… Et Neo4J devint CMS !

Lors de ce Meetup Neo4J de Janvier, toujours dans le zLocalHost de Zenika, nous avons pu découvrir Structr, et comment il adresse la problématique du CMS. Ou du moins, nous allons le faire.

Cédric Fauvet au pas de charge !

Cédric commence par sa très classique introduction à Neo4J. Introduction un peu écourtée d’ailleurs : c’était la soirée des problèmes techniques et il a fallu rattraper le temps perdu.

Le temps tout de même de donner quelques nouvelles de la communauté et de l’actualité. On s’attardera quelques instants sur la dernière référence Française : Meetic ! Bien entendu, comme pour Viadeo, le but est la recherche d’adéquation de profiles. Ce n’est d’ailleurs pas une première expérience pour Neo4J qui a équipé d’autres sites de rencontre avant de s’occuper du n°1 européen.

Autre nouvelle intéressante : la mise à disposition de cours en ligne ! J’ai hâte d’aller voir ça…

Structr

Axel Morgner est fondateur de Structr, il est venu spécialement de Frankfort pour évoquer son usage de Neo4J. Après avoir longtemps travaillé dans le domaine du CMS, il a décidé de changer d’horizon, de faire autre chose. Il a découvert Neo4J, et a décidé de construire avec … un CMS !

image

Structr c’est une société mais aussi un logiciel open-source. La motivation ? Construire des sites web dynamiques avec du contenu. La première release de la bête est apparue en 2011.

La première itération : c’est une classique webapp standalone, dont la partie front utilise freemarker.

Les choses changent radicalement en seconde itération ! C’est d’abord un changement de scope : Structr devient un pur back-end, le front-end est abandonné ! Le produit assure un mapping bidirectionnel entre JSON et le graphe. Et le produit intègre une notion de schéma et de contraintes (avec même une gestion des suppressions en cascade), des choses qui vont bien plus loin que les évolutions apportées par Neo4J 2.0 !

L’interface utilisateur revient en 3ème itération, mais elle s’est faite HTML5 ! Elle permet l’édition sur place, la visualisation des liens entre pages, etc…

Démo time !

Axel nous fait bien sûr une petite visite guidée de la bête. On commence fièrement par un import de page que l’outil digère pour le transformer en graphe. On peut utiliser alors l’édition sur place pour importer ou saisir du contenue … ou faire référence à du contenu dans le graphe, via des requêtes Cypher, par exemple !

image

La sécurité n’est pas en reste et elle se configure sur les noeuds. Elle est bien sûr transitive, suivant les liens “contains”. L’IHM est aussi synchronisée entre les clients, permettant l’édition de contenu collaboratif.
Mais tout cela, c’est du statique. Du “boring stuff” comme le dit Axel. Structr gère la dynamicité du contenu, en partie du fait qu’il ne gère pas de cache et se repose sur la performance de neo4J. L’une des clés est la référence qui peut être faite depuis les pages vers du contenu structuré lui-même dans le graphe.

Pour cela il faut créer un projet “data type”. C’est lui qui permet la structuration des données et les contraintes dont nous avons parlé plus haut. On y crée aussi des bindings qui peuvent être référencés par des noms symboliques.

L’une des question que je me posais pendant que la démo se déroulait concernait les contenu volumineux, de type “blob”. On sait que Neo4J n’est pas fait pour cela. Qu’a cela ne tienne, les data types peuvent référencer des fichiers ou même des répertoires ! Au-delà de cela, il y a aussi des concepts de “web components” et de “shared components area”, mais ne m’en demandez pas plus, car j’ai un peu perdu le fil à ce moment là !

Malgré quelques petits accrocs lors de la démo, il faut avouer que cette gestion de contenu est pour le moins étonnante et résolument différente de ce qui se fait !

Teasing

Cédric souhaitait innover en donnant une minute de parole au débotté à des participants du Meetup ayant un projet avec Neo4J.

Un étudiant de Supinfo Lille (désolé, je n’ai pas noté son nom) nous a donc parlé de son projet d’étude : un “Dropbox like” intégrant une dimension sociale de partage. L’utilisation de Neo4J permet ici de représenter les structures de fichiers, répertoires, partages et droits, tandis que les contenus eux-même peuvent être répartis sur différents serveurs de stockages, ces contenus étant simplement référencés dans le graphe.

Quand Sébastien Just est venu nous parler de Seij, j’ai cru que Structr venait de trouver son frère jumeau ! J’ai pu discuter un peu avec Sébastien et suis maintenant convaincu que ce n’est pas le cas. Certes les deux applications partagent nombre de concepts : le CMS basé sur des graphes Neo4J et la possibilité de constituer son contenu en assemblant les éléments issus des noeuds. Mais là où Structr s’appuie sur une structuration et un typage fort, Seij s’enorgueillis de son approche “free form”, un peu comme si l’on avait un Excel pour la gestion de contenu. Des concepts très proches mais un ciblage client très différents en font deux produits qui ne se comparent finalement pas. J’espère que Sébastien aura l’occasion de revenir nous le présenter et nous en parler !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s