Note de lecture : C++ Programming style, par Tom Cargill

Note : 7 ; De bons conseils d’experts pour ceux qui pratiquent déjà le C++. Moins indispensable que les 2 livres de Scott Meyers.

Ce livre fait partie de la série d’ouvrages dont fait également partie “Effective C++”, qui constitue chacun des avis d’experts sur le développement en C++. Dans son volume, Tom Cargill s’attache à prodiguer des conseils sur la conception des classes en C++ : surcharge d’opérateur contre fonction membre, utilisation de l’héritage, etc… Il adresse donc des préoccupations différentes de celles de Scott Meyers. Un aspect non négligeable est la relative concision du texte qui noircit juste un peu plus de 220 pages avec une proportion de code je pense un peu supérieure à 30%. Le contenu, justement est divisé en 9 chapitre, le 10ème étant un résumé des règles établies au fil du texte.

Le premier chapitre couvre la notion d’abstraction. C’est réellement un fondamental de cet aspect de la conception, dans le principe indépendant de C++, mais illustré avec C++. Le second complète harmonieusement le propos en traitant de la consistance. Une approche intéressante qui consiste ici à s’intéresser à différentes facettes de la consistance d’une classe : contractuelle, sémantique et physique. Je mets dans le même lot de chapitres ayant d’avantage trait à la conception qu’au C++, le chapitre 3 traitant de « l’héritage inutile ». En gros, ce sont les cas où la délégation est préférable à l’héritage. Un chapitre un tout petit peu plus faible que les deux précédents.

On est d’avantage dans le C++ au chapitre 4 qui évoque les méthodes virtuelles. C’est un peu brouillon, difficile de voir où l’auteur veut en venir, Mais les conseils sont valables. J’ai préféré le chapitre 5 qui couvre la surcharge d’opérateurs, sujet délicat s’il en est.

Retour à des questions de conception au chapitre 6 qui est dédié au wrapping, en l’occurrence l’enrobage de familles de fonctions C dans des classes. Un sujet qui m’était important à l’époque et très bine traité ici.

Arrivée au choses sérieuse au chapitre 7 : l’efficacité. Un chapitre hélas un peu moins palpitant que ce que j’aurais escompté : ça tourne beaucoup autour de l’allocation dynamique, sur un cas d’étude « BigInt ». Les 35 pages de l’étude de cas qui suit ne sont pas mes préférées du livre. Un peu comme au chapitre 4, je ne vois pas trop où on veut en venir. Par contre le chapitre 9 sur l’héritage multiple est à lire absolument : il permet de bien appréhender les subtilités des différents cas de figure où l’héritage multiple peut vous entrainer.

C’est un livre moins indispensable que le Scott Meyers, mais d’une lecture agréable. Une des originalité du format de Tom Cargill est de proposer en fin de chapitre des références bibliographiques pour approfondir les sujets, et des exercices (hélas, sans les corrections). Comme je l’ai dit, le texte est concis : le lecteur non marathonien peur en venir à bout en une semaine ou deux. Si l’on peut s’estimer déçu en premier abord, je pense que ce texte permet surtout de renforcer les fondamentaux. A ce titre, c’est une très bonne lecture.

C++ Programmin Style

Référence complète : C++ Programming style – Tom Cargill – Addison Wesley 1992 – ISBN: 0-201-56365-7

C++ Programming Style


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/0201563657?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s