Note de lecture : How to Make Sense of Any Mess, par Abby Covert

Note : 4 ; Puzzle de réflexions à assembler soi-même.

Abby Covert est « information architect ». Cet opuscule a pour but de nous livrer la substantifique moelle de ce que l’auteur considère comme l’essence de l’architecture d’information. Il mérite le qualificatif d’opuscule par sa brièveté : moins de 160 pages de petit format, avec un concept par page (soit environ 1 minute ou 2 de lecture chaque fois). L’ensemble est structuré en 7 parties.

La première d’entre-elle « Identify the mess » occupe 18 pages. Ce chapitre est lui-même un peu le bordel. Abby Covert s’interroge sur la nature de l’information (ni de la data, ni du contenu) et sur la complexité (de l’information, des utilisateurs…). Bref, beaucoup de choses forment le « mess ».

Le second chapitre couvre nos intentions sur 15 pages. Il s’agit presque d’un mini-traité de coaching. L’auteur cherche à nous aider à décrire ce que « bien » veut dire pour nous. Pour enchainer sur le triptyque « Pourquoi » – « quoi » – « comment » connut des lecteurs de Simon Sinek. J’ai toujours du mal à raccrocher cela au sujet du livre.

Avec une trentaine de pages, le chapitre 3 « face reality » est le plus solide du livre, le plus concret également. Le point fort de ce chapitre est la présentation d’une dizaine de représentations : journey map, mind map, hiérarchies, gantt, etc.. Chaque fois agrémenté d’un propos sur l’usage de la représentation.

Le chapitre 4 « choose a direction », s’attache fort aux concepts manipulés. D’abord avec le niveau sémantique des objets manipulés, des lieux et des manières de les assembler. Enfin l’auteur met l’accent sur le langage (noms et verbes) et ontologies, c’est-à-dire organisation des termes. Un chapitre un peu abstrait mais qui touche au cœur de l’organisation de l’information.

Le chapitre 5 s’intitule « measure the distance ». Ici on évoque l’idée de se fixer des buts et de mesurer les progrès. Fort bien, mais j’ai du mal à voir le lien avec le sujet…

L’avant-dernier chapitre « play with structure », fait contrepoint au chapitre 3. On y évoque hiérarchies, hétérarchies et hyperliens, mais aussi taxonomies, exactes ou ambiguës, et facettes. Au final pas mal d’éléments, même s’il revient encore au lecteur de découvrir quoi en faire.

Le livre se referme sur « prepare to adjust », qui… ne nous apporte pas grand-chose.

Je ne suis pas certain d’en savoir plus long sur le sujet qu’en commençant ma lecture. L’ouvrage me donne l’impression d’un bloc-notes à destination de l’auteur, qu’elle accepte de partager avec nous. Mais il s’agit alors d’un puzzle qu’il nous appartient d’assembler. Certains morceaux m’intéressent, tandis que je ne sais que faire de certains autres. Je reste largement sur ma faim.

How to Make Sense of Any Mess, par Abby Covert

Référence complète : How to Make Sense of Any Mess – Abby Covert – CreateSpace 2014 – ISBN: 9781500 615994

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.