Note de lecture : Explore It ! par Elisabeth Hendrickson

Note : 9 ; L’approche agile appliquée aux tests exploratoires : brillamment et efficacement exposé par une pionnière de l’agilité !

Me voilà réconcilié avec les tests exploratoires ! Les fameux tests du 4ème quadrant du framework de Brian Marrick, ceux qui servent à critiquer le produit « après coup » ! Il est vrai qu’Elisabeth Hendrickson n’est pas n’importe qui. Et force est d’avouer que les 150 pages de cet ouvrage couvrent bien la question et donnent des réponses efficaces à mes doutes.

Le texte est découpé en 13 chapitres regroupés en 3 parties. La première d’entre-elles « Establishing Foundations » comprend les 5 premiers et compte 55 pages. Le premier d’entre-eux traite sur 6 pages le plaidoyer pour le test exploratoire que l’auteur considère complémentaire à l’exploration.

Le second chapitre est sans doute le plus important du livre car il présente « l’exploration charter » qui est au test exploratoire ce que la User Story est à la spécification agile ! L’auteur y présente de manière claire et détaillée comment créer des charters à la fois focalisés mais gardant assez de liberté pour permettre l’exploration. 13 pages très bien utilisées.

Au chapitre 3, « observe the détails », l’auteur propose sur 7 pages un ensemble de techniques pour aller chercher l’information cachée, les comportements inattendus, anecdotes à l’appui. Comment aussi peu de pages peuvent-elles être aussi bien utilisées ? Mystère…

Les variations sont le nerf de la guerre de l’exploration, c’est à ce sujet que s’attaque le chapitre 4 sur 12 pages. Il n’y a peut-être pas de grosses surprises, mais une fois encore Elisabeth Hendrickson fait le tour de la question consciencieusement.
Le dernier chapitre de cette première partie est consacré à l’évaluation des résultats. Peut-être le moins intéressant finalement. Mais tout est relatif et les 9 pages consacrées au sujet valent bien la lecture.

La seconde partie « adding dimensions » couvre 4 chapitres sur près de 50 pages. On débute par le chapitre 6 « vary sequence et interactions » qui propose une technique simple et originale consistant à combiner verbes et noms découverts dans l’interface du système. Voilà 6 pages bien employées.

Au chapitre 7, c’est aux entités et à leurs relations que l’auteur nous propose de nous intéresser au grée de ce 7 pages. En découvrant les entités évidentes par le biais des interfaces, mais aussi celles qui le sont moins. Encore une fois un ensemble de petites techniques pour décupler votre efficacité !

11 pages sont dédiées à la découverte des états et des transitions, sujet du chapitre 8. Un thème des plus originaux qui amène l’auteur à découvrir de nouvelles voies d’exploration en découvrant la « modalité » des interfaces. Excellent !
Cette seconde partie se conclut par les 9 pages du chapitre 9 qui nous lance à l’assaut de l’écosystème, c’est à dire des connexions du système avec le monde extérieur, afin de rechercher sont comportement littéralement aux limites !

La 3ème partie est forte de près de 50 pages et comprend 4 chapitres. Intitulé « put it in context », il nous lance à l’assaut de différents contextes applicatifs. Le premier d’entre-eux, au chapitre 10, nous invite à couvrir le cas des systèmes sans interface utilisateur sur une dizaine de pages. Il s’agit du cas d’API ou de web services, par exemple. Ce n’est pas le meilleur chapitre.

Au chapitre 11, c’est à l’exploration d’un système existant que s’attaque l’auteur sur ces 10 pages. Elle utilise pour cela ce qu’elle appelle des « recon sesions », mais aussi le croisement avec des interviews. Intéressant. Très.

La douzaine de pages du chapitre 12 va plus loin. On y teste les exigences ! Cela ressemble pas mal à ce que l’on essaie de faire dans les « acceptance tests workshop ». Comme disent les jeunes : je plussoie.

Enfin le dernier chapitre consacre 12 pages à la place du test exploratoire dans le processus de développement, particulièrement XP. Rien de vraiment révolutionnaire, mais c’est fort bien dit ! Le livre est complété par deux courtes annexes. Courtes, mais intéressantes : elles concernent des éléments d’interview pour le recrutement et un résumé des éléments d’heuristique d’exploration.

Assurément, le livre est court. Ce n’est pas la moindre de ses qualités. Il est aussi bourré d’éléments pratiques, d’une démarche, d’un savoir faire et d’exemples. De plus il est fort bien écrit. En un mot : indispensable !

Explore It !
Référence complète : Explore It ! – Elisabeth Hendrickson – Pragmatic Bookshelf 2013 – ISBN : 978 1 93778 502 4

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s