Note de lecture : Specification by Example, par Gojko Adzic

Note : 8 ; La référence sur le développement guidé par les tests. Book of the year 2014 !

Régulièrement, je retarde le moment d’ouvrir un livre que je sais excellent (de réputation) et qui prend la poussière sur une de mes étagères. Ce livre est de ceux-là ! Bien que Manning nous gratifie de temps en temps de titres non-techniques, il est assez étonnant de trouver celui-ci chez cet éditeur, probablement parce que ce n’est pas un livre pour remplir un vide thématique.

Il s’agit bel et bien d’un texte nous proposant un regard novateur sur les tests d’acceptance, même si l’auteur rappelle régulièrement au fil des pages qu’il fait suite à son ouvrage précédent « The Communication Gap ». Ce n’est pas non plus un livre très facile à lire, non qu’il soit volumineux car il ne compte que 250 pages, mais il s’appuie essentiellement sur de nombreux témoignages qui transforment le fil conducteur en une sorte de patchwork. Evidemment, ces nombreux témoignages qui sont autant de cas d’étude font beaucoup pour la crédibilité du texte qui est ainsi à la fois un travail digne d’un universitaire et l’œuvre d’un praticien de terrain. Venons-en au contenu.

L’ouvrage se découpe en 3 parties inégales. La première d’entre-elles ne compte que 60 pages réparties en 4 chapitres. Le premier chapitre nous laisse un peu dans le flou, il s’agit surtout d’un argumentaire étayé de témoignages sur la raison de s’intéresser à la spécification par l’exemple. On rentre dans le dur au chapitre suivant qui aborde la manière dont Gojko Adzic voit s’articuler le besoin depuis les « business goals » jusqu’à la « documentation vivante ». Les aspects amont sont par ailleurs l’objet de son ouvrage suivant « impact mapping ». On y apprend incidemment pourquoi l’auteur préfère « spécification par l’exemple » à « développement guidé par les tests d’acceptance ». Un chapitre à ne rater sous aucun prétexte ! Le chapitre 3 « living documentation » offre pour moi peu d’intérêt, sauf peut-être celui de couvrir le schéma de processus que l’auteur nous a exposé au chapitre 2 ? La spécification par l’exemple ne se veut pas une pratique spécifique aux projets agile, bien que ce soit un terrain de jeu naturel. Au chapitre 4, l’auteur aborde différentes façon de basculer d’un projet classique à l’écriture des tests en amont sous forme de patterns (bien qu’ils n’en empruntent malheureusement pas la forme).

La seconde partie est la plus imposante du livre, avec environ 130 pages et 6 chapitres. C’est le cœur de l’ouvrage. Les 11 pages du chapitre 5 « deriving scope from goal » sont un prélude à « impact mapping » et on y retrouve les mêmes thèmes. Je ne peux qu’en recommander la lecture. Le chapitre 6 est un de mes thèmes préférés car on y évoque la spécification collaborative. Tous les patterns de cette vingtaine de pages valent de l’or. J’applique déjà certains d’entre eux mais trouve ici des éléments pour m’améliorer. Encore un chapitre à ne pas rater.

Les deux chapitres suivants sont au cœur de l’ouvrage. Le chapitre 7 aborde l’écriture même des tests, comment les concevoir, comment les penser pour couvrir une spécification. Là encore ce sont des patterns desquels se dégage une stratégie claire et précise : sur la conception des tests, des cas passants et non passants, des données de test et des exigences « non fonctionnelles » ! Le chapitre 8 est un approfondissement du précédent, avec un accent mis sur les antipatterns.

Il était probablement difficile de parler de ce sujet sans évoquer les questions d’automatisation. C’est ce que font les 2 chapitres suivant. Le chapitre 9 évoque les options techniques d’automatisation y compris l’épineuse question des IHM. Le chapitre 10 se préoccupe surtout de l’intégration de ces tests dans des plateformes d’intégration et des stratégies possibles : isolation des systèmes tiers, plusieurs niveaux de validation, etc. Le chapitre 11 qui clos cette partie reprend le thème de la « documentation vivante ». Les patterns n’y sont pas sans intérêt, mais il reste le chapitre le plus léger de cette partie.

La Troisième partie est consacrée aux études de cas, c’est à dire les projets principaux (pas tous) qui ont donné la matière au livre. Des 7 chapitres qui la compose, 6 sont consacrés à ces études de cas sur 40 pages. J’ai eu du mal à me passionner pour cette partie. Y sont exposés les challenges auxquels ces différents projets ont été exposés à leur passage à le spécification par l’exemple, pourquoi ils l’ont fait et ce qu’il y ont appris.

Le dernier chapitre du livre nous livre les conclusions de l’auteur. L’une des plus importantes me semble être le passage d’une pratique des tests basée sur la défiance (coûteuse et inefficace), à une dynamique basée sur la collaboration et la confiance. Pas étonnant que cette pratique marche mieux en milieu agile.

L’ATDD ou plutôt la spécification par l’exemple est aujourd’hui ce que je considère comme un des plus forts effets de levier pour un projet agile, une fois acquis les pratiques d’ingénierie. L’auteur aborde les différents aspects (collaboration, processus, écriture et conception) avec un regard aiguisé que corrobore des données de terrain. En le lisant, je suis passé du « waouh effect » au « mais bien sûr » jusqu’à « ah oui, c’est ce que je fais et ça marche du tonnerre ». Cet éventail de réactions me rappelle la lecture du Design Patterns. Une autre façon de dire que je pense qu’il s’agit là d’un texte majeur !

image

Référence complète : Specification by Example, How successful teams deliver the right software – Gojko Adzic – Manning 2011 – ISBN : 978 1617290084

Specification by Example

https://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/1617290084?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s