Note de lecture : Analyse et conception orientées objet 2ème édition, par Grady Booch

Note : 8 ; Un grand classique, bien écrit, mais qui souffre de son âge.

Comme son édition précédente, ce livre souffre de l’arrivée de la trilogie UML C’est néanmoins un véritable livre méthodologique qui couvre les mêmes aspects que l’ouvrage de Rumbaugh. Son contenu informatif est plus faible et la notation plus éloignée d’UML que ne l’est OMT, mais le style de l’auteur est beaucoup plus agréable et vivant, ce qui en fait un ouvrage plus abordable pour les personnes encore peu familières avec les méthodes. La traduction Française qui figure dans ma bibliothèque compte 500 pages de texte principal, soit 12 chapitres (regroupés en 3 parties) auxquelles il faut ajouter 100 pages d’annexes. Il fut une époque où les traductions Françaises étaient particulièrement pitoyables, nous sortons juste de cette époque, mais cette traduction reste largement perfectible. Une troisième édition de cet ouvrage est sortie depuis, où vous ne trouverez hélas pas le plaisir des petits nuages de notation Booch (ce sera de l’UML) je vous la recommande cependant en lieu et place.

Mais voyons un peu ce que la bête a dans le ventre.

La première partie s’intitule « concepts », et ses 180 pages comprennent 4 chapitres. Le premier chapitre traite de la complexité, quelle est sa nature et comment se manifeste-t-elle dans un système logiciel, pour nous donner ensuite les clés de sa gestion : l’abstraction et les hiérarchies. C’est en quelque sorte une introduction aux chapitres suivants mais aussi une réflexion profonde particulièrement bien menée.

De l’abstraction au modèle objet, il n’y a qu’un pas. Et c’est de cela que traite le chapitre 2, en abordant la chose par l’histoire des langages, comment ils nous ont mené progressivement à ce concept. Le concept d’objet et de niveau d’abstraction (avec un curieux mélange entre abstraction et hiérarchies) est ensuite exploré et illustré.

Le chapitre 3 qui traite des objets et des classes est particulièrement important, en contenu comme en taille (65 pages). On y explores les différents aspects d’une classe : attributs, relations, états et interactions. Le tout abondement illustrés de diagramme Booch, mais aussi de fragment de code C++. Le parti pris de l’auteur se focalise en effet plus sur la conception que sur l’analyse.

La partie analyse, justement est abordée au chapitre 4, par les biais des classifications. Le traitement en est plus léger puisqu’il ne couvre que 25 pages !

La seconde partie du livre est consacrée à la méthode. On en prend pour 125 pages et 3 chapitres. Le premier d’entre eux (le chapitre 5, donc) est consacré à la notation. On y voit en détail les diagrammes de classes et leurs subtilités, les diagrammes d’état et les diagrammes d’interaction (ce sont ceux d’UML). Le chapitre se termine sur les « concepts avancés » : diagrammes de modules et sa variante en sous-systèmes et diagrammes de déploiement. Ils sont assez frustres et n’ont guère évolué après avoir été réutilisés tel quel dans UML.

Le chapitre 6 aborde la partie « processus » de la méthode. Grady Booch ne nous embête pas beaucoup avec cela car il évacue la chose en 37 pages ! L’approche de l’auteur est plus proche de celle d’UP que d’OMT en cela qu’elle identifie d’une part les principes généraux (approche itérative, vision architecturale) et un micro-processus lié à l’identification des objets, essentiellement à l’aide de cartes CRC. Vient ensuite l’identification des relations et de la dynamique. Le macro-processus reprends lui les grandes phases qui sont assez proches des phases d’UP mais pas complètement.

Les 25 pages du chapitre 7 « soyons pragmatiques » sont consacrées en fait à la gestion de projet : comment gérer les risques, quels sont les rôles, la gestion des versions, etc.. Sans être grandiose, ce chapitre contient quelques éléments intéressants, par exemple sur les métriques.

La 3ème partie, « applications » est longue de 90 pages et contient 5 chapitres. Au menu du premier d’entre-eux, donc au chapitre 8, un système de surveillance météorologique, qui va nous tenir éveillés 35 pages. L’exemple est un peu idéalisé. On le suit depuis la définition du contexte (et du contour du problème) jusqu’à l’implémentation. Disons que c’est une petite ballade sympathique.

L’exemple du chapitre 9 est très différent, on y suit sur 55 pages la construction d’une bibliothèque de classes, en l’occurrence une librairie de conteneurs. Si en suivre la conception progressive est en soi intéressant, l’apport de la démarche est ici au mieux en filigranes. Et en fait, même les diagrammes ne servent pas à grand chose.

Retour à un système plus classique au chapitre 10 : une gestion de stock en client-serveur. Si le diagramme de déploiement est bien utilisé au début, c’est surtout l’emploi des diagrammes d’interaction et le mapping objet-relationnel qui nous intéressent plus ici.

L’exemple du chapitre 11 est très loin d’être convainquant, car il a trait à l’intelligence artificielle (très en vogue à cette époque). Justement l’emploi d’une méthode paraît tout à fait artificielle ici, et cela ressemble plutôt à de la justification à postériori qu’une aide réellement délivrée par une approche structurée. Passons !

Le système de gestion de trafic du chapitre 12 ne semble pas apporter grand chose par rapport aux autres exemples. Ce qui est abordé ici ressemble beaucoup au chapitre 10. Passons également.

Grady Booch sait écrire et cela, lié aux réflexions qu’il soulève rend le livre intéressant. De mon point de vue, environ 70% du livre est aujourd’hui obsolète, de par UML d’une part et du fait de la montée des approches agiles d’autre part. Le texte consacre une majeure partie de la démarche à la conception, ce qui le place naturellement en complément (du moins en grande partie) d’OMT et rends une partie du propos toujours d’actualité et peut-être même à rapprocher de certains textes de Robert Martin. La traduction Française a grandement progressé sur cette édition mais reste largement perfectible, tandis que le texte de la première édition était lui parfaitement illisible ! Il existe une 3ème édition assez récente. Je serais assez curieux de voir comment le propos a évolué…

Analyse & Conception Orientées Objects

Référence complète : Analyse et conception orientées objet, 2ème édition – Grady Booch – Addison Wesley 1994 (V.O. : Object-Oriented Analysis & Design ; Benjamin-Cummings 1994 ; ISBN : 35340-2) – ISBN : 2-87908-069-X

Analyse et conception orientées objet


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/287908069X?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s