Note de lecture : The Annotated C++ Reference Manual, par Margaret A. Ellis & Bjarne Stroustrup

Note : 6 ; Extrêmement austère, mais indispensable pour connaître le détail de comportement du langage … avant la norme !

 L’ARM est un ouvrage qui fait plus que dater (il a été écrit en 1991), et il aurait dû être relayé par un ouvrage équivalent traitant du langage tel qu’il a été standardisé. Des documents de standardisation du langage ont bien été publiés (pour le C++ 98 et le C++ 11), mais ce livre reste LE livre de référence sur le langage tel qu’il fut définit au départ. Il s’utilise comme tel, par conséquent sa lecture linéaire est extrêmement difficile, voire inutile. Il a servi de document de départ au comité de normalisation ANSI, et bien que certaines assertions soient désormais invalides, Il s’agit bien là de la description (sèche) la plus exhaustive du langage actuellement éditée. Ce livre ne peut aider que les développeurs très aguerris dans le langage, ayant besoins de lever des ambiguïtés à des fins de portabilité du code, de génération de code, etc..

Ouvrons un peu la bête pour voir ce qu’elle a dans le ventre. Malgré un volume apparemment modeste, le texte compte 440 pages sur 19 chapitres et aucune annexe. En fait, le livre lui-même pourrait être considéré comme une grosse annexe !

Je passe le chapitre 1 d’introduction qui replace le C++ dans son contexte historique. Le chapitre 2 évoque succinctement des éléments de syntaxe : les mots-clés, ce qu’est une constante littérale, etc..

Les choses sérieuses commencent au chapitre 3 où l’on traite des bases, à savoir des déclarations et des portées de celles-ci. En conséquence, on évoque bien entendu les déclarations static et extern et la façon dont elles sont appréhendées par le linker. Et on traite aussi de classes de stockage. Les types de base et leurs dérivés sont aussi évoqués.

Le chapitre 4 est très court et exclusivement dévolu aux conversions, qu’elles soient numériques ou qu’elles portent sur des pointeurs ou des références. On a droit à un des rares diagrammes du livre.

En comparaison, les 35 pages du chapitres 5 consacré aux expressions (et donc aux règles d’évaluation) en font une partie très dense de l’ouvrage. Il faut pas mal de concentration pour suivre le propos, mais ces règles restent valables aujourd’hui et sont un fondement de la façon dont le langage fonctionne !

Les « statements » évoqués au chapitre 6 concernent les instructions de débranchement (if, switch) et les instructions de boucles (for, while, do). C’est reposant et on apprends 2 ou 3 trucs au passage, comme les règles de résolution d’ambiguïté !

Le chapitre 7 revient sur les déclarations, mais plus précisément sur les spécifiers ! C’est l’occasion d’en apprendre plus sur les inline, friend, typedef et autres volatile (la bête noire des langages). Les annotations qui suivent donnent quelques lumières sur extern « C » et sur les fameux « name mangling » qui m’ont causé tant de tracas par le passé !

Le chapitre 8 sur les déclarations n’est pas d’un abord trop compliqué. Il traite aussi bien des déclarations de variables et de fonctions (et de classes), que ce soit par valeur, par pointeur ou par référence. Pas grand chose à en dire.

Le chapitre 9 était très attendu : il traite des classes ! Même si le sujet se poursuit au chapitre suivant, celui-ci fournit une bonne couverture du sujet, qui ne se limite pas aux déclarations mais couvre aussi (par exemple), la gestion du pointeur this, les déclarations friend ou les classes imbriquées. Les classes dérivées sont traitées au chapitre 9 et on rentre à fond dans le sujet, avec des héritages simples, multiples en branches ou en diamant et même circulaires ! Le chapitre 11 qui clos le sujet est une petite balade de santé traitant des fameux public, protected et private mais aussi de l’inénarrable « friend » !

Le chapitre 12 nous parle des fonctions membres spéciales. Elles forment des aspects alambiqués du langage mais leur connaissance est précieuse : destructeur, constructeur (par défaut, à un argument ou de copie), opérateurs de conversion et opérateurs d’allocation / désallocation. Un propos très complexe à suivre mais combien important !

La surcharge n’est pas mon mécanisme préféré, bien qu’il rende des services. Les 30 pages de ce chapitres 13 vous feront comprendre combien ce mécanisme n’est pas trivial, quand il s’agit de comprendre « l’argument matching ».

C’est une surprise de ne voir que 10 pages à peine consacrées aux templates dans ce chapitre 14, tant les déclinaisons de ce mécanisme s’avèrent complexes. Mais à cette époque, on en est qu’aux balbutiements du sujet. De nombreuses sources plus récentes donneront des informations plus complètes et à jour.

Les exceptions, traitées au chapitre 15 sont aussi un sujet « récent ». Il est plus simple et traité ici sur 13 pages, donc finalement plus décemment. Mais ce n’est pas encore formidable. Là aussi on trouvera sans peine de meilleures sources.

C’est une surprise de voir ici ce chapitre 16 consacré… au préprocesseur ! Il est vrai que ce vieux mécanisme du C perdure au C++ (on ne peut hélas l’éviter pour un certain nombre de choses…). Le point d’orgue de ce chapitre, c’est quand Bjarne Stroustrup nous montre l’apparence d’une chaine ANSI sur un terminal… Danois !

Le chapitre 17 sent la fin de l’ouvrage : il s’agit d’un résumé de la grammaire sous la forme d’une BNF. En fait celle-ci est incomplète : la seule partie concernant les expressions devrait à elle seule noircir une bonne dizaine de pages… Le chapitre 18 couvre quelques pages à évoquer la compatibilité entre le C++ et le C, mais aussi avec la version de C++ de 1985 !

La quinzaine de pages du chapitre 19 évoque les futures résolutions ANSI/ISO. On y trouve pêle-mêle la gestion des namespaces (et bien sûr la clause using) et aussi les nouveaux types de casts. Je dois certainement en oublier…

La lecture de ce livre est disons… challengeante ! Le style est tout sauf abordable, mais certains points de détail y sont abordés avec grande précision et restent valables aujourd’hui. Toutefois, l’utilité de ce livre est moins criante désormais, voire sans objet, car le document normatif peut le remplacer. Ce dernier est plus à jour et aussi plus complet et détaillé. Cet ouvrage n’a donc plus qu’un intérêt historique.

The Annotated C++ Reference Manual

Référence complète : The Annotated C++ Reference Manual – Margaret A. Ellis & Bjarne Stroustrup – Addison Wesley 1991 – ISBN: 0-201-51459-1

The Annotated C++ Reference Manual


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/0201514591?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s