Améliorer la société au Product Tank

Ce nouveau rendez-vous du Product Tank avait aujourd’hui un focus très clair et très particulier : des produits qui n’en sont pas … et surtout qui sont là pour améliorer la société. Nous étions accueillis à cette occasion au John Paul Lounge, un espace ouvert sur les Champs Elysées !

image

Un petit comité hélas pour un sujet pourtant si particulier et une soirée qui s’avèrera riche d’enseignements.

Open Food Facts

Pour ouvrir la soirée, Stéphane Gigandet nous parle d’Open Food Facts. Et Open Food Facts, c’est avant tout une association loi de 1901, avec uniquement des bénévoles à son bord ! D’ailleurs Stéphane ne se définit pas comme un Product Manager, mais comme un « Product Opener » ! Et ouvert, la base de données d’Open Food Facts l’est, car disponible en open data et sous license Open Database !

Le but, ou la mission devrais-je dire, qu’openfoodfacts.org s’est imposée, c’est d’améliorer la transparence sur la constitution des aliments, donc sur la qualité nutritive de ce que nous achetons, en décryptant les labels ! Et avec plusieurs milliers d’additifs en cours sur le marché, il y a du boulot. Surtout que ceux-cis s’efforcent d’être le moins compréhensibles possibles.

image

Notre orateur du jour est informaticien. Il a d’ailleurs développé les outils que propose Open Food Facts. Notamment, l’application mobile permettant la saisie et la reconnaissance des produits. En fait, il semble bien tenir le projet à bout de bras ! L’inspiration du modèle de fonctionnement vient de Wikipedia : utiliser le crowdsourcing pour aider à décrypter les produits. Aujourd’hui la communauté compte plus de 1000 contributeurs.

Au fait, pourquoi « Product Opener » ? Stéphane nous avoue qu’un tel projet ne peut être dirigé. Subordonné au bénévolat, il ne s’étend pas en fonction des besoin, mais des motivations des contributeurs. L’organisation veut cette base d’intérêt public, elle est donc librement accessible via des API JSON. Mais des projets naissent aussi au sein même d’Open Food Facts :

  • Projet de « science citoyenne ».
  • Repérage de produit contenants du lactose ou du gluten
  • Produits contenant de l’huile de Palme
  • Projet d’archéologie alimentaire, etc.

Bref, Open Food Facts, c’est bien plus que le repérage des ingrédients sur l’étiquette !

image

Aujourd’hui, l’ambition s’étend aux produits de beauté, et aux produits en dehors de la France. De grandes ambitions et un bel état d’esprit !

Open Data Gouv, avec Pierre Pezziardi

Pierre est quelqu’un qu’il est facile de croiser dans différentes communautés, par Exemple, à Agile France. Aujourd’hui, il vient nous parler d’Open Data Gouv, un projet dans lequel il est pleinement impliqué. A la base, il s’agit d’un projet de référencement des données libres. La première question qui s’est posée est : comment évaluer le succès. Par le nombre de réutilisations, par le nombre de personnes réutilisant ces données ! C’est une direction qui a induit la voie suivie par le site qui est passé d’un CMS a un réseau social, et s’est efforcé de suivre les canaux d’engagements.

Cette plateforme s’est voulue résolument en rupture avec les règles établies de l’administration, d’où la nécessité de la créer en dehors d’elle ! Car on ne peut innover dans la structure, on ne peut qu’y reproduire ses codes. Au contraire du principe de méfiance qui prévaut dans l’adminsitration, tout ici est basé sur la bienveillance avec un contrôle à postériori, car les utilisateurs peuvent publier leurs données ! Ils peuvent même reprendre les bases de l’administration pour les rendre plus exploitables ! En pratique, il y a peu de spam.

image

Le co-design est aussi un pilier important de ce travail. Il permet essentiellement deux choses :

  • Engager les personnes dans la création du produit. Celui-ci étant développé selon un cycle Lean Startup.
  • Régler le problème du « démarrage à froid » propre aux réseau sociaux : lors de l’ouverture des portes, il y a déjà beaucoup d’inscrits !

Pour autant, beaucoup d’obstacles se dressent :

  • Ouvrir les portes de l’entreprise pour y mettre l’utilisateur, voilà qui n’est pas naturel !
  • Certaines organisations ont transformé le monopole sur certaines données en rente économique … quand bien même celles-ci sont de mauvaise qualité !

Le but d’opendata.gouv et de libérer les données, inviter tout un chacun à y contribuer, bref faire jouer le crowdsourcing à l’image d’openstreetmap.org ou d’openfoodfacts.org que nous venons de voir. On ne peut avoir des référentiels larges et profonds seuls, il est indispensable de mener ce travail collectivement.

Un point réccurent du raisonnement de Pierre est la recherche des « irritants », il appelle ainsi des problèmes qui se répètent sans arrêt. Ces irritants sont l’occasion de développer de nouvelles possibilités. C’est ainsi qu’est né le Marché Publique Simplifié.

En conclusion

Nous avons eu la chance d’avoir deux interventions non seulement très vivantes, mais aussi très riches. Bien sûr, pour Pierre, on savait déjà. Cela dit ce meetup se distingue surtout par son thème éthique : faire du bien à la société, apporter une destruction créatrice.

Sur ce, je dois me sauver, une Scrumbeer (ou ce qu’il en reste) m’appelle…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s