Note de lecture : La qualité en C++, par Philippe Prados

Note : 7 ; Un excellent ouvrage regroupant règles, conseils et nombre d’idiomes.

On n’a pas l’habitude de chercher des livres allant au-delà du niveau initiatique chez les auteurs français. A juste titre, malheureusement. Celui-ci fait exception. Cet ouvrage à taille humaine (environ 300 pages), regroupe un ensemble de conseils et de règles en C++, intégrant des idiomes parfois créés par l’auteur. La bête se présente sous forme de 9 chapitres, donc en moyenne un peu plus conséquents que ce que j’escompte. J’oublie les 10 pages d’annexes.

Le premier chapitre parle de rappels. On y trouve pèle mêle des questions sur le partage d’objets pointés, d’ownership, de questions afférents à la destruction, à la notation ou au constructeur de conversion. Ca manque un peu de logique. On ne peut qu’espérer que le meilleur soit à venir.

Au chapitre 2, on trouve des conseils assez sibyllins sur la conception d’une classe. L’auteur ne développe pas les points, mais beaucoup sont pertinents au-delà du bon « bon sens intuitif » : pas d’attributs de type référence ou mettre à disposition la copie d’objet si aucun attribut ne stigmatise son identité (tout le monde ne sera pas d’accord là-dessus, mais je le suis).

Le chapitre 3 est nettement plus important : il adresse les « patterns de programmation », donc en fait les idiomes et taille 70 pages ! Ce chapitre, c’est un peu la trousse à outil de l’auteur avec son savoir-faire. Et ce savoir-faire est de bon niveau ! Il faudra ne pas être totalement néophyte toutefois pour en faire usage. D’abord parce que les explications, si elles tentent d’être didactiques sont plus empreintes du style IBM que du style Scott Meyers, disons… Ensuite, il faut garder un regard critique. Par exemple l’idiome sur le constructeur copie est erroné…

Au chapitre 4, on trouve quelques principes de codage orientés compilation qui ne sont pas sans rappeler le « large scale C++ design » de Lakos. J’aime bien le tableau sur l’usage des références, entre autre chose.

Le chapitre 5 nous parle de debug. On commence par les traces et l’auteur nous donne quelques conseils sur la surcharge de l’opérateur « >> ». Puis on aborde les choses sérieuses avec la surcharge de new pour traquer la mémoire. Là aussi la prudence s’impose car le programme peut ne plus se comporter à l’identique avec et sans debug (vous me direz que c’est déjà le cas…).

Les chapitre 6 et 7, c’est un peu le col du Galibier de ce livre. Du moins, le 7 est la première côte de l’ascension. L’auteur y énumère des règles de code « prêt à l’emploi » qui sont détaillées au chapitre au chapitre 8. Ce sont dans les 80 pages de ce chapitre que Philippe Prados déploie son expertise, et c’est ce chapitre qui justifie l’achat du livre. Si vous ne devez lire qu’un chapitre c’est celui-ci. J’approuve la plupart des règles, j’ai même parfois appris quelque chose (eh oui !) et les explications sont claires pour peu que vous ne soyez pas grand débutant.

Le chapitre 8 consacré aux tests accuse son âge. Il se focalise d’abord sur les notions de préconditions / postconditions et invariants tels qu’on les trouvent dans Eiffel. Puis l’auteur nous propose une implémentation de tests unitaires, qui n’a plus guère d’intérêt aujourd’hui avec des libraires telles que CppUnit.

Au chapitre 9, on démystifie certains mécanismes du C++. Bonne idée ! Au programme : les héritages simples, multiples et virtuels. Tout naturellement on voit dans la foulée le mécanisme des table vptr des méthodes virtuelles. La gestion des exceptions et des inlines complètent le tableau.

Les explications sont assez claires et l’auteur parvient tout à fait à faire passer son expertise (de niveau élevée) du langage. Les recommandations énoncées ont souvent un caractère subjectif, on y adhèrera ou pas mais même dans ce dernier cas on profite des raisonnements et de l’expertise de l’auteur. Disons le tout net, c’est le seul ouvrage d’un auteur Français sur le C++ qui soit d’un niveau honorable ! Un excellent livre, à classer dans la catégorie “manuels de référence”.

La Qualité en C++, par Philippe Prados

Référence complète : La qualité en C++ – Philippe Prados – Eyrolles 1996 – ISBN : 2-212-08917-1

La qualité en C++


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/2212089171?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s