverture : si un projet n’a aucun risque, ne le faite pas ! Au second chapitre, on découvre quelles sont les activités de la gestion de risque. Cela nous amène à comprendre que, ainsi que les auteurs l’énonce dans le titre du chapitre, que la gestion de risque, c’est en définitive la gestion de projet pour les adultes.

Le 3ème chapitre est un interlude, où l’absence de gestion de risque est illustrée via la gestion des bagages du nouvel aéroport de Denver. Un propos précis, agréable à lire et mettant en évidence les lacunes de gestion des risques. C’est un plaidoyer pour la gestion des risques qui enfin conclut cette première partie. Il liste en une dizaine de points les avantages à tirer d’une gestion des risques sérieuse.

Lire la suite