Note de lecture : Le système X Window, par Oliver Jones

Note : 7 ; X Window (enfin) abordable !

Pas facile de trouver un livre abordable sur la programmation X Window. Il faut dire que le sujet est plutôt un gros morceau. Je ne peux me targuer d’être un spécialiste du sujet, et ce livre m’a paru de bonne facture, du moins pour une introduction sur le sujet.

L’ouvrage accuse quand même près de 500 pages réparties sur 12 chapitres, hors annexes. Avec 70 pages, elles ne constituent pas une partie négligeable, mais leur intérêt est assez varié : par exemple le listing des polices de caractères est plutôt fastidieux et d’un intérêt limité. Le premier chapitre introduit X Window, d’un point de vue principe de fonctionnement, d’un point de vue architecture et d’un point de vue structuration des toolkits. X Window est un système complexe et le positionnement des toolkits est particulièrement important à comprendre. Un chapitre bien écrit et posant de bonnes bases. Le chapitre 2 poursuit par une « introduction opérationnelle » via le célèbre « hello world » version X Window, donc nécessairement un peu compliqué, mais bien expliqué. Mais pourquoi diable avoir traduit en français le programme, y compris les noms de variables ?

Le chapitre 3 aborde les concepts de X Window. Avec une quarantaine de pages, c’est l’un des plus conséquents de l’ouvrage, mais ce n’est pas non plus le plus digeste. Malgré quelques extraits de code, le propos reste très conceptuel et l’auteur nous laisse parfois le soin de faire le lien entre les différents concepts. Le chapitre est toutefois incontournable pour bien aborder la suite. Plus imposant encore avec 80 pages, le chapitre 4 consacré aux fenêtres explore en profondeur ce concept central de X Window. L’auteur balaie bien dans les coins, depuis la structure jusqu’à la gestion des évènements en passant par les états et la description exhaustive des différentes structures manipulées. C’est quelque peu fastidieux mais plus concret que le chapitre précédent. Ce sont ensuite plus d’une centaine de pages consacrées à l’affichage de graphiques dans ces fenêtres au chapitre 6. Le propos est très complet, depuis la gestion des canaux, jusqu’à l’affichage de texte, en passant par l’affichage de bitmaps, de figures et l’usage de copier-coller et autres joyeusetés. L’approche est agréable, voir ludiques avec chaque fois des extraits de code pour illustrer chaque concept.

La gestion des couleurs est toujours complexe quand on ne fonctionne pas en « vrai couleurs », ce qui est hélas le cas ici. C’est même pire avec X Window avec nombre de concepts en plus des trop classiques palettes. C’est sans doute pourquoi on en prend pour 60 pages au chapitre 7. Heureusement, les explications sont claires. L’affichage des bitmaps et des images m’a toujours paru compliqué avec Windows, c’est avec plus de résignation que de surprise que je retrouve là cette complexité, mais la qualité du texte compense. Par contre la complexité de la gestion de la souris au chapitre 9 est plus inattendue, et hélas le texte se montre bien plus austère ici.

C’est au tour du clavier d’être abordé au chapitre 10. Les 35 pages qui lui sont accordées nous rappellent que le sujet n’est pas aussi anodin qu’il n’y parait. Il suffit de voir la structure données associée aux évènements clavier pour s’en convaincre. Mais cette fois encore l’auteur fait du bon travail pour traiter les différents volets de manière structurée. Par contre la traduction systématique d’absolument tout est plus gênante encore ici qu’ailleurs. La gestion avancée des évènements a surtout trait à la recherche des évènements ou à la consultation des évènements et d’autres opérations plus funky encore. Ce ne sont pas des choses que l’on utilise tous les jours, et je dois avouer que mon attention n’était pas au maximum ici. L’ouvrage se referme sur les échanges entre applications. Le sujet est un peu touffu, mais surtout il est abordé ici de manière un peu brouillonne et hélas avec peu d’exemple. De quoi nous acculturer au sujet, mais pas réellement de quoi l’exploiter, hélas.

Ce livre fait un peu le pendant de l’ouvrage de Charles Petzold pour X Window : Les explications sont abondantes, les diagrammes explicatifs nombreux, mais les exemples de code peut-être trop courts pour être opérationnels dans bien des cas. Le sujet X Window est particulièrement complexe, de par son architecture, sa modularité et l’ouverture de ses possibilités. Il est facile de s’y perdre. Ce livre est certainement un bon choix pour se mettre le pied à l’étrier.

Référence complète : Le système X Window – Oliver Jones – InterEditions 1992 (Prentice Hall 1991) – ISBN: 2-7296-0377-8

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.